Le jeu 650 km

650km : Le Forum
Mer 14 Nov 2018, 17:12 *
Bienvenue. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles:
News du 30/08/2018
Avis à tous les survivants!

Salut à tous, l'équipe de 650km à décider d vous laisser un peu plus de tps de jeu en retardant la fermeture de celui-ci pour une durée encore indéterminée suites à vos demandes
Nous vous souhaitons donc un bon jeu !

Échouez-vous avec nous dans notre nouveau canal discord dédié à 650km!
Cliquez sur le lien suivant et rejoignez-nous! https://discord.gg/SqxZ6HX


Une question sur le jeu ? Consultez le :
Merci de consulter les Règles du Forum avant toute participation.
Pages: [1]   Bas de page
Imprimer
Auteur Discussion: [Journal] Une île déserte qu'on m'avait dit.  (Lu 5767 fois)
Jeu 02 Juil 2009, 18:20
loveuse44
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 39



WWW
Journalisée
14 Avril 2010 - Dans l'avion - 10h38




Waw !

Il y avait un de ces bruits dans l'avion, les pauvres passagers devraient pas mal se souvenir de ce voyage avec la vingtaine d'élèves qui occupait presque toute la rangée du milieu.
Eh oui, pour cette année de 4ème, on avait le loisir de partir en Amérique, logé, nourri et voyage en avion compris

Je vais vous faire un rapide inventaire des importants de notre chère classe, les 405.
Dernière rangée, il y avait les mecs les plus canons de notre classe, Baptiste, toujours dehors à traîner, Simon, qui a déjà eu une vingtaines de copines d'un jour, Théo, assez sympa, a qu'il il ne faut pas chercher des poux, Thibault, célibataire de toujours, et Ludovic, Alexandre et Antoine, caractère stable mais épuisant à la longue.

Puis, il y avait les filles qui suivaient les gars comme des petits chiens (pathétique), Coraline, la blonde, Olympe, la garçonne Salomé, qui se mêle toujours de tout, Suzanne, la péteuse de câble, Laurine, toujours très mode, Charlotte, toujours à tripoter les affaires des autres et Alice, timide qui ne dit pas grand chose.

Et il y avait nous, pas les plus belles mais on se respectait bien au niveau des gars =D
C'est à dire Azalée, complètement folle mais bizarrement la meilleure amie d'Anaëlle, Julie, ma meilleure amie depuis la maternelle Anaëlle, calme et réfléchie Morgane, éternelle copine depuis la 5ème et moi, Manon.

On était tranquille et on avait pleins de places pour nous toutes.
C'était vraiment un scénario parfait, mais il y eu vite de l'action du style, des petites turbulences, puis les masques à oxygène qui tombent, super le voyage n'est-ce pas ?
« Dernière édition: Ven 03 Juil 2009, 13:47 par loveuse44 »
Karaho=>> loveuse44 niv25 / Shaolan=>> loveuse444 niv 7
Mon journal : Une île déserte qu'on m'avait dit
MAJ fréquentes et envoyé-moi votre avis par MP
Réponse #1 Jeu 02 Juil 2009, 22:31
loveuse44
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 39



WWW
Journalisée
14 avril 2010 – Le crash avant - 10h57


Je commençai à m'inquiéter mais vraiment sérieusement toute le monde pleurait et criait d'autres s'évanouissaient. Autour de moi tout était inquiétude et peur.
Il y avait deux hôtesse dans la partie centrale, une qui passait de passagers à un autre pour réajuster le masque ou pour rassurer et l'autre contrairement à sa collègue courait dans tous les sens en hurlant que c'était la fin du monde et qu'ont allait tous mourir au périr au fond de l'océan.
C'est tellement rassurant de la part d'une hôtesse. C'est sûrement une stagiaire pensais-je en rigolant même si ce n'était pas vraiment le bon moment.

Ma vue se troubla mais j'eus le tant de sentir l'avion piquer du nez et d'entendre quelques mots  du pilote « atterrissage d'urgence sur une terre non cartographiée ».
« Dernière édition: Ven 03 Juil 2009, 13:49 par loveuse44 »
Karaho=>> loveuse44 niv25 / Shaolan=>> loveuse444 niv 7
Mon journal : Une île déserte qu'on m'avait dit
MAJ fréquentes et envoyé-moi votre avis par MP
Réponse #2 Ven 03 Juil 2009, 09:33
loveuse44
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 39



WWW
Journalisée
14 avril 2010 – Après crash - 13h20

Mon cerveau commença à se réveiller puis se connecta à mon corps (hey, le corps on se réveille, oui ?) .Je sentis comme du sable chaud contre ma joue.
J’ouvre les yeux, du sable.
J’ouvre la bouche, beurk encore du sable.

Je me relevai à l’aide de mes bras et regardai autour de moi. Là par contre j’étais perplexe, que viens donc faire une plage dans un avion. Vite fait, je me fous une baffe. (Vous inquiéter donc pas comme ça, c’est naturel chez moi, je m’en mets tout le temps, une le matin, midi et soir et vous avez la pêche tout la journée…et la joue rouge aussi).J’avais entièrement zappé le crash. Les pleurs et les hurlements.
Pas très émotive, je commençais comme même à pleurer et je me remets une baffe (rien que pour le fun).
Allez ma vielle sois courageuse, pousse un bon cri et cherche des rescapées, tu ne dois pas être la seule me dis-je. (Avec ma chance habituelle, ça se pourrait bien)

Donc je pousse un beau cri de rage et de désespoir comme me l’a indiqué ma chère conscience et je regarde de nouveau autour de moi. Devant moi, il y a tout le milieu de l’avion, donc en gros toute ma classe. A ma droite, des montagnes d’où une fumée épaisse et noire en sort à priori l’avion a dû se casser en deux et une partie est dans la montagne.
Enfin en trois, parce que à perte de vue, dans la mer il y avait un amas de tôle mais il ne restait presque plus rien de la carcasse.

