Le jeu 650 km

650km : Le Forum
Lun 18 Fév 2019, 03:27 *
Bienvenue. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles:
News du 20/11/2018
Avis à tous les survivants!

Salut à tous, il y a du mouvement en approche sur notre serveur discord, alors vite, venez nous rejoindre, on vous attend !

Échouez-vous avec nous dans notre nouveau canal discord dédié à 650km!
Cliquez sur le lien suivant et rejoignez-nous! https://discord.gg/SqxZ6HX


Une question sur le jeu ? Consultez le :
Merci de consulter les Règles du Forum avant toute participation.
Pages: [1]   Bas de page
Imprimer
Auteur Discussion: [OMI] Partie 8 - Survivor CIMI - MI: Mrpolins  (Lu 13660 fois)
Jeu 26 Août 2010, 19:48
Le Maître de l'île
Hors ligne Hors ligne


Messages: 263




Journalisée
Citer
Palmarès des Aiguilles...



Etoiledeneig - Trois Aiguilles

Akasun - Trois Aiguilles

Gaelfe - Deux Aiguilles

Maybe - Trois Aiguilles

Krisx - Deux Aiguilles





- Vingt candidats, suivis par une cinquantaine de caméras dispersées sur tout une petite île... Bienvenue dans la seconde édition de l'émission de télé-réalité: Survivor Game!

Des hauts-parleurs étaient dispersés dans toute l'île et les vingt candidats (tous plus écervelés les uns que les autres) qui venaient de débarquer par bateau entendaient la voix de la présentatrice du jeu. Cette présentatrice n'était en revanche pas sur la petite île du Pacifique, mais sur son plateau de télé, accompagnée d'un public tapageur et de son collègue présentateur... Ah, ces deux présentateurs, qu'ils étaient bêtes eux aussi.

Le Maître de l'île, qui rôdait à l'insu des humains, était de fort mauvaise humeur. On était entré sur l'île! S'il comprenait bien, les humains allaient rester là quelques temps, à se chamailler et certains d'entre eux devaient partir. Pour une rare fois de son existence, le Maître de l'île ne comprenait pas ce qu'il se passait. Il décida donc de se retirer pour le moment dans son temple caché de boue. Il allait observer les misérables humains, puis, quand il n'y en aurait plus beaucoup, il en enlèverait quelques uns.

Une fois par semaine, le nombre d'humains diminuaient. Un oiseau de fer arrivait sur l'île et en prenait un ou deux... Ils ne furent rapidement plus que cinq.



***


Les cinq finalistes se tenaient mains dans les mains face aux caméras, et entendaient les présentateurs réciter son speech, annonciateur du grand gagnant de l'aventure Survivor Game.

- Après dix semaines sur l'île...

- De nombreuses rencontres...

- De belles amitiés...

- Mais aussi de nombreux conflits... La partie s'achève! Des vingt candidats, il n'en reste plus que cinq! Chers finalistes, voici venu le temps de connaître le nom du grand gagnant de cette nouvelle édition de Survivor Game.

- Exactement, Christine! Je vais procéder à l'ouverture de l'enveloppe qui contient le nom du grand gagnant!


Par les hauts-parleurs, les cinq humains entendirent le son caractéristique de l'ouverture de l'enveloppe. La tension montait entre eux cinq.

- Et le grand gagnant de Survivor Game, édition numéro deux, est...

Les hauts-parleurs furent soudain coupés. Sous les yeux éberlués des humains, les caméras attachées aux palmiers tombèrent toutes en même temps et se brisèrent sur le sol. L'aventure s'achevait ici, mais une nouvelle commençait.

Le Maître de l'île, qui avait tant attendu, était apparu. Il avait vêtu son apparence la plus monstrueuse, et les humains en furent si horrifiées qu'ils s'évanouirent tous en même temps!
« Dernière édition: Sam 14 Jan 2012, 01:37 par Mrpolins »
Réponse #1 Jeu 26 Août 2010, 19:48
Le Maître de l'île
Hors ligne Hors ligne


Messages: 263




Journalisée
Il faisait sombre, très sombre, lorsque les cinq humains se réveillèrent. Ils mirent tous un certain temps à se réveiller, se lever, et réaliser que toute perspective de gagner le Survivor Game était anéantie...

Ils se regardèrent entre eux, puis examinèrent l'endroit dans lequel ils se trouvaient. C'était une partie de l'île qu'ils n'avaient absolument pas visitée, car les arbres étaient si denses et touffus ici qu'ils ne pouvaient à peine voir le ciel - qui avait viré au gris.

A peine avaient-ils eu temps de pleurnicher que quelqu'un arriva. Non, ce n'était pas quelqu'un, mais Quelqu'un, comme les malheureux allaient l'apprendre.

Le Maître de l'île se place face à eux, et, après avoir fait apparaître un siège en chintz, histoire de montrer quel genre de personne s'était, il déclara d'un ton rusé:

- Eh bien, les amis? Vous avez eu peur de moi, tout à l'heure?.. Comme c'est pathétique.

Bon, je vais pas y aller par quatre chemins, je suis en ce moment assez pressé. Je suis le Maître de l'île où vous avez débarqué tels des petits moutons lamentables et maladifs. Tous les pouvoirs que les humains rêvent d'avoir, et parmi les plus épouvantables, eh bien je les possède! N'est-ce pas fabuleux? Et terrible, pour vous!


Une sombre lueur s'agita dans ses yeux, à vous en donnez des frissons...

- Vous l'aurez donc compris, ici, c'est Moi qui dicte la loi. La vie est bien injuste envers vous, mais c'est comme ça. Vous m'appartenez désormais. Est-ce clair?

Les humains étaient abasourdis et terrifiés par ses paroles. Ils marmonnèrent un "oui" à peine audible, à quoi le Maître s'indigna.

- Comment ça, oui? Non non non... On dit: Oui, Maître de l'île!

- Oui, Maître de l'île... firent les autres pour le satisfaire.

- Bien! Le CIMI se réunit à Halloween sur cette île! Et comme cela n'arrive que tous les deux-cent ans et que je suis hôte cette année, je veux que les célébrations soient parfaites! Ah oui, le C.I.M.I., c'est le Congrès International des Maîtres des Îles, autrement dit, la réunion où tous les Maîtres parlent de leurs méthodes d'esclavage d'humains, se donnent des nouvelles, des potins... C'est très agréable, sauf pour les humains comme vous.

Enfin, le plus important, c'est que je veux faire une soupe d'or, dont j'ai une recette très ancienne. Pour cela, il me manque deux ingrédients. Vous aurez cinq jours pour les trouver.

Il s'agit du plus d'or que vous pouvez en porter, et de deux yeux intacts de tigre. Pas bien difficile en soit, le seul hic pour vous, c'est que le seul endroit où vous les trouverez se trouve tout au nord de l'île, dans une zone assez instable, où... la météo... les chats... euh, la nuit... m'enfin bref, vous verrez bien par vous-même! Et vous devrez ensuite venir me retrouver dans mon temple de boue, au sud de l'île.


Le Maître adressa un sourire de requins aux humains dont les jambes flageolaient. Et disparut. Les cinq personnes s'en allèrent donc vers le nord de l'île, ne sachant pas trop à quoi s'attendre, sans sac ni rien...



***


Cinq jours plus tard, lorsque le soleil s'était évanoui à l'horizon, le vent se leva. Des nuages inexistants auparavant couvrirent le ciel en un rideau épais et infranchissable. La pluie, battante, commença à tomber dru, et le ciel sembla s'ouvrir lorsque l'orage éclata. C'était l'humeur du Maître de l'île qui se lisait dedans.

Il venait juste de claquer des doigts, et de s'apercevoir que ses humains n'avaient rien rapporté de ce qu'il leur avait demandé. Assis dans un siège en pierres précieuses, devant le temple de boue, il sortit de sa tunique trois petites marionnettes...

- Gaelfe! Raconte moi ce qu'il s'est passé, pour que votre bande de bons à rien ne réussisse pas la simple mission que je j'avais instamment ordonnée d'accomplir!
Réponse #2 Jeu 26 Août 2010, 23:03
Gaelfe
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 1501




Journalisée
*Oh bon sang ! C’est à moi qu’Il vient de s’adresser ! … C’est pas vraiment ce à quoi je songeais quand je réclamais aux producteurs d’être un peu plus le centre de toutes les attentions!*

N’osant affronter le regard terrible de la créature toute puissante qui trônait devant elle, Gaelfe fixa un point sur un des murs de boue et commença :

-   Ô Maître de l’Ile, c’est avec ferveur que je me suis lancée dans la quête aux ingrédients de La Soupe d’Or.

C’est donc en courant que je suis partie en direction du nord, faisant fi des branches qui m’écorchaient le visage. Hélas, au bout de quelques minutes, je me suis vite rendue compte que mes compagnes traînaient la jambe, plusieurs centaines de mètres derrière moi. Je suis donc revenue vers elles  - à toute allure car je ne voulais pas que nous perdions du temps pour accomplir la tâche que vous nous avez fait l’honneur de nous attribuer – et j’ai mis toutes mes forces à les motiver.
J’avais pour l’occasion inventer de toutes pièces un hymne à votre gloire. Pendant deux ou trois heures, j’ai entonné : « C’est pour le Maîtreuuuh qu’on use qu’on use, c’est pour le Maître qu’on use ses souliers !! ».
Et ça a marché : galvanisée par mes chants, notre petite troupe filait comme le vent !
Mais cela n’a pas duré… Alors que je me retournais pour encourager les autres à fredonner le refrain avec moi, quelle ne fut pas ma stupeur en découvrant que nous n’étions plus que quatre !
Nous nous sommes donc arrêtées et avons commencé à fouiller les alentours à la recherche de celle qui avait disparue. Et c’est derrière une haie d’arbustes épineux que j’ai fait cette découverte incroyable…


Un hamac ! « On » avait construit un hamac ! « On » avait tressé des feuilles de bananiers et des fibres de palmiers pour construire un hamac ! Ici, au milieu de nulle part ! J’étais abasourdie ! Mais ma stupéfaction fut plus grande encore lorsque je vis qui avait bâti cette couchette végétale ! C’était…



Pour plus d’intensité dramatique, Gaelfe se tourna alors vers ses sœurs d’infortune et, en pointant un doigt accusateur, s’écria :

-   Maybe !

Elle laissa un silence s’installer et poursuivit :

-Ô Vénéré Maître de l’Ile, je pensais que nous savions toutes que nous devions consacrer la totalité de nos forces à vous servir. Hélas, Maybe n’avait visiblement pas compris la même chose… Peut-être que s’il en avait été autrement nous aurions pu vous satisfaire…

Sur ces dernières paroles, Gaelfe baissa la tête et attendit la suite en contemplant le bout de ses souliers usés.

* Ah, j'l'ai bien mouché la Maybe! Elle aurait jamais dû révéler devant les caméras que j'avais la phobie des noix de coco! Ah, la vengeance est un plat qui se mange froid, foi de Gaelfe! *

Réponse #3 Ven 27 Août 2010, 01:30
maybe
Inahoderi
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 279



WWW
Journalisée
Maybe avait eu la peur de sa vie quand les caméras étaient tombées. Si près du but... Mais elle sentait que le Maître valait beaucoup plus qu'une simple émission de télé, si elle réussissait à le satisfaire... ce serait la plus belle des victoires.

Elle poussa un long cri d'exaspération quand Gaelfe l'attaqua. Un truc du genre "Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaan". Gaelfe, elle avait toujours rien fait sur l'île, elle était jalouse c'est tout.

Cher Maitre de l'île, ne méprenez pas ce que vient de dire ma camarade. Gaelfe,dès qu'elle a entendu vos ordres, s'est mise à courir c'est vrai... mais dans la mauvaise direction. Elle a toujours été nulle pour tenir une boussole et ça tout le monde le sait. Nous avons essayé de la prévenir mais elle n'entendait pas... ou le faisait exprès. Elle n'arrêtait pas de chanter une chanson qui couvrait nos voix.

En plus elle chantait hyper faux... Maybe regarde d'un air espiègle Gaelfe, voilà qu'elle était prise à son propre piège. Cette pensée la fit reprendre son récit.


Alors oui on a trainé de la patte, mais c'était pour ne pas s'éloigner de notre but. Après quelques heures de poursuite, je me suis prise le pied dans un piège. 



Maybe posa vaillamment la main sur sa poitrine et désigna de l'autre le bandage à son pied.

C'est sans une larme que je me suis dégagée le pied, j'ai gardé le piège à loup avec moi en me disant qu'il pourrait nous servir lorsque nous attaquerons un tigre. Je me suis faite un bandage avec des feuilles. Ne pouvant suivre les filles, j'ai bâti un campement, la nuit commençait à tomber et je pensais à la sécurité de notre groupe. J'ai aussi établi où nous étions sur l'île et quelle route nous devrions prendre le lendemain.
Quand les filles sont arrivées, je leur ai annoncé que nous devrions partir dans 2 heures.




Et il y en a une qui n'était pas contente, une qui voulait dormir 8h. Nous avons eu un mal fou à la réveiller... Elle a participé au retardement de notre quête.
Maître, rendez vous compte qu'elle nous a menacé si nous révélions son identité, cette personne, c'était...

Akasun !


On ne menaçait pas Maybe comme ça, pensa -elle toute fière.
Réponse #4 Ven 27 Août 2010, 20:26
akasun
Inahoderi
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 34


Te vl'a toi ?



Journalisée
Pffff toutes des chochottes ces nanas ! On se demande bien pourquoi elles avaient voulu participer à cette émission. Elles auraient mieux fait de rester assise dans leur salon de coiffure ou chez leur manucure !

Cette émission était LA chance de sa vie. LA solution pour enfin être connu et reconnu dans le monde entier. Car elle ne pensait pas s'arrêter la !

Il est vrai que certaines de ces filles étaient de sérieuses concurrentes … et même excellait dans la fourberie !
Elle devrait faire plus attention à l'avenir, si elle ne voulait pas se compromettre bêtement.


