Le jeu 650 km

650km : Le Forum
Mer 19 Sep 2018, 20:53 *
Bienvenue. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles:
News du 30/08/2018
Avis à tous les survivants!

Salut à tous, l'équipe de 650km à décider d vous laisser un peu plus de tps de jeu en retardant la fermeture de celui-ci pour une durée encore indéterminée suites à vos demandes
Nous vous souhaitons donc un bon jeu !

Échouez-vous avec nous dans notre nouveau canal discord dédié à 650km!
Cliquez sur le lien suivant et rejoignez-nous! https://discord.gg/SqxZ6HX


Une question sur le jeu ? Consultez le :
Merci de consulter les Règles du Forum avant toute participation.
Pages: [1] 2 3 4   Bas de page
Imprimer
Auteur Discussion: [Journal] Mais pourquoi j'ai pris l'avion?  (Lu 59333 fois)
Dim 05 Juil 2009, 20:10
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
Jour -3.

   Titi tiii ... Titi tiii ...

   Tiens, mon téléphone qui sonne. C'est Philippe, mon copain chasseur de dinosaures. Il a du faire une trouvaille intéressante.
   En fait, il a besoin de mes services. Un de ses clients, un riche exentrique, vient d'acquérir un fossile d'insecte pris dans un bloc de bitume de Marecopa, et désire le faire extraire. Opération très délicate et peu commune que j'ai déjà effectué par le passé. Philippe a donc immédiatement pensé à moi. Son client est d'accord pour payer tous les frais plus une compensation pour le travail, qui devrait prendre tout de même quelques heures. Après une courte négotiation, je me laisse convaincre. Après tout, ça me sortirait de ma routine.

Jour J

   Je prends donc quelques affaires et mes outils dans un sac, et direction Marseille pour prendre l'avion. J'aurais pu prendre le train chez moi, à Orange, mais les syndicats de la SNCF avaient encore lancé un préavis de grève: il avait été annoncé que les agents de la SNCF, lors de leurs voyages personnels en train, n'auraient plus droit qu' à un seul sandwich SNCF gratuit au lieu de deux, d'où leur colère!
   Enfin, vu que tous les frais me sont payés ... vive l'avion en première classe! En plus, je n'ai jamais pris l'avion (à part quand j'étais enfant, dans un manège de la fête foraine de mon village, mais je ne pense pas que ça compte).

   Sympa ces hotesses d'accueil, je me serais perdu dans cet aéroport sinon. Me voila instalé dans l'avion, direction Paris. Je suis tout excité par ce voyage, et je compte bien profiter du supplément hublot que je me suis offert, vu que ce n'est pas moi qui paie. Ca doit valloir le coup d'oiel. Ca y est, on décolle, avec moi le nez collé au hublot. Mon appareil photo! Comme toujours, je suis parti en l'oubliant! Tant pis, pas de photos aériennes. la première excitation passée, je me plonge dans ma revue, levant les yeux de temps en temps pour admirer les nuages par le hublot. Pas de chance, avec ce temps couvert, la visibilité est réduite. Impossible de voir le sol. Dommage ...
« Dernière édition: Mer 29 Juin 2011, 10:01 par Lline »
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #1 Lun 06 Juil 2009, 16:14
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   J'ai fini de lire mon article. Intéressant cette étude de l'influence du réchauffement climatique sur la migration des bigorneaux d'eau douce. Je relève la tête et regarde nonchalamment par le hublot. Le temps s'est dégagé, le soleil brille. J'en profite pour admirer la mer qui s'étend à perte de vue sous l'avion. Je me sens serein. Pourtant, je ressens une sorte de malaise non défini monter en moi. Par précaution, je saisis un certain sac mis à notre disposition, mais ce n'était pas ça. Un doute venait de s'installer dans mon esprit dans mon esprit, mais quoi?

   La MER !!!!

   Depuis quand survole t'on la mer pour aller de Marseille à Paris? Je regarde à nouveau par le hublot. j'ai du mal à apercevoir quelque chose par cette nuit noire.

   NUIT NOIRE?

   Mais à l'instant il faisait jour!
   Quelques sièges devant moi, une femme hurle. Je tourne la tête pour voir ce qu'il passe, mais je ne vois que la pleine lune droit devant. Où est passé l'avant de l'appareil?
   Réflexe: je saisis ma ceinture et je m'attache à mon siège. Je tourne la tête pour regarder à travers le hublot. Il n'y a plus de hublot! Je me retourne vers mon voisin. Il n'y a plus de voisin! Il n'y a même plus d'avion! Il n'y a plus que mon siège, avec moi dessus.

   Tiens, par contre, il y a un arbre. Droit devant ...
« Dernière édition: Lun 06 Juil 2009, 16:19 par orangevg »
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #2 Mar 07 Juil 2009, 18:30
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
Jour J+1

 Aïe! Aïe aïe aïe! J'ai mal! C'est vrai, j'ai mal partout! Je me relève, puis retombe aussitot assis. La tête me tourne, j'ai faim, j'ai soif, et surtout j'ai mal partout.

   Je regarde autour de moi et je réalise où je me trouve. Sur un sol couvert d'herbes, à l'ombre de cocotiers. A mon avis, je ne suis pas à Paris, et encore moins dans l'avion. D'aileurs, il est où, l'avion? Il y a quelques débris autour de moi, principalement ceux de mon siège qui s'est fracassé contre un arbre. Je m'allonge de tout mon long en réalisant ce qui s'est passé. Encore un crash aérien. Et non seulement j''en faisais partie, mais en plus je m'en suis tiré vivant. Vivant! on peut dire que c'est mon jour de chance (enfin, si on peut dire!). Apparemment, je n'ai que des contusions et des égratinures. Je me remet debout, ça a l'air d'aller.

   Tiens, un pied de vigne! Etrange de trouver ça ici. Mais en tout cas, il y a du raisin dessus. Voila de quoi calmer ma faim et ma soif. Ca me rappelle quand je faisais les vendanges et qu'il arrivait à l'un d'entre nous de se couper avec un sécateur. On écrasait du raisin bien mur sur la coupure pour désinfecter avec le sucre contenu dans le jus. J'applique donc consciencieusement cette méthode là où j'en ai besoin. Par contre, le raisin encore vert est excellent pour se laver les mains, et quelques grapillons ne sont pas encore murs. Voila, ça va mieux.

   Je sors du sous-bois et constate qu'une étendue désertique s'offre à moi. Au loin, une fumée s'élève. Des débris de mon avion? La seule façon d'en être sur est d'aller voir.
   C'est bien un fuselage d'avion. un réacteur est en feu juste à coté. Peut être y a t'il des survivants à l'intérieur? Je pénètre dans la carlingue, elle est vide. Tout est ravagé, mais il n'y a personne. Une boite à pharmacie trone au milieu de l'allée. Au moins, je n'ai pas tout perdu. Plus loin, un sac s'est vidé de son contenu: quelques barres de céréales, une bouteille de thé glacé, des blocs notes (sur lesquels j'écris ces mots, à l'aide des crayons qui l'accompagnaient). J'arrive dans le coin de l'équipage, là où se trouvent leurs locaux. Vide aussi. Cependant, je récupère encore quelques petites fournitures qui pourraient m'être utiles. Tiens, un kit de couture! Très utile, car je m'aperçois seulement que mes vêtements sont en lambeaux. Horreur! Je suis pieds nus! J'ai perdu mes chaussures! En fait, je me retrouve en slip. Les boules! Une fois passé ce constat honteux, je récupère encore une petit couteau, style couteau suisse, mais avec un drapeau belge à la place de la croix habituelle. Je rassemble mon butin dans le sac récupéré tout à l'heure.

   C'est alors que mes yeux tombent sur un panneau représentant le plan de l'appareil, un Boeing 747.

   Boeing?

   747???

   Mais moi j'ai pris un Airbus A320!

   Ce n'est pas mon avion!

   Pris de panique, je me précipite à l'extérieur. Je cours dans tous les sens, je fais le tour de l'épave. C'est alors que je les vis, les autres!

   Les autres épaves...
   Un cimetière ... Je suis dans un cimetière d'avions!!!

Je tombe à genoux, je me sens défaillir. Mais où suis je donc tombé?
« Dernière édition: Ven 10 Juil 2009, 18:35 par orangevg »
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #3 Mer 08 Juil 2009, 19:01
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Un bruit attire mon attention. Un bruit? Un survivant? Je cours comme un fou, écartant déjà les bras pour me précipiter dans ceux de mon nouveau compagnon d'infortune. Mais je m'arrête bouche bée, les bras en croix. Cette fois, je sais où je suis. Je suis en Afrique. Si si, j'en suis sur! Les lions, ça pousse bien en Afrique, non? Et le gros chat qui gronde devant moi, avec une écharpe de fourrure autour du cou, vous n'allez pas me dire que c'est Félix le Chat qui a une poussée d'hormones! Subitement, j'abandonne une partie de mon hygiène et de ma dignité en humidifiant fortement mon dernier vêtement encore en état.

   Heureusement, le fauve semble se désintéresser de moi. Malheureusement, il s'emble être attiré par autre chose, un autre rescapé qui git non loin de là. Je ne saurai jamais s'il était encore vivant, si j'aurais pu lui sauver la vie, mais je réalise que lui vient surement de sauver la mienne.

   Profitant de ce répit, je me cache dans ce qui reste d'un, me semble t'il, avion cargo. Ma parole! Encore une caverne d'Ali Baba! Une boite à outils cabossée git sur le sol. Je récupère quelques outils, et juste à coté une bache légère, mais qui me semble bien imperméable. Un baton traine dans un coin, surement un manche à balai dont la brosse à disparu. Je décide d'en tailler une extrémité en pointe. Pas terrible comme arme, mais c'est toujours mieux que rien. Ben oui après tout! Il y a un lion mangeur d'hommes en liberté dehors! J'ai peur, moi!

   Prenant mon courage à deux mains (finalement, vu la dose de courage que j'arrive à rassembler, une seule main suffit), Je sors prudemment de ma cachette. Pas un bruit, le lion semble parti. En fait, non. Je l'aperçois non loin devant. Il est couché et ne bouge pas. Il semble dormir. Soulagé, je me dis que c'est le moment de me sauver en douce, et de laisser ce fauve derrière moi. Mais je ne puis m'y résoudre. Ce monstre a bouffé un homme, qu'est ce qui me dit que je ne serai pas le prochain?

   Conscient que cela pouvait être la pire connerie de ma vie, et peut être la dernière, je saisis mon épieu à deux mains et je m'avance prudemment vers la masse endormie.

   Mais au fait, comment ça se tue, un lion?
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #4 Jeu 09 Juil 2009, 19:04
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Je me rappelle mes lectures sur les hommes de la préhistoire. Pour tuer net un animal, il faut viser l'épaule gauche pour atteindre le coeur. Bien sur, cet imbécile de lion est vautré sur son coté gauche! Ou sinon viser un oeil pour atteindre le cerveau. Désolé les petits enfants, mais je me lance à l'assaut. Je plante mon épieu de toutes mes forces. le lion se redresse sur ses pattes, en m'envoyant voler à deux mètres. terrifié, je me relève, puis reste immobile, tout comme la pauvre bête qui est affalée par terre, mort. J'arrache mon épieu et, par sécurité, le plante à nouveau. Mais cette fois, dans la gorge. Le sang qui jaillit finit de me tranquilliser.

   Au loin le soleil se couche, et le lion est mort ce soir.

   Mais je me sens mal à l'aise. Pour la première fois, j'ai tué. Certes, j'ai toujours trouvé normal de tuer un animal quand il est mourant, pour abréger ses souffrances, ou pour se nourrir. Mais là, ce n'est pas le cas. Une troisième option me vient alors à l'esprit: tuer pour ne pas être tué. La Loi de la jungle. Je viens d'apprendre ma première leçon de survie dans ce monde. Cependant, l'apprentissage est dur et couteux.

   Il fait presque noir. Je me réfugie dans une carcasse d'avion. J'en profite pour faire un frugal repas de barre de céréale (oui, une seule car je n'en ai pas beaucoup) et la moitié de la bouteille de thé (le désert, ça chauffe et ça assoiffe!). Puis je sombre rapidement dans un profond sommeil agité.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #5 Ven 10 Juil 2009, 18:34
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
jour J+2

   Je me réveille en sursaut, en tremblant de froid. Si ce désert est chaud en journée, il est glacial la nuit! Le vent s'est levé et souffle en rafales. La bache imperméable dont je me suis recouvert arrive à le contrer, mais il m'est impossible de me réchauffer. Heureusement, un rayon de soleil vient m'éclairer. Le soleil se lève, c'est l'aube.

   je tente de me lever. la tête me tourne et je retombe assis. Normal, mon ventre crie famine. Je décide de faire une razzia dans mon faible stock de barres de céréales, et je finis mon thé. Soudain, je prends conscience de ma situation. Je me suis écrasé en avion, dans un cimetière d'avions! Dont personne n'a entendu parler d'ailleurs! Qui va venir me secourir? ... Personne ... Je m'effondre en larmes devant cette terrible évidence. Je suis perdu pour toujours. Les heures passent. Le soleil est déjà haut dans le ciel quand je sors de ma torpeur. Il faut que je réagisse. Ca commence par une bonne baffe que je me donne. Aïe! En plus ça ne me fait pas grand chose!

   Je me lève et inspecte l'épave dans laquelle je me suis réfugié. C'est l'avion cargo de la veille. Je me fraye un chemin jusqu'au cockpit. Charmant! Deux squelettes m'accueillent. Je me dis une nouvelle fois que dans mon malheur, j'ai eu de la chance. Chouette! Encore un sac! Youpi! Encore des barres de céréales! Ah! Enfin des mecs normaux! Une bouteille de whisky! Par contre, pas fameux pour étancher la soif. Il me faut de l'eau! Je ne peux rester dans ce désert. Je décide donc de retourner à mon point de départ, les cocotiers. Je rassemble mes maigres affaires en grignottant une barre de céréales, puis je quitte l'épave. Je me retrouve devant le cadavre du lion. Il n'a pas de problème pour vivre dans le désert, lui, avec sa fourrure!

   Fourrure? Ca me rappelle encore mes lectures sur la préhistoire, ça! Yessss !!!!! Je sors mon couteau suisse euh ... belge! Voyons voir... Il faut commencer l'incision au niveau de l'anus, puis remonter vers la gorge. Oui! ça marche! Rapidement, je me retrouve avec une magnifique pelisse. J'en sacrifie les pattes pour me protéger les pieds.  Cocotiers, me voila! Je décide toutefois de conserver un trophée en souvenir. Me saisissant des tenailles, j'arrache les griffes et les crocs du fauve. C'est à ce moment que quelque chose d'étrange se produit. A la base du crane, je sens sous mes doigts des sortes de petits nodules. En y regardant de plus près, je découvre une quinzaine de petits boules jaunes, légèrement en forme d'étoiles. Je décide de les garder également.

   Pfou !!!! Qu'il fait chaud! Je suis assoiffé. Enfin de l'ombre! Et de quoi étancher ma soif! Un cep de vigne m'offre ses grappes de raisin. Je me précipite dessus et le dépouille de ses fruits. Marrant, ça me rappelle mon premier repas, celui de la veille. Tiens, je reconnais les débris de mon fauteuil. Moins marrant, je reconnais sans aucun doute le pied de vigne de mon arrivée, celui dont j'avais mangé toutes les grappes. On dirait qu'elles ont repoussé dans la nuit. Non, je ne rêve pas. Non, je ne suis pas fou. C'est bien le même endroit, le même pied de vigne. J'en reste abasourdi, et ne cherche pas à comprendre cet étrange phénomène.

