Le jeu 650 km

650km : Le Forum
Ven 16 Nov 2018, 11:00 *
Bienvenue. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles:
News du 30/08/2018
Avis à tous les survivants!

Salut à tous, l'équipe de 650km à décider d vous laisser un peu plus de tps de jeu en retardant la fermeture de celui-ci pour une durée encore indéterminée suites à vos demandes
Nous vous souhaitons donc un bon jeu !

Échouez-vous avec nous dans notre nouveau canal discord dédié à 650km!
Cliquez sur le lien suivant et rejoignez-nous! https://discord.gg/SqxZ6HX


Une question sur le jeu ? Consultez le :
Merci de consulter les Règles du Forum avant toute participation.
Pages: [1]   Bas de page
Imprimer
Auteur Discussion: [Journal] Nowhere man  (Lu 10202 fois)
Jeu 29 Jan 2009, 20:43
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Trois jours d’errance déjà.
Et rien, personne, pas âme qui vive.

Cette saleté de soleil va me rendre fou !
Sans ces cris de bêtes sauvages, j’irais au frais.
Elle me fout les boules cette forêt.

Et cette foutue chanson qui me trotte dans la tête…




♪♪♫♫♪

He's a real Nowhere man,
Sitting in his Nowhere land,
Making all his nowhere plans
for nobody.


♪♫♫♪♪♪♫♫♪♪
« Dernière édition: Mer 29 Juin 2011, 10:02 par Lline »
Réponse #1 Ven 30 Jan 2009, 14:36
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Mon épaule me fait souffrir.
Impossible d’écrire.
Quelques mots jetés.

Faim
Soif
Détresse
Solitude

♪♪♫♫♪

He's a real Nowhere man,
Sitting in his Nowhere land,
Making all his nowhere plans
for nobody.


♪♫♫♪♪♪♫♫♪♪
Réponse #2 Sam 31 Jan 2009, 15:29
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée

Je me demande bien pourquoi j’ai été épargné.
J’aurais préféré crever.

Complètement perdu.
Déboussolé.

Se vider l’esprit
Et retourner aux sources :
Manger, boire, dormir.


♪♪♫♫♪

Doesn't have a point of view,
Knows not where he's going to,
Isn't he a bit like you and me ?


♪♫♫♪♪♪♫♫♪♪

Réponse #3 Lun 09 Fév 2009, 21:50
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Est-ce que quelqu’un pense à moi, là-bas, au bercail ?
Si ça se trouve, personne n’aura remarqué ma disparition.

Quand j’y réfléchis, qu’est-ce que j’ai perdu ?
Classer, signer, encoder, timbrer, envoyer…
C’était le mythe de Sisyphe ce boulot !
Tout ça pour quoi ?
Pour rembourser toute ma vie un appartement minable et vivre entouré de voisins mesquins et bruyants !

Pas de femme, pas d’enfants, pas de chien, même pas un poisson rouge…
Quant aux vieux, ils doivent bien se marrer en me voyant de là-haut.

Les amis ? Mais quels amis ? Ceux qui te demandent comment ça va et qui te répondent « Ah, c’est cool, moi j’suis parti à la mer » quand vous leur dites que vous avez sincèrement pensé à vous pendre en regardant la télé la veille ?

Non, tout bien considéré, j’étais nulle part avant de prendre cet avion. Alors qu’aujourd’hui, je ne sais peut-être pas où je suis sur le globe, mais j'ai peut-être gagné au change.
.


♪♪♫♫♪

Nowhere Man, please listen,
You don't know what you're missin',
Nowhere Man, the world is at your command.


♪♫♫♪♪♪♫♫♪♪
« Dernière édition: Lun 09 Fév 2009, 21:51 par Macfly »
Réponse #4 Lun 02 Mar 2009, 21:56
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Marre de tourner en rond !
Marre de bouffer des bananes !
Marre de cette chaleur insupportable !
Marre de ces saletés d’insectes qui me sucent le sang !

Et puis, surtout, surtout,
Marre de cette chanson qui me tape sur le système !