Elle ne savait plus sur quel pied danser. Décida de jeter un petit coup d'œil au Maître de l'Ile, puis baissa les yeux en signe de soumission.
Ohhhhh ! Dit-elle dans un soupir.
Enfait, Maybe raconte n'importe quoi … Jamais je n'aurais osé les menacer ! Je sais qu'elles sont assez retorses pour me le faire payer très cher.
Disons, que j'ai durci un peu le ton parce que j'étais épuisé, et que je commençais à me sentir mal.
Ben oui, j'en pouvais plus, avec leur chanson ignoble
*Aka jeta un regard furtif à Gaelfe* qui me donnait un de ces mal de crâne ! *Réalisant ce qu'elle venait de dire*
Heu … enfin, maître, comprenez par là, le rythme, la mélodie, les voies de crécelle de certaine, pas … pas le fait que ce soit sur vous, que … enfin …

Elle se disait qu'il allait perdre patience alors elle en vint au fait

Au départ, il y a eu quelques embrouilles, prises de bec, mais rien de bien méchant hein ? Pour savoir où aller. Et puis finalement nous nous sommes décidé à trainer les pattes derrière Gaelfe qui était partie comme une furie sans même nous concerter.
 Joyeusement, ou pas.

Voyez vous, mon seul et unique souci était que nous nous soyons engagés sur le meilleur chemin pour trouver vos ingrédients le plus vite possible. Mais alors, est revenu gaelfe, qui nous a houspillé sans ménagement pour chanter sa chanson ridicule !
Toute la forêt fut dérangée par ce rafus. Les oiseaux se sont tirés à tire d'aile à notre passage.
Je vous avouerais
* l'air misérable* que j'étais bonne dernière. Je ne suis pas feignante ou quoi hein ? Je voulais juste essayer de repérer des choses comestibles car je savais qu'il y aurait bien un moment où nous aurions faim …
Je suis alors passé près d'un grand arbre. Par terre y avait des champignons.
J'ai voulu arrêter les filles pour qu'elles m'attendent mais elles n'ont pas voulu m'écouter.
Pressées, pressées, nous sommes pressées, faut qu'on se dépêche au cas ou t'aurais pas compris ! (en gros ce fut la réponse).




J'ai quand même fais halte. Ben oui, jme disais, y a des champignons, mais y aura ptêtre autre chose pour faire un appât. Je sais que les tigres sont pas trop friands de champi …
Jfesait ma cueillette, tranquille quand j'ai entendu un bruit. Un truc genre Bzzzz bzzzzz bzzzz
J'ai rien vu hein ! Pas la moindre bestiole. Mais le bzzzz était là, insistant.
J'ai rempli un peu mes poches, et puis j'ai filé rejoindre les autres.
Au bout de quelques minutes, ma cuisse me démangeait. J'ai été obligé de m'arrêter encore, mais cette fois j'ai rien dis, je voulais pas en prendre plein les oreilles.
Je me suis gratté furieusement. Quand j'ai relevé la tête, j'ai vu Maybe, un peu plus loin, un truc bizarre au pied. Elle a décidé qu'on devait s'arrêter et elle avait deja aménagé un campement a peu près potable.[/color] Sympa quand même, mais louche. Peut être une stratégie pour nous ralentir. Enfin bon … j'en pouvais plus, mes jambes tremblaient, j'avais chaud, chaud ! Et puis ça me grattait, ma tête tournait !
Je me suis allongé. J'ai entendu … 2h blablabla … Dans un souffle, j'ai pu prononcer : je pourrais pas, je pourrais pas …

Le matin, je me rappelle seulement que quelqu'un me secouait, criait … Je ne comprenais pas, ma tête était toujours aussi lourde. Je croyais que c'était un des anims alors j'ai murmuré : ahhh ça y est, il est 8h ?

Une bonne gifle acheva de me réveiller.
*Aka regarda tour à tour ses camarades car elle ne savait pas qui en était l'auteur. *
 Malheuresement, j'ai à peine eu le temps de reprendre mes esprits qu'il fallait partir.

Les autres s'éloignaient alors je me suis levé. J'ai jeté un rapide coup d'oeil autour de moi, sur le sol pour voir sur quoi je m'étais allongé. Alors j'ai frémit. C'était que de l'herbe hein. Mais y avait une toute petite fléchette par terre. Un peu comme un dard.

Aka regarda le Maître.

Je me suis souvenu du bzzzzz, et des champignons. J'ai tâté mes poches mais il  n'y avait plus rien. Zuut je me suis dis. Abasourdie, j'ai ramassé la flechette.
Alors que je m'appretais a partir, j'ai entendu un ricanement.
Je sais que des animaux sont capables de faire ce genre de bruit, des animaux effrayants (mais pas des tigres).
Du coup j'ai couru rejoindre les autres. Cette fois Maybe était en tête, du groupe de … 3 personnes. Elles ne chantaient pas.

Peu après, devinez qui j'ai vu sortir des fourrés ? Aka repensa à ses champignons et se tourna vers sa camarade

Etoiledeneig.  Pipi ? Ouai mon oeil !


  Alors voilà, O Grand Maitres des Iles aux prestigieux pouvoir, vous comprendrez, comme je  suis à même de le penser, que j'ai été empoisonné. L'auteur de ce forfait devait penser que j'étais la plus dangereuse de ses concurrentes et elle a eu peur !
J'ai de bonnes raisons de croire quec 'est de sa faute si j'ai piqué un gros roupillon malgré-moi et que nous avons du nous arrêter plus  longtemps que prévu


Et en plus je sais qu' etoiledeneig raffole des champignons !
« Dernière édition: Ven 27 Août 2010, 21:02 par akasun »
Réponse #5 Sam 28 Août 2010, 15:30
Etoiledeneig
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 993




Journalisée
Etoile était ahurie par ce qu’elle avait entendu : les accusations dignes de chipies venant  des quatre filles  avec qui elle avait parcouru tant d’épreuves.

Décidément, j’aurais mieux fait de ne pas participer à cette émission, on rencontre vraiment n’importe qui, pensa-t-elle... Je trouve maintenant que l’insistance de mes amis était un peu suspecte  … se débarrasser de …moi ?… non je me fais des idées.
Etoiledeneig se tourna courageusement  vers leur effrayant ravisseur mais évita son regard :

-   Grand Maître, il ne faut pas vraiment tenir compte de l’attaque d’Akasun. Elle reconnait elle-même s’être fait piquer par une fléchette mais celle-ci ne contenait peut-être pas que du somnifère ; il y avait peut-être aussi un hallucinogène qui l’aurait dans ce cas empêché de voir la vraie situation. Mais je reconnais que je n’étais pas allée me soulager dans les buissons. Ces buissons  m’ont servi pour observer sans être vue car je crois bien que nous étions suivies.



Et s’adressant à tous :
-   Ce guetteur ne ressemblait à aucun candidat de Survivor Game. Je suppose donc que c’était un membre d’une tribu présente sur l’île avant nous.  Ces indigènes  auraient moyennement apprécié notre présence et ils voudraient s’assurer que nous ne les dérangerions plus.

Mimant l’utilisation d’une sarbacane
-   Quoi de plus simple qu’une petite fléchette ?  Pas de risque. 
Mais vous avez quand même oublié que j’avais ridiculement raté l’épreuve de tir à l’arc, je ne vois pas comment je pourrais faire mieux avec un tube, hein ? A part m’étrangler parce que j’aurais aspiré ou lieu de souffler…

 
Comme elle entendait quelques petits rires, elle ajouta irritée :

-   Et puis sans moi, il y aurait eu encore plus de dégâts ! Akasun aurait dû ramasser ses champis avec plus de prudence. Moi, l’experte en champignon, j’ai vu au premier coup d’œil qu’il ne fallait les manger sous aucun prétexte.  J’ai attendu qu’elle finisse de papoter avec Krisx et qu’elle pique un roupillon  pour détruire son stock. Et bien …

Un peu de suspense pour augmenter l’horreur du geste, juste ce qu’il faut estima-t-elle.

-   Ils avaient disparu !! J’accuse Krisx  d’avoir  tenté de nous faire manger les pissenlits par la racine ! Après cela, elle aurait eu assez d’appâts  pour attirer les tigres ! J’ai donc détruit son stock pour nous sauver ainsi que  la mission, évidemment,  Puissant Maître.  Seule, elle n’aurait pu ramener tout l’or nécessaire !

 

Na ! Bien fait pour toi !


[Sur mon île déserte,nana .... je t'attends, mais je ne prendrai pas de coup de soleil même si tu m'éblouis...]  :p

etoiledeneig sur Inaho  feudeneig sur Karaho
Réponse #6 Dim 29 Août 2010, 16:00
krisx
Invité


Courriel
Nan mais ça va pas ?! Je m'en fiche pas mal de tes champis, j'aime pas ça, et en plus j'y connais que dalle !
Tu m'accuses sur une supposition, c'est juste délirant ! Ah on voit la vraie nature des gens, maintenant qu'il s'agit de justifier notre échec ! Ça se tire dans les pattes à tout va devant notre Vénéré Maître, on apprend des choses qu'on a pas entendues pendant cinq jours, bravo, belle mentalité...


Hors d'elle et rouge de fureur, Krisx dut marquer une pause pour reprendre son souffle et son calme. Elle sentait tous les regards posés sur elle, dans l'attente de la suite... c'te pression ! Ses jambes mollirent à la pensée de ce qui se jouait ici.
Elle fit un pas en avant et s'inclina devant leur bourreau, toute tremblante.

Grand maître, je vous propose humblement d'ignorer ces ridicules crêpages de chignon et autres broutilles de greluches pour recentrer nos explications sur ce qui vous intéresse essentiellement : le déroulement de notre périple.

Pour résumer, nous sommes parties dans la mauvaise direction, et ayant réalisé notre erreur, épuisées par notre faux départ et notre angoisse de ne pas satisfaire Votre Magnificience, nous avons établi un camp de fortune pour reprendre des forces et repartir du bon pied.

Nous savions, par notre modeste expérience acquise lors du Survivor Game, que nous avions plus de chances de trouver un tigre dans une grotte, et donc dans la montagne. Comme Votre Grandeur ne laisse rien au hasard, c'était aussi sans doute l'endroit le plus indiqué pour trouver de l'or. Nous nous sommes donc mises en route vers les montagnes, confiantes, et rassurées cette fois que Gaelfe n'ait plus la responsabilité de la carte et de la boussole.

Nous étions sûres de nous, et convaincues que plus rien ne pourrait nous empêcher d'atteindre notre objectif, tout avait l'air si simple !

Mais c'était trop beau... Il a fallu que Gaelfe refasse des siennes. Cette fois, elle avait décrété que nous n'arriverions jamais à chasser un tigre sans appât. Ce n'était pas idiot en soi, ça partait d'une bonne intention de mettre toutes les chances de notre côté, mais nous n'avions pas le temps, et ce n'était pas si indispensable qu'elle le prétendait.

Qu'importe, elle tenait à ses appâts, et elle avait décidé que l'idéal, ce serait d'en faire avec de la viande de requin marteau, parce que "ça sent super mauvais comme il faut" d'après elle.



Ça nous faisait faire un détour, ce n'était pas raisonnable... Mais elle s'était mise à littéralement hurler qu'on y arriverait jamais sinon, et qu'elle ne voulait pas mourir, elle était trop jeune pour ça, il fallait qu'elle revoie Chouchou son caniche, et ses parents, et... Maître nous avons assisté à une véritable crise de nerfs. Elle était morte de peur, elle pleurait, alors pour la calmer nous avons cédé et nous sommes dirigées vers la mer pour chasser son requin marteau.


Elle se tourna, gênée et les yeux coupables, vers sa coéquipière.
Je suis désolée de devoir révéler cet épisode un peu intime Gaelfe, ça aurait pu arriver à n'importe laquelle d'entre nous... toutefois on ne peut nier que ça nous a fait perdre du temps.
« Dernière édition: Dim 29 Août 2010, 16:03 par Krisx »
Réponse #7 Dim 29 Août 2010, 23:04
Gaelfe
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 1501




Journalisée
*Oh, quelle peau d’vache! Et dire que j’ai consacré tant d’heures à convaincre les autres participants de Survivor game de ne pas l’éliminer trop tôt… à leur expliquer que sous ses dehors de petit tyran en jupons se cachait sûrement une brave fille manquant cruellement de confiance en elle… et qu’accessoirement, ses vociférations hystériques pouvaient tenir à distance de notre campement les animaux les plus dangereux… ah, si j’avais su…*

Gaelfe se tourna vers Krisx et lui adressa un sourire. Un sourire si grand que pendant une seconde, elle crût s’être fait un claquage des muscles de la mâchoire.

- Ne sois pas désolée, Krisx. Ta franchise t’honore : il est de notre devoir de dire toute la vérité au Maître. Et qu’importe si ton si grand sens de la probité t’empêche parfois d’analyser correctement les faits, je suis heureuse que tu aies pu exprimer ta version, aussi imparfaite soit-elle, de ce qu’il s’est passé. Je vais pouvoir, grâce à toi, maintenant m’expliquer sur cet épisode.

*Et je saurais m’en souvenir, traîtresse !*

Gaelfe voulu poser ses yeux sur les pieds… les tentacu… les appendices inférieurs du Maître, réprima un frisson de dégoût et décida finalement de contempler une petite tâche noire sur le sol.

Seigneur de l’Ile,  les débuts de notre quête s’étaient avérés désastreux. J’avais l’impression que cette foi que j’avais en votre toute puissance, ce désir impérieux de répondre au moindre de vos ordres, n’animait aucune de mes camarades. La mort dans l’âme, j’avais été m’allongé dans le campement de fortune que Maybe avait perdu tant de temps à construire. Mais impossible de trouver le sommeil. Alors je m’étais levée et c’est en passant prés d’Akasun que je les ai vu…


 Les champignons ! En m’approchant d’eux, je me suis rendue compte qu’ils luisaient légèrement dans l’obscurité. « Mais bien sûr !» ai-je aussitôt pensé ! Voilà le moyen idéal pour pouvoir poursuivre notre quête à n’importe quelle heure du jour et de la nuit !
J’ai donc écrasé sous la semelle de mes chaussures une petite partie de la récolte, l’ai arrosé copieusement de ma salive jusqu’à ce que j’obtienne une pâte dont je me suis copieusement tartiné le corps. J’allais maintenant moi aussi luire dans la nuit, faire fuir les ténèbres et à nouveau marcher en tête de notre petite troupe, éclairant le chemin dans l’obscurité la plus complète.
J’avais à peine terminé que j’entendis que les autres commençaient à se réveiller. Je m’empressai donc de mettre le reste des champignons dans ma poche et ayant hâte de reprendre la route, je donnai une petite claque à Akasun qui marmonnait dans son sommeil.
 
Nous partîmes et je ne dis rien, savourant à l’avance la surprise et les cris de joie que ne manquerait pas de susciter mon nouvel habit de lumière.
Mais plus le temps passait, plus je commençais à ressentir des picotements sur ma peau et toujours aucune réaction de mes coéquipières.