   Ce dont je suis sur, c'est que je me sens mieux. Je retrouve mes sens. Je capte les bruits, les odeurs. Un bruit de ressac, comme des vagues mourrant sur une plage. Une odeur iodée, comme celle de la mer. Je me précipite vers ce qui me semble la bonne direction, et me retrouve face à l'océan! a perte de vue, jusqu'à l'horizon, l'océan ... Le cliché de l'ile déserte me vient à l'esprit. Mouais. A part que ça a l'air d'un super coin pour le surf, rien de bien formidable. Je fais demi tour, direction la forêt. J'ai besoin d'eau. Je m'enfonce alors dans l'inconnu végétal. Je n'ai pas fait dix mètres que mes yeux remarquent un objet inhabituel: un livre! Puis un autre! En tout une dizaine de manuels de base dans différents domaines: survie, armes, chasse et pêche, herbologie et zoologie, bricolage, ... Génial! Merci mon Ange Gardien! Un peu plus loin, il me semble apercevoir une revue. Non, une BD! Je me précipite dessus, mais mon plaisir est de courte durée. Super! Je ne pouvais rêver mieux! "Oui Oui fait du camping"! Dis donc, St Truc, il est douteux ton sens de l'humour!

   A part ça, je ne remarque rien de plus, sinon les débris pourris d'une caisse en bois, celle qui devait surement contenir ces précieux ouvrages. Je poursuis donc ma route dans ce qui ressemble de plus en plus à une jungle. Oups, je glisse. Je me rattrappe comme je peux et, entrainé par mon élan, je fonce droit devant moi. Un arbre m'accueille à bras branches ouvertes.
« Dernière édition: Dim 12 Juil 2009, 19:27 par orangevg »
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #6 Sam 11 Juil 2009, 18:27
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Je me relève péniblement, à moitié estourbi. Je fais quelques pas à l'aveuglette, en titubant, et me ramasse lamentablement ... dans de l'eau! De l'eau! Je suis tombé dans ce qui semble être un bassin naturel, alimenté par un charmant petit cours d'eau. Je m'allonge de tout mon long dans ce liquide providenciel. De l'eau! Je suis tiré d'affaire. Je bois à grandes gorgées. Ca fait un bien fou!

   Autour de moi, l'eau se colore de taches rouges. Je porte la main à mon front. Je me suis explosé l'arcade sourcillière et je pisse le sang. Bonjour la propreté. Justement, en parlant de propreté, je retire mon slip afin de le laver du "petit incident" de la veille, puis je le presse sur mon front. L'eau fraiche me soulage. Après tout, je suis seul, il n'y a personne, et j'ai bien besoin d'un bandage sur ma blessure. Je m'enfile donc mon slip sur la tête. l'élastique compresse légèrement mon arcade endolorie. C'est parfait!

   Je ressors de ma baignoire improvisée, un besoin urgent se faisant pressant. La terre est meuble. Je creuse un trou dedans afin d'y satisfaire cette urgence. Finalement, je trouve une utilité imprévue à Oui Oui. C'est à ce moment qu'ELLE est apparue!

   Elle aussi est en slip, son bras gauche en écharpe dans son soutien gorge porté en bandoulière. je reste bouche bée devant l'apparition de cette beauté amazone, immobile, une feuille de Oui Oui froissée dans ma main collée à mon derrière, avec bien sur mon slip sur la tête! La position idéale du mec super sexy! Un silence pesant tombe  tout autour de nous, brisé presque immédiatement par ces quelques paroles: mais c'est quoi, ça?
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #7 Dim 12 Juil 2009, 19:27
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Les yeux exorbités, elle recule et s'enfuit dans la jungle, avec moi à ses trousses! Le premier humain vivant dans le coin (et un super canon en plus), je ne peux pas le laisser filer! je pique donc un 100 mètres. Enfin .., disons plutot un 10 mètres, juste de quoi me ramasser la tronche par terre. Quel est l'imbécile qui laisse trainer une branche par terre dans la forêt? C'est dangereux! On pourrait se faire mal! D'ailleurs je me suis fait mal! Franchement, c'est pas une blague à faire, ça ne me fait pas rire. Et maintenant, le coup de la branche qui bouge toute seule. Ben voyons, on m'aura tout fait! En fait, cette branche m'a plutot l'air ... d'un bon gros serpent bien balèze! Je saisis une grosse pierre contre laquelle j'ai failli m'éclater la tête, et justement, j'éclate la tête du serpent avec.

   Eh bien, que d'émotions! Mais en tout cas, une chose est sure. Je ne suis pas seul. Un autre a survécu, ou plutot une autre! D'autres aussi surement! Par contre, le serpent n'a pas survécu, lui. Ca règle le problème du repas. Je reviens près de mes affaires. Oups! Règle à toujours suivre: quand on fait un trou pour y faire ses besoins, toujours penser à le reboucher après usage. Il ne me reste plus qu'à me nettoyer le pied. Enfin, mon (déjà) fidèle couteau belge (?!?) à la main, je dépèce délicatement la bestiole. Ouahhh!!!! La belle ceinture en peau de serpent que voila! Mais ce qui retient le plus mon attention, ce sont les deux petites étoiles jaunes trouvées dans la bouillie de crane. le soleil décline, il commence à faire sombre.

   Heureusement, ce n'est pas le bois mort qui manque dans le coin. en quelques minutes, un feu crépite, avec une brochette de morceaux de serpent, entrecoupés de champignons ramassés en vitesse au pied d'une vieille souche pourrie. je regarde les alentours. un tronc d'arbre, cassé à environ deux mètres de hauteur, me plait particulièrement. j'y dépose cérémonieusement la peau de lion, et à son pied les griffes, crocs, et étranges étoiles jaunes. Puis, je me noue la peau de serpent auour de la taille et j'y coince des feuilles de je ne sais pas trop quoi (mais ça ressemble à du bananier), histoire de me cacher un peu certaines parties de mon corps, mon slip me faisant toujours office de bandage. D'ailleurs je le complète d'une grande plume d'origine inconnue, trouvée par terre. J'ajoute à ma ceinture une jolie fusée de détresse rouge, coincée sur le ventre. Je trouve ça joli. J'ai besoin de décompresser. je saisis mon épieu et je me met à entamer une danse de la victoire autour de la peau de bête.

   Bonga Bonga Hou!
   Wanga Bouga Huhhhhh!!!!
   Kaya Kaya Schtroumpf!!!


   C'est le délire total, mais ça fait du bien. Je me jette à genoux et me prosterne devant la relique, puis je me relève d'un coup, saute sur place en effectuant un demi-tour. Je me fige, mon épieu fait un bruit mat en tombant sur le sol. ELLE est là!

   Mais t'es vraiment un grand malade, toi!
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #8 Lun 13 Juil 2009, 18:40
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Elle a disparu! Elle s'est encore enfuie dans la jungle. Et moi, je ne trouve rien de mieux à faire que lui crier: Reviens, j'ai un serpent sur le feu! Ca te dirait un morceau? Ben non, ça n'a pas l'air de lui faire de l'effet. Tant pis, je mangerai seul. Tant mieux, j'en aurai plus.  Malgré tout, je me lance dans une course effrénée. Au bout d'un moment, je sors de la jungle. Epuisé, je m'arrête pour reprendre des forces.

   Soudain, au loin, j'entend des clameurs. D'autres voix, d'autres gens! Mai je n'arrive pas à en localiser la provenance. Ce sont des bruits, des mots, des phrases éparses qui semblent venir d'un peu partout, tout autour de moi. Je suis perdu. Je me tourne et retourne dans tous les sens. Il semble que dès que je me concentre dans une direction, les bruits changent de place et me viennent dans le dos.

   C'est alors qu'il me vient une idée: utiliser la fusée de détresse toujours coincée sur mon ventre. Je ne sais pas trop comment ça marche, ce machin la, mais je finis par réussir à projeter dans le crépuscule une magnifique boule rouge. Une clameur se fait entendre de partout autour de moi! Je suis satisfait du résultat: tous les environs savent maintenant que je suis là. Mais ma joie s'arrête net devant la vision que m'offre soudain le ciel.

   De partout, tout autour de moi, s'élancent dans le ciel des boules rouges, bleues, vertes, identiques à la mienne. On dirait un feu d'artifice, comme ceux qu'on tire le soir du 13 juillet. Oups, on est quel jour aujourd'hui? Oh merde! On est le 13 juillet! Je viens de déclencher le traditionnel feu d'artifice. Moi qui croyait me faire remarquer, j'ai utilisé mon meilleur moyen de le faire pour passer totalement inaperçu.

   Mais en tout cas, j'ai fait une grande découverte: je ne suis vraiment pas seul. Au contraire, le coin a l'air vraiment peuplé. Je repense au cimetière d'avions. Vu le nombre d'épaves, même avec très peu de survivants à chaque crash, ça doit faire un nombre conséquent de résidents dans le coin. et si en plus ils se sont reproduits ... Il faudra que j'explore les environs dans les prochains jours. Je devrais faire des rencontres intéressantes.

   Il commence vraiment à faire noir. Je me dépèche de rejoindre mon bivouac improvisé, avant de me perdre dans l'obscurité. Entre les arbres, je distingue la lueur d'un feu, mon feu. je suis de retour.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #9 Mar 14 Juil 2009, 18:24
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Le serpent est cuit à point. Je m'installe confortablement et déguste tranquillement mon festin. Délicieux. Je repense à Elle. Je ne me fais pas de soucis, elle est revenue une fois, elle reviendra! je suis sur que cette jungle grouille d'araignées, de mille-pattes et autres bestioles répugnantes. Elle cherchera quelqu'un pour la protéger et la réconforter. Moui, elle reviendra, c'est sur.

   La fatigue me gagne subitement. j'étale ma précieuse bache sur le sol et je me recouvre de la peau de lion. Dans le ciel, Nounours et le marchand de sable me contemplent d'un air satisfait.

   Je me réveille en sursaut. Un bruit ... bruyant m'a tiré de mon sommeil. quelque chose se rapproche ... Les arbres bougent. Et soudain, devant mes yeux ébahis, un éléphant fait son apparition. L'hypothèse de l'Afrique aurait été confirmée par ce mastodonte, si quelques détails infimes m'auraient été occultés. En effet, cet éléphant n'est pas banal. Tout d'abord, il est mauve à pois verts. Ensuite, il a un slip en peau de lion sur la tête, et la trompe en écharpe dans un immense soutien-gorge attaché autour du cou. Sitot apparu, sitot disparu! Normal, vu ce qui le pourchasse. Je vois défiler en sautant devant moi toute une troupe de slips blancs légèrement jaunis fluorescents, armés de serpents raidis en forme d'épieu. Une meute de slips kangourous de chasse!
   A mes pieds, les branches s'animent, puis se transforment. elles prennent l'apparence de fuselages d'avions à têtes de Oui Oui aux crocs de lions bien aiguisés! Je prend la fuite. Je cours dans l'obscurité sans fin, droit devant moi. Autour de moi, il n'a plus qu'un vide totalement noir. Des oiseaux apparaissent, voletant autour de ma tête. Ils se mettent à fondre en piqué sur mon crane, en chantant Mangez moi, mangez moi, mangez moiaaa!!!! En fait, je m'aperçois qu'il s'agit de champignons ailés, qui d'ailleurs se mettent soudain à exploser tels les fusées de détresse de tout à l'heure.
   Je cours de plus en plus vite. Le temps s'est arrêté, ma fuite dure une éternité. Au loin devant moi, un arbre gigantesque apparait. Lui aussi court à tout allure, mais dans ma direction, en écartant sur les cotés deux de ses branches. Virage à droite pour l'éviter. Il est à nouveau devant moi. Virage à gauche. Toujours devant moi. Je bloque net, me retourne pour repartir en sens inverse. Il est encore là, devant moi, tout près ... trop près. et c'est reparti pour un tour! Bisou bisou, l'arbre!
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #10 Mer 15 Juil 2009, 18:06
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
Jour J+3

   Je me réveille en sursaut. Je claque des dents. je suis trempé de sueur. J'ai mal au ventre. Le soleil doit être levé depuis un moment déjà. J'aurais du me méfier de ces champignons. ça me servira de leçon, fini l'insouciance, maintenant je serai plus prudent. Une subite envie de vomir me prend, et je soulage brusquement mon estomac. Je me sens tout de suite mieux. Je me traine jusqu'à la source, et plonge dans l'eau fraiche. Je suis tout de suite revigoré.

   Je prends le temps d'examiner les alentours de la source. Comme tout point d'eau, elle attire bon nombre d'animaux. Merci mes ballades dans les bois quand j'étais jeune, je repère plusieurs passages réguliers de petites bébêtes en tous genres. Bon coin pour la chasse, mais pas pour camper. Je retourne donc à mon campement de fortune. Avec un rouleau de fil de fer et une paire de tenailles, je fabrique des collets que je place dans quelques passages régulièrement fréquentés. Puis je rassemble mes affaires et m'éloigne de la source, jusqu'à trouver un endroit sympa: les arbres sont plus écartés, je suis proche de la lisière. Autour de moi, je remarque un véritable Jardin d'eden d'arbres fruitiers. Malgré tout, vu l'état de mon estomac, je décide d'amaigrir mes réserves de barres de céréales. Ce coin me plait vraiment. C'est ici que je vais m'installer.

   J'ai besoin d'un abri, mais je n'ai pas grand chose pour le construire. J'ai bien trouvé quelques affaires dans les épaves, avec un peu de chance je pourrais en trouver d'autres. Je me saisi de mon épieu, seul barrage contre les vilaines bestioles, et je pars à la recherche de trésors de la civilisation perdu.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #11 Jeu 16 Juil 2009, 18:08
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Une brise s'est levée, rendant la chaleur plus supportable. une fumée noire s'élève droit devant. Je me dirige dessus, et y arrive rapidement. Un avion militaire vient de s'écraser, apparemment un transporteur de matériel ou de troupes. Je pénètre à l'intérieur, il n'y a pas âme qui vive. Bizarre quand même tous ces avions vides, sans cadavre ni trace de vie. le fuselage est vide, à part quelques ustensiles divers éparpillés sur le sol. Une magnifique hache trone à mes pieds, avec un peu plus loin d'autres outils: scie, machette, et autres. Enfin de quoi bricoler sérieusement. Je trouve même quelques rations de survie, de quoi tenir quelques jours. La chance me sourit, je sens bien les jours à venir.

   Avec deux grands tubes métalliques, une longue plaque de tole et du fil de fer, je fabrique une sorte de traineau avec un brancard. J'attache dessus divers matériaux: morceaux de tole, certains avec un hublot, une table à roulette utilisée par les hotesses dans les avions, un siège de passager (et tant qu'à faire, un première classe), et divers outils et objets entassés dans des sacs à dos trouvés dans l'avion militaire. Je soulève mon traineau par le brancard et commence à le tirer. Des roues seraient bien utiles. le voyage retour est bien plus long que l'aller.

   Arrivé à mon campement, je décide d'aller souffler un peu au bord de la source. Boire un peu me fera du bien. Je constate avec plaisir l'efficacité de mes collets: deux lapins et trois rats me serviront de repas. je pense qu'il faudra que je prévoie de fumer de la viande pour la conserver. La matinée est déjà finie, j'ai faim, et je n'ai rien de prêt à manger, sinon une ration de survie. Je sais que je devrais les garder pour les cas d'urgence, mais j'ai faim et mon estomac n'est pas encore entièrement remis.

   Je regarde ce que j'ai rapporté. Ce n'est pas suffisant pour me faire un abri. Il faudra que je refasse un voyage cet après midi. Mais dans l'immédiat, je m'occupe du gibier: dépeçage et récupération des peaux. J'allume un feu et dépose dessus des branches et feuilles vertes, provocant ainsi une épaisse fumée. Je place la viande par dessus.

   J'entrepose au pied d'un arbre mon stock en tout genre, puis je repars à travers le désert.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #12 Ven 17 Juil 2009, 18:20
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   J'arrive sans encombre dans ce qui devient ma principale source d'approvisionnement. Je décide de varier les plaisirs en tentant ma chance dans une autre épave. En effet, je constate que de multiples types d'appareils ont fini leurs voyages ici: avions de lignes, avions cargos, petits avions civils, avions militaires, ... et même un sous-marin, un U-boat de la seconde guerre mondiale! En plein désert!

   Je me risque dans un appareil pas trop endommagé. Quelques caisses y sont toujours entreposées. J'en ouvre une à l'aide d'une barre de fer. Une dizaine de postes à souder y sont stockés. Les autres caisses ont le même contenu. Belle trouvaille. Cela me permet de découper de belles tôles bien régulières que je peux transporter facilement. Je charge mon traineau de ces plaques et de quelques postes.