Je veux dormir dans un lit.
Je veux manger un steak-frites-salades avec plein de sauce jusqu’à m’en faire péter la panse.
Je veux regarder des émissions débiles sans avoir à penser.
Je veux voir des gens, entendre leur voix, sentir leur parfum.
Je veux…
Je veux rentrer chez moi…


♪♪♫♫♪

He's as blind as he can be,
Just sees what he wants to see,
Nowhere Man can you see me at all ?


♪♫♫♪♪♪♫♫♪♪
Réponse #5 Mar 28 Avr 2009, 11:36
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
♪♪♫♫♪

Nowhere Man, don't worry,
Take your time, don't hurry,
Leave it all 'till somebody else
lends you a hand.


♪♫♫♪♪♪♫♫♪♪

Toujours rien à l’horizon.
Toujours cette chaleur qui me colle à la peau.
Toujours ce silence de plomb qui me martèle les tympans
Je commence à me faire à l’idée que personne ne me viendra en aide.
Je commence à me faire à l’idée que je suis perdu pour de bon.
Je vais finir ma vie ici, seul, comme un abruti.
J’ai même songé un instant à me pendre…
Mais je suis trop lâche.
Je l’ai toujours été.
Réponse #6 Mer 29 Avr 2009, 15:24
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
J’ai réalisé quelque chose aujourd’hui, je n’y avais jamais pensé.
Si on décompose ‘Nowhere’,
ça fait ‘Now’ and ‘Here’…
Ou ‘Maintenant’ et ‘Ici’.
Ici et maintenant.
Instant présent
Carpe diem

C’est fou ce qu’un simple blanc peut changer la vision des choses…
Il faut que j’approfondisse la question.
Réponse #7 Mar 06 Oct 2009, 15:26
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Carpe diem !
J’essaye, mais à quoi bon ?
Maintenant et ici, il n’y a rien, rien du tout.
Rien que du sable, un soleil de plomb et cette jungle.
Cette jungle qui m’attire et me glace le sang.
Ici et maintenant, c’est la mort.
Lente et inéluctable.
Point final.


P.S. :
J’ai compris !
‘Now’ and ‘Here’ = Pas d’avenir.
Or, pas d’avenir = pas de responsabilités
Pas de projection, pas de tracas.
Arrêter de gamberger !
Vivre !
Réponse #8 Mer 07 Oct 2009, 10:16
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Je me demande quand même de quoi ou de qui il parle dans sa chanson, l’autre.
Tiens, au fait, c’est Lennon ou MacCartney qui a pondu ça ?

♪♪♫♫♪

He's as blind as he can be,
Just sees what he wants to see,
Nowhere Man can you see me at all ?


♪♫♪♪

Non, je ne vois pas. Ça doit être moi l'aveugle.
Si ça se trouve, c’est Lennon qui l’a pondu sous acide alors qu’il était sous l’emprise d’un gourou.
Ou alors…
Ou alors, c’est métaphysique.
Je ne sais même pas ce que ça veut dire, ‘métaphysique’.
Il parle de la vie ou du destin ou un truc du genre.

Oh et puis merde ! Pas envie de me casser la nénette !
Je retourne cueillir des bananes, tiens.
Réponse #9 Ven 09 Oct 2009, 12:22
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
♪♪♫♫♪

He's a real Nowhere Man,
Sitting in his Nowhere Land,
Making all his nowhere plans
for nobody

Doesn't have a point of view,
Knows not where he's going to,
Isn't he a bit like you and me?

He's as blind as he can be,
Just sees what he wants to see,
Nowhere Man can you see me at all ?

Nowhere Man, don't worry,
Take your time, don't hurry,
Leave it all 'till somebody else
lends you a hand.


♪♫♪♪


Non, non, et non !
Ce dont il parle Lennon – je suis sûr que c’est lui ! – c’est d’un pauvre type tellement pris dans la banalité et la routine de sa petite vie bien rangée qu’il est incapable de voir plus loin.
Métro-boulot-dodo. Le tiercé perdant.
Incapable de voir que la vie ne se résume pas à ça.
Incapable de voir les autres autrement que par le prisme de sa propre futilité.
Incapable de voir que c’est en se détachant de tout ce qui construit sa petite vie de merde qu’il trouvera un sens à son existence.