Après, un rapide état des lieux, je partis à la recherche d’éventuels survivants…ou d’éventuels cadavres…..
« Dernière édition: Ven 03 Juil 2009, 13:50 par loveuse44 »
Karaho=>> loveuse44 niv25 / Shaolan=>> loveuse444 niv 7
Mon journal : Une île déserte qu'on m'avait dit
MAJ fréquentes et envoyé-moi votre avis par MP
Réponse #3 Ven 03 Juil 2009, 13:43
loveuse44
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 39



WWW
Journalisée
14 avril 2010 - Recherche et Retrouvailles - 13h42

Je fis le tour de la carcasse carbonisée, et à l’est de la carcasse un corps reposait  dans l’eau.
Je courus vers il ou elle, je soulevais ce cadavre, et j’eus un haut-le-cœur.
Salomé.
Je ne l’avais jamais beaucoup aimé mais la tristesse m’envahit en pensant que je n’avais jamais essayé de mieux la connaître.
Je m’assis en regardant son corps qui flottait dans l’eau. La tête dans les genoux, je me mis à pleurer silencieusement pour la première fois de puis le crash.

Puis d’un coup, je tournai la tête, j’avais cru entendre mon prénom.
J’entends des voix ou il y a vraiment quelqu’un qui a crié mon nom ?
Je cours vers les cris que j’entends toujours.
C’était Thibault !
Thibault qui courait vers moi.
Thibault avec qui j’avais passé un camp avant la 6ème.
Thibault à qui j’avais demandé de sortir avec moi en 5ème.
Thibault avec qui je faisais que de flirter depuis la 4ème.
Thibault avec qui j’aimerais sortir en 3ème.
Thibault qui tombe en courant trop vite. (Ne pas rigoler)
Je me jette sur lui en criant si ça allait ou s’il s’était fait mal.

Petit passage dialogue :

  - Ouais, ouais, ça va et toi comment tu te sens t’a rien après le truc qui vient de nous arriver ?
  - Après le crash tu veux dire. (Ahlala les gros paumés)
  - Oui voilà. T’a trouvé quelqu’un ou pas ?
  - Euh, oui mais plus vraiment en très bonne santé.
  -  C’est qui ? Tu veux dire qu’il est blessé ou qu’il est mort ?
  - Mort. Salomé.
  - Oh non.


Sous le choc je poussai un sanglot et je me jetai dans ses bras. (Assez musclé d’ailleurs, c’est normal il joue au rugby)
« Dernière édition: Jeu 16 Juil 2009, 15:01 par loveuse44 »
Karaho=>> loveuse44 niv25 / Shaolan=>> loveuse444 niv 7
Mon journal : Une île déserte qu'on m'avait dit
MAJ fréquentes et envoyé-moi votre avis par MP
Réponse #4 Ven 03 Juil 2009, 23:41
loveuse44
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 39



WWW
Journalisée
14 avril 2010 – Après-midi macabre – 15h12

Pendant dix minutes nous restâmes blottis chacun dans les bras de l’autre, puis d’un avis commun, on alla faire une sépulture correcte à Salomé.
Arrivé devant elle, on la porta en brancard et on la déposa sur la plage plus en retrait du côté ouest.
Thibault commença à creuser un trou puis répugné par le cadavre, j’allai de suite l’aider.
On essaya de pas trop faire tomber le cadavre au fond puis on remit le sable par-dessus.
On voyait bien la forme arrondie de la tombe, alors pour améliorer la sépulture, je mis quelques coquillages autour et Thibault grava dans une pierre :
« Ici repose Salomé Richard
1996-2010 »


Une fois cette lourde tâche achevé, nous tournâmes les talons et on se dirigea vers la carcasse encore fumante. Et on vit un amas de tôle qui bougeait.
Alertés par ce mouvement, nous nous mîmes à courir.
Arrivés devant le tas de tôle, on entreprit d’en enlever le plus possible.
Rien que le spectacle m’épouvantait.
Je vis deux de mes meilleures amies Anaëlle et Azalée, baignant dans un bain de sang et aussi ma pire ennemie avec le bras en charpie, Coraline.
Anaëlle avait les yeux exorbités et la bouche ouverte, morte. Azalée quand a elle, du sang coulait de sa poitrine, des tonnes de sang…
Puis sa poitrine se souleva d’un geste brusque, puis plus rien, le sang ne coule plus, morte elle aussi.
Quand a Coraline, elle était couverte du sang d’Azalée, et son bras était pleins de morceaux de tôle, il ressemblait presque à un morceau de viande.

Avec Thibault, on aida Coraline à sortir de cet enfer personnel qu’elle a dû vivre et j’allais soigner son bras, vu que nous allons sûrement cohabiter mieux valait mettre nos différents de côtés.
Si nous étions ennemies, c’était pour raison bête et enfantine, tout simplement à cause d’un garçon. J’ai voulu sortir avec Théo et elle aussi, du coup, on s’est prit la tête du premier coup.
Et surtout, n’oubliez pas qu’elle sortit avec Thibault, mais à peine une heure, Thibault l’a plaquée parce qu’elle le dégoûtait.
Evidemment depuis elle l’aime encore et Thibault ne veux même plus la voir en peinture.
Et pour corser le tout, elle sait que j’ai encore des sentiments pour Thibault et qu’on se rapproche tous les jours de plus en plus.
Voilà à peu près toutes les raisons du pourquoi du comment nous nous détestons.

Nous allâmes creuser une tombe commune pour Anaëlle et Azalée, un « privilège pour ces deux meilleures amies de toujours.
Pendant ce temps Coraline alla voir la tombe de Salomé et y resta prostrée jusqu’à temps que nous achevions les tombes des filles.
Karaho=>> loveuse44 niv25 / Shaolan=>> loveuse444 niv 7
Mon journal : Une île déserte qu'on m'avait dit
MAJ fréquentes et envoyé-moi votre avis par MP
Réponse #5 Sam 04 Juil 2009, 15:49
loveuse44
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 39



WWW
Journalisée
14 avril 2010 – 17h53 – Organisation et campement

Nous allâmes faire un point de la situation, et que par conséquence, tous les ventres gargouillaient et tous étaient éreintés de fatigue par cette journée vraiment très éprouvante.