   Je m'apprète à repartir, mais j'entend du bruit. Je me saisis de mon épieu, qui ne me quitte plus depuis ma rencontre avec le lion. Je me détend en voyant une chèvre se promener tranquillement. Je pose doucement mon traineau, et prend mon arme bien en main. Soudain, je m'élance rapidement et je plante de toutes mes forces mon épieu dans le corps de la pauvre bête toute surprise de ce qui lui arrive. Je prend le temps de vider l'animal de ses entrailles, puis je l'attache à mon traineau. Il est déjà tard, il me faut me hater.

   Encore un retour sans encombre. Je suis heureux de rentrer dans ce lieu familier qu'est mon campement. Je lache mon traineau et me sais rapidement de mon épieu, mais je reste immobile. Dans mon campement, sur mon fauteuil, quelqu'un est installé, une bouteille à la main, en train de surveiller une pièce de viande en train de cuire sur le feu.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #13 Sam 18 Juil 2009, 18:24
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Il me regarde en souriant, serein, et me souhaite la bienvenue dans l'archipel. il me rassure en me disant que la fumée de mon feu avait été aperçue par d'autres naufragés, et qu'il avait été délégué pour m'accueillir officiellement dans la communauté de Karaho, l'ile sur laquelle nous nous trouvons. Ma viande que j'avais laissé est posée sur de grandes feuilles, délicatement fumée par les soins de l'inconnu. Il a préparé le repas et m'invite à le partager.

   Restant sur mes gardes, je vérifie un petit détail: pas de champignon en vue, c'est plutot bon signe. D'un coup, je me met à lui déverser un torrent de questions: où sommes nous exactement? pourquoi tous ces crashes? on est dans une dimension parrallèle? pourquoi les fruits repoussent ils en une nuit? que va t'on devenir? combien sommes nous?
   Malheureusement, mon invité surprise n'a pas la réponse à la plupart de mes questions. Mais j'obtiens tout de même quelques précieux renseignements: il y a un grand nombre de naufragés répartis sur 6 iles, de nombreux avions s'y écrasent sans cesse. D'ailleurs, il m'apprend l'existence d'un autre site bien plus facile d'accès que celui du désert osù d'ailleurs pratiquement personne ne va. Il m'apprend que ELLE erre sur l'ile, n'ayant pas vraiment de campement fixe et, comme la plupart des naufragés, est assez sauvage et solitaire. De plus, il semblerait ce derniers temps qu'elle délire légèrement, surtout depuis qu'elle a raté le feu d'artifice à cause d'un sombre crétin (heureusement non identifié) qui a déclenché prématurément le départ des fusées.

   Une fois le repas fini, il conclut en constatant que j'ai plutot l'air de bien me débrouiller et de bien m'adapter. Il décide donc de me laisser. Par la suite, on se rencontrera encore, et je ferai petit à petit la connaissance du reste de la communauté. Je lui demande son nom. Il me répond qu'ici, les noms n'ont pas d'importance, et que beaucoup les ont abandonné, mais qu'on le surnomme "le Vieux Sage". les dernières paroles qu'il prononce avant de me quitter me font froid dans le dos: Cette ile possède sa propre conscience, nous devons respecter sa loi. Et surtout, méfiez vous des ruines!
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #14 Dim 19 Juil 2009, 18:03
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   pfou!!! Que d'émotions! Il est tard, la nuit tombe. Je regarde la chèvre toujours attachée au traineau. Je suis fatigué, mais je ne peux pas la laisser comme ça, la viande va se perdre. Je vais devoir encore innover à la mode Cro-Magnon.

   Je me saisis de la hache, de ficelle, et je traine ma proie jusqu'à la source. Il est pas mal ce petit bassin, en forme d'ovale allongé en diagonale. Ca permet de ne pas avoir de courant dans une bonne partie de la cavité, mais à l'autre extrémité un courant assez conséquent dévale une légère pente, avec en plus une bonne profondeur. J'abat un arbre que je place en travers au dessus du courant. Je noue deux par deux les pattes de la chèvre, et je passe ces liens autour du tronc. Puis je dépose quelques lourdes pierres dans le ventre de l'animal. Voila, la viande est totalement immergée dans le courant frais de la source, qui agit ainsi comme un conservateur naturel. Cela me donne quelques jours de délai pour m'en occuper.


  Je rejoins mon campement, ravive le feu avec quelques branches mortes, et je décide qu'il est temps d'aller au lit. Surprise! Ma peau de lion est plus souple. Je constate qu'elle a été traitée, apparemment par mon hôte. La face interne a été délicatement raclée des morceaux de graisse qui restent toujours au dépeçage, ce tannage lui permettant de durer beaucoup plus longtemps. J'apprécie ce geste, cependant je reste inquiet. Celui la semble être gentil. Mais les autres? J'étouffe les flammes de mon feu et recouvre les bois incandescents de cendre. Cela lui permettra de se consumer tranquillement, sans émettre de lueur, mais toutefois en dissuadant d'éventuels prédateurs de s'approcher trop près. Sous la peau de lion, mes doigts se resserrent sur mon épieu. J'ai du mal à trouver le sommeil, malgré ma fatigue. Je repense aux paroles de l'inconnu. Il est clair que je suis dans un "monde perdu", voire carrément dans un autre monde. Ma vie continuera et se finira ici. Nul espoir de secours.  Une population étrange, une ile étrange ... avec sa propre volonté? sa propre conscience? Et c'est quoi, ces ruines? Le Vieux Sage m'avait l'air parfaitement sain d'esprit, il faudra que je lui parle encore.

   Enfin, la fatigue a raison de moi, je me laisse gagner par le sommeil ...
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #15 Lun 20 Juil 2009, 17:54
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
Jour J+4

   Enfin un réveil en douceur. Le soleil pointe à travers le sous-bois, les oiseaux gazouillent, de mignons petits lapins passent non loin de moi en gambadant joyeusement. On se croirait dans un Walt Disney! Je la sens bien cette journée. Vu que mon estomac semble remis de ma champignon-expérience, je me sers en fruits autour de moi. Je ne m'inquiète pas, demain ils auront repoussé. Surement la "volonté" de l'ile.

   Une fois rassasié, je me dirige vers la source. En chemin, je remarque une plante qui était jusque là passée inaperçue: de la saponaire. Le premier savon de l'humanité! J'en récupère le bulbe, en espérant que la "Volonté" le fera repousser. Une fois écrasé et mélangé à de l'eau, ce bulbe a la particularité de produire une mousse faisant office de savon. Arrivé au bassin, j'en extrait la chèvre, qui est restée intacte, puis je prend un bon bain, car vu l'odeur, il y a de quoi me confondre avec une chèvre.

   Retour à mon camp de base, avec la chèvre et deux lapins victimes de mes collets. Je ranime le feu, dépèce la chèvre et met sa viande en fine lamelles à fumer. J'en ai marre de me promener en slip (que j'ai remis en position normale depuis un petit moment déjà). Je me confectionne une sorte de jupe avec les peaux de lapins et de rats précédemment obtenues, avec ma superbe ceinture en peau de serpent. Il faut que je pense maintenant à mieux m'installer. Pour le moment, j'ai eu la chance d'avoir une météo clémente, mais ça ne durera pas, je ne me fais pas d'illusion. Il me faut un abri.

   Devant moi, il y a un espace assez dégagé, mais toutefois encombré par un groupe de quatre arbres disposés en rectangle. Je les coupe à bonne hauteur: avec une tole posée dessus, ça me fera une bonne table. Je passe le reste de la matinée à souder des toles entre elles, afin de fabriquer les murs. Rapidement, j'obtiens un bon assemblage de toles de différentes longueurs, de 3,50 mètres et de 3 mètres.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #16 Mar 21 Juil 2009, 18:14
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Je fais une pause repas, les lapins étant cuits et agrémentés de quelques plantes (bien commestibles celles la). J'ai loupé ma vocation, j'aurais du être cuisinier. Sans perdre de temps, je me remet au travail. Je me saisis d'une pelle militaire, du type pliable, qui peut faire office de pioche ou de pelle selon l'orientation du manche. Je délimite un rectangle autour de la table, suffisamment grand pour former une cabane spatieuse et confortable, permettant de disposer d'un coin à vivre et d'une section de stockage derrière. Ensuite, en suivant cette limite, je creuse une tranchée de 50 cm de profondeur environ. Un à un, je dispose les toles dans la tranchée que je rebouche au fur et à mesure. A la fin de l'après-midi, j'ai construit trois murs: un de 3 mètres de haut, en longueur, un autre de 2,5 mètre de haut, parrallèle au premier, et enfin un troisième de 2,5 mètres, les reliant tous les deux. reste plus qu'à faire le quatrième, avec une porte, et surtout ... un toit! Ben oui, j'ai utilisé toutes mes toles, j'ai trois magnifiques murs agrémentés de hublots pour la lumière, mais pas de toit!

   Bon ... je dormirai encore à la belle étoile cette nuit. Bien que je brule d'impatience d'explorer cette ile et découvrir ses habitants, demain je retournerai chercher des matériaux dans le désert. Si ce n'est pas le meilleur coin, du fait du désert justement, au moins je le connais, je ne serai pas trop dérangé, et je trouverai ce que je veux. Je m'endors tranquillement après un bon repas.

Jour J+5

   Encore un réveil à la Disney. la chèvre fumée, c'est mangeable, mais sans plus. Je me saisis de mon traineau et pars d'un bon pas dans le désert. Cette petite ballade me parait de plus en plus facile. l'exercice quotidien développe ma force et mon endurance. Arrivé à mon but, je me met immédiatement au travail: je découpe encore et toujours des toles. Passant à coté d'une cargaison de barres de fer, il me vient l'idée de me fabriquer une échelle. En effet, pour placer un toit à ma cabane, ça risque d'être utile. Voyant dans un coin trois petits avions de tourisme, il me vient encore une idée de génie: j'en découpe les verrières de cockpit. Cela me fera de bonnes fenêtres que je pourrai ouvrir: lumière et air frais garanti. Je me hâte de rentrer à mon campement, afin de gouter à un repas bien mérité.

   Je dépose mon traineau et remarque rapidement le pigeon posé sur le mur le plus bas de ma cabane. Il a un morceau de papier attaché à la patte ... Un pigeon voyageur?
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #17 Mer 22 Juil 2009, 18:26
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Une fois installé confortablement dans mon fauteuil et le pigeon cuit à point, je le mange tranquillement en relisant le message qu'il m'a apporté: Cher nouveau membre de notre petite communauté, vous êtes cordialement invité à assister/participer aux prochains Jeux Olympiliens qui se dérouleront très prochainement. Le Vieux Sage vous contactera à ce sujet. Que la bienveillance d'Edev vous protège.

   Je ne sais pas si je participerai, mais au moins j'y assisterai. Même si je me contente de faire acte de présence, cela me permettra de prendre contact, ma vie sociale est limitée ces derniers temps. et surtout, je pourrai peut être repartir sur de bonnes bases avec Elle! Quelques fruits plus tard, je me remet gaiement au travail.

   Je fais mon quatrième mur, sur les trois quarts de la longueur, avec une verrière incrustée à l'horizontale dedans. Ensuite, je m'occupe des toles du toit: je les fais un peu plus longues que nécessaire, ce qui me permet de les arrondir  aux extrémités. Le coté haut est plié vers le bas comme une faîtière pour éviter les infiltrations d'eau, et le coté bas est plié vers le bas puis vers le haut de façon à former une sorte de chéneau. Je découpe également une de ces plaques afin d'y fixer une verrière. Une à une, je dépose les plaques sur le toit, la faîtière les retenant au mur le plus haut. Je soude l'ensemble. Voila, j'ai obtenu un magnifique toit en pente. Il ne reste plus qu'à terminer les triangles restés ouverts des murs d'entré et du fond. La troisième verrière vient compléter, avec un peu de tole, celui du fond. Encore un peu de tole pour celui de l'entrée. Il ne manque plus qu'une porte. Un auvent au dessus de l'entrée serait bien utile aussi. Ca veut dire encore un voyage demain. Un peu de tole, et surtout de quoi faire une porte.

   Il est temps d'aller faire un plouf dans la source. J'en profite pour ramener deux lapins et quelques plantes. Pratique, cette végétation qui repousse dès qu'on l'arrache. Mentalement, j'adresse mes remerciements à la "Volonté". Ca y est, je deviens mystique! Vivement ces Jeux, je suis en manque de civilisation. Oups, mes pensées m'ont fait dévier de mon chemin!

   Je tombe sur un squelette d'animal. Une grosse bestiole, genre sanglier body-buildé vu la taille des défenses, longues, épaisses, et bien droites. Mince, surement du genre razorback, bien agressif et bien dangereux. Moi qui me sentais en sécurité dans le coin et qui me ballade sans mon épieu. Justement, j'entend un bruit non loin devant moi. Je saisis en vitesse une des canines géantes et fais mien l'adage bien connu: "courage, fuyons".

   Je retrouve vite mon campement. Ce bruit, était ce un animal ou un naufragé? Innofensif ou hostile? Je m'installe près de mon feu, sur mes gardes, mon épieu à portée de main. Parfois, je me sens vraiment virer parano. Je prend une grosse pierre bien rugueuse et je me met à frotter la défense dessus, afin de lui donner une forme nouvelle, celle d'un coutelas. Comme Rahan! Il ne coupe pas très bien, mais il est pointu à souhait. Une arme discrète, légère mais cependant redoutable, et qui me sera certainement très utile. Ne ressentant pas la fatigue, je passe le temps en tannant les peaux de lapin. Je modifie également ma "jupe" afin de créer une sorte de poche pour y dissimuler mon coutelas. Enfin, le sommeil me gagne. Je rejoints le siège en position couchette dans ma cabane.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #18 Jeu 23 Juil 2009, 17:54
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
Jour j+6

   Apparemment, j'ai un abonnement gratuit à Disney Channel. Après un petit déjeuner rapide, je reprend la routine: traineau, découpage de tole. Pour ma porte, j'aurais bien pris un sas d'avion, mais c'est trop gros, trop lourd. Je me contente d'en découper les charnières. elles serviront de raccord entre le mur et une plaque de tole qui fera office de porte. Des morceaux de tole en U soudés sur la porte et de chaque coté sur les murs, avec une barre de fer passée dedans, feront office de serrure. Des barres de fer me serviront de charpente pour mon auvent.

   Je charge mon traineau de ces fournitures, ainsi que de deux fauteuils supplémentaires. Encore la routine au retour. Je passe une partie de l'après midi à finir mon installation. J'ai enfin un abri sur où dormir et où entreposer mes affaires. Cependant, lors de mes absences, rien ne garanti l'inviolabilité de mon campement. Une cache serait bien utile. A l'intérieur, je dispose  d'un espace dégagé où j'ai posé le fauteuil qui me sert de lit. Je le déplace, et commence à creuser un trou. J'évacue une partie de la terre à l'extérieur, contre les murs. Avec ce qui me reste de tole, je fabrique un fond, des cotés, et un couvercle reforcé par des tubes en fer. Je dépose dedans mes biens les plus précieux: outils et livres. Je recouvre le tout avec le reste de la terre restée dans l'abri. Rassuré, je m'endors au dessus.

Jour J+7

   Je m'étire longuement. Mon ventre qui crie famine me signale que j'ai du tarder au lit. Une odeur de friture s'invite dans mon nez. Du poisson grillé? Je me précipite dehors. D'appétissants filets de poisson sont en train de cuire, sous sa surveillance. Lui ... Le Vieux Sage ...
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #19 Ven 24 Juil 2009, 18:11
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   En plus il a une bouteille de vin blanc! Un peu tôt pour la journée, mais ça ne se refuse pas. On déjeune ensemble, sans un mot. A notre première rencontre, j'ai compris qu'il ne faut pas, comme avec les autres aussi surement, brusquer les questions, ni d'ailleurs espérer en obtenir les réponses. Alors j'attend, patiemment.

