Le jeu 650 km

650km : Le Forum
Mar 17 Juil 2018, 19:05 *
Bienvenue. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles:
News du 22/06/2018
Avis à tous les survivants!

Suite à la discussion avec la communauté de 650km.com, Angelstar (le créateur du jeu), a décider d’aller de l’avant et d’engager toutes ses forces dans une toute nouvelle version du jeu!
Cela signifie que pour que ce nouveau projet avance correctement, le jeu en ligne vas s’arrêter courant septembre.
L’équipe de développement, votre modérateur préféré (bigbug001) et notre community manageuse sera là pour répondre à vos questions, vous montrer les avancées du jeu (qui ne sera pas un jeu web!) et plein d’autres discussions très interessantes! Ou pas :)
C'est donc pour ça que l'on vous fait cette proposition : Échouez-vous avec nous dans notre nouveau canal discord dédié à 650km!
Cliquez sur le lien suivant et rejoignez-nous! https://discord.gg/SqxZ6HX


Une question sur le jeu ? Consultez le :
Merci de consulter les Règles du Forum avant toute participation.
Pages: [1]   Bas de page
Imprimer
Auteur Discussion: [Journal] Le malheur est père du bonheur de demain  (Lu 7088 fois)
Jeu 15 Nov 2007, 23:47
Marylene
Hors ligne Hors ligne


Messages: 10




Journalisée
Le leitmotiv



Je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax,  je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax.

La femme qui pensait cela était assise sur son siège et regardait par le hublot. De la sueur perlait sur son front blanc. Elle était crispée mais paraissait concentrée tellement ses yeux noisettes fixaient avec intensité les nuages qui défilaient en dessous.

Je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax,  je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax.

C’est le leitmotiv qu’elle avait trouvé en entrant dans cet avion. Elle avait horreur de l’avion mais était prête à tout pour retrouver son père depuis la mort de sa mère.
En effet cette dernière était décédée il y a de ça déjà un an et Marylène la voyait encore sur son lit de mort lui glissant à l’oreille ses dernières paroles : "Ton père n’est pas mort il vit à A…"  avait-elle dit dans son dernier souffle sans pouvoir finir sa phrase. Depuis la pensée avait fait son chemin dans l’esprit de Marylène, elle n’en voulait pas à sa mère de lui avoir caché l’existence de ce père qui lui manquait tant, mais elle voulait à tout prix le retrouver pour comprendre le fin de mot de l’histoire. Et elle savait qu’elle portait son nom de famille contrairement à sa mère qui avait repris son nom de jeune fille. Voilà pour le moment le seul lien qui les unissait, un nom. A 22 ans elle se lançait donc dans cette enquête qui lui avait déjà fait visiter quelques villes commençant par la lettre A, sans pour autant trouver son bonheur. Aussi avait-elle décidée d’élargir sa recherche à l’étranger en commençant par les Etats-Unis car le peu qu’elle savait de son père était qu’il aimait ce pays. Elle décollait donc de l’aéroport d’Antibes en partance pour celui d’Albany en Californie.

Je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax,  je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax.

Assise dans cet avion du coté hublot elle se répétait sans cesse ce leitmotiv, elle se disait que s’il arrivait quelque chose et qu’elle perdait la mémoire comme elle l’avait vu dans tant de films catastrophes elle réussirait forcément à se souvenir de ses dernières pensées qu’elle scandait intérieurement au rythme de son cœur.
Une hôtesse de l’air passa près d’elle pour lui proposer un rafraichissement ou des friandises, c’est à peine si Marylène la vit tant elle se concentrait sur son leitmotiv. Et l’hôtesse de l’air habituée à voir des aviophobes n’insista pas et continua sa tournée laissant cette femme rousse derrière elle.

« Dernière édition: Lun 28 Avr 2008, 22:16 par Marylene »
Réponse #1 Ven 16 Nov 2007, 21:56
Alanis
Hors ligne Hors ligne


Messages: 7




Journalisée
Dernier voyage

L’hôtesse de l’air s’avançait à présent vers elle.