Et moi là-dedans ?
Ce paumé, c’était moi.
Et maintenant ?
Réponse #10 Jeu 29 Oct 2009, 09:55
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Ne pas m’en faire.
Prendre le temps d’apprécier, ne plus me presser.
Et attendre que quelqu’un me tende la main.

Ne nous leurrons pas.
D’ici à ce que quelqu'un me vienne en aide, j'ai le temps de crever la bouche ouverte.

Mais bon, ma décision est prise.
Je dois oublier et repartir à zéro.
Oublier mon ancienne vie.
Oublier cette existence absurde.

Oublier.
Facile à dire.
Qui peut contrôler ses rêves ?
La nuit, mon passé me hante.
Parfois, il m’agresse même.
Il me ronge.

Cette nuit, pas moyen de fermer l’œil.
Du coup, j’ai pesé le pour et le contre de ma nouvelle vie.

Le plus étonnant, ce n'est pas ce que j'ai pu ranger dans la catégorie 'pour' ou 'contre', mais tout ce qui entrait dans les deux catégories en même temps.

Plus de télévision
Plus d’ordinateur
Plus de boulot
Plus personne à qui causer
Plus de réunion de famille
Plus de clopes
Plus de café
Plus de McDo
« Dernière édition: Mer 27 Jan 2010, 20:40 par Macfly »
Réponse #11 Jeu 05 Nov 2009, 16:12
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Je me demande depuis combien de temps je suis là.
Deux mois ? Trois ? Plus ?
C’est dingue ce que l’isolement peut agir sur la notion du temps.

Le temps, c’est un repère, une balise.
Un élément auquel se raccrocher.
Ce n’est pas une question d’heures et de minutes.
Simplement une question de structure.

Ou alors le temps fait partie de tout ce que je dois oublier.
Oublier et reconstruire

Je n’arrive pas à me faire à cette idée.
J’ai l’intime conviction que je ne peux pas perdre cette notion.
Je dois savoir.
Je me contrefiche royalement de savoir quelle heure il est.
Mais je dois savoir depuis combien de temps je suis là.

Dorénavant, je marquerai chaque matin d’un trait au silex sur un arbre.
Dorénavant, je noterai une date sur chaque page de ce journal.

A vue de nez, on doit être aux alentours du 5 novembre 2009.
Un jeudi si mes calculs sont bons.

Jeudi, le 5 novembre 2009
Réponse #12 Sam 12 Déc 2009, 21:07
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Le 12 décembre 2009

Plus d’un mois que je n’ai rien écrit.
Et pour cause, je me suis aventuré dans cette foutue jungle.

Mes pressentiments étaient largement fondés.
Il n’a pas fallu dix minutes pour qu’une panthère me tombe sur le dos.
Je ne sais toujours pas comment je lui ai échappé, mais je l'ai fait.

Mon épaule va mieux, je peux enfin tenir mon carnet.
Je peux enfin écrire.
C’est à peu près tout ce qu’il me reste.

Une chose est certaine,
Je ne remettrai plus jamais les pieds dans la jungle.

Je me sens aussi perdu qu’au premier jour sur cette île.
Je crois que j’en suis réduit à attendre un signe du destin.
« Dernière édition: Mer 27 Jan 2010, 20:41 par Macfly »
Réponse #13 Ven 15 Jan 2010, 11:56
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Le 15 janvier 2010

Aucun signe du destin en vue.
La vie continue.
Ou plutôt elle se traîne.
De bananes en bananes, d’arbres en arbres.
Je suis comme Tarzan.
Non, même pas.
Je suis un ersatz de Tarzan.
Même pas capable de pousser son cri.

En fait, je ressemblerais plus à Cheetah.
D’ailleurs, ma musculature est plus proche.


PS.
J’ai entendu un cri ce soir. Et je jurerais que ce n’était pas un animal. C’était humain. Et si c’est un être de chair et de sang qui a poussé ce cri, il était terrorisé. Comme je le suis depuis.
Bon sang, quand est-ce que ce cauchemar va se terminer ? Quand est-ce qu’il va sonner, ce putain de réveil ?
« Dernière édition: Mer 27 Jan 2010, 20:41 par Macfly »
Réponse #14 Mer 27 Jan 2010, 20:42
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Le 27 janvier 2010

Depuis l’autre soir, plus aucun cri.
Sur l'île en tout cas.
Car dans ma tête, il résonne comme un déchirement.