   Au bout d'un moment, il se met à parler. Il est emballé par mon abri, du bon travail, surtout les fenêtres en verrières, et me dit qu'il va lui aussi aller en récupérer pour sa résidence, dans quelques jours, quand elles auront repoussé. Première info: même les avions repoussent! Il attend avec impatience la prochaine étape de mon évolution: mes armes de chasse et mes vêtements. Il est vrai qu'à coté de lui, avec ses vêtements cousus, son tricorne et ses bottes, j'ai l'air d'un clodo.

   On en vient enfin à l'essentiel: les Jeux Olympiliens. Chaque année, les habitants des cinq iles se retrouvent lors de cette grande fête et s'affrontent lors d'épreuves sportives. Hormis cet évènement, ce sont l'isolement et la solitude qui priment dans le quotidien. Chaque ile a son jour de gloire en organisant à tour de role sur son territoire une catégorie d'épreuves: lancer, saut et course sur Inaho, chasse et tir sur Mokona, épreuves nautiques sur Shaolan, épreuves domestiques sur Malanah, et enfin jeux iliens sur Karaho. Chaque journée se cloture par l'élection de la Miss de l'ile par ses habitants. Le sixième jour, l'élection de Miss Archipel se déroule sur Nahoma, au Temple d'Edev. J'apprend avec surprise que, vu ma récente arrivée sur l'archipel, je suis jugé suffisamment impartial pour faire partie du jury final.

   Edev ... Qu'est ce que c'est? Ou plutot qui, comme le souligne Le Vieux sage. A l'écouter parler, Edev est Le Grand Architecte, Celui qui a créé cet archipel paradisiaque, Celui qui nous fait l'honneur de nous accorder le droit d'y vivre, Celui qui partage avec nous ses bienfaits. Il est l'archipel, Il est chacune de ses iles, Il est les plantes, les animaux, les pierres, l'eau, l'air. Il est tout. Nous lui devons reconnaissance et dévotion, comme le font tous les habitants. Il me vient une inquiétude: j'espère que la Miss Archipel ne va pas se faire sacrifier sur l'hotel du temple! Manquerait plus que ça, une secte sanguinaire. Ma main se pose sur les peaux attachées autour de ma taille. Mon coutelas est là, bien en place.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #20 Sam 25 Juil 2009, 17:58
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Retour aux jeux, avec des considérations plus terre à terre: l'organisation assure le transport entre les iles (cependant, une participation à la pagaie me sera demandée), la nourriture, la boisson. Par contre, pour certaines épreuves, chacun soit apporter ses armes (dans mon cas, mon épieu) et son matériel (c'est à dire des outils). Pour les Jeux Iliens, qui sont en fait des jeux inventés ou adaptés sur les iles, tout est fourni.

   Il m'indique le point de rendez-vous, la plage toute proche située au sud-est. Il m'en montre la direction, vu que je n'ai pas de boussole. Un coup de trompette sonnera le rassemblement, suivi de deux autres une demie heure après. Une autre demie heure plus tard, trois derniers coups donneront le signal d'embarquement. Tant pis pour les retardataires.

   Le Vieux Sage se lève. Il a encore d'autres résidents à voir. Il me conseille de passer la journée à me reposer. J'en aurai besoin. Je crois que je vais suivre son conseil. D'abord direction la source, pour un bon bain. Les lapins sont au rendez-vous de mes collets. Pendant qu'ils cuisent, je m'occupe de leurs peaux, que je transforme en chausses avec l'aide des peaux de ma jupe. avec la peau de chèvre, je me confectionne un short plus pratique et surtout plus fashion que mon accoutrement précédent. Les restes de mes premières chausses sont recyclés en sortes de poches accrochées à ma ceinture en serpent. Je garde ainsi mon coutelas à portée de main.

   Après mon repas, je commence vite à m'ennuyer. Je décide de partir en reconnaissance vers la plage. Il serait bête de louper le départ demain, je vais donc reconnaitre les lieux. J'arrive rapidement au lieu de rendez-vous, marqué d'un poteau en haut duquel flotte un drapeau vert marqué d'un K noir. Sur le sable, plusieurs longues pirogues à balancier sont posées, avec des pagaies à l'intérieur. Par contre, c'est désert.

   Je trouve le lieu agréable: les vagues viennent calmement mourrir sur le sable, des bancs de galets apparaissent ça et là. et surtout ... ça grouille de coquillages et de crabes! Il y a de quoi faire une super récolte, et un super gueuleton (oui je sais, si vous lisez ceci, vous devez penser: il ne pense qu'à la bouffe!). Il me faut quelque chose pour les ramasser. Il me reste un peu de tole, je devrais pouvoir me bricoler un récipient.

   Je cours vers mon campement, tout excité. Tellement même que je ne fais pas attention à un arbre devant moi. Quelques minutes plus tard, je me relève péniblement. Alors là, faut le faire, j'ai vraiment gagné le cocotier! D'ailleurs, j'ai gagné une noix de coco, tombée à la suite du choc. Arrivé à mon campement, je plie les quatres cotés d'une tole, ce qui me fait une sorte de panier rectangulaire. Suffisant pour des coquillages. Je retourne tranquillement à la plage, toisant du regard au passage ce maudit cocotier. C'est bien de se reposer, mais il faut aussi garder la forme. Je décide d'aller nager dans l'océan. Ca me fait du bien, je me détend. Je m'aperçois que l'eau regorge de poissons, d'oursins et autres crustacés et coquillages, de quoi varier du désormais traditionnel lapin. Une sieste sur la plage vient compléter mon après-midi détente. Je fais une récolte de coquillages, et rentre au campement. Encore un regard plein de haine à un certain élément végétal que j'estime vraiment totalement superflu, il y a déjà bien assez d'arbres.

   Les moules, c'est délicieux, mais elles me font cruellement ressentir l'absence de frites.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #21 Dim 26 Juil 2009, 17:27
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
Jour j+8

   Au secours! La cavalerie attaque! Mais non, ce n'est qu'une trompette qui sonne le rassemblement. J'étais déjà réveillé, et je n'ai entendu qu'un seul coup. J'ai tout mon temps, il me reste une heure. Je me fais un bon petit déjeuner de fruits et viande fumée, puis toilette à fond à la source, la saponaire ayant repoussé. La trompette joue deux fois, il est temps de se mettre en route.

   Arrivé sur la plage, ça me fait un choc: des êtres humains! En petits groupes, qui font un bruit d'enfer en discutant! J'ai l'impression de changer d'univers. Le Vieux Sage m'accueille, bien vite rejoint par tous les membres présents qui m'accueillent eux aussi chaleureusement, puis repartent à leurs discussions. Ils sont rassemblés par petits groupes, mais en changent constamment. Ils se melangent sans cesse, une discussion en remplaçant une autre. On m'explique que personne ne lie de liens étroits avec les autres, tout le monde se cotoie, mais chacun reste dans son coin, solitaire. D'où le fait que, s'il existe une certaine solidarité, il n'y a pas formation de groupes ou de clans. Tout le monde se mélange, et personne ne reste ensemble. Je suis plutot du genre solitaire, alors dans un sens ça me va bien.

   Troisième coup de trompette. J'apprend qu'elle est le fruit de l'aimable participation d'un orchestre à un crash. Les outils ont été trouvés intacts, mais pas les musiciens. Tout le monde embarque! Je me retrouve installé à l'avant d'une pirogue, une pagaie en main. Le Vieux Sage est à l'arrière. Il entonne un chant pour donner le rythme: Bouga Bouga Bouuu ...Gahh!!!!, repris en coeur par tout le monde, puis un temps de pause. L'homme devant lui reprend en solo, tout le monde lui répond. Et ainsi de suite. J'ai trouvé ça marrant au début, mais ça m'a rapidement lassé. La femme derrière moi lance la litanie. Ca va être à mon tour. Je décide d'innover. Agadou dou dou! Je sens la pirogue freiner... Je me retourne, tout le monde s'est figé, la pagaie dans l'eau. Le Vieux Sage relance la cadence. Je décide de rentrer dans le rang, et de me conformer à la litanie. Je me laisse gagner par cette ritournelle, comme les autres. J'ai l'impression d'une communion spirituelle avec l'archipel. Et voila, je déraille encore. Pire, aurais je des hallucination? Sur ma gauche, Elle est apparue ... Elle! Chavauchant un dauphin, elle agite sa main droite en l'air. D'autres "cavaliers" l'accompagnent. Pourtant, les coquillages étaient frais. Un dauphin m'éclabousse au passage. Ce n'est pas une hallucination, ni un phantasme.

   Enfin, nous accostons sur Inaho.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #22 Lun 27 Juil 2009, 17:54
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   D'autres pirogues sont déjà sur la plage. Il y a un monde fou! Plus loin dans la plaine, je vois des feux, des stands. L'organisation se trouve par là. Le temps de dire quelques bonjours, de manger un morceau et boire un coup, et un saxophone sonne le début des jeux. On m'explique en vitesse que la cérémonie d'ouverture au temple est privée, et qu'on a partagé l'orchestre (enfin, les instruments, vu qu'aucun musicien n'a survécu) entre les différentes iles.

   On commence par les épreuves de lancer. En gros, dans chaque épreuve, on balance le plus loin possible un objet: noix de coco, baton, lourde pierre, disque en bois. Et le clou du spectacle: le lancer de lapin (petite précision: le lapin est mort, capturé au collet juste avant les épreuves). Je jette un coup d'oeil à la ronde, pas de nain en vue, donc pas de lancer de nain en perspective. Sur la plage, on organise les épreuves de saut: saut en longueur (avec ou sans élan), et saut en hauteur avec atterrissage dans une fosse remplie de feuilles.

   Fatigué par le voyage, je me contente d'être spectateur. Enfin, le saxo sonne l'heure du repas. Impossible d'avoir une conversation intéressante. Tout le monde échange des politesses et des banalités, puis chacun change d'interlocuteur. Je rencontre tout le monde, mais au final je ne vois personne. J'ai tant de questions à poser, mais je n'espère même plus obtenir ne serait ce qu'une réponse. La seule chose vraiment remarquable, ce sont les cotes de sanglier grillées.

   Encore un coup de saxo. Les épreuves de course. Je m'abstiens encore. D'abord la vitesse, sur différentes longueurs, ensuite les obstacles: pierres, barrières rudimentaires en bois, fosse. Ca a l'air de bien amuser les spectateurs, quand quelqu'un se vautre dans la fosse pleine de boue (j'avoue que ça m'a bien fait rire, moi aussi). Enfin, la grande course d'endurance est annoncée. Sous la pression de mes compagnons d'ile, je me décide à y participer. D'ailleurs, je suis plus à l'aise dans ce domaine qu'en vitesse.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #23 Mar 28 Juil 2009, 18:11
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Le parcours débute dans la plaine, s'aventure légèrement sur les pentes des montagnes, puis traverse la forêt avant de se terminer sur la plage. Des jalons en peaux balisent le parcours. Le départ est donné. Je pars d'une bonne foulée, dans le groupe de tête. Je me débrouille bien dans la montagne. La compétition devient de plus en plus serrée, mais je pénètre dans la jungle en premier. je sens mes concurrents sur mes talons. Je risque un oeil derrière moi. J'aperçois les autres coureurs qui me suivent, mais pas l'arbre qui me précède. Je finis donc bon dernier, en me tenant la machoire.

   La crise de fou rire générale finie, on procède à la remise des prix. Etant arrivé dernier à la course d'endurance suite à un malencontreux accident (les arbres devraient être interdits dans les forêts), il a été décidé de m'accorder un lot de consolation. C'est ainsi que Elle sort de la foule et me tend cérémonieusement une boite de pansements. Elle a du mal à contenir un fou rire en déclarant que ces pansements ne doivent me servir uniquement qu'à me soigner des viles et laches agressions des vilains méchants végétaux pas gentils qui perturbent ainsi le bon fonctionnement de mon cerveau. L'éclat de rire est général, tandis que Elle se sauve discrètement.

   Il est temps de rentrer. J'intercepte au dernier moment quelques morceaux de viande séchée que je fourre dans une de mes poches, puis je monte sur la pirogue. Je ne pagaie pas avec autant d'entrain qu'à l'aller. La boite de pansement sur mes genoux me rappelle sans cesse que la journée ne s'est pas déroulée aussi bien que prévu. Arrivé à mon abri, je m'endors comme une masse.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #24 Mer 29 Juil 2009, 17:27
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
Jour J+9

   Ta Taratata Ta Ta Ta Taaa!!!!

   Je tombe de mon lit. Plutot brutal comme réveil. Combien y a t'il eu de coup de trompette? Vu la fraicheur matinale, un seul je pense. Je me prépare tranquillement. C'est quoi aujourd'hui? Ah oui, chasse et tir. Donc, vaut mieux que je prenne mon épieu, histoire de ne pas dénoter et faire acte de présence. La trompette sonne deux fois. Je me met en route. Arrivé aux pirogues, encore du blablatage sans intérêt. On embarque, et c'est reparti comme hier, direction Mokona.

   On accoste sur une plage, non loin de la jungle. Je retrouve l'ambiance d'hier: les stands, les gens, les sangliers embrochés au dessus des feux. Un peu plus loin, sur la gauche, j'aperçois des rangées de cibles faites d'herbes liées en fagots sur des assemblages en bambou. Cependant, c'est sur la droite que commencent les animations: la fabrication d'armes. En fait, c'est un concours de savoir-faire: celui qui fabriquera la meilleure arme. Arc de chasse et flèches, hache, lance. Divers matériaux sont mis à la disposition des concurents: bois, ficelle, fil de fer, tole, pierres, siles, os, peaux, ... Quelle aubaine! Je vais enfin apprendre quelque chose d'intéressant. Je ne perd pas une miette des étapes de la fabrication de l'arc, car mes notions dans ce domaine sont relativement vagues. Magnifique, j'ai tout compris. Une fois les arcs finis, on passe aux essais sur les cibles, et enfin le meilleur est choisi. On poursuit avec le concours officiel de tir à l'arc.

   Vient ensuite l'épreuve des haches. Celle la m'intéresse moins, une hache, c'est assez simple à réaliser. Je préfère m'aventurer un peu dans la lisière de la jungle, car j'ai ma petite idée en tête. Je trouve rapidement ce que je cherche: un bouleau. A l'aide de mon couteau belge, j'en découpe l'écorce. Un champignon sur une souche me fournit mon deuxième ingrédient: de l'amadou. Je reviens pour assister à la finition des haches, de leur test, et de la désignation du vainqueur.

   Place à la fabrication de la lance. Mes compagnons d'ile sont heureux de voir que je me lance dans la compétition. L'important est de participer, qu'ils me disent. Mais sur ce coup là, je compte bien gagner.
« Dernière édition: Mer 29 Juil 2009, 17:42 par orangevg »
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #25 Jeu 30 Juil 2009, 18:09
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Au top départ, je me précipite sur les matériaux: je choisis une branche bien droite et assez longue, un beau silex, un galet rond qui tient bien en main, un petit morceau de bois d'une quinzaine de centimètres de long et une peau de lapin. Je m'installe près de la lisière, là où la terre n'a pas encore cédé la place au sable.

   Première opération: je creuse un trou dans la terre et y dépose l'écorce de bouleau enroulée autour de l'amadou, auquel je met le feu (toujours avoir des allumettes sur soi dans une poche, avec bien sur un couteau, c'est toujours utile). Je recouvre le tout de terre, en veillant à ne pas étouffer le feu. Une petite colonne de fumée m'indique que tout se passe comme prévu.

   Je pose la peau sur mes genoux pour les protéger, et je m'attaque au silex. Un coup sec et précis fait sauter un éclat sur le haut, créant une face plate. Un deuxième coup sur cette face me procure un éclat grossier. Encore un coup à coté pour un autre éclat, puis un dernier positionné entre les deux coups précédents. J'obtiens un éclat régulier, assez épais. De petits coups légers et précis avec le morceau de bois me permettent d'obtenir une forme triangulaire, pointue et tranchante à souhait. Je m'étais déjà initié à la taille du silex dans mon ancienne vie, étant passionné par la préhistoire. Je vois que je n'ai pas perdu la main. Autour de moi, une foule de curieux s'est rassemblée et m'observe silencieusement.