- Thibault, si on allait cueillir des fruits, pendant ce temps, elle va s’occuper du campement, aller va creuse le trou des chiotes toi.
Elle parla d’une voix mielleuse complètement ridicule, mais vraiment, y’en a, tsss.
  - De un, tu me parle pas comme ça la blondasse et de deux, je n’ai pas envie d’avoir un trou en remplacement de toilette dans le campement où on va devoir cohabiter un bon bout de temps.
On commençait déjà se crêper le chignon, alors imaginez ensemble 24h/24 et 7j/7, HORRIBLE !!
  - Eh les filles doucement, essayez de pas trop vous entretuez.
  - Moi, je veux bien faire une trêve tant qu’on restera sur cette île, mais après c’est à miss platiné de voir !
  - Je vais essayer, mais je ne vous promets rien.
  - Très bien, et maintenant, il faut qu’on s’organise.
  - Je vais avec Thibault ramasser de la nourriture !!
  - Eeeh, je l’avais dit avant toi ma p’tite ! (tu parle, j'suis pas si petite que ça)
  - Attendez moi je sais, vous allez  trouver de la nourriture et de l’eau potable, et quand à moi je m’occupe de faire un petit nid pour nous trois.
  - Bon okay, allez viens tu porteras la nourriture vu que tu ne peux pas faire grand-chose avec le morceau de bidoche que t’as à la place du bras.


On commença notre récolte du côté des montagnes à la lisière de la forêt (on n’osa pas s’y aventurer, les trouillardes qu’on est.)
Nous fîmes un léger repérage des lieux, puis de nouveau un problème se posa :
Comment tout porter ?
Pour résoudre ce dilemme, on longea les côtes pour chercher d’éventuels sacs, mais nous avions trouvés un égal.
Un vieux filet troué, preuve que quelqu’un vit ou a vécu sur cette île.
Après avoir arrangé le filet pour en faire un sac ou presque, on prit au passage sur la plage quelques coquillages et quand coraline s’occupait de courir après un gros homard qu’elle avait repéré, j’essayais tant bien que mal de grimper à ce *censuré* de palmier pour récolter les grosses noix de coco que j’avais repéré.
Au final, on avait une trentaine de coquillages, un homard, deux crabes, coraline qui avait mal aux doigts à cause des pinces des crabes, 7 noix de coco et moi qui avait mal aux fesses (à force de tomber de ce biiiip de palmier) et au crâne (trois noix de coco à suivre qui vous tombent dessus, je peux vous dire que ça fait mal).
Le « sac » était tellement lourd et plein de vivres qu’on devait le porter à deux et encore, on avait du mal.

On marchait d’une bonne allure là où on avait laissé Thibault, quand on entendit un « Eh les filles, j’suis là !! »
Thibault était juste en train de nous appeler, on était tellement fatigués, qu’on le laissa venir à nous, en plus il nous porta même notre sac.

  - J’ai fait un semblant de campement dans une clairière, juste à côté d’une source.
  -  Cool.
  - Ouais, trop.
  - Oh lala vous avez l’air carrément crevez vous, nan ?
  - Exact.
  - T’a raison, on mange et on dort direct, d’accord ?
  - Han han.


Après deux petites minutes de marches, on arriva sur ledit campement, ce n’était pas officiellement ce qu’on pourrait appeler un campement, mais il fallait reconnaître que Thibault avait bien bossé. Au milieu de la clairière, un abri assez long et large pour 3 recouvert de feuilles en tant que toit.
Tellement qu’on était fatigués, on mangea presque sans parler, puis nous allâmes directement nous coucher.

« Dernière édition: Jeu 16 Juil 2009, 15:02 par loveuse44 »
Karaho=>> loveuse44 niv25 / Shaolan=>> loveuse444 niv 7
Mon journal : Une île déserte qu'on m'avait dit
MAJ fréquentes et envoyé-moi votre avis par MP
Réponse #6 Jeu 16 Juil 2009, 14:33
loveuse44
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 39



WWW
Journalisée
15 avril 2010 – 10h26 – Au petit matin


J’ouvris les yeux et comme d’habitude je m’attendais à voir mon poster de Taylor Lautner, mais ce n’était pas le cas aujourd’hui et sûrement ainsi pendant quelque temps.
Je regardais à côté de moi, il y avait Coraline, que je devais me coltinée la cohabitation.
Elle était sur le ventre. Elle avait dû se retourner quand Thibault s’est levé (Y’a intérêt parce que s’il est se retourne et qu’elle se retrouve au-dessus de MON Thibault, ca va barder pour son matricule).
Je me relevais pour voir justement où était passé Thibault, il se révélait qu’il était assis, dos à moi.

Pfoou, qu’est qu’elle est dure cette terre, on va mettre des feuilles pour la nuit prochaine.
A côté de moi, Coraline respirait fort, autant dire qu’elle ronflait.
Rien que pour lui pourrir la vie, en me levant je ne fis mais, pas du tout exprès de lui foutre un coup de coude dans les côtes, même si j’aurais pu faire pire.

Je rampais hors de l’abri, car s’il était large, il n’était pas très haut.
Je regardais Thibault, il me semblait encore plus beau à la lueur de l’aube.
Je me relevais, car je m’étais figée à quatre pattes (je n’ai pas fini de me foutre la honte moi)
Il n’avait toujours pas remarquée ma présence donc je décidai de lui faire peur et en même temps d’être moins coincée avec lui.
Chose dite, chose faite, je lui collais une bise sonore sur la joue et vu que je m’y étais prise par derrière, c’était à peine si je dépassais la commissure de ses lèvres.
Il fut surpris mais ça ne devait pas le déranger tant que ça vu la façon dont il souriait.

On échangea de brèves paroles puis il me tendit une noix de coco fendue en deux.
Un peu septique sur les bords, je n’y avais jamais goûtée mais j’avais tellement faim, que je m’empressai d’y boire le lait de coco qu’elle contenait. Et franchement, ce lait était vraiment délicieux (moi qui avant n’avait jamais osée touchée au Bounty de ma mère).
Je n’en laissai pas une miette, enfin si la peau autour comme même (faut pas charrier non plus).

Quand j’eu fini mon délicieux mais modeste petit-déjeuner, je lui demandai comment avait t-il réussi à allumer le feu.

  - En fait avant, j’avais fait du scoutisme, mes parents m’avaient forcé à y aller. Là-bas, j’y aie tout appris, c’est pour ça que je suis si à l’aise dans la nature.

Au fur à mesure, il se mit à rougir de déballer ainsi son enfance.
Sentant son malaise, je changeai de sujet.