Et puis, soudain ce fut comme si un incendie était en train d’embraser mon épiderme ! Un brasier gigantesque qui consumait chaque partie de mon être et une chaleur intense qui se répandait jusque dans mon crâne!
Et dans mon esprit, tout devint plus clair : la fléchette, le mystérieux guetteur… On faisait tout pour nous détourner de notre chemin ! Nous foncions droit vers un guet-apens ! Il fallait changer de route où notre mission serait compromise! Mais comment faire ? Les autres ne m’écoutaient pas depuis la veille, je devais trouver quelque chose ! Et c'est là que vinrent les visions : un tigre aux yeux  rouges qui se bouchait les narines avec sa patte, un poisson qui plantait des clous dans une vieille planche…
Et sortant de ma bouche des paroles qui n'étaient pas les miennes : " Il faut allez chercher des morceaux puants de requin-marteau pour le tigre!" ...

 Et oui, je l’avoue, je me suis mise aussi à hurler que je ne voulais pas mourir. Je ne voulais d'ailleurs qu’aucune d’entre nous ne meure sous les fléchettes du guetteur. Car, mortes, comment aurions nous pu répondre à votre demande, Ô Maître Vénéré ?
Et pour ce qui est de mon caniche Chouchou et de mon papa et ma maman, c’est la pâte de champignons qui m’a également dicté ces phrases ! C’était le seul moyen de convaincre mes camarades!


Gaelfe reprit son souffle. Sa paupière gauche s’était mise à tressauter de manière incontrôlable.

Quoiqu’il en soit, c’est en arrivant sur la plage que nous avons découvert les premières traces du tigre. De belles empreintes sur le sable blanc qui menaient droit dans la jungle. Et nous aurions partir immédiatement traquer l’animal si…

Akasun ne s’était pas brusquement ruée sur Etoildeneig en menaçant de la scalper !




Akasun, je te laisse le soin d’expliquer au Maître les raisons de ce violent accès de rage qui a, tu le sais bien, eu des conséquences dramatiques pour la suite de notre périple.

Un lourd poids en moins sur les épaules, Gaelfe ferma à demi-les paupières et tendit l’oreille pour écouter ce qu’Akasun allait dire.
« Dernière édition: Dim 29 Août 2010, 23:11 par gaelfe »
Réponse #8 Lun 30 Août 2010, 14:48
akasun
Inahoderi
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 34


Te vl'a toi ?



Journalisée
Mais pourquoi avait-il fallut qu'elle la ramène celle la ?

Aka était dans ses petits souliers. Elle évitait le regard du Maître et  commençait à trembler comme une feuille.

Han ! Han lalalala ! Je pensais pas que vous alliez me balancer comme çà ! Aka darda sur Gaelfe un regard chargé de reproches.

O maître, je vais vous expliquer, mais j'ai honte …

Quand Gaelfe
*petite, petite, elle m'a quasiment arraché la tête ouai * m'eut gentiment réveillé et que j'eus rejoint les autres, je bougonnais un peu en chemin, il est vrai. Mais bon, essayer donc de passer une nuit tranquille alors que vous êtes empoisonné … J'ai fais plein de cauchemar et tout, alors forcement je voyais pas la vie en rose le lendemain. Et puis j'avais la trouille avec cette histoire de fléchette …
J'étais vraiment préoccupé, et en même temps, j'ai vu que Gaelfe avait repris la tête du groupe, en mode phosphorescent en plus ! C'était hallucinant ! Jamais vu un truc pareil ! En plus c'était une sacrée bonne idée. Du coup j'étais un peu jalouse, de n'avoir réussi qu'a dormir plutôt que de faire parvenir mes coéquipières au but.
J'étais tellement plongé dans mes pensées que j'ai failli avoir une crise cardiaque lorsque Maybe a atterri juste au pied de l'arbre à coté de moi !
* Aka se sentit rougir, mais elle savait qu'elle devait dire la vérité, sinon une de ses langues de vipère s'en chargerait tôt ou tard. *Et … et, jme suis pas évanoui, mais ma vessie à un peu lâché …. Pas trop fière, j'ai essayé de cacher çà, malheureusement Etoiledeneig a vu que quelque chose clochait, elle a compris … et elle a explosé de rire (presque littéralement) .

Durant le reste de notre parcours, elles ont pas arrêter de me vanner. Tout ça entrecoupé par les jérémiades et les hallucinations de Gaelfe. Vous imaginez l'ambiance ?

Et puis, nous sommes arrivés sur la plage... Tout de suite j'ai senti une odeur un peu bizarre … Une odeur de pourrie ! J'ai regardé autour de moi, histoire de vérifier qu'elles ne me faisaient pas une sale blague. A part l'air hilare d'etoiledeneig, rien de suspect.
J'ai fais quelques pas sur le côté, et l'odeur était toujours là. Insistante. Je crois que j'étais la seul à la sentir, Maitre, mais j'ignore pourquoi.
Gaelfe m'a sorti la tête de ma rêverie avec son baratin sur le requin marteau ou je ne sais quoi et m'a donné envie d'aller voir la mer de plus près. Aucune n'a voulu m'accompagner. Sois disant qu'elles avaient trouver des traces de tigres sur le sable. Laissez moi rire ! Qui a déjà vu un tigre se promener sur une plage ? Plutôt un gros crabe oui ! Ces greluches étaient bien capables de confondre les empreintes.
* D'ailleurs, je me demande comment elles ont pu être finalistes ! C'est incroyable  ! * Bref, votre seigneurie, j'avais fais à peine quelques pas que j'aperçus au loin, dissimulé parmi les rochers de la falaise, un reste d'épave. On distinguait juste la proue d'ici, et … un drapeau pirate flottant au vent.

Je me suis exclamé : « hey les filles ! Y a un TRESOR ! » J'étais trop excité pour les attendre alors j'ai couru pour étudier cette épave de plus près. En fait y avait pas grand chose. Juste un pont, quelques planches, le drapeau, et l'odeur. L'odeur de pourriture. Le bois, mais autre chose en plus. Je ne savais pas quoi.
Les filles étaient arrivées à mon niveau. Ahaa ! J'étais contente, j'avais trouvé quelque chose d'intéressant.
Toute courageuse, je me suis dis : aller aka, vas y, tu peux récupérer des planches ou d'autres trucs pour construire des armes par exemple. Et puis peut être qu'il y a des vieux restes de pirates, des sabres ou des costumes, des trucs comme ça …
Mais Krisx m'a dissuadé d'y aller. Elle devenait hystérique, pour elle j'étais qu'une pauvre imbécile qui se mettait en danger pour rien. On perdait notre temps, y avait rien sur ces foutu planches !
Comme je suis pas du genre à chercher les embrouilles, j'ai pas insisté. Nous nous sommes éloignés.
L'odeur me devenait insupportable. On s'éloignait de l'épave, et pourtant elle était plus forte ! J'ai pas pu m'en empêcher, je me suis retourné vers se qui avait du être un fier bateau pirate.  Et la, j'ai cru que ma vessie allait encore me jouer un tour. Ou mon cœur.
Y avait un fantôme sur ce pu**** de pont ! Un horrible fantôme de tigre ! Qu'avait 2 trous à la place des yeux !
En 3 secondes, j'ai hurlé, et sauté dans les bras d'Etoiledeneig. Je me suis accroché à elle et je criais. Tourne, tourne !!!! TOI !!!! TA TETE !!!!
Je pense que c'est pour ça que Gaelfe a cru que je voulais la scalper. Loin de moi cette idée la. Son crane ne me plait pas en plus. Enfin, me servirait à rien quoi marmonna Aka.

Le problème, c'est que j'y était aller un peu fort à sauter dans les bras d'Etoile. Nous nous sommes écroulé par terre. Euh, je crois que j'ai entendu un genre de crac et la pauvre fille avait les yeux rouges à essayer de se retenir de pleurer.
Après m'avoir traiter de tous les noms, et bien sur elles n'ont pas cru un seul mot sur ce fantôme, nous avons fait une pause un peu plus loin.

Je voyais que Krisx m'en voulait vraiment parce qu'en plus on avait perdu les traces sur la plage.

Et Maître, je voulais me faire pardonner. Alors pendant que ces demoiselles se réconfortaient les unes les autres et s'occupaient d'etoiledeneig, j'ai essayé de retrouver les traces.

Bam ! Tout bêtement, à l'orée de la forêt, en écartant la feuille d'un bananier, je me suis cogné le front contre une pancarte. Une pancarte Maître ! Oui un rectangle qui se terminait en flèche. Dessus y avait un dessin, comme des trucs en or.
J'étais contente ! * Aka sourit avec fierté * J'ai appelé les filles mais je me suis dis qu'elles ne feraient pas attention à moi. Du coup j'ai couru les rejoindre. J'ai remarqué qu'il y avait des traces de pas. Autre que les miennes, mais j'y ai pas fais plus attention.

J'ai emmené les filles jusqu'au panneau. Et Oh !! Stupeur, la flèche n'était plus dans le même sens. * Le sourire avait disparu *. Bien sur, aucune ne voulait me croire.

"Bien sur, tu nous à pris pour des imbéciles une fois, se sera pas deux" m'a dis Krisx.



Nous allions partir, malheureusement dans le sens indiqué par la flèche, qui, j'en suis sur n'était pas le bon, lorsque Maybe s'est enfui en bondissant comme un cabris !

Déjà qu'elle montait aux arbres, maintenant elle nous jouait bambi !

Alors oui c'est vrai que j'ai un peu déliré, grand Maître, mais finalement, nous n'avons pas perdu tant de temps  que ça, et je nous ai conduit sur le bon chemin …
Aussi, je pense qu'il n'y a qu'une question que nous nous posons tous, Maybe, pourquoi ?

« Dernière édition: Lun 30 Août 2010, 14:59 par akasun »
Réponse #9 Mar 31 Août 2010, 00:09
maybe
Inahoderi
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 279



WWW
Journalisée
Maybe soupira. La folle s'en prenait à elle maintenant.

Nous sommes arrivés sur la plage, enfin Gaelfe en avant et les autres trainant du pied car on perdait encore notre temps.
Les filles ont soi disant vu des traces de tigres, mais c'était plus gros que ça. Depuis un moment je sentais une odeur bizarre, avec la mixture de champignons de Gaelfe et Akasun qui s'était pissé dessus, c'était pas étonnant. Bref on va vers le bateau et j'ai aussi senti un truc bizarre.
J'ai fait le tour de l'épave et j'ai vu une petite entrée. Il y avait pleins de panneaux à l'intérieur, des fléchages, des pancartes... Il n'y avait rien d'autres d'intéressant alors je suis sortie de la pièce sans rien dire aux filles.
Etoiledeneig était à terre, j'ai accouru pour l'aider, j'ai mon brevet de premier secours vous savez. L'autre folle est arrivée, elle parlait d'une flèche avec un dessin de trésor dessus. Les autres se sont encore moquées d'elle, oui juste avant elle avait vu un fantôme, mais on l'a quand même suivi.
Quand j'ai vu la flèche, j'ai senti un mouvement derrière moi. Je me suis retournée et j'ai vu quelqu'un partir en courant. Ce n'était pas une de mes comparses maître.
Ni une, ni deux, je lui cours après (enfin j'ai clopiné à cause de mon pied). La forme entra dans la pièce des panneaux que j'avais trouvé. N'hésitant pas une seconde, je la suis. Et là je trouve un homme.



Il avait des palmes à ses pieds, une sarbacane dans la main, et un squelette de tête de tigre sur la tête (l'odeur aussi venait de lui et je n'avais pas vraiment envie de découvrir la raison). Tout s'expliquait. Il nous suivait depuis le début, il avait placé des pièges, il nous avait attaqué avec des flèchettes, les traces sur le sable correspondaient et il avait changé le panneau de sens quand il a vu qu'Akasun l'avait découvert. Il protégeait son trésor.
J'ai donc effectué un deal avec lui (je vous passe les détails de ce que j'ai conclu avec lui, c'est ennuyant). Il nous indiquait le lieu où nous pouvions trouver un tigre, le truc sur sa tête prouvait qu'il s'y connaissait, et nous laissions son trésor tranquille. Mon but était évidemment de le tromper par la suite. Il m'a donc indiqué un chemin (celui que j'avais prévu le matin même je précise).
J'ai donc rejoins les filles qui m'attendaient comme des godiches. Je ne voulais pas perdre mon temps en explications, nous étions déjà en retard. Je leur ai donc dis que je savais où aller et de ne pas poser de questions.  Mais il y en avait une qui pleurait à chaudes larmes, allez savoir pourquoi.



Un chagrin de mémére. Krisx avait son haut de déchiré et Etoiledeneig était à terre et se roulait par terre, impossible de comprendre pourquoi tellement elle brayait... Peut être que maintenant elle saura nous expliquer...
Réponse #10 Mar 31 Août 2010, 00:27
Le Maître de l'île
Hors ligne Hors ligne


Messages: 263




Journalisée
Le Maître avait l'air de fermement l'emporter. Lorsque Akasun débita son dernier discour, le rouge le sang lui monta à la tête. Il attendit pourtant, avec une courtoisie inquiétante, que Maybe ait fini de parler pour intervenir.

- Eh beh! Quelle bande de bonnes à rien je me suis encore dégoté! On me l'avait pourtant dire, de ne jamais choisir des esclaves sexe féminin... Ça se lamente, et ça ne fait rien sinon se crêper le chignon. Les Maîtresses des îles ne sont pas comme ça...

Enfin bon! Je tiens pour le moment à te dire, Akasun, que tu mérites d'être punie! Être ainsi attirée par une des vieilles épaves de l'île, par pure convoiterie et avidité, alors qu'une mission importante vous a été donné, et ce par... Le Maître! Quelle imprudence!




Akasun - 1ère Aiguille


Le sol était tout spongieux par la pluie, mais lorsque le Maître enfonça sauvagement une aiguille dans une de ses poupées, il devint complètement meuble sous les pieds d'Akasun qui tomba à genoux et s'enfonça jusqu'aux cuisses dans la boue. Elle était désormais incapable de bouger.

Le Maître parut satisfait et fit à Krisx le signe d'enchainer les explications.



-------------

HRP: Le Maître de l'île vous lance un challenge! Celui qui le ratera aura de lourdes conséquences...

En effet, après le post de Krisx, la prochaine intervention de chaque joueur devra comporter une carte action (comme d'habitude), mais également deux cartes excuses.
Ainsdi, ces posts devront également comporter deux accusations précises envers une personne (et ce dès le prochain post).

Pour cela, une carte excuse supplémentaire vous sera bientôt donnée en MP. Bonne chance.
Réponse #11 Mer 01 Sep 2010, 13:09
Le Maître de l'île
Hors ligne Hors ligne


Messages: 263




Journalisée
Devant le peu de réaction de Krisx, le Maître fronça les sourcils.