   J'entaille une extrémité de la branche, afin d'y insérer la pointe. Elle y entre sans problème. Je découpe dans la peau une fine lanière. Ensuite, je me rend à mon petit feu et écarte délicatement la terre. La combustion a été parfaite, transformant l'écorce de bouleau en une sorte de goudron. J'utilise cette mixture pour fixer de façon définitive la pointe dans la hampe de bois et coller par dessus la lanière que je serre fermement.

   Il ne reste plus qu'à attendre que le goudron se solidifie, ce qui se passe assez rapidement. Mes yeux croisent ceux du Vieux Sage, qui me sourrit d'un air satisfait. Les tests de lancer confirment ce que tout le monde pense déjà: je suis déclaré vainqueur. Par contre, au concours de tir, je m'aperçois que ma précision laisse à désirer.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #26 Ven 31 Juil 2009, 17:33
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Après un repas bien mérité, place aux épreuves de chasse. D'abord, le lacher de lapins: on libère des lapins capturés précédemment, le but étant d'en tuer un, d'aller le chercher et d'être le premier à le ramener au point de départ. Les lances pierres sont à l'honneur et se montrent très redoutables et précis. Ensuite, l'épreuve de rapidité: le premier à ramener une proie a gagné. Au signal, tous les concurrents se précipitent dans la jungle, l'arme à la main. Je ne connais pas trop cette jungle, je m'aventure prudemment. Au bour de quelques minutes, un roulement de tambour signale la fin de l'épreuve. Je reviens sur la plage. Un concurrent exhibe fièrement une araignée au bout d'une flèche. C'est ça, sa proie? L'arnaque!

   Dernière épreuve de la journée: capturer la plus grosse proie possible, dans un délai limité. Vu le bruit sur la plage, il vaut mieux s'aventurer plus loin dans la jungle pour trouver une belle bestiole. Faut faire vite. Je me mets à courir, en faisant attention aux arbres. Pas envie de gagner une autre boite de pansements, même si c'est bien utile. Soudain, je vois un serpent qui flane sur une branche. Au moins, je ne rentrerai pas bredouille, même si je ne me fais pas d'illusion avec ce serpent. Le roulement de tambour se fait déjà entendre. Le temps est passé bien vite. Je reviens péniblement vers la plage. Je suis bloqué par un amas de branches. Je pousse un bon coup sur un tronc  tombé qui me barre le chemin, et j'arrive à faire rouler celui ci sur le sable, avec moi derrière à quatre pattes. Je me suis encore fait remarquer: on me signale que ma guérilla personnelle contre la population végétale de l'ile ne compte pas pour l'épreuve, seules les proies animales sont prises en compte. Le vainqueur se fait attendre. Normal, ce n'est pas facile à trainer, un tigre!

   A ma grande surprise, je découvre que toutes les proies de la journée doivent être incinérées sur un grand bucher sur Nahoma, à la gloire d'Edev, pour le remercier de ses dons. Un homme me prend mon serpent des mains, incise l'arrière du crane et récupère deux étoiles jaunes qu'il me donne. Par contre, j'ai enfin une explication, non pas sur l'origine de ces étoiles (personne n'a compris comment elles se forment, alors c'est surement un don d'Edev), mais sur leur utilité. Il existe un autre archipel, plus loin, peuplé d'indigènes. Seules leurs pirogues plus robustes et dont eux seuls ont le secret permettent de naviguer en haute mer, et ainsi de rallier les deux archipels. L'un de ces indigènes vient parfois nous rendre visite. Comme ses semblables, il recherche ces étoiles, preuves du courage des chasseurs, pour les offrir à leurs dieux païens. Il nous les échange contre divers objets trouvés ou fabriqués. Bon à savoir.

   On annonce la remise des lots. Pour ma magnifique lance, je reçois une peau d'ours, un arc de chasse avec un carquois de flèches. J'ai un sourire jusqu'aux oreilles, malgré la vision de elle qui boude dans son coin. Sa lance n'est que deuxième, je l'ai battue. On cloture la soirée avec le plus joli: l'élection de Miss Mokona. Je mange avec appétit une cote de sanglier en savourant le spectacle de ces beautés se dandinant en bikinis préhistoriques. Je remarque que Elle me regarde, de la jalousie dans les yeux.

   Sur le retour, je pagaie avec entrain. Finalement, la journée s'est plutot bien passée.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #27 Sam 01 Août 2009, 17:46
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
Jour J+10

   Marre de cette trompette! En plus il joue faux! On n'a même pas un musicien sur cette ile? On aurait mieux fait de détruire les instruments et de sauver les musiciens. C'est reparti pour le rituel: pagaie, bouga bouga lancinant, mais nouvelle ile. Shaolan, pour les épreuves nautiques. Je remarque que bon nombre d'embarcations assez précaires de style indéterminé nous accompagnent, sortes de radeaux à voile simple (parfois customisée d'une tête de mort ou d'une fleur) accessoirement équipés d'une sorte de moteur artisanal. Nous ralentissons pour passer une barrière de corail et nous accostons sur une plage. Toujours la même ambiance. Par contre, les sangliers ne sont pas en train de rotir, la journée s'annonce mal.

   C'est quoi ce bruit? On dirait une corne de brume! J'y crois pas! Ici, l'instrument, c'est un cor des Alpes! Je m'attend à ce que quelqu'un pousse la tyrollienne, mais on y échappe. De nombreux radeaux sont stationnés au delà de la barrière de corail. Un deuxième coup de cor sonne le départ de la régate: le tour de l'archipel à la voile (et occasionnellement au moteur).

   Je remarque un personnage étrange, vétu d'une cape noire, la tête cachée dans une ample capuche. Il regarde le départ, puis disparait subitement dans la jungle. D'autres aussi l'ont vu, et ils ne semblent guère se réjouir de cette présence. Moi-même je me sens mal à l'aise. Quelque chose trouble l'harmonie de l'ile.

   Comme pour les armes, on commence par les épreuves de fabrication d'outils de pêche: canne à pêche, lancer, harpon, filet, épuisette, panier de crabes. Je passe mon temps à étudier ces techniques et ce savoir-faire. Vu la solitude habituelle de tous ces gens, je dispose là d'une opportunité unique, alors j'apprend. Le concours suivant consiste à fabriquer une petite barque, insuffisante pour naviguer d'une ile à l'autre, mais suffisante pour s'aventurer non loin du rivage et trouver ainsi de meilleurs coins de pêche. Très instructif! Voila, la matinée se termine par une petite course de barques: aller-retour en contournant le petit ilot qui trone au milieu de la baie. L'heure du festin est sonnée au cor. Au menu: coquillages et poissons, accompagnés d'une soupe d'algues.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #28 Dim 02 Août 2009, 17:52
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   A l'annoncé des épreuves de l'après midi, je sens que le reste de la journée va être calme: concours de pêche. Les concurrents investissent les lieux, trois catégories étant retenues: la canne à pêche sur la plage, le lancer sur l'ilot, et le harpon sur les barques. En plus, ça dure une bonne partie de l'après-midi. Il reste des matériaux non utilisés par les concurrents. Je m'installe à l'ombre d'un cocotier (petit conseil: vérifiez toujours qu'il ne comporte aucune noix de coco juste au dessus de votre tête) et met mon apprentissage en pratique. Comme je l'avais remarqué, c'est plutot long à faire, un filet. J'aimerais voir comment l'utiliser. Justement, le cor sonne la fin de la pêche. L'épreuve de pêche au filet peut commencer. Comme je le pensais, ce sont des filets de type épervier, qu'on lance dans l'eau avant de le ramener à soi. Technique délicate, on risque de s'empètrer dans le filet en le lançant. On peut même se noyer à cause de ça, dans les cas extrèmes. Faudra que je m'entraine sur la plage avant de me lancer dans cette pêche. Encore une fois, tous les poissons seront sacrifiés à Edev sur Nahoma. Petite pensée pour Miss Archipel ...

   Une clameur annonce l'arrivée des premiers radeaux. La course fait rage. Ca y est, la ligne d'arrivée est franchie. Il semble que la fin de la régate ait été perturbée par d'étranges changements de positions dans le classement, difficilement explicables. Pourtant, aucune irrégularité n'a pu être constatée. Je remarque à nouveau cet homme en noir. Je distingue son visage blème, voire blafard, défiguré par un rictus qui doit être pour lui un sourire. Ses yeux profonds plongent subitement dans les miens, son rictus s'efface. Un profond sentiment de mal-être me paralyse, je suis comme hypnotisé. Le Vieux Sage me tire de ma torpeur en me tirant à lui. Plongeant son regard dans le mien, il me conseille d'éviter ce personnage étrange et dangereux, il n'y a rien de bon à tirer de cet être maléfique. Je reviens à mon état normal, je me sens mieux. Pourtant, mon inquiétude persiste. Je risque un coup d'oeil derrière moi. L'étranger est encore là. Je cligne les yeux, et il s'est subitement évaporé. Ma main se crispe sur mon coutelas, cela me rassure.

   L'élection de Mis Shaolan se met en place. Mais l'ambiance de fête n'est plus au rendez-vous. Le défilé me rappelle le repas de midi. On a eu droit à des produits de la mer à déguster, maintenant on se prend des baleines et des thons à mater. Dans la pirogue, la bonne humeur ne revient pas. Tout le monde a remarqué l'homme en noir, et personne n'a semblé apprécier cette visite. Même moi, qui ne connait rien à ce personnage, je n'ai pas envie d'avoir affaire à lui. L'archipel recèle de nombreux secrets, et je sens que certains doivent rester enfouis. Je suis tellement perturbé que je me surprend à invoquer la protection d'Edev. Voila que je déraille encore.

   arrivé à mon campement, je ferme ma porte avec la barre de fer, et je m'endors le coutelas à la main.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #29 Lun 03 Août 2009, 17:41
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
Jour J+11

   je suis déjà réveillé quand la salve de canards retentit. Ma main est engourdie d'être restée toute la nuit crispée sur mon coutelas. Je retrouve de la joie en arrivant sur la plage: tout est comme les autres jours. Comme beaucoup de mes compagnons, j'ai un sac plein d'outils avec moi. Je ne sais pas trop si je m'en servirai, mais si j'ai l'occasion de participer, je le ferai. Le voyage vers Melanah est plutot sympa, la cadence est rapide, le chant enjoué. Je ressens de bonnes vibrations, c'est bon signe. J'ai comme un pressentiment, ça sera une bonne journée. Davant moi, les pentes de l'ile se profilent, plus précisément celles d'un énorme cratère. On accoste à sa base, sur la plage.

   Je retrouve mes marques: la foule, les sangliers rotis, les tas de matériaux divers. Mais tout le monde n'est pas encore arrivé. J'en profite pour me laisser conter la légende locale. On dit que ce cratère est issu d'un fragment de la météorite qui a anéanti les dinosaures. En s'écrasant, elle a bouleversé la géographie environnante, créant l'archipel et ses particularités étranges, dont une modification de l'espace-temps débouchant sur un monde parrallèle, cause de notre situation selon certains. On raconte aussi que cela à permis de protéger cette zone, le choc causé par le fragment ayant provoqué un contre-coup qui aurait annihilé l'effet dévastateur de la grande météorite. Une espèce de dinosaure aurait ainsi pu survivre, cachée dans les méandres des souterrains des ruines, attendant de retourner un jour à la surface pour y régner à nouveau en maitre.

   Au loin, on me montre une grande structure de pierre, masse lugubre et inquiétante. Les ruines ... présentes sur toutes les iles sauf Nahoma, et dont la force maléfique est dominée par la puissance supérieure de la bienveillance du temple d'Edev. de temps en temps, leur entrée s'ouvre mystérieusement, nous permettant de les explorer et d'en voler les trésors, non sans risque. Je regarde le dôme de pierre, comme envouté. Malgré le frisson qui me parcours le dos, je me sens attiré par ce lieu. Quelque chose, une force inconnue, m'y appelle.

   Une saccade de coups de cymbales me tire de mes songes. Les retardataires sont là, les épreuves peuvent commencer. Il s'agit de fabriquer des objets usuels, utiles à la survie de tous les jours: pelle, bêche, casserole, ... puis vêtements, et enfin produits plus élaborés comme colle et médicaments. Ca a l'air sympa aujourd'hui, je vais encore apprendre plein de trucs. je flane un peu à regarder les différentes techniques de fabrication.

   je me lance dans l'épreuve de fabrication de casserole. Après tout, j'en traine déjà quelques unes.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #30 Mar 04 Août 2009, 18:13
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Je choisis une belle tole allongée. A chaque angle, je découpe un carré, puis je plie les quatres cotés obtenus, et je les soude afin d'obtenir un récipient de forme rectangulaire. On pourrait y cuire un poisson de belle taille. J'ai pris soin de ne pas souder les deux derniers centimètres. J'enroule vers l'extérieur ces deux centimètres des deux cotés les plus longs afin de créer une certaine rigidité. Il est temps de s'occuper des deux poignées: deux branches, chacunes en forme de y feront l'affaire. J'entaille la partie droite la plus longue d'une des deux branches, que je fixe autour de la tole d'un des deux petits cotés à l'aide de mon goudron de bouleau. Je renouvelle la même opération avec l'autre branche, mais en la fixant dans l'autre sens. La prise en main permet une meilleure stabilité de l'ensemble, surtout quand la casserole est pleine.

   Tout le monde m'appaudit, sauf Elle. Elle a tenté de copier ma technique du goudron, mais le feu s'est étouffé dans la terre. Un échec total. elle a jeté son esquisse de casserole sans manche et a abandonné, dégoutée.

   Fier de mon succès, je décide de me reposer sur mes lauriers et de me contenter de regarder les autres fabrications en spectateur, histoire d'en apprendre un peu plus. C'est toujours utile. Cela me met en appétit pour les cotes de sanglier.

   L'après-midi, c'est atelier couture: fabrication de vêtements. Je sens tout à coup le ridicule de mon short et de mes chausses rudimentaires, face aux habits taillés et cousus et les vêtements style pirate arborés par mes compagnons. Je m'instruis encore. Le défilé qui suit m'a l'air pas mal, j'en sais plus sur la mode locale. Je crois que je vais transformer ma peau d'ours afin de ne plus avoir l'air du plouc sorti de la cambrousse. Maintenant que j'ai une bonne lance et un super arc, je vais développer mon stock de peaux et par là même ma garde-robe. Et puis, pour le moment, c'est l'été, mais ça ne durera pas ...
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #31 Mer 05 Août 2009, 17:29
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Dernières épreuves: fabrication de colles et de médicaments. Mon goudron de bouleau est déclaré hors concours, car jusque là inconnu, donc non inclus dans l'épreuve. Niveau médicaments, j'aurais eu besoin de prendre des notes. Mais cela me remet à l'esprit les livres que j'ai trouvé en arrivant, et que j'ai caché dans ma fosse secrète. Je les ai feuilletés rapidement, et je suis sur que les recettes que je vois se préparer sous mes yeux y figurent.

   Enfin, on attribue les lots. Pour ma casserole (que je garde) je reçois un lot de casseroles, marmite, mortier-pilon, rape à légumes, deux bouteilles (l'une d'alcool, l'autre d'huile) et une pelote de ficelle, le tout emballé dans une peau de cerf! Etant donné l'innovation apportée par mon goudron, il a été décidé de grossir mon lot, par reconnaissance. Décidément, ça vaut le coup ces jeux! Par contre, je déplore que Elle se tienne à l'écart, la mine renfrognée. Je savoure l'élection de Miss Melanah. La compétition sera rude pour la reine de l'archipel.

   Avant le départ, je déguste de délicieux travers de porc au miel. Ils ont de bons cuistots ici. Il me vient à l'esprit qu'on vit plutot bien sur ces iles, quand même. Tout le monde est naufragé, mais on arrive à s'éclater avec ces jeux, et personne ne semble en danger de mort. La survie ne semble pas poser problème. L'archipel semble protéger et prendre soin de ses résidents. J'ai une petite pensée pour Edev. Encore une poussée de mysticisme. Vivement qu'un psy vienne s'écraser dans le coin, je suis sur qu'il trouverait une bonne clientèle.