  - Hum, à part ça, tu as bien dormi cette nuit ? Parce que moi encore ça allait, mais j’ai bien sentit le sol quand je me suis relevée.
   - Il est un peu dur, je l’avoue mais j’ai plutôt passé une bonne nuit, en plus nous n’étions pas trop serrés.
  -  Ah oui, ça par contre, c’était bien niveau largeur, par contre il faut sortir de l’abri en rampant, ce n’est pas terrible comme même, ou autrement faudrait qu’on vieillisse, comme ça on va se tasser avec l’âge et il y aura plus de problèmes.

 
Quand j’eu fini ma tirade, il éclata de rire et moi-même je ne tardai plus en réalisant l’absurde de mes paroles.
Quand nous fûmes calmés de notre fou-rire, il y a eu, comment dire…un gros blanc…
Puis je réalisai qu’il faisait froid même si cette île avait tout l’air d’une île tropicale.
J’eu un frisson et je me recroquevillai sur moi-même.
Et franchement sur ce coup-là, je ne l’avais vraiment pas vu venir.
Il me prit dans ses bras (musclés *bave*) et me serra contre lui pour me réchauffer.
J’étais tellement ravie que je me laissai aller dans ses bras.
Je le regardais dans les yeux et j’examinai son visage.
Des yeux marron, (j’aime bien le marron), une peau mât et bronzée (j’adore les gars bronzé), et bon d’accord, Julie avait bien raison, il avait de sortes de trou dans la peau comme si il avait enfoncé un crayon dedans juste avant. A part ça, il lui restait encore du gel dans les cheveux mais moins qu’avant, ce qui le rendait encore plus séduisant. Et pour finir cette mini description, eh oui Julie a encore raison, c’est vrai, il a un gros nez.
On avait toujours les yeux dans les yeux et rien ne pouvait venir perturber cet instant magique.
J’aurai voulu rester là toute ma vie, tellement j’y étais bien.
Mais évidemment, il faut toujours quelque chose qui viennent nous déranger.

  - NAN MAIS JE REVE !! QU’EST-CE QUI TE DONNE LE DROIT D’ALLER DANS SES BRAS ESPECE DE SALE POUFFE ??!!!
« Dernière édition: Jeu 16 Juil 2009, 20:23 par loveuse44 »
Karaho=>> loveuse44 niv25 / Shaolan=>> loveuse444 niv 7
Mon journal : Une île déserte qu'on m'avait dit
MAJ fréquentes et envoyé-moi votre avis par MP
Réponse #7 Jeu 16 Juil 2009, 20:27
loveuse44
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 39



WWW
Journalisée
15 avril 2010 – 11h16 – Tempête et petites grandes merveilles


C’était Coraline qui venait de crier ainsi et elle ne semblait pas vraiment ravie que sa pire ennemie et l’élu de son cœur se retrouvent aussi proches…dans les deux sens du terme.
Elle se mit à tempêter et comme ont dit que ce qui se ressemble s’assemble, car des gros nuages noirs se sont rapprochées, signe annonciateur de pluie, autrement dit de tempête.
On se réfugia dans l’abri, voyant le beau feu de Thibault s’éteindre.
Et on a pu connaître (avec joie non modérée) que la terre était très humide et que l’eau rentrait dans l’abri par les cloisons.

Le mauvais temps passés, nous sortîmes tout engourdis de l’abri.

  -Bon, il faut qu’on se répartissent les tâches, vous deux, vous allez aller chercher des feuilles ou une couverture, n’importe quoi qui puissent rendre la nuit prochaine un peu plus confortable. Quant à moi, je me charge de vous bricoler un semblant de douche et en même temps de ramener de l’eau potable au camp.

Nous approuvâmes d’un geste de la tête.

En plein milieu du chemin entre le camp et le crash, Coraline nous fis un caprice.

  - Mais avec tous ça, j’ai rien mangé moi et j’ai faim !!
  - Pff, t’es chiante toi quand tu t’y mets.


Je cueillis un fruit rouge qui avait la forme d’une poire et lui tendis

  - Tiens mange ça et s’il te plaît, tais-toi !
  - Tu sais même si c’est comestible ce truc, si ça se trouve c’est du poison, tu te rends pas compte, c’est peut-être mortel
  - C’est surtout ce que j’espère…
  - Pardon ?
  - T’as très bien entendu, et tu sais si ce truc te plaît pas, et bien tu le mange pas et tu me fous la paix, MERCI !


Vu le ton que j’avais employé, elle préféra ne rien répliquer et mangea son fruit en silence.

Nous passâmes un bon bout de temps à chercher que quoi ramollir le sol, quand nous tombâmes sur une épave d’avion.
Bizarrement, nous ne trouvâmes aucun corps, mais cet avion se révélait riche en toutes sortes d’objets très utiles pour des survivants tels que nous.
En une heure, on trouva toutes sortes de choses qui tenait à peine dans le panier d’osier que nous venions de trouvées.

Voici un inventaire de toutes ces merveilles, à nos yeux bien sûr :
  - Une boîte de sachets de thé (pas terrible, mais les plantes qu’ils contiennent peuvent être médicinales).
  - Une boîte de pharmacie (qui contient l’équivalant d’une boîte entière de pansements, du désinfectant, des patches anti-brûlure, de la crème pour les boutons de moustiques, des tubes antipoison pour les guêpes et les serpents… (Pour nous si on se fait piquer, pas pour eux, on ne va pas se mettre à soigner les serpents, un tube d’aspirine, un sirop anti-toux, des rouleaux de bandage en tissus)
  - 2 barres de céréales (trouvés dans une boîte en plastique en parfait état de conservation).
  - Un gros savon de Marseille (il sent bon mais vraiment fort).
  - 3 bouteilles de thé glacé.
  - Une boîte d’allumettes (Thibault pourra plus facilement allumer son feu).
  - Un bidon d’essence (J’ai déjà une petite idée pour son utilisation, mais j’en parlerai à Thibault en rentrant).
  - Un boîte de croquettes pour chien (on n’a pas de chien, mais on réfléchit).
  - Un couteau belge (genre multifonctions, très utile d’après moi).
  - Une boite à outils (d’après moi, il devait y avoir quelqu’un qui travaille dans le bâtiment qui devait partir en voyage pour le boulot ; qui contient une scie à bois ou à métaux, on ne sait pas encore ; une pioche, un marteau, une masse, une scie à métaux, un ciseau à tôles)
  - Un bloc de papier blanc (maintenant il manque un stylo)
  - Evidemment, le panier en osier
  - Et enfin, ma précieuse couverture

Quand on a ramenée tout ça à Thibault, fier comme des paons (comment on dit paon au féminin ? une paonne, mouais…), lui-même, il avait sauté de joie, car il fallait l’avouer, ça allaient vraiment nous rendre la vie plus facile à vivre ou à survivre.
Nous mangeâmes le reste des coquillages, laissant l’homard pour ce soir.