- Humpf, c'est bien audacieux que de ne pas répondre au Maître! Krisx, je te donne un avertissement. L'aiguille est proche! Toi, Etoiledeneig, explique-nous ton mauvais comportement!
Réponse #12 Jeu 02 Sep 2010, 12:34
Etoiledeneig
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 993




Journalisée
Etoile avait vraiment peur maintenant et le mot était faible. Sa gorge était nouée et des larmes d’anxiété étaient sur le point de tomber.

IL  a vraiment trop l’air du créateur de Jumanji !!  Pourvu que les araignées géantes n’arrivent pas !

Rassemblant  le fond de courage qu’il lui restait, Etoile s’expliqua avec  une petite voix :

-   Puissant Maître, si j’ai craqué, c’est que en 2 jours j’ai faillé mourir 3 fois.  Assez impressionnant tout de même pour une simple mortelle.   Le coup des champignons, les fléchettes et Akasun qui tente de m’arracher la tête.  Alors  dans votre bonté…vous comprenez  …  tout ça et avoir tant de difficultés à vous satisfaire…  J’ai commencé à pleurer.

Etoiledeneig jeta un regard rancunier à Maybe qui l’avait traitée de mémère godiche.

-   Et c’est à ce moment là que j’ai vu dans les bagages d’Akasun qu’elle avait abandonnée sur la plage …Une carte !! Vous nous aviez donné une carte pour trouver le tigre et l’or et elle ne l’a même pas vue ! Je voulais la montrer à Krisx mais elle ne m’écoutait  pas. Alors je l’ai agrippée pour qu’elle  vienne et c’est là que son tee-shirt s’est déchiré.



-   J’ai donc prévenu Maybe que nous avions une carte et après nous être repérées, nous sommes parties. Aka avait beau nous dire que c’était quand même le chemin que nous aurions pris, nous avions vraiment beaucoup perdus de temps.  Mais elle n’avait pas encore fini ses caprices. Dans l’après-midi, nous sommes arrivés près d’une crevasse ; heureusement il y avait un pont nous permettant de passer.




-   Mais il y en avait une qui avait le vertige et elle nous a supplié, hurlé que jamais elle ne passerait sur ce pont. Elle criait et Akasun est partie en courant. Nous ne pouvions pas l’abandonner, Maître, sinon vous auriez eu moins d’or pour votre soupe.  Alors nous l’avons suivie. 



Pas le chasseur fou, pas la transformation en singe. Etoile se dit qu’elle ne regarderait  plus jamais  ce film.
« Dernière édition: Jeu 02 Sep 2010, 12:35 par etoiledeneig »
[Sur mon île déserte,nana .... je t'attends, mais je ne prendrai pas de coup de soleil même si tu m'éblouis...]  :p

etoiledeneig sur Inaho  feudeneig sur Karaho
Réponse #13 Jeu 02 Sep 2010, 21:22
akasun
Inahoderi
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 34


Te vl'a toi ?



Journalisée
rrrrraaaaahhhh ! Bon sang ! Ce n'est que lorsque l'on en est privé qu'on prend conscience des choses qui nous sont chères ! Mais ptite gambettes ... J'ai jamais eu autant envie de danser une petite gigue moi ...

Pfff, mais qu'est ce qu'elle raconte ? Bon ok, pour la carte, je l'avais vu, et je l'ai même détaillé, aprise par coeur à fond. Mais je dois dire, qu'elle est peu explicite. C'est pour sa, je l'ai rangé et je n'y ai plus pensé. Et puis, Maître, les autres ont bien vu que vous en aviez donné une, mais personne ne l'a réclamé !

Ensuite, nous sommes arrivés au pont. Ce pont me disais quelque chose, je me rappelais l'avoir vu sur la carte. Mais avec une grosse marque dessus, comme une tête de mort.
Arrivés là bas, j'ai à peine jeté un coup d'oeil, que je voyais très bien que ça avait l'air vraiment risqué ! Des grosses vagues deferlaient en dessous, et menaçaient même de passer par dessus !


Alors oui, maître, je n'ai pas voulu empreinter ce pont, mais vous avouerez que de toutes manières, mortes noyées, on ne vous aurait pas servi a grand chose ...

En plus, je me souvenais qu'on pouvais emprunter un autre chemin beaucoup plus facile . Enfin, plus facile ... Il fallait qu'on se repère avec les points cardinaux quoi. Je sais que ce n'est absolument pas la spécialité de Gaelfe, le sens de l'orientation vu le faux départ du début mais bon, je me suis mis à la recherche d'élements pour fabriquer une boussole.
J'avais appris quelques trucs pendant une colo, et le plus dur à trouver c'était l'aimant.
Je sais que Gaelfe en avait un sur elle caché dans un short, je ne sais pus pourquoi elle s'en servait d'ailleurs, mais, elle me l'avais dis un jour pendant l'émisson. Même si j'écoutais que la moitié de ce qu'elle racontait, ça je m'en souvenais !


Pourtant, je lui ai demandé gentiment, oui gentiment, mais elle n'a pas voulu me le preter pour construire la boussole. Elle me disait, mais on a une carte, on a qu'a regarder la carte !

Maître, je vous assure qu'avec une boussole, nous aurions largement pu trouver a temps les ingredients souhaités !
Un short est peut être plus important que votre requête ... hein gaelfe ?
« Dernière édition: Jeu 02 Sep 2010, 21:24 par akasun »
Réponse #14 Ven 03 Sep 2010, 00:45
Gaelfe
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 1501




Journalisée
* Oh, non ! V’là qu’on remet l’histoire de l’aimant sur l’tapis… Rien ne nous sera donc épargné…*

Gaelfe jeta un regard noir en direction d’Akasun, serra les poings, grinça des dents et commença à parler :

-Illustrissime Seigneur de l’Ile, Akasun a sûrement d’excellentes raisons pour vous faire ainsi perdre votre temps si précieux en s’attardant sur ce ridicule événement.
Car s’il est vrai que j’avais en ma possession un aimant et que je n’ai pas jugé bon de le lui prêté afin qu’elle puisse fabriquer sa ridicule boussole, ce n’est certainement pas ça qui nous a empêché d’accomplir notre quête.

Un beau matin, juste avant de participer à Survivor Game, alors qu’installée devant mon écran de télévision, j’étais en train de calculer pendant combien de secondes je pouvais laisser tremper ma tartine beurrée dans mon bol de chocolat sans qu’elle ne se déchire en deux et finisse par sombrer lamentablement au fond du breuvage chaud, une silhouette a fait son apparition sur le plateau du Télé-achat. Il, car c’était un homme, avançait avec une telle prestance que je décidai de cesser là mon expérience scientifique matinale pour me concentrer sur mon téléviseur. Et je ne fus pas déçue… Lucette et Riri, les présentateurs vedettes de l’émission, se sont exclamés : « Et en exclusivité mondiale, tout juste de retour de son incroyable tournée en Lozère, rien que pour vous chers téléspectateurs, voici…

 

El Looping !!!! » Et dans un timing parfait, les gens sur le plateau se sont mis à scander son nom tandis que retentissaient les premières notes de la version acoustique des Chevaliers du Zodiaque. C’était tellement beau que je n’ai pu retenir une larme d’émotion. Et pour rajouter à mon bonheur, la caméra s’est lentement approchée du visage du mystérieux invité jusqu’à ce que sa pupille emplisse l’écran. Alors ce fut une succession de petits éclairs lumineux et une voix ensorcelante et virile s’est échappée des haut-parleurs : « L’Aimant Merveilleux peut tout… L’Aimant Merveilleux guérit tout… L’Aimant Merveilleux rend heureux…L’Aimant Merveilleux est bon… Achète l’Aimant Merveilleux… Paie en 4 fois sans frais et toi aussi tu possèderas l’Aimant Merveilleux… Et pour tout achat d’un Aimant Merveilleux, deux verres à moutarde sont offerts…».
Comment résister ?... J’ai décroché mon téléphone pour en commander un sur le champ. 

Et lorsque j’ai su que j’allais participé à Survivor, je l’ai naturellement emporté. Afin de pouvoir bénéficier de son incroyable pouvoir de guérison. D’ailleurs, Votre Grandeur, si Etoildeneig a pu reprendre la route après qu’Akasun lui soit lourdement tombé dessus sur la plage, c’est grâce à l’Aimant Merveilleux. En l’aidant à se relever, profitant que personne ne me regarde, je le lui ai brièvement appliqué sur le cou. Et elle a pu reprendre la route sans avoir les cervicales brisées, sans même un torticolis…

Mais un tel objet ne doit pas être utilisé à la légère. Quand nous sommes arrivées prés du pont, le soleil était en train de se coucher et la lune pleine et ronde débutait son ascension.



C’est en observant avec quelle violence les flots de la rivière commençaient à se déchainer que je me suis souvenue de la notice qui accompagnait mon Aimant Merveilleux : Attention, ne pas utiliser les nuits de pleine lune ou en cas de fort brouillard. Ne jamais nourrir l’Aimant après minuit surtout si vous l’avez auparavant mis en contact avec de l’eau...
C’est pourquoi lorsqu’Akasun s’est mise à pleurnicher pour que je le lui prête, j’ai refusé tout net. Une telle puissance magnétique, qui sait ce que cela aurait pu provoquer ? Nous étions là pour Vous, certainement pas pour jouer à provoquer les éléments avec une boussole aussi ridicule qu’inutile.

Je me suis alors tournée vers Krisx qui, malgré sa propension à adopter un comportement qui parfois frise l’hystérie, était la mieux à même de régler ce genre de conflit. Il faut dire qu’un seul de ses hurlements stridents suffit généralement à désamorcer la plus grande des disputes, les belligérants cessant soudain de s’entretuer pour se rouler à terre, les mains sur les oreilles afin de protéger leurs tympans.
Krisx, donc, était accroupi derrière un buisson. Elle avait posé un coquillage contre ses lèvres et chuchotait. Lorsqu’elle m’a aperçut, elle s’est levée brutalement et est partie en direction des collines. Nous l’avons suivi tant bien que mal et là, elle s’est allongée sur le sol et a dévalé l’une des collines en roulant sur elle-même et en criant : « Héron Héron Petipatapon ! »




Krisx, voudrais-tu expliquer à qui tu parlais dans ce coquillage ? Et quelles raisons t’ont poussées à te rouler par terre en criant ? Car Sérénissime Tout Puissant, ce comportement a de toute évidence affecté fortement le moral déjà bien bas de notre misérable petite troupe.

*Ah, voilà de quoi lui rabattre un peu le caquet au petit tyran… ! *

Gaelfe réprima un petit sourire et laissa parler sa camarade.
Réponse #15 Ven 03 Sep 2010, 17:46
krisx
Invité


Courriel
Ma pauvre Gaelfe, tu es complètement à côté de la plaque ! lança l'interpellée en levant les yeux au ciel et en soupirant d'exaspération.
Puis, réalisant que sont tour de parole était venu, et qu'elle en avait déjà loupé un, elle se jeta aux pieds du Maître pour implorer son pardon, la voix pleine de trémolos.

Très Cher Maître, je vous dois tout d'abord des excuses pour mon silence de tout à l'heure... J'étais ailleurs, pétrifiée par la crainte que vous m'inspirez... Notre sort est entre vos mains, ce n'est pas rien ! Je vous prie très humblement de ne pas m'en tenir rigueur...
Voici ce qui s'est passé.


Elle se releva en reniflant et se tourna vers la commere qui l'accablait, visiblement agacée.

Pour commencer, Gaelfe, il faudrait cesser de me traiter d'hystérique. Pour le moment, je crois bien pouvoir me vanter d'avoir l'attitude la plus sensée, et ce n'est pas une nevrosée persuadée que son aimant est magique qui va me contredire ; de plus je ne sais pas d'où tu tiens que je pousse des cris stridents, c'est grotesque, je sais me tenir tout de même. Bref, passons.

Tu as tout faux de A à Z, ma chérie.
Je n'ai jamais chuchoté dans un coquillage, quelle idée délirante ! Ce coquillage était encore occupé, et la faim me tiraillait tant, que j'ai simplement gobé son locataire. Ça ne m'a, de loin, pas rassasiée, en plus ce n'était pas très bon, mais je m'en suis contentée. Si je me suis levée si vivement à ton approche, c'est que j'ai cru être la dernière attendue pour repartir, et que ça m'a gênée. Apparemment la civilité ne t'est pas chose familière...

Nous avons alors repris la route, Votre Excellence. Je marchais d'un bon pas et, à mon grand étonnement, à une certaine distance devant les autres. Non qu'elles traînaient la patte, car nous semblions toutes pressées d'accomplir notre mission... peut-être étaient-elles plutôt fatiguées par leurs chamailleries et autres simagrées, qui m'avaient déjà valu un tee-shirt, c'est dire le niveau.

C'est donc la première que je suis arrivée en haut de la colline. À peine avais-je effectué quelques pas sur son sommet, qu'un coup de vent y a soufflé une épaisse fumée noire !



Impossible de voir d'où elle provenait, impossible de voir quoi que ce soit d'ailleurs, la fumée était partout. Une violente toux m'a pris la gorge, mes yeux pleuraient et brûlaient... Il fallait que je m'échappe rapidement si je ne voulais pas mourir asphyxiée, c'est pourquoi j'ai dévalé la pente à toute vitesse.
Ce que les autres auraient dû entendre, c'étaient mes avertissements ; il faut croire que je ne crie pas si fort puisqu'on ne m'a pas comprise !

Apparemment Gaelfe a ignoré les explications que j'ai données au groupe une fois que nous nous sommes réunies au pied de la colline... Pourtant nous avons décidé de changer notre itinéraire en la contournant (la colline !).
Le chemin a débouché sur une immense prairie, emplie de fleurs à perte de vue.



C'était magnifique... mais cela signifiait que nous avions fait demi-tour par mégarde, et que nous nous éloignions désormais de la montagne. Peu importe, les filles avaient déjà le nez dans les fleurs, s'émerveillaient de chacune d'elles, et riaient comme des cruches. Elles sont toutes revenues à la réalité après ces quelques minutes de décompression, sauf Maybe, il faut le dire.


Elle a voulu vous faire plaisir, Votre Grandeur... Elle tenait à vous ramener un beau bouquet - et c'est vrai qu'il était vraiment joli, c'est dommage - pour parfaire votre contentement à notre retour. Mais encore une fois, nous n'avions pas le temps ! Nous avons eu beau protester, lui expliquer qu'elle aurait tout le loisir de couvrir Votre Superbe Personne de présents plus tard, et qu'il serait déjà bien de vous ramener ce que vous aviez demandé, elle n'a rien voulu entendre.
Aussi je vais la laisser commenter cet épisode...