   Je me sens subitement bizarre. L'ambiance s'est modifiée. Les gens parlent moins, un nuage assombrit le soleil, Un malaise s'installe. Mon regard se tourne vers les ruines, plus lugubres que jamais. Devant la sombre construction, sur la plage, une silhouette noire se tient immobile.

   Tout le monde est pressé de rentrer. Les pirogues sont plus rapides que jamais.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #32 Jeu 06 Août 2009, 17:40
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
Jour J+12

   J'attend le couac de la trompette pour bouger de mon lit. Pas de pagaie aujourd'hui, on joue à domicile. Je ne sais pas pourquoi, mais je suis pressé que ça commence. Peut-être parce que ça se passe sur mon ile. Peut-être parce que les épreuves se distinguent des autres. Jusqu'à présent, tout avait principalement un rapport avec la survie. Cette fois, c'est uniquement pour s'amuser. Le deuxième canard musical n'est même pas envoyé que je me présente sur la plage. Il n'y a pas grand monde encore, mais l'humeur semble particulièrement joyeuse. Les sangliers sont sur les feux. Petit à petit, les pirogues accostent. Les nouveaux arrivants confirment la tendance du jour: décontracté et ludique.

   Je passe la première épreuve: le monter de cocotier. Ca ne me tente pas: grimper à un cocotier, faire tomber une noix de coco, redescendre et ramener la noix de coco au point de départ, c'est un peu trop dur pour moi. Cela surprend pas mal de monde, ma réputation d'amoureux de la population végétale ayant apparemment fait le tour de l'archipel. Par contre, je m'éclate à assister au coco-bowling. Voir les participants essayer de faire tomber des batons rappelant vaguement des quilles avec des noix de coco pas vraiment rondes, ça vaut le coup d'oeil!

   Je suis invité à participer à une balle au prisonnier. Des boules de peaux de bêtes font office de ballons. Malheureusement, je me fais vite éliminer, ce qui me vaut la proposition d'aider au tir à la liane, vu que l'épreuve précédente ne m'a pas trop fatigué. Chaque équipe doit affronter celles des autres iles, à tour de role. Le principe est simple: deux équipes tirent sur une liane chacune de leur coté, au milieu une fosse pleine de boue, l'équipe dont tous les participants lachent la liane perd. On compte les points, et les deux équipes totalisant le plus de points jouent la finale. Shaolan dispute la victoire contre Karaho. On a fort à faire. Les équipes étant mixtes, je me retrouve derrière Elle, qui me surprend par sa force. Un à un, mes équipiers lachent prise. Je me retrouve seul avec Elle, face à quatre adversaires. La fosse de boue se rapproche dangereusement, irrésistiblement. Brusquement, je décide de lacher la corde. Dans un magnifique vol plané, Elle s'affale lourdement dans la fosse de boue. Malgré la défaite, je suis mort de rire, comme toute l'assistance. Elle recrache une bouchée de boue et ressort péniblement, vexée et humiliée.

   Le repas se passe dans la bonne humeur. Tout le monde est détendu et commente les jeux de la matinée, notamment une certaine scéance de thallasso improvisée.

   La trompette vient nous appeler pour la suite des divertissements. une pluie de fruits en tous genres l'accueille. Le temps fort des Jeux Illiens: la joute nautique. Sur des pirogues, une plate-forme a été adapté pour accueillir un homme équipé d'une sorte de lance et d'une espèce de bouclier. Deux par deux, les pirogues s'affrontent, le but étant de faire chuter l'adversaire dans l'eau. fatigué par le tir à la liane, je reste sur la plage. Je me croirais à Sète, tellement les joutes sont prenantes.

   L'épreuve suivant me surprend. Là, ils ont fait fort, c'est le top délire! A tel point que je décide d'y participer.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #33 Ven 07 Août 2009, 17:48
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Le soufflé de tortue! Vraiment original!

   Sur l'archipel vit une espèce de tortue de petite taille, dont la particularité est que le corps de l'animal est entièrement désolidarisé de la carapace, chacun étant donc indépendant de l'autre. On m'explique les règles: la tortue est disposée sur un poteau de bois planté dans le sable pour marquer l'endroit du soufflé, le but est de souffler dans la carapace pour propulser l'animal le plus loin possible. Par respect pour ces pauvres bêtes, chaque tortue est réintégrée dans sa carapace et ne sert qu'une seule fois. Etrange comme concours, mais tout le monde a l'air d'apprécier énormément.

   On me précise qu'il est primordial de prendre une bonne inspiration pour réussir un bon soufflé. Je suis le conseil. Je pose donc mes lèvres autour de la carapace et inspire un bon coup. En fait, il fallait faire l'inverse: inspirer d'abord et porter ses lèvres à la carapace ensuite! Je suis en train de m'étouffer avec une tortue! Heureusement, Elle intervient rapidement, et d'une vigoureuse tape dans le dos me fait recracher l'animal coincé au fond de ma gorge, sous les rires et les commentaires moqueurs de l'assistance.

   On poursuit par le concours de danse. On a réuni tous les instruments de musique, et c'est parti pour une assemblée qui se trémousse de façon totalement désordonnée sur une cacophonie totalement indéfinissable. Une horreur sans nom! Une torture pour les yeux et les oreilles. Finalement, je n'aurai pas été le plus ridicule du jour. Quoique ...

   A la remise des lots, j'ai encore droit à une attention spéciale. Elle se présente cérémonieusement devant moi. J'apprend que j'ai battu un record, celui de la distance au soufflé de tortue ... catégorie noob! Eclat de rire général. Je reçois donc de ses mains un petit appeau, avec une précision: il n'y a aucun danger à le porter à ses lèvres avant s'inspirer, mais qu'il ne faut surtout pas oublier de souffler dedans pour le faire fonctionner. Deuxième éclat de rire général.

   Seul dans mon coin, je contemple ma récompense. Je teste l'appeau en soufflant dedans. Pas un bruit, rien. Marche pas! Deuxième essai, rien! Je vérifie qu'il ne soit pas bouché, et retente. Toujours rien. Encore une arnaque! Des clameurs attirent mon attention. Une meute de chiens sauvages vient de débouler et s'attaque à un sanglier roti. Un vent de panique s'empare de quelques baigneurs attaqués par une bande de crabes. Plus au large, sur les pirogues, les hommes sont aux prises avec un calamar géant. Mais c'est quoi ce bordel?

   La trompette nous appelle pour l'élection de Miss Karaho. Je m'installe confortablement au premier rang, une noix de coco remplie d'un délicieux cocktail (jus de fruits - alcool local - plantes indéterminées) dans une main, une cote de sanglier dans l'autre. Les participantes arrivent et se mettent à défiler. Au final, Elle est élue. Ca promet pour ma participation au jury demain, je me dirige tout droit vers une nouvelle embrouille.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #34 Sam 08 Août 2009, 18:04
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   la trompette retentit, et le Vieux Sage prend la parole. Il annonce la fin des Jeux, et nous invite tous à la cérémonie de cloture demain, sur Nahoma. Le départ des pirogues est retardé de deux heures, car il n'est pas nécessaire d'arriver tôt. Par contre, pour les repas de midi et du soir, la tradition veut que chacun apporte de quoi se le préparer lui-même. Seule obligation: interdiction de chasser et cueillir quoi que ce soit sur l'ile, tout doit être amené. Un stock de bois y a été déposé, on pourra s'y servir librement.

   Le programme: arrivée sur l'ile, préparation du repas et repas, grande chasse aux trésors, repas du soir, élection de Miss Archipel, suivie du bal de cloture. On finira par le lacher de pigeons et le feu d'artifice.

   La journée est finie, tout le monde rentre chez soi. Je fais une petite ballade dans la jungle, histoire de récolter quelques plantes et légumes pour le lendemain. Sont cons les lapins, ils n'apprendront jamais, mais ça fait bien mon affaire. Je teste mon arc sur une jeune oie qui passait par là. Test concluant, sauf qu'en me précipitant pour récupérer ma proie ... ben ... aurais bien besoin d'un pansement sur le front, moi.

   Il n'est pas tard, et je ne suis pas fatigué. Je décide donc de me tailler un nouveau costume dans ma belle peau de cerf. je taille une pièce de peau rectangulaire, avec un trou rond au milieu. A partir de ce trou, je découpe la pièce en direction du bas. Ensuite, à l'aide de lanières taillées dans une peau de lapin, je couds les cotés, afin d'obtenir un gilet sans manche. Sur le devant, je couds des boucles de ficelle sur un coté, et je fixe sur l'autre coté des phalanges de sanglier (recupérées là où j'avais trouvé la canine) reliées par de la ficelle. Voila de beaux boutons. Deux autres pièces de cuir rectangulaires forment les manches, que je relie au gilet. Ma veste est finie. Je décide d'utiliser ma peau de lion pour me faire un pantalon. La peau d'ours me servira dorénavant de couverture pour mon lit. Je découpe deux pièces de peau. La première me fait le tour de la taille, comme une jupe. La deuxième relie le devant et le derrière en passant sous l'entrejambe, et en laissant deux trous pour les jambes. Deux autres pièces constituent les jambes, et je couds le tout avec des lanières en peau de lapin. Je vais être super classe demain!

   Je m'endors tranquillement.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #35 Dim 09 Août 2009, 18:04
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
Jour J+13

   Je me lève de bonne humeur, malgré un sentiment de tristesse. C'est la fin des Jeux. J'appréhende la vie après, avec le retour à la solitude. Mais je sais que j'ai de quoi m'occuper: développement de mon campement, me fabriquer des ustensiles divers, des affaires et des vêtements, et surtout explorer cette ile pour en connaitre les moindres recoins. Petit déjeuner et toilette dans la source pour bien commencer la journée. Première sonnerie de trompette. Tiens, elle s'est arrêtée net avant la fin, surement qu'un mélomane en a eu assez de ces notes discordantes (le Saint Homme, merci à lui!). Je rassemble tranquillement mes affaires et bois un bon coup. Je ne possède qu'une bouteille de thé glacé en plastique de un demi litre, c'est un peu juste comme stock d'eau pour la journée. Je décide de verser la bouteille d'alcool dans une casserole que je recouvre d'une tole. Voila, un litre d'eau supplémentaire.

   Je me met en route juste avant les deux couacs de trompette (yesss!!!!! encore interrompu!). Quand j'arrive sur la plage, quasiment tout le monde est là. On n'attend pas les trois coups (malgré les protestations du préposé à la trompette), et on embarque dans la joie et la bonne humeur. Le "Bouga Bouga" résonne plus fort que jamais. J'ai la surprise de voir d'autres naufragés nous accompagner à dos de dauphin. Bizarre, mais ça doit être sympa quand même.

   On accoste en bordure de la jungle. Nous nous dirigeons vers de petites collines. En chemin, je me fais expliquer le coup des dauphins. Ils se sont installés dans une petite crique sur chaque ile et, en échange d'un bon repas de poissons, acceptent de vous servir de taxi. Faudra que j'expérimente àa! Nous arrivons aux collines, qui m'ont l'air tout à fait charmantes. Je remarque que pratiquement tout le monde est monté en haut, regardant vers nous. Non, plutot derrière nous. Je gravis la pente en vitesse, puis me retourne.

   Et là, je le vois. Le Temple d'Edev. Une imposante construction que n'arrivent pas à masquer les arbres devant lui. Qu'il est beau! Il contraste avec les ruines vues sur l'autre ile. et surtout, il est rassurant, on ressent la bienveillance de ce lieu.

   Passé cette béate contemplation, on redescend dans le creux des collines, à l'abri du vent, pour préparer le repas. Il y a des tas de bois un peu partout. Comme les autres, je me sers et allume mon feu. Je le fais suffisamment gros pour cuire le lapin et l'oie. Comme ça, mon repas du soir sera prêt. J'écoute le silence. Margré la population présente, le repas se passe dans une sorte de recueillement méditatif. Mes compagnons mangent lentement, chacun dans son coin. Ils semblent communier avec l'ile.

   Dans ma tête, des images du passé surgissent. Mon ancienne vie défile devant mes yeux. Mais je n'éprouve aucune tristesse, aucun regret. Comme si ce n'était pas la mienne. Maintenant, je suis ici. Et je suis bien. J'ai oublié ce qu'est le stress.

   J'atteins la plénitude.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #36 Lun 10 Août 2009, 17:45
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Un coup de gong me sort de ma méditation. Lentement, mon esprit réintègre mon corps. La grande chasse aux trésors est annoncée. Le but est simple: des morceaux de tissus numérotés sont disséminés autour du temple d'Edev. Quand on en trouve un, on le garde et on continue. Dans un coin, je vois tout un tas d'objets divers, allant du simple lot de tole à un coffre en bois, en passant par des objets fabrication maison, des armes, des objets de la civilisation, des morceaux d'armures, des armes étranges,... mais d'où tout cela peut il venir?

   Un autre coup de gong met un terme à mes interrogations. Tout le monde se prépare. Au double coup de gong, on s'élance tous en poussant une immense clameur. C'est la bousculade en arrivant à la lisière. Je me relève péniblement, pour voir un homme dépité tendre des étoiles jaunes au Vieux Sage qui signale qu'avec moi, c'est systématique: je me mange régulièrement un arbre. J'y crois pas! Il a parié sur moi, et en plus il a joué l'arbre gagnant!

   Reprenant mes esprits, je reprend ma course entre les arbres, pour finalement me vautrer dans une masse boueuse et vaseuse. Mais quel est l'imbécile qui a planté un marais ici? Et en plus ça pue! En tout cas, ma main a attrappé un morceau de chiffon avec un numéro dessus. Je me met à patauger, jusqu'à atteindre une plage. Personne ne s'est encore dirigé par ici, et j'en profite. Sur des batons plantés dans le sable sont noués des morceaux de tissu! J'en récolte cinq en tout. Devant moi, je découvre une chose nouvelle: une épave de bateau est échouée, on dirait un galion espagnol. Je m'en approche, mais les hommes qui en sortent ont déjà tout pris.

   Je m'enfonce à nouveau dans les marais. Subitement, je reçois un coup sur la tête. Et un autre! Je regarde autour de moi, il n'y a personne. Encore un coup sur la tête. Je vois une mangue tomber à mes pieds (enfin, à mes genoux, vu que je suis embourbé dans le marais). Je lève la tête et crois halluciner. Un singe bleu, apparemment dérangé par ma présence, me bombarde de fruits. J'intercepte une mangue, et je profite qu'il soit innattentif en cueillant d'autres fruits. Je balance la mangue de toutes mes forces, et dégomme cette anomalie de la nature entre les yeux. J'erre encore dans les marais, m'égare un peu dans la jungle pour retomber à nouveau dans l'eau vaseuse. Cela semble durer des heures. Je croise beaucoup de monde, mais je fais chou blanc.

   Le gong nous rappelle. Heureusement que je ne suis pas seul, car je suis complètement perdu.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #37 Mar 11 Août 2009, 17:38
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   On revient enfin aux collines. Tout le monde se précipite alors vers la mer pour se nettoyer un peu. Mes pauvres vêtements tous neufs sont pleins de vase, et moi aussi d'ailleurs. Je remarque que certains ont prévu une tenue de rechange. Faudra que j'y pense aussi, d'autant plus que ces vêtements ne sont pas inusables. Voila, je suis propre, mais mouillé.

   Le gong nous appelle pour la distribution des prix. Je suis impatient, pire qu'un gosse devant le sapin de Noël. Avec mes six morceaux de tissu, je remarque que je fais des jaloux. Chaque numéro est appelé dans l'ordre. A chaque fois, quelqu'un s'avance et reçoit son lot.

   Pour mon premier lot, ça commence plutot bien: une peau d'ours! Ca efface la honte de l'arbre de tout à l'heure. Suivent une bouteille de thé (pratique pour transporter de l'eau, et je manque de bouteilles), un savon, un sac de riz. De quoi améliorer un peu le quotidien. Les lots disparaissent petit à petit, mais les plus gros restent. Mon avant dernier numéro est appelé. Je suis sur un nuage lorsqu'on me remet une paire de vrais bottes, pas du genre bricolées avec les moyens du bord, mais de vraies bottes provenant de la civilisation. Je sens qu'on me regarde de travers, il y a de la jalousie dans l'air, surtout qu'il me reste un lot à recevoir.