« Dernière édition: Sam 18 Juil 2009, 13:48 par loveuse44 »
Karaho=>> loveuse44 niv25 / Shaolan=>> loveuse444 niv 7
Mon journal : Une île déserte qu'on m'avait dit
MAJ fréquentes et envoyé-moi votre avis par MP
Réponse #8 Sam 18 Juil 2009, 14:03
loveuse44
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 39



WWW
Journalisée
15 avril 2010 – 14h26 – Douches et Amélioration



Je me demandais toujours comment on allait sans sortir.
On finissait de manger, et moi, plongés dans une profonde réflexion, je n’écoutais même pas ce que mes compagnons d’infortune racontaient.

Puis, mon idée par rapport au bidon d’essence m’est revenue en tête, j’interrompis brusquement Coraline, qui se renfrogna en murmurant sûrement de belles gentillesses à mon égard.

  - Eh Thibault, tu sais, on a trouvé un bidon d’essence sur le site de crash, mais on sûrement pas l’utiliser pour allumer un p’tit feu de bon matin, sans vouloir te vexer, de toute façon, on t’a déniché une boîte d’allumettes, bref, avec le bidon, je pensais qu’on pourrait amasser un gros tas de bois et y jetés l’essence, mais pas ici à la côte…euh…enfin, j’veux dire sur la côte, la rive là.

J’avais dit ça quasiment sans respirer mais Thibault avait l’air d’apprécier mon idée.

  - Ouais…OUAIS, c’est une très bonne idée, si jamais un bateau ou un avion passe, il le remarquera forcément !

Au début de sa phrase, il avait commencé à crier, et j’eu légèrement peur qu’il dise ça sur ton septique mais quand un large sourire s’étala sur ses lèvres, je respirai un grand coup.

  - Parce qu’en fait, depuis qu’on est revenues, je faisais que d’y réfléchir.
  - Oui, ça se voyait, t’était silencieuse, ça change
  - Ouais moi aussi j’y pensais, je voulais t’en parler mais j'étais pas sûre que ça soit une bonne idée !


Depuis tout à l’heure, Coraline était muette de l’intérêt que me portai Thibault, et elle essaya de s’incruster avec un très mauvais résultat. Elle essayait de me piquer la vedette, avec un succès modéré, en gros, elle est jalouse !
Thibault l’a regardait d’un œil mauvais. Elle rougit de honte que son stupide plan ait tellement foiré. Je ricanais sadiquement.


Le programme du reste de la journée était déjà décidé, il était dans les 15h00 et on commença à améliorer le campement avec nos trouvailles.
Chacun avait prévu son petit quelque chose, moi je m’occupai d’aller chercher des feuilles de palmier, Coraline irait chercher des réserves de fruits aux alentours du campement (pas trop loin non plus pour pouvoir nous surveiller, d’un œil mauvais bien entendu, car notre amitié s’intensifiait de plus en plus vite avec Thibault), quant à Thibault, il s’occupait d’agrandir notre abri en largeur et en largeur, et vu que maintenant il avait des outils, ils pourrait plus sérieusement si mettre.

Avant qu’on s’attelle à nos besognes, Thibault avait tenu à expliquer le plan de la douche qu’il avait fait en notre absence.
En gros deux planches deux bois parallèles et une plus courte qui s’ouvre et se ferme pour un minimum d’intimité, mais tout ce qu’il lui faudrait ce serait des sortes de tuyaux pour faire écouler l’eau de la source à quelques mètres, jusqu’à la douche.
Il avait déjà planté les parois en bois de la douche dans le sol, mais il préféra d’abord modifier la structure de l’abri pour que je puisse installer ma chère et précieuse couverture.

Coraline commença à ramasser des sortes de bananes vertes vive, tout en sifflotant gaiement.
Au bout d’une bonne demi-heure, je ramenais un panier plein de tôles que je fus chargé de taillé en pointes grâce au couteau-suisse et du ciseau à tôles, mon matelas allait devoir attendre, de toute façon, notre abri était en plein chantier.
Au fur à mesure que je tallais les pointes en tôle, Thibault avançait dans son « œuvre ».
Il remplaça le modeste toit de feuilles par un toit de bois plus solide.
Coraline ayant ramené une bonne réserve de fruits avait dépouillé le panier de mes tôles qui était aussitôt repartie remplir ma tâche, c'est-à-dire de ramener des feuilles pour l’abri, était maintenant de retour et était assez chargé.

Intrigués, Thibault et moi, nous nous jetâmes tels des hyènes affamées.

  - C’est quoi tes bouts de bois là ?
  - Chacun son tour de faire ses preuves ma cocotte !


Elle avait le sourire aux lèvres, je me demandai quel coup bas elle allait encore me mettre.

  - En fait, j’ai préféré prendre des plus grandes feuilles pour l’abri et l’arbre sur lesquelles je les prenais avait des branches très bizarres, en fait ces branches sont creuses, comme des tuyaux !

Elle passa une branche à Thibault qui l’examina.

  - C’est super, c’est exactement ce que je cherche ! On va aller voir cet arbre et cette fois-ci, j’emmènerai la scie. Et…euh…Manon, tiens, toi tu fini de tailler les pointes et tu fais le matelas de feuilles et tu mets la couverture par-dessus.
  - Ouais, c’est bon, je sais ce que j’ai à faire.


Il fronça les sourcils. J’avais dit ça d’une façon assez agressive qui avait dû le perturber.
Coraline quand à elle avait bien pris sa revanche de ce midi. Elle jubilait en me voyant rouge de colère. Je la fusillai du regard, puis ils partirent et je continuai de tailler les clous.