Réponse #16 Sam 04 Sep 2010, 10:14
maybe
Inahoderi
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 279



WWW
Journalisée
Maybe se mit à rougir et dessina des petits cercles avec son pied.

Oui votre grandeur, je vous ai fait un bouquet de fleur... Le voilà d'ailleurs.

Elle lâcha enfin la main qu'elle tenait derrière son dos et déposa le bouquet aux pieds du maître.

Mais Krisx, comme à son habitude, a oublié les principaux détails. Nous sommes arrivés à la colline, elle en tête. Nous étions à moitié montés qu'elle descendit, toute paniquée. Les filles allèrent donc en bas de la colline. Ma cheville commençait à me faire vraiment mal (preuve que l'aimant de Gaelfe ne marche pas, puisqu'elle n'ait même pas venue me voir pour essayer, bizarre hein?). Je me suis donc assise le temps de reprendre des forces. Tout à coup, un grand aigle a atterri devant moi.



J'ai entendu une voix dans ma tête "Mon nid est en feu ! Et mes enfant sont pris au piège. Je vous en prie, aidez moi et je saurai pour récompenser. J'ai besoin de fleurs de la lune pour les poser en sacrifice et que vienne la pluie".
Je suis donc descendue en clopinant. Mon instinct me disait qu'il était important de l'aider. J'ai donc expliqué aux filles ce qu'il se passait. Elles m'ont aidé à ramasser des fleurs en toute vitesse, sauf Krisx qui pleurnichait encore à cause de la fumée. Puis nous avons gravi la colline. J'avais beaucoup de mal à suivre le rythme des filles. L'aigle est donc venu et m'a porté sur lui. J'ai volé grand Maître, j'ai pu voir l'île en entière. Nous avons déposé les fleurs dans le feu (il m'en restait quelques unes que j'ai gardé pour vous) et un orage est arrivé immédiatement. Les petits étaient sauvés. L'aigle nous protégea de son aile et me parla "Je connais votre quête, pour vous récompensez, voici un parchemin qui devrait vous aider".



C'était une formule magique. Si nous la prononcions à proximité d'un tigre, il s'endormait aussitôt... les yeux ouverts ! Voilà qui nous facilité la tâche !! Toute fière de mon exploit, nous étions prête à partir. L'aigle nous a proposé de nous avancer près d'un repère de tigres, il suffisait de monter sur son dos et de partir...



Mais il a changé d'avis rapidement, et je le comprends. Nous nous sommes retournés pour appeler Akasun. Et qu'était-elle en train de faire ? Vous savez ce qu'elle faisait ? Elle essayait d'étouffer un petit aigle ! Ses frères la béquetait mais elle tenait ferme la vilaine. On voyait à ses yeux la faim qui la tenaillait. C'est un horrible spectacle! Et à cause d'elle nous avons perdu un moyen de transport primordial !
Réponse #17 Sam 04 Sep 2010, 12:23
Le Maître de l'île
Hors ligne Hors ligne


Messages: 263




Journalisée
Le Maître avait écarquillé de plus en plus les yeux durant le récit incongru d'Etoiledeneig, mais celui de Maybe... Ça dépassait tous les mensonges effrontés qu'on avait pu lui raconter!

- Ainsi donc, tu es montée... sur un aigle blanc?! Je vais pas chercher à comprendre, une aiguille et un avertissement te suffiront, Maybe... Non mais! Quel toupet!

Et toi, Etoiledeneig, tes excuses ne tiennent pas debout! C'en est trop! Tu mérites l'aiguille toi aussi. Et puis, je ne ressemble pas au Maître du Jumanji!


Les pauvres n'eurent guère le temps de réagir, elles s'enfonçaient elles aussi dans le sol, tout comme Akasun.




Etoiledenieg & Maybe - 1ère Aiguille
Maybe - Avertissement
Réponse #18 Dim 05 Sep 2010, 00:20
akasun
Inahoderi
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 34


Te vl'a toi ?



Journalisée
Quoi ??? étouffer un aigle ? Mais jamais elle n'aurait pu faire ça ! Autant faire une omelette avec les oeufs avant qu'ils n'éclosent … ce serait moins dur.
Aka écouta Maybe débiter ces conneries d'un air pensif. Mais qu'est ce qu'elle à pu fumer avant ? Les fleurs doivent lui monter à la tête …

Maître, je n'ai jamais essayé de faire mourir ce petit aigle.  C'est lui qui m'a chipé le doigt lorsque nous sommes passés près du nid. J'essayais de me dégager, c'est tout.
J'y ai laissé quelques bouts de peau d'ailleurs.

Sa faisait un mal de chien mais j'ai rien dis. 

Le temps était un peu bizarre après cette pleine lune, et y avait énormément de brouillard. On  voyait quasiment pas notre propre corps !
Après quelques minutes et des centaines de pas, quand on posait les pieds, ça faisait un son étrange, étouffé, genre splochhhh splochhhh. Un peu comme si on marchait dans des marécages. Peu à peu, j'ai compris qu'on était dans une tourbière, ce qui pouvait aussi expliquer un peu la fumée.
Ensuite, nous avons débouché sur une clairière, et la pfiout, disparu le brouillard !
Le problème, c'est que comme on voyait pas grand chose dans cette tourbière, je ne sais pas trop ce qui c'est passé. Je me concentrais plus sur mes pieds « la meilleur façon de marcher est de mettre un pied devant l'autre, puis de recommencer. .. »

 Aka entamait la chanson, et voulait mimer quelques pas d'une difficulté incroyable, sans succès. Elle ne sentait même plus ses jambes emprisonnées. Elle grimaça puis repris :

Je me rappelle avoir entendu quelques gémissements, des petits cris, ou des sanglots. Je crois que c'est etoiledeneig qui était encore entrain de geindre, mais je n'en suis pas sur.

J'étais en tête du groupe. Bien que ce soit difficile, nous progressions quand même assez rapidement pour une fois. Et puis la, ahh, je me suis arrêter net. Elles me sont plus ou moins rentré dedans, et j'ai failli tomber … à l'eau !
Le brouillard c'était dissipé, et juste à mes pieds s'étendait un grand bassin !

 
Nous sommes restés baba, on savait plus quoi faire. Krisx voulait qu'on trouve une barque et qu'on le traverse mais pourquoi y aurait – il eu une barque sur cette île ?
Je me suis dis qu'on pourrait bien contourner le bassin, trouver un autre chemin, mais nous n'étions pas toutes d'accord.



Et puis, bien sur, il a fallut que tous ne se passe pas comme prévu. Il a fallu qu'etoiledeneig se jette dans le lac en criant qu'elle voulait de baigner, faire de la plongée, ou pêcher des crevettes !
Comme si nous n'avions pas assez eu assez de problèmes ! Et il ne restait que 2 jours !
Réponse #19 Dim 05 Sep 2010, 16:14
Etoiledeneig
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 993




Journalisée
-   Mais je ne passe mon temps à pleurer ou  à geindre ! Si on regardait un Disney genre Dumbo ou Bambi, je comprendrais mais là !!

Etoile tourna la tête vers le Maître après avoir essayé de bouger ses jambes mais elles étaient fermement maintenues au sol comme dans du plâtre.

Ça ne donne pas envie de se casser quelque chose

-   Je suis allergique aux pollens ,Grand Maîttre,  alors forcément après être passée dans un champ de fleurs, j’avais les yeux  et le nez tout irrités.   C’est vrai que j’ai mis ma tête dans l’eau mais c’était pour essayer  de soulager mon allergie. Et c’est en mettant ma tête dans l’eau que j’ai vu  beaucoup ….

Elle  mima en faisant de graaands bras :

-   De viande !!




Regardant Aka :

-   Je ne disais pas que je voulais pêcher des crevettes mais que j’avais fait une découverte et la plongée c’était aller chercher. Mais comme j’avais dit tout ça en remettant ma tête dans l’eau, j’ai fait beaucoup de bulles et ça explique qu’Akasun n’ait pas bien compris.  Donc cette viande, elle était au bout du, de l’espèce de lac dans lequel nous pataugions, ça devait être un animal pris dans un collet ou un piège  et c’était ce qu’il nous fallait pour attirer le tigre ou faire diversion. Car, oui c’est bien beau d’avoir une formule pour endormir le tigre mais il faut quand même s’en approcher et sans viande, nous aurions été en danger et il fallait encore porter tout votre or.




Etoile montra du doigt Krisx :

-   Mais Krisx, elle voulait sa barque !  Alors elle a dit que cette viande était un mirage ou je ne sais quoi et elle est parti dans la direction de sa barque qui, je  pense bien, était même pas encore taillée dans un arbre.  « La viande,.. et si il était végétarien ton tigre ? ça vaut pas la peine chérie… » Et avec un petit sourire qu’elle a dit ça, Maître. Alors on a perdu un temps fou parce que en cherchant la barque on a vu que le lac était assez petit et qu’on aurait pu,  finalement, facilement le traverser. Si tu disais au Maïtre pourquoi tu voulais faire une bataille navale ma Chériie?
[Sur mon île déserte,nana .... je t'attends, mais je ne prendrai pas de coup de soleil même si tu m'éblouis...]  :p

etoiledeneig sur Inaho  feudeneig sur Karaho
Réponse #20 Lun 06 Sep 2010, 13:34
krisx
Invité


Courriel
Krisx poussa un looong très looong soupir... Elle était fatiguée.
Supporter cette équipe de bras cassés pendant cinq jours, puis leurs accusations hors de propos, en plus du récit de ce qu'elle avait déjà supporté, c'était épuisant.
Elle regarda le Maître avec une grande lassitude, et pensa que le pauvre ne s'était certainement pas attendu à ça.

Je plaide coupable, Votre Honneur ! En effet j'ai lourdement insisté pour qu'on utilise une barque, j'ajouterais même que j'ai joint le geste à la parole en les tirant par les vêtements pour qu'elles me suivent !
Mais que voulez-vous, seule contre quatre, je ne faisais pas le poids...


Elle marqua une petite pause pour observer les réactions, jubilante.
Ses comparses se regardaient mutuellement d'un air interrogateur, le Maître avait haussé un sourcil.

La barque en question existait bel et bien. Peut-être était-elle un peu loin pour notre équipe, je l'avoue... au moins un mètre, je dirais ! Mais les autres ont foncé dans l'eau sans réfléchir, et surtout, sans m'écouter.
Je m'époumonais à les prévenir qu'il y avait une embarcation en assez bon état, amarrée à nos pieds, juste camouflée par les roseaux, et que ça nous éviterait de nous tremper, nous et le contenu de nos sacs. Mais elles ne m'écoutaient pas, comme depuis le début d'ailleurs...
Etoiledeneig s'est jetée à l'eau, Maybe a cru qu'elle se noyait et a sauté à son tour, Gaelfe l'a suivie pour l'aider, et Akasun a glissé.
J'étais seule, restée sur le bord, avec l'amarre de ma barque inutile à la main.


Elle hésita. Fallait-il qu'elle dise tout au Maître ? Ce n'était peut-être pas nécessaire, après tout elles avaient déjà l'air bien coupables...
La pensée des reproches qu'on lui avait faits la poussa à changer d'avis. Au diable les scrupules ! ces mégères n'en avaient pas, elles.

Très Cher Maître, ce n'est pas tout : je dois vous dire pourquoi elles étaient dans cet état.
En réalité, mes coéquipières étaient toutes complètement ivres !



Peu de temps avant, Gaelfe avait profité d'une pause pour sortir une bouteille d'alcool de son sac... de l'alcool, alors que nous étions déjà chargées, rendez-vous compte ! Elle nous a dit que c'était de l'eau-de-vie d'agripaume, et que ça nous ferait un bien fou, prétextant que c'était une plante médicinale. Rien qu'à l'odeur c'était raide son truc. Et je m'y connais, hein, suis une STCAA ! Passez donc au bar, à l'occasion, Ô Grand Maître !
Encore une fois, je pouvais argumenter ce que je voulais, que c'était sûrement pas le moment de picoler, qu'il fallait garder les idées claires, qu'on était déjà suffisamment fatiguées... Ces poivrotes se sont fait passer la bouteille, et voilà le résultat.



Peut-être que Gaelfe pourra nous expliquer ce qu'elle fabriquait avec cette bouteille dans son sac ?
Réponse #21 Lun 06 Sep 2010, 19:24
Gaelfe
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 1501




Journalisée
*J’en étais sûre…Cette histoire d’alcool lui est restée en travers de la gorge… Et c’est maintenant qu’elle me le fait payer !*

 Illustrissime Seigneur, c’est exact, en effet, que j’avais en ma possession une fiole d’alcool d’agripaume. Et qui sait aujourd’hui ce que nous serions devenues si je ne l’avais pas eu avec moi.

Mais avant toute chose, je vais vous expliquer comment ce flacon a atterri  dans mes affaires.

Les premières semaines du Survivor Game ont été pour moi les meilleures de mon existence  – du moins, jusqu’à ce que je découvre, émerveillée, Votre Glorieuse Présence - .
 Les épreuves n’étaient pas tellement compliquées, nous avions établi un bien joli campement et dans l’ensemble, mes coéquipiers étaient de bonne compagnie. Même les repas qui avaient été source de tension chez les concurrents des années précédentes, étaient pour notre équipe de joyeux moments de partage et d’amitié. Et c’est avec plaisir que nous nous retrouvions ensemble autour du feu de camps, chantant et dépeçant les gros rats gris que nous dégusterions plus tard accompagnés de racines de manioc.
Hélas, arriva un beau jour le moment de la réunification. Ce jour fatidique où nous fûmes obligés de nous délester de notre dossard rouge, symbole de force et de courage, pour rejoindre les anciens verts, des êtres abjects et fourbes. Ces derniers, jaloux de nos nombreuses victoires, étaient prêts à tout pour briser la bonne humeur qui régnait autrefois dans nos rangs.
 Et c’est ainsi, qu’un jour, alors que je dégustai avec un plaisir non dissimulé une grosse larve de coléoptère, plantant avec ravissement mes dents dans la chair blanchâtre pour sentir le délicat nectar d’insecte couler doucement dans ma gorge, voilà qu’un de ces abominables ex-vert surgit devant moi en brandissant…




Une noix de coco ! Oui, parfaitement une noix de coco ! Cette horrible petite chose ronde et velue ! Dure comme de la pierre, dont la chair grumeleuse exhale des senteurs écoeurantes et infernales ! Ce fruit maléfique rempli d’un liquide tiède et trouble !
A sa vue, je le confesse, j’ai été prise de palpitations. Mon sang s’est figé dans mes veines. Mes poumons, après s’être concertés une seconde, ont décidé de cesser toute activité.
Heureusement le médecin de l’émission est rapidement intervenu et j’ai du passer une nuit entière à l’infirmerie pour me remettre de ces émotions. Le lendemain, le brave docteur m’a confessé avoir été lui aussi dérouté par une aussi vile manœuvre. « Il n’y a que ces infâmes verts pour manger des noix de coco », m’a-t-il dit. Et, juste avant que je ne rejoigne le groupe, il m’a glissé dans la poche la petite bouteille d’alcool et m’a murmuré à l’oreille :   « L’Aimant Merveilleux soigne les corps mais l’eau-de vie d’agripaume soigne les âmes… »

Voilà donc comment j’ai obtenu la précieuse petite fiole. Et je n’y ai plus pensé jusqu’à ce que Maybe se mette à crier qu’elle volait sur le dos d’un grand aigle blanc. J’ai compris à cet instant que la folie commençait à gagner son pauvre esprit malade et qu’indubitablement cet accès de démence risquait de contaminer toute notre troupe et mettre ainsi à mal notre expédition. Alors, afin qu’aucune de nous ne perde la raison, j’ai distribué à chacune un peu de cet élixir médicinal.


