Le jeu 650 km

650km : Le Forum
Mer 14 Nov 2018, 17:06 *
Bienvenue. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles:
News du 30/08/2018
Avis à tous les survivants!

Salut à tous, l'équipe de 650km à décider d vous laisser un peu plus de tps de jeu en retardant la fermeture de celui-ci pour une durée encore indéterminée suites à vos demandes
Nous vous souhaitons donc un bon jeu !

Échouez-vous avec nous dans notre nouveau canal discord dédié à 650km!
Cliquez sur le lien suivant et rejoignez-nous! https://discord.gg/SqxZ6HX


Une question sur le jeu ? Consultez le :
Merci de consulter les Règles du Forum avant toute participation.
Pages: [1]   Bas de page
Imprimer
Auteur Discussion: [Journal] La folie de l'ange  (Lu 4689 fois)
Mer 08 Août 2007, 21:49
Carmine
Invité


Courriel
- Errance -







Trois jours d'errance dans la jungle. Seule.

La nature étouffante, luxuriante mais hostile. Si hostile !
Et cette chaleur qui vous prend à la gorge, qui vous empêche de respirer. Si angoissante !

Trois jours d'errance dans la jungle et enfin une plage.
Prendre un bain, me rafraîchir, m'allonger enfin.
Et tenter de dormir.

Comment dormir ?
Comment fermer les yeux sans se souvenir des images, des cris, des visages, des corps, de ses yeux remplis de larmes et de sang et de cette fumée opaque et irrespirable comme un nuage toxique sur nos âmes en perdition.

Trois jours d'errance et de survie pour me retrouver seule, nue, perdue une plage paradisiaque.

Je n'ose pas y repenser. Je ne veux pas y repenser. Je ne me permet pas d'y repenser !

Trois jours d'errance et de survie et le désespoir comme seul compagnon.
L'impression et l'oppression insupportable d'être la seule à avoir survécu.

Trois jours d'errance, de survie et de désespoir et le sommeil vient enfin.
Les larmes aussi ...
« Dernière édition: Lun 26 Avr 2010, 23:38 par Lline »
Réponse #1 Ven 10 Août 2007, 20:08
Carmine
Invité


Courriel
- Larmes -


   



Je ne peux m'empêcher de pleurer.
Les larmes coulent malgré moi depuis mon réveil.

Seule.
Abandonnée sur une plage déserte, ayant peine à me remémorer les dernières heures, les derniers jours, les dernières images que je garde en moi.
Je ne peux m'empêcher de pleurer.

Je ne parviens pas à comprendre ce qui c'est passé.
Pourquoi j'ai couru, pourquoi j'ai fuis, pourquoi je me retrouve ici sans personne et sans savoir.
Désemparée.
Déracinée.
Délaissée.
Je ne peux m'empêcher de pleurer.

Je rêve de seulement pouvoir me rendormir.
Fermer les yeux et arrêter de pleurer.
Ne plus me poser ces questions qui résonnent : quel sera mon avenir ?
Que vais-je faire de mes souvenirs ?
« Dernière édition: Mer 15 Août 2007, 08:44 par Carmine »
Réponse #2 Mer 15 Août 2007, 09:01
Carmine
Invité


Courriel
- Souvenirs -


   



Ils hantent mes pensées, me prennent à la gorge quand je revois les yeux de ceux que j'ai laissé.

Cela doit faire des jours et des jours que je suis ici sur ce bout de plage.
Des jours que j'ai fuis, des jours que tout ceci c'est passé mais ils hantent mes pensées.

Quand j'arrive à me raisonner, moi, d'habitude si calme et si posée face aux évènements, je sais ...
Je sais que je n'y peux rien et que la culpabilité de vivre ne me fera pas avancer.
Mais quoi que je fasse, quand le soir arrive, que le soleil se couche au loin et que la nuit tombe, tout alors devient noir et ils hantent mes pensées.

Eux que je ne connaissais pas et dont j'ai à peine croisé le regard.
Eux que je revois agonisant et suppliant la destinée, la chance ou même Dieu parfois.
Eux qui hantent mes pensées font désormais partie de moi.

A toute autre personne dans ma vie loin d'ici, à tous ceux que j'ai pu prendre sous mon aile, j'aurais certainement dit de faire face.

Se tenir droite et faire face.
Sans oublier.
Sans oublier ceux qui hantent mes pensées.
Sans oublier de vivre ...
« Dernière édition: Sam 22 Sep 2007, 10:26 par Carmine »
Réponse #3 Sam 22 Sep 2007, 10:37
Carmine
Invité


Courriel
- Vivre -





Vivre et aller de l'avant était donc ma nouvelle résolution.

Me familiariser, découvrir, avancer dans le présent sans me laisser submerger par mes émotions.

Cette résolution s'impose à moi comme une évidence.
Une résolution est si simple à prendre.
Une résolution est si utopiste quand elle se heurte à la réalité.
Une résolution est si vite abandonnée ...

Assaillie par la peur, traumatisée par mes souvenirs, je prends sur moi et je vais de l'avant.

A mon rythme j'avance.
A mon rythme je reprend raison.
A mon rythme je vais de l'avant.

L'espace d'un instant j'arrive à reprendre confiance.
L'espace d'un instant, je reprend conscience de ma condition et mes meilleures résolutions s'évaporent.

Comment aller de l'avant en étant si fragile et vulnérable ?
Comment réussir à vivre sans l'ombre d'un espoir ?
Réponse #4 Jeu 27 Sep 2007, 17:15
Carmine
Invité


Courriel
- Espoir -





Mes sens m'alertent.
J'ai une urgence d'espérance.
Un besoin physiologique, une dose à absorber.

J'ai une urgence d'espérance.
Besoin d'une raison de vivre.
Besoin aussi d'une raison de survivre en ce milieu si hostile et si désespérément triste et vide d'âme.

J'ai une urgence d'espérance.
Trouver un but et me dire que je ne suis pas ici en vain.

J'ai une urgence d'espérance.
Comprendre pourquoi moi.
Pourquoi je suis ici, en vie, et pourquoi je suis seule.

J'ai une urgence d'espérance.
Simplement parce que mes démons me guettent toujours.
Ils attendent patiemment tapis au fond de ma conscience.

J'ai une urgence d'espérance car je suis en proie à la solitude.
« Dernière édition: Jeu 18 Déc 2008, 16:21 par Carmine »
Réponse #5 Jeu 01 Jan 2009, 17:30
Carmine
Invité


Courriel
- Solitude -





Après tout ce temps passé ici, ces mois, ces années
Après tout ce monde finalement rencontré
Après tous ces visages découverts
La solitude est toujours là.

Après tant d'envie et de joies simples
Après tant d'investissement personnel
Après tant d'oubli de la civilisation
La solitude est toujours là.

Après tout ces moments de doute
Après toutes ces incompréhensions
Après tous ces bons moments sont venus les mauvais
Et la solitude est toujours là.

Alors, mieux vaut partir
Se retirer sur la pointe des pieds
Et simplement quitter la vie de naufragée.

La solitude, elle, sera toujours là.
Elle fait partie de moi.
Pages: [1]   Haut de page
Imprimer
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP SMF 2.0 | SMF © 2011, Simple Machines XHTML 1.0 valide ! CSS valide !