   Vous désirez quelque chose Madame ?
   Appelez moi mademoiselle s’il vous plaît. Certes elle n’était plus de toute jeunesse avec ses 44 années derrière elle mais Alanis n’était pas ou plutôt plus mariée donc elle tenait à ce qu’on l’appelle mademoiselle.
   Je prendrais bien un petit sachet de cacahuètes avec une canette de jus d’orange, c’est ce que je prends d’habitude sur ce vol. Mais ce coup-ci c’est mon dernier voyage, fini les allers-retours entre la France et les States !

L’hôtesse détaillait Alanis sans vraiment l’écouter, elle avait quelques rides, les cheveux longs et lisses, les yeux vert foncé et portait des boucles d’oreilles de style indien. Elle lui tendit son sachet de cacahuètes et sa canette, lui adressa un sourire et repartit faire sa tournée.

Alanis ouvrit son paquet et sa canette et reprit le magazine qu’elle était en train de lire ; ça y était, elle allait enfin s’installé définitivement aux States comme elle aimait tant les appeler. Et bientôt elle pourrait appeler sa fille et lui dire toute la vérité, lui dire pourquoi elle était partie loin et tenter de recoller les morceaux brisés. Elle se demandait comment elle allait faire pour entrer en contact avec elle, allait-elle s’adresser à son ex qui était toujours proche de leur fille ou bien allait-elle se passer d’intermédiaire ? Elle n’en savait encore rien, elle y réfléchirait quand elle atterrirait chez elle, dans son nouveau pays, dans sa nouvelle demeure.

Ils en avaient encore pour quelques heures de vol aussi elle prit son masque de nuit dont elle se couvrit les yeux pour dormir un peu en attendant la fin du vol.
« Dernière édition: Lun 28 Avr 2008, 22:25 par Alanis »
Réponse #2 Sam 17 Nov 2007, 23:54
Marylene
Hors ligne Hors ligne


Messages: 10




Journalisée
Turbulences


Je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax,  je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax.

Marylène continuait de rythmer son voyage de ces paroles intérieures quand soudain l’avion soubresauta. Alors lui vinrent en tête toute les images des films catastrophes qu’elle avait pu voir dans sa vie  à la vitesse d’une voiture effectuant un crash test, le choc était le même, sa pensée n’arrivait plus à s’organiser tellement elle était submergée par toutes ces visions apocalyptiques. L’avion n’arrêtait plus de se secouer. Elle était si paniquée que son visage avait pris une teinte cadavérique. Elle transpirait sang et eau. Elle n’entendait même pas la voix de l’hôtesse qui faisait son annonce.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs, veuillez attacher vos ceintures, nous traversons actuellement une zone de turbulences. Cela ne durera qu’un instant. Merci de rester calme.

Calme. C’était le seul mot qu’elle avait saisi, elle était en train de mourir et on lui demandait de rester calme. Elle était sure que l’avion s’écraserait d’un moment à l’autre, il fallait qu’elle se rappelle absolument ce qu’elle devait faire si jamais elle survivait aussi elle reprit son leitmotiv. Mais cette fois elle ne le pensait plus, elle le criait haut et fort avec une voix on ne peut plus paniquée.



« Dernière édition: Lun 28 Avr 2008, 22:20 par Marylene »
Réponse #3 Dim 18 Nov 2007, 11:31
Alanis
Hors ligne Hors ligne


Messages: 7




Journalisée
Marylène Wax

Alanis somnolait quand l’avion eu des soubresauts. Elle enleva son masque et entendit l’annonce de l’hôtesse de l’air.

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs, veuillez attacher vos ceintures, nous traversons actuellement une zone de turbulence. Cela ne durera qu’un instant. Merci de rester calme.

Elle ne s’en faisait pas, cela arrivait toujours une ou deux fois par vol mais comme d’habitude des passagers semblaient se crisper sur leur siège autour d’elle. Elle les observait avec un peu d’amusement quand tout à coup elle entendit Marylène.

Je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax,  je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax.