Depuis l’autre soir, une migraine atroce me tenaille.
Elle va et elle vient, par vagues déferlantes.
J’ai l’impression qu’on m’enfonce des aiguilles dans le cerveau.

Depuis l’autre soir, je me sens opprimé.
Je sens qu’on m’observe.
Je le sais.
Réponse #15 Ven 12 Fév 2010, 12:28
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Le 9 février 2010

Combien de temps ai-je déliré ?
Impossible à dire.
Combien de jours n’ai-je pas marqué sur mon arbre ?


C’est arrivé lentement, presque imperceptiblement.
Je n’ai pratiquement rien vu venir.
Au début je sentais juste sa présence.
Un regard tapi dans l’ombre, écrasant.
Un rôdeur, épiant mes moindres gestes.

Peu à peu, tous mes sens se sont embrouillés.
Sens dessus dessous.

Et puis, les hallucinations, les cauchemars.
Noirs et glacés.
Rouges et brûlants.
Mais toujours implacables.

Visions de tempêtes lugubres,
Tornades furieuses, fumantes et dévastatrices.
Visions d’animaux difformes,
Chimères vicieuses, voraces et cruelles.
Visions de charniers sous le sable,
Cadavres faméliques, sanguinolents et moqueurs.

Le soleil m’a brulé.
La mer m’a englouti.
La forêt m’a dévoré.


PS.
Est-ce réellement fini ?
Suis-je réellement sorti ?

Un crabe rubicond s'approche...
Aussi gros qu'une belette...
Ses mandibules démesurées suintent de bave...
Oh non, il me parle…

Non, ce n’est pas fini.
Je crois que je suis en train de perdre la raison.
Mais au fait, l’ai-je jamais possédée ?
Réponse #16 Lun 02 Août 2010, 15:31
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Le 25 mars 2010 (?)

Contrôle rétabli.
Du moins je crois.

J’ai totalement perdu la boussole.
Impossible de dire combien de temps.
Je viens d'émerger.
Je reprends contact avec la réalité.

Un tas d’ossements m’entourait au réveil.
Aurais-je mangé de la viande crue ?
Je suis blindé de griffures et d’écorchures.
Serais-je retourné dans la jungle ?

Soit.
Maintenant, j’ai repris conscience.
Tous les éléments sont à nouveau à leur place.
Les hallucinations ont disparu.
A part les crabes…
Mais bon, je reste positif.

Vous saviez que les crabes parlent ?
Réponse #17 Mer 04 Août 2010, 18:11
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Le 32 mars 2010

La vie reprend son cours.
Pêche, récolte de fruits, sieste.
Et beaucoup, beaucoup d’ennui.
J’attends.
Je ne sais pas trop quoi, mais j’attends.

Les journées n’en finissent pas,
Comme si le soleil repoussait sans cesse l’heure du coucher.
Le temps est bel et bien une notion subjective.

Les vagues s’écrasent toujours aussi mollement sur la plage.
Heure après heure, jour après jour.

Parfois, j’ai l’impression que la forêt gagne un peu de terrain sur le sable.
Quelques millimètres par jour, pas plus.
Mais j’ai l’impression que mon espace se réduit.
Un peu plus chaque matin.

L’espace et le temps…
L’espace-temps…
Tout ce qui me reste en somme.
« Dernière édition: Sam 04 Sep 2010, 12:50 par Macfly »
Réponse #18 Sam 04 Sep 2010, 12:52
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Le ?

Cette question du temps me hante !

Il ne s’écoule pas comme ailleurs.
Einstein aurait-il séjourné sur une île déserte ?

J’ai complètement perdu le fil.
On est en mars ? En juin ? En décembre ?
Comment savoir ?
Il n’y a même pas de saison ici…

J’ai donc décidé d’établir mon propre calendrier.
Mes repères à moi, rien qu’à moi.
Comme si je démarrais une nouvelle ère.

Je déclare donc solennellement ce jour
Comme étant un chassedi, jour de chasse.
Et si Orcus est le messager de la Mort,
Je proclame ce jour comme le premier d’orcembre,
Premier et dernier mois de l’année.