Gaelfe se tourna vers Krisx et la regarda avec de grands yeux plein de larmes.

Sauf à Krisx, évidement, car, pardonne moi Krisx, mais je pense qu’il faut en parler maintenant, c’est le seul moyen pour que tu parviennes à vaincre tes démons, nous savons toutes qu’elle a un sérieux problème de boisson. Et je tiens d’ailleurs à m’excuser auprés de toi car les crises d’hystérie auxquelles tu t’adonnais et que nous imputions à ton mauvais caractère, n’étaient peut-être finalement que les conséquences tragiques d’un cruel état de manque…

Gaelfe soupira tristement et se tourna vers le Maître en gardant la tête baissée.

Toujours est-il qu’après avoir bu l’alcool d’agripaume, nous avions repris du poil de la bête. Et nous nous sommes toutes jetées à l’eau après Etoildeneig, ne voulant pas perdre de temps à jouer avec un petit bateau. Et nous avons bien fait ! Car, il faut le reconnaître, Etoildeneig a eu une intuition géniale. Car de l’autre côté du bassin, l’odeur de viande… c’était un tigre ! Un tigre magnifique, mort, si on en croit l'odeur qui se dégageait du corps, depuis un ou deux jours.
Nous étions si heureuses ! Nous allions enfin pouvoir ramener deux yeux intacts pour Votre Soupe, Ô Glorieux Souverain ! Mais c’était sans compter sur…


Gaelfe baissa la tête un peu plus et dévisagea sa camarade à demi enfoncée dans le sol boueux.

Maybe !  Elle s’est saisie d’une baguette en bois et a couru l’enfoncer dans les globes oculaires du malheureux animal. Et malgré tous nos efforts, c’était trop tard. A la place des deux magnifiques yeux verts, deux petites flaques gluantes s’écoulaient des orbites du tigre.



Oh Maybe, si près du but ! Pourquoi, oui, pourquoooooiiiii ?!!!

Gaelfe, détourna le regard en réprimant un sanglot.

Réponse #22 Mar 07 Sep 2010, 09:51
maybe
Inahoderi
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 279



WWW
Journalisée
Si Maybe avait pu elle aurait donné un coup de pied à Gaelfe !

Maître, il faut croire que celle-ci était encore bien ivre. En effet je me suis approchée du tigre et j'ai décidé de lui arracher moi même les yeux. J'ai pris un bout de bois pour pouvoir les extraire. Engardie grâce (à cause?) de la mixture de Gaelfe, me voilà devant la gueule du tigre. Délicatement, je réussis à enlever un que je montre fièrement aux filles. La miss là ne l'a sans doute pas vu, occupée à vomir.
J'ai donné le premier oeil à Krisx pour avoir les mains libres pour le suivant. Et là que ne fût pas ma surprise en me penchant de plus près. L'oeil restant était pourri, comme si quelque chose bougeait à l'intérieur. Je l'enlève du tigre et là, horreur !


Des insectes grignotaient l'oeil de l'autre côté. Etoildeneig a poussé un cri aigu et nous avons vite compris pourquoi. Les insectes avaient établi domicile dans la carcasse du tigre et nous les avions déranges. Ils se sont mis à grouiller autour de nous. Vous auriez entendu nos cris maître. Nous avons donc battu retraite. Nous nous sommes mises à courir dans la forêt.


Krisx voulait absolument fuir sur sa barque alors qu'il fallait aller de l'autre côté. Elle est donc partie en courant dans l'autre sens et a glissé... Quand elle s'est relevée, l'oeil du tigre était écrasé...
Réponse #23 Mar 07 Sep 2010, 18:02
krisx
Invité


Courriel
C'est tout ? Et bien, tu peux parler de l'ébriété de Gaelfe, manifestement tu n'étais pas mieux... Toutefois je reconnais que la situation a pu prêter à confusion.

Votre Eminence, lorsque Maybe m'a confié l'oeil du tigre
*Risin' up, back on the street... Did my time, took my chances...*, je me suis empressée de le mettre à l'abri dans la bouteille (pas la fiole, Gaelfe, la bouteille !) qu'elles avaient consciencieusement vidée et que j'avais récupérée en prévision. Cette bouteille, je l'ai elle-même enveloppée dans un linge, et bien calée dans mon sac à dos. Il aurait fallut m'aplatir comme une crêpe pour que l'oeil ne soit endommagé ! argua-t-elle en mimant l'écrasement de ses mains.

J'ai compris que mes comparses n'avaient toujours pas déssoûlé dès que je les ai vues hurler et paniquer à la vue de quelques insectes. Ridicule, il suffisait d'écraser les plus dérangeants... c'est quelque chose qu'elles font pourtant très bien avec leurs semblables, comme vous pouvez le constater.
Je me suis naturellement hâtée vers la barque, persuadée qu'elles me suivraient cette fois ; au lieu de quoi, j'ai senti l'une d'elles me faire un croche-pied, et me suis étalée face contre terre ! Ah ça ! l'oeil n'avait rien, on ne pouvait pas en dire autant de mes genoux ni de mon visage...
Quand je me suis relevée avec douleur, elles s'éloignaient toutes en courant comme des folles vers la forêt, je n'ai donc jamais su à laquelle je devais cette vacherie... ni quelles étaient ses intentions.

Je ne savais pas non plus pourquoi elles prennaient cette direction. Il nous manquait un oeil, il fallait rester dans la montagne ! Vous-même nous l'avez indiqué, Votre Excellence : nous les trouverions au nord de l'île, là où nous étions donc, et elles filaient droit vers le sud...
Je me suis alors félicitée d'avoir emporté avec moi mon mégaphone téléscopique.

Un sourire vint illuminer son visage.



Fière du gadget qui avait alors sauvé la situation, Krisx sortit l'appareil de son sac pour en faire la démonstration.
C'est très pratique, regardez vous-même : réplié ça ne prend presque pas de place. On le déplie, comme ceci... et c'est un vrai mégaphone ! Génial, hein ?
Le Maître n'ayant pas l'air très réceptif à son enthousiasme, elle rangea sagement l'objet et reprit son récit.

De cette façon, j'ai pu les appeler suffisamment fort pour qu'elles m'entendent et me rejoignent.
Elles sont toutes revenues, sauf Akasun. Aucune de nous, à ce moment, n'a su dire où elle était. Nous l'avions tout simplement perdue. Ce n'est qu'après plusieurs heures de recherches sans résultats qu'elle est réapparue d'elle-même, en pleurs et sans son sac à dos.



À nous, elle n'a rien voulu raconter, mais devant vous, Majesté, elle s'expliquera certainement à présent...
Réponse #24 Mar 07 Sep 2010, 21:48
akasun
Inahoderi
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 34


Te vl'a toi ?



Journalisée
Bon, ouai, j'aime pas les insectes, j'ai le droit ...

Hey ! Je pleurais pas ! Je suis pas une tapette !

En fait, Maître, Krisx m'avait intrigué avec son histoire de barque. Alors après avoir fait choux blanc pour les yeux du tigres et être plutôt tombé sur ces répugnants insectes, je me suis dis que finallement, trouver cette barque serait peut être une bonne idée... Ben oui, on pourait pêcher avec, à défaut d'un bon appat de viande, pourquoi pas du poisson ... Après les tigres ne sont-ils pas rien de moins que des gros chats ?

Du coup, avec cette histoire d'oeil et d'insectes, ben jme suis précipité un peu partout pour finallement tomber, presque littéralement sur la barque.


J'avais un peu le feu aux fesses donc j'ai tout poussé à l'eau. Si les insectes m'avaient suivis en rampant, en grouillant, ou s'il y en avait un qui était sur moi sans que je le sache, et ben, dans l'eau, pfiout, parti !!


Aka gesticulait avec le haut de son corps comme un ver qui tomberait soudainement à l'eau.


Le problème, Maître, c'est que arrivé au milieu du lac, ben la les choses se sont pas pasées comme voulues ...  Y avait un trou dans cette foutu barque ! Et en moins de temps qu'il ne faut pour dire ouf, une fois immobile sur l'eau et bien, plouf !

Je me suis  retrouver la tête dans l'eau. D'ailleurs, c'était limite de la vase. J'ai eu peur de me retrouver nez à nez avec de sales bestioles !
Donc finallemnt, le seul truc que j'ai réussi à ramener, c'est une crevette. D'ailleurs, je l'ai filé à etoiledeneig  comme elle nous avait fait un cirque pour ça ...

Peu après, j'ai entendu la grosse voix de Krisx dans son bidule. Sa fait bizarre tant qu'on sait pas qu'elle parle dans un mégaphone ... alors je les ai facilement retrouvé.
Malheuresmeent, mon sac, lui,était resté au fond du lac ...

Donc, c'est vrai que j'étais mouillé, que j'avais surement une sale tête, mais je pleurais pas !

Par contre, j'ai fais une sacrée drôle de tête quand j'ai vu Gaelfe qui était penchée sur la carcasse du tigre, un peu plus loin, et qui avallait tout rond les sales bestioles !



Peut être qu'elle vous expliquera pourquoi elle a tenu à faire son ptit dej à ce moment ...
Réponse #25 Jeu 09 Sep 2010, 22:53
Gaelfe
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 1501




Journalisée
Maître, nous nagions en plein chaos. La situation devenait de plus en plus intenable. A part moi, plus personne ne semblait se souvenir pourquoi nous étions là. Avaient-elles vraiment compris que si nous étions encore en vie, c’était parce que Vous, Puissant parmi les Puissants,  en aviez décidé ainsi ? Et que c’était faire preuve d’une terrible ingratitude que de ne pas vouer chacune des minutes de nos misérables existences à la recherche des Ingrédients Sacrés ?
M’éloignant du groupe qui entamait sa énième dispute, je suis allée m’asseoir prés du tigre. J’avais besoin de prendre un peu de recul. Le navire prenait l’eau et les mousses se mutinaient mais le capitaine devait maintenir le cap. Et bien soit, je m’accrocherais fermement à la barre, bravant les intempéries, fendant les flots et je viendrais, au terme du voyage, déposer à vos pieds…


Gaelfe jeta à nouveau un coup d’œil en direction de la partie inférieure du trône

 *Oh bon sang, ne regarde plus jamais par là pauvre idiote !*

 et immédiatement détourna le regard.

* Pourvu que cette vision ne me hante pas jusqu’à la fin des temps !*

…à vos royales extrémités le butin réclamé.
Il me fallait réfléchir rapidement aux moyens que j’allais employer pour ramener mes camarades dans le bon chemin. Et quoi de mieux qu'un bel apport en protéine pour stimuler le cerveau? J'ai donc plonger mes mains dans une des plaies qui striaient le flanc de l'animal et en ai sorti de pleines poignées d'asticots, larves et autres petits nécrophages et me suis mise à machonner pensivement.
Comment pouvais-je faire pour que cessent les discordes? Où trouver dans le peu de temps qu'il restait de l'or en grande quantité? Et un tigre aux yeux intacts? Il y avait forcément une réponse à ces questions. Mais laquelle? Quelle solution pour nous acquiter enfin de notre mission? Où était la clef qui permettrait de débloquer cette situation désastreuse? Et alors que je plongeais à nouveau la main vers le cadavre, je la trouvais la clef...



Enfin, les clefs, tout un trousseau en fait.  Que pouvaient-elles bien ouvrir? Un coffre peut être! Rempli d'or! C'était ça la solution pour remotiver tout le monde! Nous allions le trouver cet or!
Mais que faisait ce trousseau sous un tigre mort? Se pouvait-il que ce soit ces clefs qui avaient causé la mort de l'animal? Et si elles étaient couvertes de poison?
J'appelai donc Maybe afin qu'elle ramasse le trousseau. Je savais que ça lui ferait plaisir. Et j'avais raison, son visage s'illumina. J'attendis quelques secondes et constatant que ma camarade était toujours en vie, je demandai aux autres de nous rejoindre. Comme je l'avais prévu, ce fut un grand moment de joie. Et c'est sans nous chamailler que nous reprîmes la route vers le nord. Et alors que nous approchions des montagnes, j'ai clairement entendu ...


Gaelfe se tourna vers les bustes de ses équipières qui s'agitaient mollement. Et avec un petit soupir triste, elle continua :

Etoildeneig qui...

Gaelfe sentit que sa voix commençait à trembler.

...murmurait à l'oreille d'Akasun:

Gaelfe marqua un temps, inspira profondément et s'écria avec indignation:

" Quand on l'aura trouvé, l'or, on aura qu'a le garder pour nous"


Etoildeneig, tu sais que je t'aimais beaucoup. C'est vrai que tu faisais partie de l'équipe de ces ignobles verts mais jamais je n'aurais cru que...Certes le sens de l'humour te fait défaut, tu es dépourvue de grâce et d'élégance et il faut reconnaître que tu es loin d'avoir inventer le fil à pêche mais tu es une brave fille, gentille et serviable. Du moins c'est ce que je croyais. Et j'aurais pu tout te pardonner. Mais trahir le Maître, ça c'est inexcusable, Etoildeneig. Tu m'as profondément déçue. Et sache que je n'éprouve plus pour toi qu'un immense mépris. Qu'est ce qui s'est passé dans ta pauvre petite tête?