Alanis écarquilla les yeux, qu’est ce qui lui prenait à cette jeune fille ? Pourquoi se mettait-elle à crier ainsi ? Une hôtesse accourait déjà vers la jeune fille rousse pour tenter de la calmer. Alanis continuait de les observer. C’était bien la première fois que quelqu’un se mettait à crier ainsi et pourtant elle avait pu voir toute sorte de panique lors de ses nombreux vols. En tout cas une chose était sure c’est que Marylène avait envie de revoir son père mais pourquoi crier ainsi… Espérait-elle que son père fût dans cet avion ?
« Dernière édition: Lun 28 Avr 2008, 22:24 par Alanis »
Réponse #4 Lun 19 Nov 2007, 20:59
Marylene
Hors ligne Hors ligne


Messages: 10




Journalisée
Le pilote


Une hôtesse courait dans sa direction, pensait-elle pouvoir la sauver alors qu’ils étaient tous sur le point de mourir ? Pourquoi venait-elle vers elle ? Un éclair traversa l’esprit paniqué de Marylène, si elle venait vers elle c’était qu’elle savait forcément qui était son père. Elle devait le connaître et voulait indiquer à Marylène où le retrouver. Aussi lorsque l’hôtesse arriva à son niveau Marylène s’était déjà calmée et était prête à la bombarder de questions.

Ne vous inquiétez pas mademoiselle lui dit l’hôtesse. Nous traversons juste une zone de turbulences.
Marylène se demandait quel était le rapport avec son père, elle était tellement obnubilé maintenant qu’elle avait tout oublié de sa panique.
Vous savez où il se trouve ? Dites le moi s’il vous plaît. J’ai besoin de le voir, il faut absolument que je le voie.
L’hôtesse semblait perdue, elle essaya :
Vous voulez voir le pilote, c’est ça ?
Oui, emmenez-moi le voir de suite ! dit-elle en se levant. Marylène n’en croyait pas ses oreilles, elle allait enfin le retrouver, après une année à lui courir derrière car il ne faisait maintenant aucun doute pour elle que le pilote n’était autre que son propre père.

L’hôtesse regardait Marylène sentant qu’elle passait à coté de quelque chose mais au moins elle avait réussi à la calmer et le vent de panique n’allait pas gagner toute la cabine. Pour le moment le mieux qu’elle avait à faire était de la conduire vers le pilote. Elle aviserait ensuite.
« Dernière édition: Lun 28 Avr 2008, 22:19 par Marylene »
Réponse #5 Dim 25 Nov 2007, 21:12
Alanis
Hors ligne Hors ligne


Messages: 7




Journalisée
Le secret


Depuis son siège, Alanis voyait la dénommée Marylène Wax s’éloignait vers l’avant de l’appareil avec l’hôtesse qui avait réussi à la faire taire. Marylène paraissait même plutôt joyeuse et en effervescence, elle avait cessé de paniquer. Quelle fille étrange !

L’appareil avait fini par sortir de ces trous d’air, l’ambiance se détendait bien que certains aient été à deux doigts de craquer à cause des cris de la jeune fille rousse. Alanis se réinstalla confortablement dans son siège et finit sa canette de jus d’orange.

Elle se remémorait la scène de la rouquine en train de crier et se vit en train d’écarquiller les yeux. Pourvu que Marylène ne l’ai pas vu, car elle elle savait parfaitement où se trouvait Alain Wax mais elle ne comptait pas le lui dire pour le moment. Ses plans étaient tout autres. Elle devait garder le secret jusqu’au moment opportun.

Pour finir ce voyage elle avait encore besoin de repos, elle devait réfléchir à la suite des événements. Elle remit donc son masque et essaya de se rendormir avec toutes ses pensées qui tournoyaient dans sa tête.

Lorsque l’avion tangua à nouveau elle dormait d’un sommeil profond et sans rêves.
« Dernière édition: Lun 29 Mar 2010, 19:15 par caCtus »
Réponse #6 Mar 27 Nov 2007, 22:22
Marylene
Hors ligne Hors ligne


Messages: 10




Journalisée
L’île maudite


L’avion recommençait à tanguer mais Marylène ne s’en était même pas aperçu, elle était tellement excitée par le fait qu’elle allait enfin revoir son père qui n’était autre que le pilote. Elle bouillait littéralement d’impatience.