  - Quelle cruche cette fille !!

Coup violent de ciseau à tôles

  - « Chacun son tour de faire ses preuves ma cocotte » l’imitais-je avec une voie de fausset.

Coup de ciseaux encore plus violent.

  - Elle a gagné une bataille, mais pas la guerre, il faut que je trouve quelque chose à faire pour faire plaisir à Thibault.

Pendant que j’échafaudai un plan  sûrement machiavélique, je commençai à mettre les feuilles dans l’abri, qui ressemblait plus maintenant à une grande cabane, car on pouvait presque se tenir debout et on avait de la place pour ranger les affaires.
Mon esprit eu un tilt, j’eu une idée pour reconquérir Thibault.
J’allais finir le toit de la cabane et faire des rangements dans la cabane et dans la douche.

Quand j’eu fini le matelas, je fini le toit de la cabane, et manqua de tomber à plusieurs reprises, douée comme j’étais.

Je reculais pour voir l’étendu de mes…dégâts sur al cabane…
En fait ça allait, je ne l’avais pas trop défiguré et Thibault serait content, il aurait plus qu’à relier la douche et la source.

En parlant de douche, j’avais fait des bouts de tissus qui ressemblent à des gants.
Je n’ai jamais été très bonne en couture, et c’est bien pour ça que mon doigt ressemblait à bout de gomme maintenant.
Pour ce faire, j’avais tout simplement transformé une pointe en tôle…en aiguille en tôle et auparavant, j’avais enlevé plusieurs fils de la couverture qui pendouillait et j’avais coupé un morceau de la couverture qui se révélait légèrement trop grande.
Et voici le résultat, un doigt en compote de poire, un gant très réussi, un autre qui ressemblait à peu près à un gant et un dernier, qui était à l’évidence très mal fait.
Je posai vite fait une planche de bois qu’on avait en trop sur une paroi de la douche et j’y posai le savon et les gants, ça faisait vraiment quelque chose de moins médiocre qu’avant.

Quand ils arrivèrent avec les branches creuses, j’étais dans l’abri en train de fixer deux étagères de plus pour faire du rangement.
Je sortis de l’abri et je les vis tout les deux, les yeux ronds en voyant le toit.
Coraline serra les dents et me regarda méchamment et Thibault eu LA réaction que j’attendais, il me serra dans ses bras et me dit :

  - Oh t’es vraiment une super nana toi, je t’adore.

Il se serra encore plus contre moi, quand il vit les petites améliorations dans la douche.
Et franchement, si on aurait été dans un cartoon, la tête de Coraline aurait explosé tellement elle était rouge de colère, et si des yeux pouvait tuer, je serais sûrement morte six fois.

  - Bon, les filles, je m’occupe des tuyaux, Coraline, tu peux me faire une planche de bois pour mettre dans le fond de la douche et une autre au sol.
  - Bien sûr, j’vais te faire ça mon p’tit chéri.


Je manquais d’éclater de rire quand j’entendu Thibault déglutir à côté de moi.

  - Et moi je finis mes rangements dans l’abri.
  - Okay, on fait comme ça, on essaye de finir en priorité la douche pour pouvoir se laver ce soir.


Tout le monde commença à travailler en silence, tels des fourmis ouvrières.
Au bout de dix minutes, j’eu fini mes étagères et commença à ranger nos p’tites affaires.
Sur la première étagère, je rangeai la boîte de sachets de thé, les barres de céréales et les bouteilles de thé glacé et la boîte à pharmacie.
Sur la seconde qui était plus épaisse, donc plus solide, je mis le bidon d’essence et la boîte d’allumettes, ainsi que le couteau suisse. La boîte à outils qui sert pour l’instant pour la douche aura aussi sa place sur l’étagère. J’y rangeai aussi le bloc de feuilles et les croquettes pour chiens.

J’allai leur annoncer que j’avais fini.

  - De toute façon, on a presque fini, tu peux aller faire un feu, on te rejoint.


Karaho=>> loveuse44 niv25 / Shaolan=>> loveuse444 niv 7
Mon journal : Une île déserte qu'on m'avait dit
MAJ fréquentes et envoyé-moi votre avis par MP
Réponse #9 Mar 21 Juil 2009, 22:36
loveuse44
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 39



WWW
Journalisée
15 avril 2010 – 18h29 – Feu et disputes incandescentes

Quand Thibault vint me rejoindre, j’étais en train de me battre avec les allumettes.
Il pouffa de rire en se moquant gentiment de moi.

  - Oh ca va, je n’ai pas fait de scoutisme moi ! Dis-je rageuse en jetant par terre la boîte d’allumettes.
  - Tu sais y’a pas besoin d’avoir fait un camp de scout pour savoir craquer une allumette.


Et sur ces paroles, il en craqua une d’un seul geste, alors que moi j’avais sûrement dû en gâcher une bonne dizaine à force de m’exciter dessus.

  - Attends, je vais te montrer.

Il se plaça derrière moi, prit ma main dans la sienne. Il me souffla dans le creux de l’oreille.

  - Il faut prendre l’allumette correctement, tu la place sur ton auriculaire, comme ceci.

D’un geste vif, tout en gardant sa main sur la mienne, il fit frotter l’allumette contre la boîte et la fit jeter dans le feu.

  - Tu vois, c’est tout simple, me dit-il toujours en murmurant dans mon oreille.
  - A mon tour de te montrer quelque chose !


Vive comme l’éclair, je pivotai pour me retrouver face à lui et plaqua mes lèvres contre les siennes.
Surpris, mais pas pour autant désarçonner, il répondit avec beaucoup de tendresse à ce baiser.

Et évidemment, qui c’est qui débarque pour bien casser l’ambiance…Miss platinée en personne…

  - Hum, hum…je vous dérange peut-être ?

Nous nous décollâmes l’un de l’autre, se préparant à recevoir les foudres de Coraline.
D’un pas décidé, elle se plaça devant moi et me fixa sans ciller et me colla une beigne retentissante.
Comme dans les films, j’étais en train de me tenir la joue comme une idiote. Franchement, je n’aurais jamais pensé qu’elle m’en aurait foutu une, je ne l’avais vraiment pas vu venir celle-là !
Et coraline non plus ne l’avait pas vu venir la baffe que Thibault lui colla à son tour sur la joue.
En bégayant, elle le regarda avec des yeux de cocker.