Chassedi, le 1er orcembre de l’An 1.
Réponse #19 Lun 06 Sep 2010, 10:08
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Fructidi, le 2 orcembre de l’An 1


Aujourd’hui, jour de cueillette.
Je ne récolte pas que des fruits,
Je cueille le jour présent.

Cette histoire de calendrier m’a fait un bien fou.
Je ne m’étais jamais senti aussi bien depuis mon arrivée.
J’ai franchi un cap, je le sens.

Tout a une saveur différente désormais.
Je me délecte de chaque fruit.
Je bois tous les parfums de la nature.
Je me gargarise du moindre rayon de soleil.
Même les bruits de l’île me ravissent les tympans.

Pour la première fois,
Je communie avec ma prison.
Je l’accepte.
Réponse #20 Mar 07 Sep 2010, 09:17
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Pectadi, le 3 orcembre de l’An 1


A la pêche aux moules, moules, moules…

Pectadi, jour de pêche.
Demain, jour de repos : Noctadi.
La semaine s’achève.

Cette île vaut tous les trois étoiles du monde.
Tant de couleurs, de goûts, de parfums.
Menu du chef ou à la carte,
Libre service.


Tout est clair maintenant.
Je sais qui m’observe et m’épie à longueur de journée :
Personne d’autre que moi-même.


♪♪♫♫♪

He's as blind as he can be,
Just sees what he wants to see,
Nowhere Man can you see me at all ?


♪♫♪♪


Maintenant je te vois !
Maintenant je ME vois !
Réponse #21 Jeu 09 Sep 2010, 12:37
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Noctadi, le 4 orcembre de l’An 1


Je me suis habitué aux hallucinations.
Par moments, mon cerveau délire.
Besoin de lâcher du lest probablement.

Deux gros crabes.
Toujours les mêmes.
Toujours au même endroit.

Ils m’observent.
Ils parlent de moi.
Je ne comprends rien à ce qu’ils disent,
Mais je suis certain que c’est de moi qu’ils causent.

***

P.S.

Le soleil était étrange aujourd’hui.
Plus froid, plus distant.
Comme s’il me faisait la gueule.

Le vent aussi a changé.
Plus indécis, plus lunatique.
Comme s’il voulait changer d’air.

Même la mer s’y est mise.
Plus farouche, plus rebelle.
Comme si elle voulait se faire la malle.
Réponse #22 Mar 14 Sep 2010, 10:54
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Chassedi, le 5 orcembre de l’An 1

Fructidi, le 6 orcembre de l’An 1

Pectadi, le 7 orcembre de l’An 1


Rien à signaler.
Pas le moindre événement.
Pas une seule pensée intéressante.
Même les crabes semblent partis.


Ma vie me fait parfois penser à un feuilleton de Derrick
Qui tournerait en boucle.
Director’s cut.
Réponse #23 Jeu 28 Oct 2010, 11:17
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Noctadi, le 12 orcembre de l’An 1


Je commence à m’oublier…

Je m’explique :

Des pans entiers de mon ancienne vie ont été effacés de ma mémoire.
Envolés, disparus.
Les détails se font plus flous.
Comme une vieille bande VHS usée par le temps.

Est-ce un passage obligé ?
Gommer pour mieux réécrire ?
Mais écrire quoi ?

J’ai peur.
Peur de ne plus pouvoir me souvenir.
Peur d’oublier le visage de ceux que j’ai aimés.
Peur d’oublier ces moments magiques.
Peur de n’avoir plus que cette foutue île dans le cerveau.
Peur de devenir purement animal.
Réponse #24 Mer 24 Nov 2010, 11:45
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Chassedi, le 21 orcembre de l’An 1


Ce matin, j’ai trouvé une bouteille vide sur la plage.
Du coup j’ai voulu lancer un message,
Une bouteille à la mer…

Que devais-je écrire ?

SOS ? Au secours ?
Je ne sais même pas où je suis !
J’ai oublié mon numéro de vol !
A quoi bon ?