L’hôtesse quant à elle pensait de plus en plus que la jeune fille piquerait une crise d’une minute à l’autre non seulement car l’avion recommençait à faire des siennes mais aussi car le pilote avait a peu près une trentaine d’années et il était donc impossible qu’il soit son père.

Elles arrivaient maintenant au milieu de l’avion, le siège de Marylène se trouvant vers la queue de l’avion elles devaient le traverser entièrement pour pouvoir atteindre le cockpit. Marylène qui était derrière l’hôtesse ne cessait de la pousser et l’hôtesse tentait de la ralentir car elle avait l’expérience que si quelqu’un voyait du personnel de l’avion courir il y aurait un nouveau mouvement de panique. Aussi elle se forçait à sourire à tous les passagers en tentant de ralentir sa poursuiveuse. Au détour d’un sourire alors que l’avion penchait maintenant sur le côté elle aperçut une île en forme de tête de mort ce qui transforma son sourire en rictus aussitôt. Elle était superstitieuse et n’aimait pas ce genre de signes.

L’avion continuait de pencher dangereusement. Il penchait tellement que l’hôtesse s’agrippait maintenant aux sièges pour avancer en oubliant totalement celle qui la poussait et en accélérant le pas, elle voulait savoir ce qui se passait dans le cockpit.

Marylène contente de voir que sa guide accélérait le pas accéléra elle aussi sans prendre garde à l’inclinaison de l’appareil et trébucha donc au milieu du couloir à quelques mètres de la porte où se cachait son père, elle essayait de se relever quant enfin elle prit conscience de ce qui se passait. Maintenant elle entendait les cris autour d’elle et son esprit ne savait quel chemin choisir entre la panique et l’envie de continuer son chemin vers son père avant qu’il ne soit trop tard.

Et il était déjà trop tard car le sol était en train de craquer devant elle et le cockpit s’éloignait dans le ciel. Elle connaissait la suite des événements, elle se l’était tellement passé en boucle dans la tête ce film catastrophe. Elle ferma alors les yeux et recommença à entonner son leitmotiv.

Je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax,  je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax.
« Dernière édition: Lun 28 Avr 2008, 22:20 par Marylene »
Réponse #7 Dim 09 Déc 2007, 20:46
Alanis
Hors ligne Hors ligne


Messages: 7




Journalisée
La descente


Alanis qui s'était endormi et n'avait pas de suite senti les nouvelles secousses de l'avion avait finalement été tiré de son sommeil car elle s'était cognée contre le hublot lorsque l'avion avait penché, de plus les premiers cris de panique commençaient à poindre.

Elle se trouvait non loin de la queue de l'appareil et se rappela que Marylène était parti voir le pilote à l'avant de l'appareil. Comme elle n'avait jamais ressenti d'aussi grandes secousses elle préssentait que ce voyage finirait mal et elle voulait soulager sa conscience à propos d'Alain Wax avant qu'il ne soit trop tard. Aussi, elle se leva d'un bond; du moins elle essaya, mais sa ceinture l'avait retenu et cela l'avait quelque peu surprise.

Cherchant alors désespérèment du regard Marylène elle la vit trébucher puis la perdit du regard car toujours incapable de se lever à cause de cette maudite ceinture.

Elle vit l'avant de l'appareil se séparer du reste et ils entamèrent leur descente vers la mort. Pourquoi avait-elle garder ce secret ? Allait-elle mourir en l'emportant avec elle ?
« Dernière édition: Lun 28 Avr 2008, 22:23 par Alanis »
Réponse #8 Mar 08 Jan 2008, 13:27
Marylene
Hors ligne Hors ligne


Messages: 10




Journalisée
Baignade


Marylène entendit un craquement sonore derrière elle, apparemment l’avion se disloquer littéralement. Tout en continuant à entonner son leitmotiv elle se risqua à ouvrir les yeux pour voir ce qui se passait, la première chose qu’elle vit était le vide devant elle et un île qui s’approchait de l’avion à la vitesse grand V, une île à la forme de tête de mort. Quel funeste présage.