   Je m'avance pour prendre le dernier objet restant: le coffre en bois. Des rumeurs sourdes fusent derrière moi. Elle me fusille du regard, elle n'a eu qu'un seul lot, et en plus un nul. Heureusement, Le Vieux Sage émet l'hypothèse que je dois avoir attiré les faveurs d'Edev, ce qui a pour effet de calmer l'assistance.

   Je n'ai pas ouvert le coffre, mais vu son poids, je me doute qu'il n'est pas vide. Auprès de mon feu, je m'asseois tranquillement. Personne ne fait attention à moi. Je me décide à l'ouvrir. Je soulève le couvercle et découvre le contenu: 1 rouleau de tissus, une bouteille d'huile, un rouleau d'une solide cordelette, un étrange cristal bleu qui émet une lueur assez vive, et surtout une veste et un pantalon en tissus robuste, le tout posé sur une épaisse couverture de laine. Un vrai trésor! Je comprend pourquoi les autres faisaient la gueule.

   Je m'aperçois que l'oie que j'avais laissé près du feu à disparu. Par contre, le bois sur lequel je l'avais embroché est resté en place. Donc ce n'est pas un animal. Quelqu'un me l'a volé. Je me lève pour inspecter les environs. Je surprend une conversation entre Elle et quelques survivants. Elle se demande comment j'ai réussi à avoir tous ces lots, et surtout le coffre! A leurs pieds, je remarque des os, très certainement ceux d'un volatile ...
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #38 Mer 12 Août 2009, 17:27
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Ok! j'ai compris.

   Elle retourne dans son coin, assez isolé, et commence à découper des champignons qu'elle mélange à des oeufs. Quelqu'un l'appelle, elle délaisse sa cuisine. Je détale à toute vitesse vers les marais. il y a plein de champignons là bas. Pas dangereux d'après ce qu'on m'a dit, mais une faible dose suffit à déclencher une bonne indigestion. J'en ramasse quelques uns, les nettoie en vitesse, les coupe en morceaux, et remplace les champignons de l'omelette. Juste à temps. Ni vu ni connu. elle revient et place son omelette sur le feu.

   Pour ma part, il me reste quelques fruits, ça me fait un repas frugal. Heureusement, une jeune femme m'offre un morceau de viande bien savoureuse. Je l'ai déjà remarquée, malgré sa discrétion. Jamais loin de moi, elle m'a toujours encouragé lors des épreuves. Je la remercie et l'observe discrètement. Petite et assez fine, les cheveux bruns, elle est à l'opposé de Elle, grande blonde athlétique et musclée. Une alliée, ça ne se refuse pas, car j'ai l'impression que mes prestations aux Jeux m'ont valu quelques innimitiés. Derrière la solidarité apparente, la jalousie demeure sous-jacente.

   le gong retentit. Les musiciens sont prêts, il a été décidé de commencer le bal, on fera l'élection de Miss Archipel pendant une entracte. Par politesse, j'invite Amie (oui, c'est comme ça que je vais l'appeler: Amie) à danser. Vu la prestation du dernier bal, j'estime être dans les meilleurs danseurs, bien que ce n'était pas le cas dans le monde d'avant. Tout le monde se trémousse au rythme (enfin pas vraiment) de la cacophonie soit disant musicale.

   Il faut plusieurs coups de gong pour faire cesser la scéance de torture. Des torches sont allumées, une procession se forme, direction le Temple d'Edev. Je suis amené dans le groupe de tête, car membre du jury final. Le temple s'élève sur une basse colline, surplombant ainsi le marais. Par contre, je ne distingue aucune entrée. De grands feux éclairent les environs. une estrade a été installée, une cage remplie de pigeons est posée non loin, et tout un stock de fusées de détresse plus loin.

   Je m'installe sur un banc avec le reste du jury. Les cinq finalistes s'avancent, avec Elle au milieu.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #39 Jeu 13 Août 2009, 18:16
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Soudain, elle a une violente contraction, se plie en deux, et se tourne vers la droite. Et surtout ... fait se dénouer sa ceinture. Sa culotte de peau tombe à ses chevilles, et c'est à ce moment que son estomac décide de se vider ... par les deux extrémités! Pour résumer, elle asperge copieusement ses concurrentes et une partie du jury. J'échappe de peu au raz de marée.

   Mais ce n'est pas tout. Paniquées, les autres finalistes chutent de l'estrade. Le mouvement de panique atteint les premiers rangs qui reculent précipitamment. S'ensuit une bousculade. Quelqu'un renverse la cage aux pigeons, qui s'ouvre. Les pigeons prennent leur envol prématurément. Au même moment, une autre personne lache sa torche ... sur les fusées de détresse qui partent dans tous les sens. Certaines d'entre elles frappent le groupe de pigeons en plein envol, donnant ainsi tout son sens à l'expression "descendre en flammes". L'un des volatiles en feu tombe pile poil sur une grosse bulle de méthane qui remontait tranquilement des profondeurs du marais. L'explosion qui s'ensuit soulève une énorme vague d'eau et de vase qui s'abat sur l'assistance en déroute.

   Un lourd silence s'ensuit, la panique s'apaise. Les gens commencent à se relever, l'air hébété. Puis un immense éclat de rire s'élève. Le choc passé, tout le monde trouve la situation comique et s'en amuse. Tous, sauf Elle, agenouillée sur l'estrade, honteuse et confuse. Elle est vraiment mal à l'aise. A tel point que je proclame que, vu qu'elle est la seule concurrente restée sur l'estrade, le titre de Miss Archipel lui revient. Personne ne conteste, la décision est validée. Mais qu'est ce qui m'a pris encore de dire une connerie pareille?

   Par contre, tout le monde est d'accord pour dire que ce n'étaient pas les meilleurs lachers de pigeons et feu d'artifice, mais en tout cas les plus marrants. Ca change de la tradition habituelle. Peu d'entre nous ont échappé au désastre. La plus grande partie de l'assistance a été submergée par le tsunami vaseux. De quoi organiser un concours de celui qui pue le plus.

   La nuit tombe, on regagne les pirogues. On rentre de nuit?
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #40 Ven 14 Août 2009, 17:46
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Ils doivent se guider aux étoiles. Espérons qu'ils savent où ils vont. Je lève la tête vers le ciel. Ca fait longtemps que je n'ai pas contemplé la voûte céleste. Je cherche la Grande Ourse, mais je ne la trouve pas. Orion est facile à reconnaitre, mais je ne l'identifie pas. Aucune constellation de l'hémisphère nord. Alors la Croix du Sud, avec le Sac de Charbon à coté, dans l'hémisphère sud? Non plus! Je ne reconnais aucune constellation! C'est pas possible! Ce n'est pas notre ciel!

   Heureusement, on accoste à l'endroit prévu, je retrouve la plage maintenant si familière. Rapidement, tous les survivants s'évaporent dans la nature. Je reste seul avec mes affaires. Et mon coffre à trainer jusqu'au campement! Pas pratique. Soudain, je sens ma charge s'alléger. Amie m'a rejoint pour m'aider. On se sourit. Elle me suggère d'utiliser le cristal pour nous éclairer. En plus, ça marche! Arrivé au campement, Amie s'affale dans un fauteuil, et moi sur mon lit. Je trouve aussitot le sommeil.

Jour J + 14

   Je me réveille en sursaut. Un bruit d'enfer est en train d'interrompre ma nuit. Tiens, c'est déjà le matin? Le vacarme semble venir de partout à la fois, mais surtout d'en dessus. un coup d'oeil par une verrière confirme mes soupçons: il pleut à verse. et la pluie qui frage sur un toit de tole, ce n'est pas du plus silencieux. C'est un vrai déluge. Espérons que ce n'est qu'une pluie passagère, et pas la mousson. En plus je n'ai pas de parapluie. Je remarque qu'Amie n'est plus là. Dommage.

   Je prend conscience que je ne suis pas équipé pour faire face aux intempéries. Et que cela devient urgent. Je n'ai qu'une seule tenue en peau et une tenue de pirate, inadaptées à la pluie ou au grand froid. Je m'habille en vitesse. Une pluie, et l'air se rafraichit. En plus, mon feu est dehors, et il ne risque pas de bruler par ce temps. Je mange un peu de viande fumée, et je sors une casserole dehors, histoire de récupérer un peu d'eau. Je suis bloqué dans mon abri tant qu'il pleut. Je sors le cristal. Il diffuse une lumière bleutée qui éclaire l'intérieur. Super comme lampe de chevet.

   Il faut que je m'organise.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #41 Sam 15 Août 2009, 17:38
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Avec la bache imperméable, je pourrais me faire des vêtements de pluie! Pour le moment, je me recouvre avec pour aller cueillir du houx dehors, non loin de mon abri. Mes études lors des Jeux vont me servir. Cela va me permettre de faire une sorte de glu pour coller les coutures qui seront ainsi bien étanches. Je me fais d'abord un pantalon à pattes un peu d'éléphant, qui descend bien bas sur mes super bottes d'aventurier pro (en fait, d'après ce qu'on m'a raconté, récupérées sur un cadavre de pirate). Pour le haut, une veste qui descend bien bas sur le pantalon, fermée devant et qu'on enfile par la tête, fait l'affaire. J'y colle une capuche à larges bords. Me voila paré! Je regarde la pluie tranquillement en attendant que ça sèche.

   Je me rend compte que mon abri est bien trop petit: une table et deux fauteuils, un fauteuil-lit, un coin de stockage de mes maigres affaires, la cuisine dehors, c'est déjà un peu juste. Va falloir que j'agrandisse ça! Suffit de couper quelques arbres, d'accoler des murs et un toit à la partie existante, et de découper une porte. Faut aussi que je réfléchisse au moyen de faire un feu qui soit à l'abri.

   Mais pour le moment, je vais m'occuper de la peau d'ours que j'ai ramené hier. J'ai entendu une discussion au sujet d'une méga partie de boules de neige à Noël, donc il neige, donc il fait froid. Ben dis donc, c'est un gros nounours qu'ils m'ont refilé! Un nounoursosaure! La taille du monstre! En tout cas, ça fait mes affaires!

   Mon ventre grouille. J'utilise quelques barres de céréale et je bois l'eau de la casserole. Je décide de tester mon imper pour aller cueillir quelques fruits. Impec, il a l'air étanche, et je suis à l'aise dedans. Il est temps de se remettre au travail. Je commence à avoir l'habitude. Je me confectionne rapidement un manteau à haut col et un pantalon. Va falloir que je tue d'autres serpents, histoire d'avoir des ceintures. Il me reste des morceaux de peau d'ours. Je les utilise pour me fabriquer quelques accessoires: une écharpe, un bonnet, et des moufles (en fait, des sortes de sacs nouées aux poignets, fendus dans la largeur sur la face inférieure pour permettre aux doigts de sortir pour les utiliser).

   Je range ma nouvelle garde robe dans mon tout nouveau coffre. Je place la couverture sur mon lit, la peau d'ours qui me servait de pelisse me fera un excellent tapis de sol. Coincé dans mon abri, je tourne en rond. La pluie ne semble pas faiblir.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #42 Dim 16 Août 2009, 17:37
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   je fais un tour sous l'auvent, histoire de voir l'évolution de la météo. un éclair zèbre le ciel, la foudre s'abat non loin de moi. Un arbre en est la victime, il se brise sous l'impact. Une branche s'affaise lourdement, et je m'en prend l'extrémité sur la tête. Pourquoi ne suis je pas surpris? J'attrappe la branche et la tire sous l'auvent, à l'abri. Je rentre en me tenant le front. Avec un morceau de peau trempé dans l'alcool, je lave la plaie. Aïe! Ca pique! Je bois un coup direct à la casserole d'alcool, histoire de faire passer la douleur. Vais pas me mettre un sparadrap sur ce coup la, je préfère les économiser. D'ailleurs, je les ai planqué dans ma petite fosse secrète ... avec les livres. Je les avais oublié, ceux la. Je déplace mon lit pour les ressortir.

   Par ce temps, la lecture est une occupation idéale. J'y découvre des choses que je savais déjà, et j'en apprend d'autres. Ca en fait des choses à savoir. Déjà les techniques de fabrication aux Jeux, c'était pas mal de connaissances. Cependant, je me les rappelle dans les moindres détails. Je me saisis d'un livre d'herbologie que j'ai déjà consulté et que j'ouvre au hasard. J'en récite la page au mot près, sans aucune erreur. J'essaie un autre livre: zoologie. Encore un sans-faute. A la première lecture, j'intègre à la perfection l'intégralité du contenu. Je suis devenu une encyclopédie vivante. L'Ile donnerait elle une super mémoire à ses habitants? Ou alors ce serait Edev sur ce coup la? En tout cas, ça fait bien mon affaire. Je me plonge dans la lecture.

   Mon ventre m'interrompt. Encore un peu de viande séchée ... le reste! J'ai déjà bouffé la chèvre! Je sors cueillir quelques fruits sous la pluie. Je continue la lecture, et je m'endors sur un fauteuil, le livre à la main.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #43 Lun 17 Août 2009, 17:21
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
Jour J+15

   je me réveille après une mauvaise nuit. La pluie continue de tomber. L'air est saturé d'humidité et s'est rafraichi. Je ne me sens pas bien, j'ai mal au ventre. Je cours précipitamment dehors, sous l'auvent. C'est bien la diarrhée. Me reste plus qu'à prendre la pelle pour enterrer les dégats. Faut que j'arrête les fruits. Je sacrifie une ration de survie pour me remplir l'estomac. Coincé dans mon compement, je continue ma lecture, après avoir vérifié que celle de la veille avait été bien intégrée. Comme je l'espérais et m'y attendais, tout est gravé dans ma mémoire. Je passe la journée à lire, interrompu par quelques passages sous l'auvent avec la pelle.

   Lassé de lire, je décide de prendre la hache et de découper la branche tombée la veille. J'ai de quoi faire un feu. Vu mon état de santé, je choisis de cuire une partie du sachet de riz. Le riz, c'est bon quand on a la diarrhée, mais le plus efficace (même si c'est infect niveau gout) c'est l'eau de cuisson du riz. Je me force à boire le breuvage jusqu'au bout, puis m'attaque au riz. Il n'est pas encore très tard, mais je m'alonge sur mon lit, fatigué. Dehors, la pluie se calme.

Jour J+16

   Je me réveille, pas très en forme. Il ne pleut plus, et mon ventre a l'air mieux. Je finis mon stock de barres de céréales. Il ne me reste plus qu'une seule ration de survie. Donc première chose à faire: trouver de la viande. Je m'équipe de ma lance, de mon arc et de flèches. je me dirige d'abord vers la source. Mauvaise surprise, un animal est passé avant moi et a fait un festin avec les lapins dans les collets. Je remet mes pièges en place. Devant moi, les herbes s'agitent. Un groupe de castors est en train de ramasser des branches, l'occasion pour moi d'étrenner mon arc en situation réelle. Une flèche plus tard, je rentre au campement avec un castor.

   Avec ça, je vais me faire une toque à la davy Crockett!

   Mon feu a du mal à prendre, le bois est humide. Mais au final, j'arrive à me faire une sorte de bouillon bien épais de viande et de riz. Je suis rassasié, je me sens mieux.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #44 Mar 18 Août 2009, 18:11
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Après ce repas, je rassemble un peu de bois mort sous l'auvent, afin d'avoir un stock de bois sec, car le feu est primordial. J'en fais une sorte de cone au-dessus des braises, afin de le faire sécher. Puis je m'aventure dans la jungle, l'arc à la main, la flèche prête à fuser. Après une bonne heure à tourner en rond, un singe devient ma victime. Il est identique à celui de l'ile du Temple, sauf qu'il est de couleur normale. Il n'avait pas fait attention à moi, autre chose le préoccupait. Et cette chose devient maintenant mon problème, à en entendre le grondement derrière moi.