De rage, j’ai jeté la bouteille.
Et je l’ai cassée contre un rocher.
Quel con…

***

Les crabes sont de retour.
Cette fois, ils s’adressent à moi.
Directement.
Finis les conciliabules.
Si seulement j’avais étudié la langue crabe à l’école…
Ils ont l’air d’avoir des choses intéressantes à dire.
Réponse #25 Mar 08 Fév 2011, 16:07
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Fructidi, le 32 orcembre de l’An 1


Je sens que je perds les pédales à nouveau.
C’est plus fort que moi.

Comme avec les psilos quand j’étais étudiant.
J’avais beau lutter, j’étais submergé.
Chaque fois que je pensais maîtriser,
Ça partait en vrille à nouveau.
La réalité se déformait.
Comme maintenant.

Je sais que les crabes ne parlent pas.
Je ne suis pas débile.
Et pourtant…

Je sais qu’il n’y a que moi sur cette île.
Que le rôdeur n’est que dans ma tête.
Et pourtant…
Réponse #26 Mar 15 Fév 2011, 15:51
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Pectadi, le 66 orcembre de l’An 1


Nouvelle absence prolongée.
Combien de temps ?
Une trentaine de jours si j’en crois les encoches sur l’arbre.
Qu’ai-je bien pu faire ?
Je suis couvert d’une couche de sable collant.
En dessous du sable, une espèce de croûte brunâtre…
On dirait du sang séché...

Merde, je deviens fou !
Et j’ai un de ces maux de tête !


PS.
Cette fois, c’est certain, je me suis encore trompé. Je ne suis pas seul. Il y a quelqu’un d’autre que moi sur cette île. Un être de chair et de sang, et pas un animal. Je l’ai aperçu filant entre deux buissons de la jungle. Il est grand, large d’épaule, légèrement vouté… et se déplace comme un félin.
Réponse #27 Mar 22 Fév 2011, 15:57
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Noctadi, le 68 orcembre de l’An 1


Tant de choses à raconter…
Tant de choses se sont passées…

Mais j’ai trop peur,
Il faut que je me terre.
Je ne veux pas finir comme eux.

J’écrirai quand je serai en sûreté.
Là, je déménage.
Tant pis pour mon arbre.
Tant pis pour les deux crabes.


PS.
J’ai élu domicile en haut d’un arbre, je n’ai pas trouvé mieux. Je n’ose plus faire de feu, de peur qu’Il me trouve. Si vous saviez ce que j’ai vu… mais comment dire l’indicible ? Aucun mot ne me paraît assez fort, assez réel pour décrire ce frisson d’horreur ? La nuit tombe, j’essayerai demain.
Réponse #28 Lun 07 Mar 2011, 16:40
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Chassedi, le 69 orcembre de l’An 1


Dire que je me croyais seul !
D’autres ont survécu !
Mais combien ?
Et combien en reste-t-il encore ?

J’ai vu l’homme !
Mais surtout, j’ai vu son repaire.

Par hasard, attiré par une étrange odeur,
J’ai avancé sans faire de bruit.
Au détour d’un buisson, j’ai découvert une petite clairière.
Et j’ai vu.

J’ai vu cet incroyable cimetière à ciel ouvert,
Ce magma d’ossements et de sang,
Ces immondes grappes de mouches,

J’ai vu les crânes, les fémurs et les thorax,
Des renards, des chiens aussi probablement,
Mais pas uniquement.

Je sais reconnaître un crâne humain entre mille.
Et ce que j’ai vu là,
N’était pas simiesque.
C’était humain, 100 % humain !

Je n’ai pas eu le temps de les compter.
L’homme a fait irruption.
Ou devrais-je dire l’animal ?
Il s’est assis près de son charnier puant,
A sucé quelques os,
Et a relevé la tête brusquement,
Humant l’air de gauche à droite,
Pour arrêter son regard fou dans ma direction.

Je ne savais pas que j’étais capable de courir si vite.
Réponse #29 Mar 08 Mar 2011, 13:35
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Fructidi, le 70 orcembre de l’An 1


Bon sang, mais c’est quoi cette histoire de dingue ?
Comme si ça ne suffisait pas de se crasher sur cette foutue île !
Non, il fallait en plus me coltiner un fou furieux cannibale !

Je me croyais dans un mauvais scénario d’Hollywood,
Et je me retrouve en plein film gore de série Z.

En attendant, je ne quitte pas cet arbre.
J’essaye de ne pas m’endormir.
Pour ne pas tomber,
Je me suis attaché au tronc avec une liane.