 Si elle restait au bord de cette partie d’avion elle n’y réchapperait pas. C’est alors que sans même réfléchir à autre chose que son leitmotiv, elle se vit en train de se lever et d’essayer de grimper le long des sièges en combattant la gravité. Son instinct de survie poussé par le leitmotiv était à l’action. Elle agissait sans y réfléchir et sans voir ce qu’il se passait autour. Elle n’entendait pas les cris suraigus ni même les gargouillis de sang dans certaines bouches. Tout autour d’elle tourbillonnait.

C’est alors que le choc se fit sentir, l’avion avait apparemment raté l’île car il plongea sous l’eau et Marylène qui était quasiment arrivé à l’autre extrémité du bout d’avion fut la dernière à être englouti par l’eau. Toujours sans y penser, elle se mit à battre frénétiquement des pieds et des mains pour remonter à la surface et combattre l’aspiration vers les profondeurs qu’avait provoquer le bout d’avion.

Le phénomène d’aspiration prit fin et Marylène commença a remonter à la surface mais l’air lui manquait, elle apercevait la lumière du jour filtrer à travers l’eau, elle était sur le point d’atteindre la surface, sa main avait passer la barrière invisible qui la séparait de l’oxygène alors elle prit une profonde inspiration sans se rendre compte que sa tête était encore sous l’eau. Son dernier battement de pied acheva de la faire émerger et elle fut prise d’une quinte de toux qui lui faisait cracher de l’eau salée et lui brûlait les poumons. Les larmes lui montaient aux yeux mais elle parvint à reprendre sa respiration tout en se maintenant à la surface.
« Dernière édition: Lun 28 Avr 2008, 22:21 par Marylene »
Réponse #9 Lun 21 Jan 2008, 10:02
Alanis
Hors ligne Hors ligne


Messages: 7




Journalisée
Remords


De son côté Alanis n’eut pas autant de chance -- si l’on peut appeler ça comme ça -- que Marylène. En effet, elle n’arrivait pas à se défaire de sa ceinture, et son morceau d’avion ne se dirigeait pas du tout vers l’eau mais bien vers la terre ferme – Ô combien ferme -- de l’île.

Par chance elle ne voyait pas ce qui l’attendait, trop paniquée par cette ceinture qui l’empêchait de savoir ce qu’il était arrivé à Marylène. Elle s’en voulait tant de ne pas l’avoir abordé de suite lorsqu’elle l’avait reconnu. Maintenant elles allaient certainement mourir l’une comme l’autre. Des larmes de désespoir et de rage coulèrent le long de son visage. Pourquoi, pourquoi toute sa vie allait être ratée alors qu’elle était sur le point de tout arranger ?! Non, c’était trop injuste !

Pourquoi, pourquoi suis-je aussi idiote ? Marylène, Marylène…
Et les larmes devinrent plus abondantes encore, envahie qu’elle était par ce sentiment de désarroi.

Elle ne voyait rien de ce qui l’attendait mais lorsque le choc se fit elle le sentit passer. Sa tête fut projetée violemment contre le siège de devant et elle s’évanouit aussitôt avec un filet de sang qui s’écoulait doucement de la plaie provoquée par le choc entre son crâne et ce siège.
« Dernière édition: Lun 28 Avr 2008, 22:23 par Alanis »
Réponse #10 Mar 29 Jan 2008, 22:02
Marylene
Hors ligne Hors ligne


Messages: 10




Journalisée
Droite ou gauche ?


Marylène avait réussi à nager jusqu'à la plage où elle était étendue en train de reprendre son souffle. Son esprit était embrumé par l'eau qui était entrée dans ses poumons mais soudain une pensée plus forte que tout fit surface.

Je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax,  je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax, je m’appelle Marylène Wax et je veux retrouver mon père Alain Wax.

Le leitmotiv avait fonctionné, tout lui revenait en mémoire. Son père était dans l'avion, dans le cockpit. Elle devait le retrouver. Son regard jusqu'alors fixé sur l'étendue marine se tourna vers les terres de l'île. Elle fit tourner sa tête afin de faire un rapide tour d'horizon. Il y avait à droite et à gauche de la fumée, il s'agissait vraisemblablement des deux autres parties de l'avion qui s'était crashé. Où devait-elle se diriger pour trouver son père, elle devait se dépêcher avant qu'il ne soit trop tard. Peut-être était-il mourrant à l'instant même. Elle choisit donc de partir sur la gauche et se mit à courir en diirection de la fumée. Elle ne ressentait ni la douleur ni le point de coté qui l'assaillaient concentrée seulement sur l'idée de voir à nouveau son père.