  - Mais Titi chéri…pourquoi t’a fait ça, je, suis ta préférée !
  - Eh doucement avec tes titi chéri toi là !
  - Bon sang, les filles calmez-vous ! Coraline, tu m’appelle encore une fois comme ça et je te renvoie chez toi avec un bon coup de pied bien placé !


Le retour des yeux de cocker…
Sur coup de tête, elle partit en pleurant, s’enfonçant dans la forêt.

  - Elle va revenir…enfin je crois.
  - Oui, bon, on mange et on va faire ce feu, là avec le pétrole.


On mangea les deux crabes à la place du homard prévu, l’ambiance n’y était pas vraiment.

Arrivé sur la plage, on entassa un tas de bois qui provenait d’une épave de bateau non-loin de là.
Thibault jeta de l’essence sur le bois et je j’y jetai une allumette enflammée.
L’effet fut immédiat, une colonne de feu s’éleva dans le ciel pour finir d’une taille à peu près normale.

Assis dans le sable, entrelacés, derrière nous la chaleur réconfortante du feu (ou de Thibault).
Nous ne parlions pas, on se contentait d’être ensemble.
D’un accord commun, on passa la nuit sur la plage.

Et sur cette ambiance mélancolique s’acheva cette journée mouvementée…

Coraline qui pleurait, la tête dans les genoux contre un arbre…

Nous deux, chacun dans les bras l’un de l’autre, essayant de dormir par cette nuit froide malgré le bûcher qui fumait derrière nous…
Karaho=>> loveuse44 niv25 / Shaolan=>> loveuse444 niv 7
Mon journal : Une île déserte qu'on m'avait dit
MAJ fréquentes et envoyé-moi votre avis par MP
Réponse #10 Mer 22 Juil 2009, 20:29
loveuse44
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 39



WWW
Journalisée
18 avril 2010 – 14h32 – Journée placée sous le signe du poisson

On avait passé deux jours sans aucune nouvelle de Coraline. On ne s’inquiétait pas tant que ça le premier jour, mais maintenant, cela faisait un peu plus de deux heures qu’on la cherchait à travers toute la forêt.

Une fois de plus, de retour au campement bredouille, où Coraline y laissait une place vide.

On mangea une fois de plus…des fruits…
Depuis presque 2 ou 3 jours, on ne mangeait que ça.

Dans l’après-midi, nous étions partis en quête de…fruits.

  - Eh Thibault, pour changer si on essayait de chasser des animaux ou de pêcher des poissons ? Parce que là les fruits, ça va bien 5 minutes !
  - C’est vrai qu’à la longue ça devient indigeste.je vote pour les poissons ça sera plus facile à capturer, parce qu’au niveau de la chasse, je ne suis pas très renseigné…
  - Donc c’est okay pour la poiscaille, enfin un peu de changement dans le menu !
  - Moi, je veux bien, mais comment on va en attraper ?
  - Bah avec les mains !


Il eut un petit rire nerveux.

  - T’es marrante comme fille toi, avec les mains, tu va essayer, moi je vais me construire une sorte de lance, je sais pas comment on dit, une arme de jet, nan, j’ai trouvé le mot exact, je vais me tailler un semblant d’harpon

Sur ces mots, Thibault commença par couper un jeune arbre, qu’il raccourcit légèrement et le tailla en pointe.

Peu de temps après, nous nous rendîmes sur une partie de plage isolée, là où les poissons n’étaient pas trop effrayés des autres bêtes.

Deux ou trois essais non concluants réussirent à nous persuader que nos différentes techniques en solo n’étaient pas la meilleure.
Le truc, en fait, c’est que moi je poussais les poissons vers l’endroit où était posté Thibault et il visait (essayait du moins) de viser les plus lents.

Cette méthode se révélait plutôt concluantes avec les trois poissons de tailles moyennes et plusieurs petits que nous avons ramené au camp.

Cette journée était sûrement sous le signe du poisson…
Karaho=>> loveuse44 niv25 / Shaolan=>> loveuse444 niv 7
Mon journal : Une île déserte qu'on m'avait dit
MAJ fréquentes et envoyé-moi votre avis par MP
Réponse #11 Mer 22 Juil 2009, 22:21
loveuse44
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 39



WWW
Journalisée
23 avril 2010 – 15h23 – Aujourd’hui, on cartographie !

Nous étions en pleine jungle, étape d’aujourd’hui, réaliser une carte de l’île pour se repérer et surtout pour faciliter les recherches, car Coraline n’avait toujours pas voulu pointés le bout de son nez.

Thibault se lamentait :

  - Je n’aurais jamais dû la frapper !! Elle doit mourir de faim !

Moi, toujours avec humour, je le « réconfortais » :

  - T’inquiète pas si elle, elle a faim, ce qui serait bête, ça serait que les loups et les lions aurait une petite envie de blonde…

Donc pour les jours futurs, on décida de faire une carte de cette île et d’en faire le tour :
Imaginez, tôt le matin, Thibault me réveille brusquement, en criant presque :

  - Allez lève-toi, la journée est chargée aujourd’hui !
  - Roooooooohh, il est trop tôt…


Mais, que le soleil ne soit à peine levé, Thibault s’en moquait bien et me força à me lever.
Après des bananes et des pommes en tant que petit-déjeuner, Thibault prit emmena le bloc de feuilles, vu que la carte sera sûrement sur plusieurs feuilles.

  - Mais, à ce que je sache, on n’a toujours pas de crayon pour écrire ?
  - Eh bien, tu ne le savais pas alors, parce qu’hier matin, quand tu faisais une fois de plus la marmotte d’hiver, j’ai trouvé une valise de femme. D’ailleurs, ce qu’elle contenait devrait bien t’intéresser.


Il me la tendit et ô merveille, tout ce qu’une femme a besoin pour elle.
Un rasoir féminin (pas question de se laisser aller, non mais), des serviettes (je n’y avais même pas pensé à ça), des vêtements et surtout des sous-vêtements, donc le Bic en question, un paquet de mouchoirs, du maquillage, un petit miroir et tant d’autres choses.