   Mon arc étant posé à terre, ma main n'a d'autre choix que de se saisir de mon coutelas. Je me retourne et une grosse masse noire me bondit dessus. J'ai le réflexe de ne pas vouloir la contrer. Je me laise choir en arrière par terre, et ma main armée se lance vers l'avant en remontant. Je me retrouve allongé, une masse inerte sur moi. Je repousse le corps inanimé d'une ... panthère noire! Mon coutelas fiché en plein dans le coeur.

   Je saigne. Un coup de griffe m'a entaillé la joue, et un autre le torse. Heureusement, je ne suis pas loin de mon campement. Je ramène le singe, puis la panthère. Mes proies en sureté, je pense d'abord à me soigner. J'ote ma veste déchirée par le coup de griffes, et je désinfecte les plaies avec un peu d'alcool. Aïe aïe aïe! Ca pique !!!! J'ai de la chance, ce ne sont que des éraflures. Je m'occupe en premier du singe, dont je récupère la peau, l'estomac et les intestins. Il m'a l'air bien gras, j'en profite pour découper et récupérer la graisse dans une casserole. J'ai relancé le feu, du feuillage me procure une belle fumée blanchatre. Je me fais un bon stock de viande fumée. Pendant ce temps, je passe à la panthère. La viande de carnassier étant plutot dégueu niveau gout, je n'en récupère que la peau, ainsi qu'un bon petit paquet de ces étoiles jaunes, qui m'ont l'air rares, mais précieuses. Je jette le corps de l'animal dans la jungle, assez loin du campement.

   Je place l'estomac et les intestins du singe avec de l'eau dans la marmite, et je fais bouillir le tout un petit moment. Je sors les boyaux. Je noue la base de l'estomac, bien fermement afin d'empêcher toute fuite, pour m'en servir comme outre pour stocker l'eau. Je prend ensuite un petit bout de tuyau creux, reste inutilisé de mon campement. Je passe le boyau à l'intérieur, puis le retourne sur l'extérieur du tube. Délicatement, je gratte avec mon couteau la partie interne, afin de ne garder que la membrane extérieure. travail délicat qui me prend le reste de la journée. Pendant mon repas de viande de castor, je fais fondre la graisse dans la casserole. Une fois fondue, je la fais couler dans des segments d'intestin dont j'ai noué une extrémité, puis l'autre avec de la ficelle une fois plein. J'obtiens des sortes de saucissons de graisse, lui permettant ainsi de se conserver. il suffira par la suite de placer un "saucisson" près du feu pour liquéfier la graisse et s'e n ervir pour la cuisine par exemple.

   J'ai bien travaillé aujourd'hui, dans cette journée riche en émotions. Je n'ai aucun mal à trouver le sommeil, après un bon petit whisky dont j'ai ressorti la bouteille.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #45 Mer 19 Août 2009, 17:34
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
Jour J+17

   Je me sens d'entrain aujourd'hui. Je me fais une petite provision de fruits, légumes et plantes et je déjeune au singe fumé. Je peux me consacrer à mon campement. Première étape: délimiter la nouvelle extension, que je décide de faire sur la gauche. Je creuse une tranchée le long du tracé. Armé de ma hache, je commence à abattre les arbres présents dans le périmètre. Ca me fera du bois pour l'hiver.

 Jour J+20

   J'ai joué au bucheron pendant trois jours, mais je suis content. J'ai un bon stock de bois qui va pouvoir sécher, et j'ai nettoyé la place. C'est fou ce que l'activité physique donne faim, j'ai déjà fini de bouffer le singe! Ce qui veut dire: retour à la chasse.

   Je décide de changer de terrain de chasse. J'ai remarqué un coin de clairière, juste après la plage. Ca me permettra de me sortir des quelques sentiers battus que je maitrise. De plus, je pourrai voir d'un peu plus près les montagnes. et surtout, le plus important: il n'y a pas d'arbre!


   Je place mon arc en bandoulière, et préfère m'armer de ma lance. La panthère m'a rendu prudent. C'est d'un pas décidé que je me lance à la chasse. Une fois sorti de la forêt, je contemple les monts devant moi. Ils ont l'air bien hauts, avec de la neige au sommet. Vivement que j'aille explorer tout ça!

   Mais pour l'instant, je décide de me concentrer sur le cerf qui broute paisiblement. Je plante ma lance dans le sol, et saisis mon arc. Je prend mon temps pour bien viser, et décoche une flèche. Je ne saurai jamais, ni ne comprendrai, pourquoi cet idiot de pigeon a eu l'idée de prendre son envol à ce moment. Le volatile se fait déchiqueter en déviant ma flèche, et le cerf s'enfuit. Même pas mangeable! Tout juste bon à sucer les os pour avoir un peu de gout dans la bouche. Vive le jogging! Je cours pour retrouver le cerf. Je le vois dans ce qui me semble être une plaine. Mais au lieu de regarder au loin, je ferais mieux de faire attention où je met les pieds. Je m'empètre dans une chèvre qui se reposait tranquillement, sans rien demander. Elle n'apprécie pas du tout mon intrusion, et mon postérieur n'apprécie pas qu'elle n'ait pas apprécié. Je me retrouve à quatres pattes dans les hautes herbes, et je constate qu'une chèvre, ça ne connait pas l'usage de la pelle. Je m'essuie le visage de la main. Elle ne doit pas connaitre ma lance non plus. Je me retourne, reste assis en pointant mon arme devant moi. Je n'ai plus qu'à me coucher pour éviter la chèvre qui me passe par dessus en s'empalant au passage. Je me relève.

   Plus de trace du cerf. Je me contenterai d'une chèvre pour aujourd'hui. Quoique, maintenant que je suis proche de la plage ... Je vide ma proie de ses entrailles, puis me dirige vers la mer. Je remplis l'animal de coquillages divers et variés. Je charge le tout sur mes épaules.

   Ce soir, ça sera fruits de mer.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #46 Jeu 20 Août 2009, 17:41
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
Jour J+21

   Je suis debout à l'aube. Après la préparation matinale, je ressors mon traineau, histoire d'aller faire une bonne provision de toles. J'espère retrouver des postes à souder. Maintenant que j'ai trouvé un chemin praticable, je continue à aller dans le désert. Je n'ai pas encore localisé l'autre site, et je n'ai pas envie de rencontrer d'autres naufragés. Deux raisons supplémentaires de retourner au même endroit. Je laisse mon arc, mais ma fidèle lance fait partie du voyage.

   Je retrouve le lieu comme au premier jour de ma découverte. Mais sans le lion. Je retrouve les postes à souder, à nouveau rangés comme il faut dans leurs caisses bien fermées. M'en fout, je sais déjà où se trouve la barre de fer pour les ouvrir. Et c'est parti pour le découpage. J'ai pris le coup, ça va vite.

   Déjà faim. Heureusement que j'ai emporté de quoi manger dans un sac. Pour me détendre, je fais une petite ballade parmi les carcasses en tous genres, tout en mangeant. tiens, une capsule Apollo! S'en sont pas vantés de celle la, les mecs de la NASA! Je continue à marcher devant moi. J'entend un bruit. Non, une voix. Monocorde, grave, et incompréhensible. Je m'approche discrètement d'un aileron planté dans le sol, et regarde derrière, en prenant soin de rester caché.

   Non, je ne me trompe pas. Cette silhouette grande et maigre, ce long manteau noir, cette capuche sur la tête malgré la chaleur. C'est lui ... l'homme en noir, celui que tout le monde semble redouter, moi le premier. Je n'ose plus bouger. Il semble psalmodier une incantation dans une langue inconnue. Tout à coup, il se met à hurler en levant les bras au ciel. Un vrombissement de moteur se fait entendre, rapidement suivi d'une explosion. L'homme en noir éclate de rire, un rire gutural, sinistre et effrayant. Je suis tétanisé. Impuissant, je regarde dans le ciel la trainée laissée par l'avion en flammes. Je crois qu'il s'est écrasé sur Inaho.

   Ce que je viens de voir, je n'aurais jamais du y assister. Pris d'un accès de rage, je me redresse d'un bond, et me précipite la lance en avant ... pour la planter dans le vide. Personne! Il n'y a plus personne. Il s'est évaporé. Je regarde en l'air: les traces laissées par l'avion sont encore visibles. Je n'ai pas rêvé, ce n'est pas une hallucination.

   J'envoie mentalement un "bonne chance" aux éventuels survivants, qu'Edev les protège.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #47 Ven 21 Août 2009, 17:46
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Je reviens à ma réalité. Je suis maintenant devant une antiquité: un avion, ou plutot un aéroplane du début du siècle (attention, pas celui en cours, l'autre d'avant!)! Surement un aventurier qui a voulu traverser la Manche ou la Méditerranée avant l'heure. N'est pas Rolland Garros qui veut! Il a vraiment souffert de l'atterrissage forcé. Par contre, si son train d'atterrissage a été arraché du fuselage, il n'en reste pas moins deux roues reliées par un essieu, le tout en bon état. Des roues! Un essieu! De quoi me faire un traineau à roulettes. Je reviens à mon point de base avec ce trésor. Je passe le reste de l'après midi à me bricoler cette petite merveille qui va me simplifier la vie. Le résultat m'a l'air bien solide. Je charge mon nouvel engin et rentre à la maison. Super génial, je n'ai pratiquement aucun effort à faire, je vais beaucoup plus vite qu'avant. Encore une bonne trouvaille.

   Je goute un repos bien mérité au coin du feu, devant un lapin à la broche farci aux herbes accompagné d'une brochette de légumes variés. Je devrais être heureux de ma journée, mais je repense à ce que j'ai surpris tout à l'heure. Ainsi, ça serait lui, le responsable de ma situation? Ou n'est il qu'un simple spectateur, témoin privilégié de l'action d'un être maléfique quelconque? Et après tout, c'est peut être Edev qui s'ennuie et qui n'a trouvé que ce moyen pour se passer le temps. Un frisson d'effroi me parcours le dos. et si Edev, c'était lui, l'homme en noir? Non, impossible, je refuse d'y croire.

   C'est l'esprit troublé et la main sur le coutelas que je m'endors au fond de ma cabane, la porte bien fermée.
« Dernière édition: Sam 22 Août 2009, 17:06 par orangevg »
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #48 Sam 22 Août 2009, 17:24
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
Jour J + 22

   Aujourd'hui, je prend mon arc, au cas où je pourrais éviter de nombreux crashes, bien que je ne me fasse pas d'illusion. Maintenant, le voyage est un plaisir. La journée se passe sans encombre. Pas de lion, pas d'homme en noir, pas de crash, rien. Je fais plusieurs voyages de toles le matin. L'après midi, je commence à explorer quelques épaves pour me distraire un peu. Et qui sait ce que je pourrai y découvrir? Je suis bien content de refaire ma provision de barres de céréales. Je trouve aussi un parachute en bon état, de quoi me faire des draps en soie et une bonne pelotte de ficelle.

   Je refais un voyage de toles et autres matériaux, histoire d'être sur d'en avoir assez. Avec mon traineau à roue (on peut le dire, ça, traineau à roues?). Alors avec ma charette (ça sonne déjà mieux!) je transporte beaucoup plus de matériel. Une fois au campement, je m'aperçois que je peux encore faire un aller-retour. Je galoppe gaiement dans le désert. Je commence à tellement avoir l'habitude du chemin que je cours les yeux fermés en tirant ma charette. Je ne fais pas attention et je dérive vers la droite. En ouvrant un coup les yeux, je remarque mon erreur et je regarde les épaves sur ma gauche, tout en continuant tout droit. Dans le désert, il n'y a pas d'arbre. Par contre, il y a des cactus. Je ne savais pas que ça piquait autant! Ce petit rappel à l'ordre urticant me fait rectifier ma trajectoire. J'arrive au site de crash en marchant.


   Maintenant que j'ai suffisamment de fournitures pour le gros oeuvre, je vais un peu penser au confort. Je charge quelques fauteuils. Je décide d'inspecter un avion de ligne. Direction la coquerie. Il y a un petit évier encore intact, je récupère aussi un lavabo, un siège de W-C, ainsi qu'un stock de papier hygiénique (marre des feuilles d'arbres qui se déchirent en plein emploi, ou de celles rapeuses et urticantes qui transforment mes ravissantes petites fesses roses en énorme cul de babouin tout rouge!). Les rideaux séparant les différentes classes, des plateaux repas ainsi que quelques couverts complètent mon butin, avec encore quelques autres petites fournitures.

   En arrivant au campement, j'ai une énorme surprise. Elle est là. Non, pas Elle, mais elle, l'autre.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Réponse #49 Dim 23 Août 2009, 17:43
orangevg
Mu-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme

Messages: 1133


centurion césarissime



Journalisée
   Amie!

   Elle est assise dans le fauteuil sous l'auvent. Par contre, elle n'a pas préparé le repas! Pas sympa ça, surtout qu'il se fait tard et que j'ai faim, moi! Cependant, elle a su trouver la casserole d'alcool. Elle se redresse et me sourit. Je lui souris aussi. On resta là, à se contempler sans bouger. On dirait deux ados pré-pubères à leur premier flirt et qui ne savent pas quelle est l'étape suivante. Et tout ce que je trouve à dire, c'est de lui proposer à boire, alors qu'elle a toujours la casserole dans les mains. Au fait, maintenant que je suis arrivé, je pourrais peut-être lacher le brancard de la charette. Je déballe en vitesse mon bric à brac pour me sortir un fauteuil. On s'installe près du feu, un morceau de chèvre fumé à la main.

   Elle m'apprend qu'elle s'est écrasée peu de temps avant moi. Son campement n'est pas si loin du mien, de l'autre coté de la source, dans un arbre. Elle connait bien l'autre site de crash, qui est le plus fréquenté par les naufragés. A part moi, personne ne semble aller à celui du désert. Elle me confie avoir aperçu l'homme en noir rentrer dans une sorte de construction en pierre délabrée située plus au nord. Mais elle n'a pu pénétrer à l'intérieur. Elle aussi ressent cet étrange malaise à proximité de ce mystérieux individu. Elle aussi en a peur. Elle me donne des nouvelles des autres. Le Vieux Sage est reparti vivre dans sa grotte dans la montagne. Chacun a retrouvé son petit coin et y vit en solitaire. Quand à Elle, elle se serait creusé une sorte de terrier dans les collines du sud, face à la mer.

   Le repas fini, on fait tourner la casserole d'alcool, jusqu'à ce qu'elle soit vide. Pour la première fois depuis mon arrivée sur l'ile, je ris de bon coeur, sans vraiment aucune raison. Je saisis une branche et commence à danser autour du feu en frappant sur la casserole. Amie m'imite aussitot. En fait de danse, on gambade en rond joyeusement en gesticulant, et en chantant une chanson incompréhensible improvisée avec des mots qui n'existent pas.

   Complètements tarés!

   Nous nous figeons sur place en entendant ces mots. Devant nous, Elle vient de faire son apparition. Je lache la casserole qui tombe à mes pieds. Si il y avait des mouches, même un sourd les entendrait voler. Je me décide à faire un pas vers elle, mais c'est sans compter cette stupide gamelle dans laquelle je trébuche. Je pars en avant, en faisant de grands pas et de grands gestes pour essayer de me rétablir. Peine perdue. Un arbre a pitié de moi en me stoppant par la tête avec son tronc. Amie éclate de rire et tombe à la renverse. C'est pas juste! Pourquoi est ce qu'elle a droit à un fauteuil pour amortir sa chute, elle? En tout cas, notre invitée surprise a encore détalée. On ne tarde pas à entendre un grand plouf. Eh oui, par là, c'est la source. Faut faire attention où on va quand on court dans le noir.

   Amie s'est endormie, elle ronfle bruyamment, la bouche ouverte et la bave aux lèvres. Je rentre me coucher.
Cochonou Power !!!!! adoptez la Grouiiiik Attitude!
 ma fiche de troc sur le net si vous êtes de karaho, possibilités de trocs. contactez moi!
journal: mais pourquoi j'ai pris l'avion?
Pages: [1] 2 3 4   Haut de page
Imprimer
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP SMF 2.0 | SMF © 2011, Simple Machines XHTML 1.0 valide ! CSS valide !