Gaelfe se tut, la gorge serrée par l’émotion.
Réponse #26 Mar 14 Sep 2010, 20:13
Etoiledeneig
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 993




Journalisée
-   Oh ! Oooohh !  Ooooooohhh !!
Le dernier « oh »  de surprise, d’indignation et j’en passe se coinça dans sa gorge.
 
Elle ose me faire ça à moi, alors qu’elle devait me présenter ses parents et son lapin !  Je ne peux donc plus faire confiance à personne…

Ravalant son chagrin, elle articula :

-   Gaelfe, je suis très déçue de te voir m’accuser comme ça et de savoir que pour toi je suis qu’une andouille. Gentille et tout et tout mais une andouille quand même.
Maître, ce que Gaelfe ne vous a pas dit c’est qu’elle entend très mal. Elle a beau dire le contraire tout le monde sait qu’elle est sourde comme un pot.


En regardant les autres :

-   Et on ne rigole en pas en pensant qu’une cruche et un pot ça va bien ensemble.
Hum… Excusez-moi Maître.   
Comment Gaelfe aurait pu comprendre ce que je disais avec tout le bruit que faisait les animaux et nous, toutes joyeuses  qu’elle ait trouvé des clefs.  Moi, j’ai  dit à Aka « Quand on l'aura trouvé, l'or, il devra être  gardé par nous ».  Avec la bonne version, le sens n’est pas le même, hein ?   Si j’en ai parlé avec Aka c’est parce qu’elle nous avait permis de gagner l’épreuve du campement. Elle avait réussi à couper un gros tas de bois en à peine 2 minutes.  Je ne voulais pas vexer les autres car elles ne supportent pas d’être moins fortes.





-   Je voulais du bois parce que comme ça nous pourrions et transporter plus facilement le coffre et le défendre des êtres bizarres que nous avions rencontrés.




-   C’est donc après avoir coupé du bois  que nous avons continué notre chemin. Mais Maybe, elle ne voulait pas.  Elle voulait  jouer au Mikado avec nos bouts de bois. Alors, elle a balancé tout le tas en bas de la montagne.  Elle nous a fait perdre le peu de temps qui nous restait !
[Sur mon île déserte,nana .... je t'attends, mais je ne prendrai pas de coup de soleil même si tu m'éblouis...]  :p

etoiledeneig sur Inaho  feudeneig sur Karaho
Réponse #27 Jeu 16 Sep 2010, 11:16
maybe
Inahoderi
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 279



WWW
Journalisée
Bon j'avoue que les petits bouts de bois m'ont donné envie de jouer un peu, mais vous savez je suis resté qu'un enfant qu'aurait grandi trop vite. De toute façon j'ai simplement fait une blague en parlant des mikados, ça devait être trop élevé pour qu'étoiledeneig comprenne.
Les filles partaient avec les bouts de bois dans la mauvaise direction. Il y avait un chemin plus facile sur la gauche.Alors je leur ai dit je n'ai pas peur de la route, faudrait voir, faut qu'on y goûte mais ces gourdes ne comprenaient pas, elles voulaient suivre la route principale et chanter une chanson. j'ai pris le raccourci à travers le feuillage.  Et au détour du chemin, je ressens des coups de poings dans l'âme et le froid de la lame qui court. On m'attaquait. Je me suis défendue. Puis j'ai entendu un bruit, ça a claqué dans l'air comme un coup de revolver. Une flèche monseigneur !!


La personne derrière moi s'est enfuie. Et le chasseur est parti devant moi. J'ai couru et je me suis retrouvée sur la route principale, les filles arrivaient tranquillement. L'homme qui avait lancé une flèche s'enfuyait mais je ne pouvais le poursuivre, ma cheville me faisait mal. Difficile d'appeler au secours quand tant de drames nous oppressent. Je regardais Gaelfe, je savais qu'elle était sportive, nous le savions tous avec l'émission, elle n'arrêtait pas de se vanter, qu'elle court toute la journée, elle court de décembre en été. Mais elle poussa un soupir d'exaspération quand je lui ai demandé de poursuivre l'inconnu. Akasun, elle a ce tout petit supplément d'âme, cet indéfinissable charme, cette petite flamme, mais bon là surtout elle était toute rouge et sacrément crevée. Elles ne comprenaient vraiment rien. En paniquant j'ai donc balancé les bouts de bois pour stopper l'ennemi. Elles ne comprenaient pas qu'il fallait se protéger de lui, qu'il pourrait revenir à tout moment. Je me suis donc motivée et j'ai suivi l'homme.
Monseigneur, y a-t-il un soir, un moment ou l'on se dit c'est plus pour moi ? Je grinçais des dents sous la douleur, je sentais bien que je n'y arriverai pas, et sans raison je pleure, à gros bouillons je pleure, comme devant un oignon je pleure et je m'arrête. Les bouts de bois avaient étourdis l'homme. Il se releva et me dit " Je vous ai défendu. Il y avait cette fille, derrière vous, qui vous donnait des coups de poings et avait une lame, j'ai lancé une flèche pour vous aider." Puis il partit en courant.
Les filles m'ont rejoint en râlant, en me demandant ce que j'avais fait. Je leur ai demandé qui s'était absenté pendant leur balade...

... elles m'ont dit, seulement Krisx, alors je lui ai demandé de vider ses poches, mais elle ne voulait pas. Alors j'ai souri et je lui ai dit "Ah bien, bien, Comment vas-tu bien, bien, Qu'as-tu fait tout ce temps de bien quand tu t'es absentée ? " "Pipi" qu'elle me répond. En la forçant, nous avons enfin trouvé un couteau dans sa poche... Et ça me ronge, ça me pourrit, ça me rend dingue, ça me fout en l'air, mais maintenant Krisx au lieu de trouver des excuses, tu devrais expliquer au maître pourquoi tu as essayé de me tuer...
Réponse #28 Jeu 16 Sep 2010, 18:06
krisx
Invité


Courriel
Ah bon, alors parce que j'avais un couteau sur moi et que je me suis éclipsée, j'ai forcément essayé de te tuer ? Tu deviens complètement parano ma pauvre amie ! Ou alors tu ne sais plus quoi inventer pour te justifier... Sache que garder un couteau sur soi, en expédition, c'est juste... élémentaire ! Dois-je aussi me justifier d'avoir satisfait un besoin tout naturel ou peut-on éviter de s'abaisser à de telles obscenités ?

Sans s'en rendre compte, Krisx s'était figée d'indignation, les poings qu'elle avait d'abord levés en l'air à présent plantés sur ses hanches, et les yeux écarquillés par la fureur fixés sur le Maître.
Un moustique passa près d'elle et son désagréble bzzz la ramena à la réalité.
Oubliant sa gêne d'avoir ainsi dévisagé le Maître, elle entreprit une série de grands gestes pour tenter de chasser la sale bestiole.

Veuillez m'excuser, je reprends.
Pour être tout à fait honnête, Grand Maître, j'ai un tout petit peu menti.
Comment vous expliquer ceci sans agresser vos Divines Oreilles...
Elle rougit d'un coup, jusqu'à la racine des cheveux et sans doute au-delà. Ce n'était pas "pipi"... À cet instant précis, elle aurait voulu devenir minuscule pour ne plus sentir tous ces regards lourds de moquerie (une centaine, au bas mot !) posés sur elle. Elle regardait ses pieds, comme pour essayer de les rejoindre.
C'était encore plus embarrassant, c'est pourquoi je me suis absentée en douce. J'espérais que personne ne le remarquerait !

Seulement voilà, quand j'ai eu... fini... j'ai réalisé que je n'avais pas de papier sur moi.
Son visage s'empourpra de nouveau. Et tout autour, il n'y avait que des ronces... Je n'avais pas vraiment pris le temps de choisir l'endroit, voyez-vous...
Par bonheur, j'ai aperçu Akasun, qui marchait derrière le groupe. Maintenant qu'on en parle ça semble un peu louche ! Toujours est-il que je suis parvenue à attirer son attention, et qu'elle s'est alors suffisamment approchée pour entendre ce que j'avais à lui demander. Je savais qu'elle avait la responsabilité du rouleau commun.



Elle m'a parfaitement comprise, puisqu'elle l'a sorti de son sac et me l'a montré. Mais au lieu de me l'envoyer, cette... Ooouuuhhh ! Krisx bouillonnait de colère au souvenir de cette humiliation. En plus, un deuxième moustique avait rejoint le premier et volait inlassablement autour d'elle, c'était agaçant au possible. Elle se ferait piquer, c'était certain ! Saletés...
Elle l'a agité à bout de bras à quelques mètres de moi et m'a lancé avec un sourire sadique "Viens le chercher !". Les larmes lui montaient aux yeux, sa fierté en prenait un sacré coup.



Ce n'est qu'au bout de dix minutes de son petit jeu malsain qu'elle l'a posé un peu plus loin et s'en est allée. Maître, je ne la croyais pas comme ça ! Elle cache bien son jeu, sous ses airs de sainte nitouche !
À présent, j'aurais tendance à croire qu'elle a fait tout ça pour que mon absence soit découverte et que Maybe m'accuse à sa place...
Quelle explication valable as-tu à ceci, Akasun ?
Réponse #29 Sam 18 Sep 2010, 21:30
akasun
Inahoderi
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 34


Te vl'a toi ?



Journalisée
Aka ne pouvait s'empêcher de sourire en entendant le récit de Krisk. Après tout, c'était de sa faute, elle aurait du faire plus attention à ne pas laisser trainer n'importe quoi ...

Voyons, voyons … ok j'étais en charge du PQ, mais c'était pour être au moins sur qu'il nous reste quelques feuilles pour 5 vu qu'etoiledeneig, cette quiche, en avait déjà perdu plus des trois quarts !
Du coup, j'ai préféré prendre les choses en main …

On marchait et j'étais derrière krisx. Son sac se balançait au rythme de ses pas, et de temps en temps comme elle trébuchait, sa tressautait un peu. Du coup, le sac s'ouvrait de plus en plus. Jusqu'est ce que PAF, tout tombe par terre ! J'ai failli tout me prendre sur les pieds !
Elle s'est retournée en commençant à m'enguirlander comme si c était moi qui avait trouvé son sac ou je ne sais quoi alors que j'étais déjà entrain de lui ramasser ses affaires !
Du coup, elle a tout fourré dedans, en vrac, et a hostilement changé de chemin, dans la forêt.
Seulement, j'ai remarqué qu'il restait un truc par terre, une petite fiole. Je ne savais pas si elle l'avait laissé la délibérément ou pas.

Je l'ai ramassé et j'ai voulu appeler Krisx pour lui rendre mais je ne la voyais déjà plus. En plus, la fiole était recouverte de quelque chose de poisseux, j'arrivais pas à m'en débarrasser ! Le verre me collait limite à la main ! Alors je me suis dis qu'après tout ça ne pouvais pas être quelque chose de bien dangereux, je voulais l'ouvrir et m'en verser un peu sur la main pour qu'elle se décolle de la paroi. J'ai jamais réussi à ouvrir cette foutue bouteille. Et puis, comme je m'étais arrêté, les autres étaient déjà loin. Je commençais un peu à paniquer, j'ai essayer d'enlever le bouchon avec les dents.


Aka mimait ces gestes et se sentait bien ridicule.

Le problème, maître, c'est que le bouchon à fini par sauter, mais que, du liquide c'est répandu dans ma bouche. Je voulais pas, je savais pas ce que c'était … Et la, OOHHH !! Bonheur !! Un vrai goût de rêve, excellentissime, mais indescriptible … Du coup, ben j'ai tous bu … et puis finalement, la bouteille c'est décollée et je l'ai fourrée dans ma poche. D'ailleurs, la voici si vous ne me croyiez pas.

Aka sortit la fiole de sa poche

La prochaine fois, je ferais bien de tourner ma langue au moins 10 fois dans ma bouche histoire de prendre le temps de réfléchir au lieu d'agir. Parce que le problème, votre grandeur, est que j'ai commencé à voir la vie en rose. Un peu trop d'ailleurs. Je me sentais comme tarzan ou Georges de la jungle, ou encore, un âne qui attend son quignon de pain.
Une petite liane par ci, une autre par la, Oh, cet oiseau, on dirais un pigeon ! Hihihi, voyez un peu mon état …

J'en étais à me demander s'il était facile d'apprendre à voler quand un pssssstt me fis sortir de ma rêverie.


Aka se tournait vers Krisk, alors c'était toi qui m'appelait ? Parce que je voyais bien qu'il y avait quelqu'un, genre, un peu gêné. Remarque, normal si t'avais les fesses à l'air … mais j'avoue que j'ai pas tout compris. J'ai hésité : occupé, papier, cul, PQ, à ben oui ! PQ ! Et puis dans mon cerveau ça à fait tilt ! Le PQ, c'était cool, c'était rose, et sa volait ! Trop fort, j'ai tout de suite penser à me faire un  parachute avec, en plus il aurait été jolie !
Et puis, un grognement étouffé ma fait sortir de ma béatitude. Plus loin, devant, j'entendais des exclamations. J'ai balancé le PQ vers la demoiselle, elle pouvait bien marcher un peu quand même, toute façon on était entre nous … et je me suis précipité illico vers les filles.


J'ai été bien surprise quand je suis arrivée, d'entendre Gaelfe qui beuglait :
JE VEUX DU SAUCISSON !
En se tortillant comme un vers, trépignant et se roulant par terre.
Mais quelle mouche t'avais piqué ?
« Dernière édition: Sam 18 Sep 2010, 21:49 par akasun »
Réponse #30 Dim 19 Sep 2010, 17:00
krisx
Invité


Courriel
C'était donc toi ! Voleuse ! Tu ne te rends même pas compte de ce que tu as fait... Cette fiole était d'une valeur inestimable, et tu l'as... vidée.


Krisx était à présent bouleversée, son visage n'exprimait plus qu'une profonde affliction. Son menton tremblait d'émotion, elle ne retint cette fois pas les larmes, qui commençaient à rouler sur ses joues sales en laissant des sillons de peau plus claire.
Bzzzz !
Une dizaine de moustiques dansaient maintenant autour d'elle, mais elle ne leur prêta pas attention.