Après une bonne demi-heure de course elle se trouva enfin devant l'épave de l'avion et elle s'éfondra en voyant qu'il s'agissait en fait de la queue de l'avion. Elle n'avait jamais fait preuve de lucidité dans ses différents choix et cela se vérifiait à nouveau. Elle s'agenouilla et se mit à pleurer, toute la tension emmagasinée dasn son corps retombait et elle se laissait aller.


« Dernière édition: Lun 28 Avr 2008, 22:22 par Marylene »
Réponse #11 Mar 29 Avr 2008, 21:56
Alanis
Hors ligne Hors ligne


Messages: 7




Journalisée
Attachée


Pourquoi, pourquoi suis-je aussi idiote ? Marylène, Marylène…

Alanis commençait à émerger, elle avait vraiment mal à la tête, elle posa ses mains sur ses tempes et se massa légèrement. Elle tenta ensuite d'enlever sa ceinture. C'est alors qu'elle vit le sang sur ses mains. La panique s'empara d'elle et elle força sur la ceinture afin de se libérer enfin. La ceinture ne cédait pas, Alanis s'énervait de plus en plus.

Pourquoi, pourquoi suis-je aussi idiote ? Marylène, Marylène…

Mais qu'était ce donc que cette phrase qui trottait dans sa tête...
S'énervant de plus en plus et désespérant à moitié elle se mit à crier !

Mais bon sang, quelqu'un pourrait m'aider ?!!
Cette foutue ceinture ne ma lache pas la grappe !
Il y a quelqu'un nom de dieu !
Je vous en supplie, sortez moi de ce merdier !


Cette fois ce furent des larmes de colère qui coulaient le long de ses joues...

Réponse #12 Sam 19 Juil 2008, 21:51
Marylene
Hors ligne Hors ligne


Messages: 10




Journalisée
Rencontre


Marylène qui était en train de pleurer agenouillée auprès de la queue de l'avion fut surprise d'entendre quelqu'un crier. Mais elle se ressaisit vite car son esprit, toujours tourné vers cette recherche effrénée qu'elle menait depuis déjà un certain temps, avait déjà analysé qu'il y avait une infime chance que la personne qui crie soit un membre de l'équipage et connaisse son père qu'elle pensait être le pilote.

Elle s'imaginait déjà une hôtesse de l'air à terre coincée sous des décombres en train de crier à l'aide aussi lorsqu'elle arriva devant cette dame plus âgée qu'elle, elle prit une mine quelque peu déconfite. Néanmoins, cela ne l'empêcha pas de l'aider à se démêler avec sa ceinture.

Calmez-vous madame je vais vous aider, cessez de gesticuler comme ça vous voyez bien que vous saignez.

Tant bien que mal elle parvint à libérer Alanis qui avait fini par se calmer ne se sachant plus seule.

Bonjour je m'appelle Marylène Wax et je recherche mon père Alain Wax dit-elle tout en épongeant la plaie de la femme avec un linge trouvé à l'entour. Elle n'avait pas su empêcher son leitmotiv de sortir même si ce n'était certainement pas la première chose à dire.

J'étais dans cette avion en partance pour la Californie, mais je crois que nous en sommes loin hélas. Votre plaie à la tête à l'air superficiel vous avez de la chance. Voudriez vous m'aider à retrouver mon père, il était le pilote de l'avion !

Elle avait parlé si vite que la femme en face d'elle n'avait pas eu le temps de répondre, elle la regardait d'ailleurs d'un air assez ahuri.

Sûrement le choc pensa-t-elle.

Excusez-moi de ne pas vous laisser parler mais comment vous appelez vous vous-même ?
Pages: [1]   Haut de page
Imprimer
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP SMF 2.0 | SMF © 2011, Simple Machines XHTML 1.0 valide ! CSS valide !