Mais je sais que je ne pourrai pas tenir longtemps.
Il faudra bien que je descende.
Mon estomac crie déjà famine.

Et puis, quoi ?
Combien de temps je vais vivre comme ça ?
Autant me livrer tout de suite !
Autant qu’il me bouffe,
Qu’on en finisse !

Ou alors, on inverse les rôles.
De proie, je deviens prédateur...
Réponse #30 Lun 04 Juil 2011, 22:21
Macfly
Inahoori
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 36


Qui m'aime me suive !



Journalisée
Fructidi, le 74 orcembre de l’An 1


Même pas capable de fabriquer un arc ou un lance-pierre.
Tout ce que j’ai, ce sont deux sagaies pas assez pointues pour tuer un pigeon.
Tu parles d’un prédateur !

Ma seule chance, c’est de l’avoir d’en haut,
En lui balançant des silex ou de grosses pierres.

Il faut que je retourne chercher des bananes,
J’ai trop faim, je n’en peux plus.
Mais la peur me paralyse.


PS.
J’ai fait un rêve étrange. Du haut de mon arbre, j’ai vu des gens marcher dans la jungle. Une petite dizaine, pas plus. Je savais qu’ils me cherchaient. Je savais qu’ils me voulaient du mal. Je me suis réveillé en sursaut au moment où je sautais de mon tronc sur un de ces types pour l’égorger. Quand il s’est retourné pour me voir lui tomber dessus, j’ai vu son visage. Ce visage, c’était le mien.

PS2
Dans ce rêve, les crabes sont revenus me parler, je m'en souviens maintenant. Le plus gros, le chef, m’a dit qu’il était John Lennon réincarné et qu’il avait un message important pour moi : Dream is over…
Réponse #31 Mer 02 Nov 2011, 19:53
Jacques_Jurion
Hors ligne Hors ligne


Messages: 1




Journalisée
Citer

De : Capitaine Jurion, Premier maître de la frégate Lafayette. 
À : Docteur Dupuis, hôpital des armées Ambroise Paré, La Rochelle.


Cher Dr Dupuis,

Vous trouverez ci-dessus le « journal » de l’un des deux survivants que nous avons recueillis suite au crash du Boeing d’Air France il y a treize mois. Mais je ne vous apprends probablement rien, la presse a déjà eu vent de l’existence de ces deux rescapés.

Je ne sais pas si ce document vous sera d’une quelconque utilité, mais sachez que nous ramenons un homme dangereux, psychiquement dérangé. N’ayant aucune qualification médicale, je n’oserais pas avancer le terme de schizophrénie, mais telle est mon intime conviction. Il passe d’un naturel apathique et apeuré à un tempérament ultra-violent, quasi-animal, en quelques secondes à peine.

Lorsque nous avons débarqué sur l’île, il a agressé deux de mes hommes en leur sautant dessus depuis un arbre. L’un d’eux est décédé, l’autre y a perdu trois doigts… arrachés avec les dents. Nous avons eu toutes les peines du monde à immobiliser le forcené.

L’autre rescapée, Mlle J.G., est en état de choc avancé mais visiblement saine d’esprit. Elle nous affirme que cet homme a tué la dizaine d’autres survivants qui avaient échappé au crash. Toujours d’après elle, il les aurait purement et simplement mangés. L’état de la dentition de l’individu et l’épaisse couche de sang séché qui lui recouvrait le corps corroborent les dires de Mlle J.G.

L’homme, dont nous ne connaissons pas le nom (lui-même semble totalement l’ignorer), a été maintenu aux fers en raison de ses accès de colère et de violence animale. Tout l’équipage n’attend qu’une seule chose : débarquer le passager le plus rapidement possible.

Vous présentant mes salutations distinguées,

Capitaine Jacques Jurion.
PS : Un détail qui n’en est peut-être pas un : dans des instants qui me semblent pourtant proches de la lucidité, l’homme affirme que ce serait John Lennon le coupable…


Honneur, Patrie, Valeur, Discipline
Pages: [1]   Haut de page
Imprimer
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP SMF 2.0 | SMF © 2011, Simple Machines XHTML 1.0 valide ! CSS valide !