Je sautai au coup de Thibault.

  - Merci, dis-je tout simplement.

Avec du scotch (trouvé dans une autre de valise, dis donc, il m’en cache des choses), il scotcha six feuilles de papier et sur la quatrième, il dessina rapidement une petite maison, représentant le campement, et dessina à sa gauche un sorte de rocher d’où coulait de l’eau, la source.

On longea la côte par le sud et on finit par arriver aux montagnes (les trucs pointus sur la sixième feuille), puis il symbolisa notre crash par un morceau d’avion, un bateau pirate délabré et plus haut, il dessina les collines (trucs ronds sur la 5ième feuille), 4ième feuille, la forêt et sur la rive, le bateau complètement hors service.

Sur la 1ère feuille, c’est…vide, une grande plaine, mais le plus important des ruines incas, mais on s’y aventurera un autre jour, hein Thibault…
2ième et 4ième feuille, le second crash et un désert aride.

Le soir, au coin du feu, on cherchait un nom pour l’île, la carte sous les yeux, mais en manque d’imagination, on s’endormit enlacés sur le sol rude.
Karaho=>> loveuse44 niv25 / Shaolan=>> loveuse444 niv 7
Mon journal : Une île déserte qu'on m'avait dit
MAJ fréquentes et envoyé-moi votre avis par MP
Réponse #12 Mer 29 Juil 2009, 15:22
loveuse44
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 39



WWW
Journalisée
27 avril 2010 – 15h16 – Un grizzly ? … hum, peut-être…

  - Tiens ?
Pourquoi je n’arrive pas à ouvrir les yeux aujourd’hui ?
Et normalement, quand on a les yeux fermés, c’est le noir complet ?!!
Alors que là, j’ai l’impression qu’on m’a mit une lampe sous les yeux y’a 4 secondes…

  - Si ça se trouve…j’suis morte…
C’est sûrement Coraline qu’à dû revenir au camp et vu qu’elle ne m’aime pas, elle m’a trucidé !Bof…c’est pas très lucide tout ça…remarque, je le suis pas non plus !

  - C’est mauvais signe, je commence à rigoler toute seule, ça veut dire que je commence à être complètement chtarbé.

  - Nan sérieusement, je ne peux pas être morte, je m’en souviendrais, d’ailleurs, je me souviens même pas de m’être levée aujourd’hui !


Et tout me revint :

« …Les armes de la veille…la partie de chasse…le lapin…l’omelette…les aigles…le grizzly…moi, qui m’accroche désespérément au cou de Thibault... »

*Gros blanc*

  - C’est…ce n’est pas…po-possible…je ne veux pas mourir !!
Je veux me marier… et avoir au moins 17 gosses !!
J’suis trop jeune pour mourir !! M*rde alors !


Une fois mon délire passé, je me mise à carburer à toutes vitesses :

  - Je suis peut-être dans un demi-sommeil, très profond, entre la vie et la mort ! Comment ça s’appelle déjà ? L’autre jour, Thibault m’a dit quelque chose du même genre. Il m’a dit quoi déjà ?

Dix secondes d'intense réflexions plus tard :

  - Ah je sais, je suis dans le coma ! Enfin je crois…Bon *positif*, essayons de se  rappeler comment j’ai pu bien tomber dans le coma.


* Flash Back *

Depuis hier, on commençait à parler de chasser des animaux et de se confectionner des armes.
Thibault avait fixé une pointe de fer à son harpon et je m’étais rapidement fabriqué une...hache (c’est pour lui donner un nom, c’est une branche avec un caillou au bout).

Dans les collines, après maintes et vaines tentatives et humiliation devant les lapins qui se marrait dans les fourrés, on réussi à choper un choper un lapin plutôt grassouillet.

Vu qu’on était en  mode *killeur*, Thibault voulu aller chercher des œufs d’aigles dans des nids d’aigles qu’il avait déjà repéré auparavant.

Manque de pot, arrivés dans ledit nid, à peine Thibault avait empoigné l’œuf qu’une bourrasque de vent nous secoua.

A l’évidence, papa et maman sont rentrés plus tôt que prévu et sont de première vue pas contents du tout.
Ils nous regardaient d’un œil méchant.

Thibault me serra le poignet et se mit à courir m’entrainant dans son sillage.

A bout de souffle, les aigles lassés, nous nous arrêtâmes devant une grotte.

  - Eh ! Faut avouer…pas mal l’antivol, la prochaine fois, on leur demandera où ils l’ont acheté !

Il me regarda d’un œil torve, signe qu’il fallait que je me la ferme.

Mais, pendant que nous reprenions notre souffle, une ombre menaçante pointa derrière nous.
L’idée que la grotte pouvait être habitée ne nous avait même pas effleurés.
Elle l’était belle à bien quand nous nous retourna et que nous vîmes le gros nounours pas du tout gentil à l’évidence très irrité qui grognait furieusement derrière nous.

Ecumant de rage, il leva ses grosses pattes poilues et frappa Thibault à l’épaule. Telle une poupée de chiffon, il voltigea à plusieurs mètres.
Je poussai un cri déchirant et bondit jusqu’à lui.

Mon cri ne parut pas effrayé le monstre qui se préparait de nouveau à attaquer, avec moi dans le viseur.

Les larmes aux yeux, je m’accrochai au cou de Thibault, essayant de faire compresse à son hémorragie.
Le monstre voulu me donner un coup de pattes mais j’esquivai, et avec ma chance, dans mon élan, ma tête heurta durement les pierres derrière moi.


* Fin du Flash Back *

*Gros blanc* (c’est la saison en ce moment je crois)

  - Oh mon dieu ! Thibault !

C’est à ce moment-là que je décidai qu’il fallait que je me réveille…pour Thibault !

  - Eh ! Elle se réveille ! Vite Venez par ici !
« Dernière édition: Lun 03 Août 2009, 18:43 par loveuse44 »
Karaho=>> loveuse44 niv25 / Shaolan=>> loveuse444 niv 7
Mon journal : Une île déserte qu'on m'avait dit
MAJ fréquentes et envoyé-moi votre avis par MP
Pages: [1]   Haut de page
Imprimer
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP SMF 2.0 | SMF © 2011, Simple Machines XHTML 1.0 valide ! CSS valide !