Maître, cette fiole m'a été offerte par une gentille petite fée, un jour où j'étais au plus mal... Oh je sais bien que je vais passer pour une folle, avec mon histoire de fée bienfaisante ! Tant pis, je sais ce qu'il m'est arrivé, et j'étais parfaitement lucide. Et puis, sauf votre respect... vous existez bien, vous ! Alors pourquoi pas une fée ?
Bref.
Avec des amis, on faisait une partie de jeu de rôle dans la forêt. Moi j'étais l'Elu, avec mon bonnet. À un moment où j'étais isolée du reste du groupe, une terrible douleur a envahi tout mon corps, et m'a fait perdre connaissance. Quand j'ai repris mes esprits, toutes mes forces m'avaient quittée, mais cette fée était penchée sur moi. En échange de mon bonnet, allez savoir pourquoi elle le voulait ! elle m'a jeté un sort de guérison qui m'a filé une de ces patates ! Je ne m'étais jamais trouvée en aussi bonne forme, c'était miraculeux ! Alors que je cherchais mes mots pour la remercier suffisamment, elle s'est volatilisée, en ne laissant que cette fiole derrière elle.
J'ignore comment, son contenu ne faisait aucun doute : il s'agissait d'élixir de corail rarissime.



Je n'en avais jamais vu, et pourtant je le savais.
Depuis j'emporte cette fiole partout comme porte-bonheur, en souvenir de cette petite fée qui m'a sauvée un jour. Jamais je n'aurais bu son contenu...


Inconsolable, Krisx pleurait maintenant à en manquer d'air...
Elle s'arrêta soudainement, réalisant qu'une nuée de moustiques la cernait.
Horrifiée, elle avisa une mare de boue non loin de là et s'empressa de se rouler dedans, non sans en avaler au passage... Dégueu, mais efficace !

Savourant sa tranquillité en dépit de ce qu'elle lui avait coûté, elle entendit Gaelfe prendre la parole...
« Dernière édition: Dim 19 Sep 2010, 18:35 par Krisx »
Réponse #31 Dim 19 Sep 2010, 22:54
Gaelfe
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 1501




Journalisée
Krisx,  pour une fois, est-ce que tu pourrais faire preuve d’un minimum de dignité et éviter de te donner ainsi en spectacle ? Je veux bien croire que le manque d’alcool te fasse perdre les pédales mais assister encore à une de tes crises de délirium tremens, c’est au dessus de mes forces. Je commence à en avoir raz la casquette d’écouter ta voix de crécelle débiter des récits d’ivrogne sans queue ni tête alors si en plus tu nous infliges tes larmes de crocodiles et tes galipettes dans la fange, je crois que je vais finir par t’étrangler !

Gaelfe redressa la tête et fixa l’un des nombreux globes oculaires de la sinistre créature qui siégeait devant elle. Sous le coup de la colére, ses joues devinrent écarlates :

Quant à vous, et avec tout le respect que je vous dois, si vous pouviez cesser pendant  trente secondes de tripatouiller vos ridicules petites aiguilles pour soulever votre Adipissime Derrière et aller lui chercher de quoi se rincer le gosier qu’on puisse enfin en finir avec cette foutue comédie, ça serait pas mal…

* Mais qu’est-ce que ?... Pourquoi je lui dis ça ?....*

Les poings crispés, elle se pencha vers Akasun et s’exclama :

Et toi, ma pauvre fille, une fois de plus, tu nous fais plonger dans les profondeurs abyssales de ta stupidité. En verrons-nous un jour le fond ? Tu ne comprends jamais rien, tu n’es qu’une incapable, tu ne sers à rien, tu es une nullité, un zéro !

Une veine se mit à battre furieusement sur sa tempe :

Même porter le rouleau de papier, tu n’y es pas arrivée ! L’unique tâche que nous t’avions confié en pensant ça au moins tu saurais faire ! Alors je veux bien croire que tu n’ais pas compris ce que j’étais en train de faire. Mais si je t’explique tout là, maintenant, est-ce que j’ai une chance de parvenir à stimuler un de tes rares neurones ? Est-ce que je ne vais pas encore perdre mon temps ? Pouvons-nous espérer que pendant les cinq prochaines minutes, tu vas réussir à mettre en route ta petite cervelle ?

* Raah, calme-toi Gaelfe, calme-toi !*


Elle se tourna vers Maybe.

Mais toi, tu as compris j’espère ? Toi qui passes ton temps à voir des hommes que personne d’autres n’a vu : l’homme aux palmes et à la tête de tigre sur la plage, ce soi-disant  inconnu qui t’a soi-disant sauvé d’une soi-disant agression dans les montagnes. Toi qui ramènes un pathétique bouquet de fleurs au Maître de l’Ile en espérant qu’il daigne enfin s’intéresser à ta misérable personne. Toi qui, enfin, as passé tant d’heures dans Survivor Game à déployer  de pitoyables artifices pour attirer sur toi les regards de tous ceux qui portaient barbes et moustaches ! Tu ne peux pas avoir oublié ! Tu t’étais montrée particulièrement ridicule ce jour là !
Tu ne dis rien ? Eh bien soit,  je vais te rafraîchir la mémoire !


Gaelfe sentit se dessiner malgré elle un sourire cruel sur son visage.

Comme je vous le disais, pendant Survivor Game, Maybe tentait vainement de séduire tous les mâles qui l’entouraient. Mais sa proie favorite, c’était Denis Polins, l’animateur de l’émission. Il avait beau essayer de lui faire comprendre poliment qu’elle ne l’intéressait pas, elle s’obstinait. Un soir, elle se rendit en douce jusqu’à sa tente. Moi, je l’avais suivie car j’adorais voir son vilain petit visage grimacer de dépit chaque fois qu’elle prenait un râteau.  Elle lui avait confectionné un pagne en fibre de palmier. Elle entra dans la tente et en bégayant le lui tendit. Exaspéré, il lui fit promettre de ne plus l’approcher s’il le mettait. Elle sortit donc de la tente et l’attendit en gloussant comme un dindon. Quelques minutes plus tard, Denis Polins sortit, vêtu du fameux pagne. Il fit quelques pas et soudain il se mit à sauter sur place en poussant un terrifiant hurlement. Aussitôt après, il agita ses jambes et sa tête dans tous les sens, se griffa le torse avec ses ongles et s’écroula au sol. Maybe se précipita vers lui en criant : « J’arrive Mr Polins, je vais vous sauver ! » Le pauvre homme se débattait : « Non pas elle, pas elle ! »Je suis alors intervenue. Ecartant brutalement la jeune sotte, je me suis penchée vers lui : « Qu’est-ce que vous… »Ses yeux se révulsèrent et d’une voix d’outre tombe, il prononça ses mots :


« Prenez garde à la Malédiction du Pirate Fantôme ! Le premier jour,  mon antre sera profané. Alors, les cinq subiront mon courroux! L’une trahira le Grand Seigneur. La seconde courra après un chasseur sachant chasser sans son chien. La quatrième laissera la troisième dans le besoin. Seule la cinquième pourra changer le destin. Munie du morceau noble du Verrat Sacré, elle apprivoisera la bête au regard précieux qui la guidera jusqu’au métal convoité. »
Sur ces paroles, il gémit une dernière fois et sombra dans un profond sommeil. C’est quelques jours plus tard, à son réveil, que nous sûmes qu’il était allergique aux palmiers.
Et c’est depuis ce jour que Maybe s’invente des idylles improbables avec des personnages sortis tout droit de son imagination.


Gaelfe jeta un coup d’œil à Maybe et ricana.

Pas besoin de faire cette tête là !  On a toutes compris ton manège ! Tes petits mensonges minables ne trompent personne ! Tu es grotesque !

* Respire ! Reprends toi !*

Bref, la prophétie disait vraie : l’épave trouvé sur la plage, Etoildeneig qui en avait après votre or, Maybe et son sauveteur invisible, Akasun et Krisx dans l’épisode du papier toilette… Tout concordait.
C’est pour ça  que j’ai réclamé le saucisson sacré ! Lui seul pouvait nous sauver et nous conduire enfin au terme de notre quête ! Y a vraiment rien de compliqué à comprendre là dedans
!


Gaelfe baissa la tête en direction d’Etoildeneig. La haine commençait de nouveau à l’envahir.

Ne me regarde pas avec ce regard bovin ! Tu sais ce que je m’apprête à dire ! Non non non, ne commence pas à pleurnicher ! Tu n’es déjà pas bien belle mais alors là… Bon sang, mais comment ais-je pu envisager ne serait-ce qu’une seule seconde que toi et moi pourrions… Toi ! Avec Moi ! Tu t’es bien regardé ?  Et dire que je n’ai rien dit lorsque tu…


… as exigé qu’on reparte à notre campement ! J’ai cru que tu savais ce que tu faisais, mais maintenant, je doute…
Allez-y, Maître, faites la parler. Et dépêchez-vous ! Il règne ici une odeur insupportable et cela m’incommode ! Vous n’aérez donc jamais ?!!


Gaelfe se tut brusquement et se mit à trembler.


* Mais qu’est-ce qu’il m’a prit ?*


« Dernière édition: Lun 20 Sep 2010, 00:42 par gaelfe »
Réponse #32 Lun 20 Sep 2010, 21:04
Etoiledeneig
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 993




Journalisée
-   Tu n’as donc aucun respect pour les gens ?!  Tu oses critiquer le Grand Maître ?! Mais s’il aime cette odeur, il n’a pas à te demander ton avis !!  Tu traites tout le monde de débile mentale mais … mais…

Etoile essaya de ravaler sa colère et son chagrin car Gaelfe semblait bien lui avoir brisé le cœur.

-   Tu n’es pas mieux !! Je ne comprends pas comment tu as pu me faire ça… nous faire ça ! Tu nous reproches tout ce qui a mal tourné mais si c’était toi la meilleure, la « chef » des imbéciles en pagnes, tu nous aurais donné des ordres intelligents, pas ceux qui nous ont empêchés de réussir le désir du Maître.  Tu as tout saboté en te croyant le génie, je t’admirais tellement tu sais… j’aurais donné n’importe quoi pour que nous soyons toujours …  ensemble.  Et c’est là que je me suis souvenu de quelque chose…

Elle expliqua au Grand Maître ce qu’il en était tout en laissant couler ses larmes de tristesse.

-    Maître, pendant ce jeu de survie, le Survivor Game, j’avais appris à connaître Gaelfe, c’était elle d’ailleurs qui nous avait inscrites.  Pendant ce jeu, je suis devenue complètement … folle d’elle  et même si nous n’étions pas dans la même équipe, nous arrivions toujours à nous voir la nuit en tête à tête.   Gaelfe… aurait dû faire partie de la finale du jeu et je lui avais … prévu une surprise. Un petit mot pour l’encourager  et … un petit cadeau…   Tiens, je vais te la lire ta lettre Gaelfe pour que tu saches … ce que tu perds.

Elle sortit un petit papier de sa poche et commença à lire :
Citer
Gaelfe , ma chérie,

Quand nous nous sommes vues la première fois, j’ai trouvé que tu étais à part des autres.  Je vendais les photos souvenirs dans ce parc d’attraction et quand je te l’aie donnée … je t’ai vue comme quelqu’un d’exceptionnel et de merveilleux. Tu m’as souris … et tu m’as demandée si je pouvais prendre une barbe à papa avec tes amis à la fin de mon service.  Tu étais la plus rigolote, la plus éclatante des filles que j’avais jamais vu.  Alors tu es venue,  de temps en temps, me voir et tu m’as permis de doubler les ventes grâce à ton sourire et ton petit mot vendeur.   Mais le plus beau moment de ma vie, c’est … quand tu m’as proposée de participer ensemble à Survivor Game ; là, j’ai compris que je ne pourrais jamais vivre sans toi. Je t’aime Gaelfe et … j’aimerais que tu sois ma compagne de toujours. Pour te donner du courage pour la finale, que tu gagneras sûrement  car l’amour donne des ailes, je t’offre cet anneau  (en argent comme tu trouves que l’or ne va pas avec ton tain).  Tu le trouveras sous ta couche dans ta boîte à chaussures préférées.  Je t’attendrais, ma grande gagnante, sur le podium et nous ne nous quitterons plus jamais.

Bravo pour ta future victoire et un gros bisou de ta petite Etoile qui ne brille que pour toi,

Etoiledeneig



Etoile   pleurait en se rappelant les moments de bonheur qu’elle avait vécu et la terrible réalité qu’elle avait en face d’elle.

-   Si j’ai voulu retourner au campement, c’est pour prendre l’anneau. Non, pas pour te le donner « Chef »  mais pour l’échanger avec l’amazone que tu n’as pas vue, toute occupée que tu étais à réclamer ton « Saucisson sacré ». L’argent est beaucoup plus précieux que l’or pour elle, et elle était prête à nous échanger tout l’or que nous voulions contre cette petite bague.



- Mais Maître demandez plutot à Maybe pourquoi elle a voulu absolument à nous montrer le chemin du campement et qui nous a completement perdues dans la forêt vierge alors qu'il suffisait de suivre la plage." Mais siiii, je vous jure que je connais un raccourci " qu'elle a dit Maybe.






Etoile regarda Gaelfe qui  était désormais la chose qu'elle détestait le plus au monde
[Sur mon île déserte,nana .... je t'attends, mais je ne prendrai pas de coup de soleil même si tu m'éblouis...]  :p

etoiledeneig sur Inaho  feudeneig sur Karaho
Réponse #33 Jeu 23 Sep 2010, 11:23
maybe
Inahoderi
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 279



WWW
Journalisée
Maybe écarta ses grands yeux bleus !!!

Comment ? Qu'entends-je ? Je ne vous ai pas perdu du tout ! Mon raccourci était, comme son nom l'indique, un raccourci. Il fallait retourner au campement rapidement car la fin de la mission s'approchait. La plage, ça aurait pris 3 plombes et Etoiledeneig le savait bien.

Elle regarda sa "collègue" du coin de l'oeil. C'était louche tout ça.

Donc nous sommes arrivés au campement, avons posé l'oeil que nous avons récupéré et pris l'anneau. C'était assez triste d'avoir fait tout ce chemin pour revenir ici presque bredouille. Enfin nous avons laisser l'oeil là bas car nous savons que nous vous rencontrerons ici cher maître et nous sommes reparti. Là encore, Akasun et Etoiledeneig voulaient passer par la plage alors qu'il était évident que nous allions perdre du temps. Elles traînaient de la patte, prétextaient des poses pipi.
J'étais en fin de queue, après mon agression -qui a réellement existé, regardez donc l'état de mes habits - je me méfiais donc de tout le monde. Et là les filles à l'avant se sont mises à crier. "Au secours, au secours" " Maman" "Denis Polins" ... enfin vous voyez le truc. Elles courent et se cachent derrière moi. "Une bête" me disent-elles. Je m'approche, mon couteau dégainé.Et là, je vois... un gros, un énorme...


Oui Maître, elles ont flippé à cause d'un squelette. Il a fallu que je passe 10 minutes à les consoler. Encore du temps perdu, et peut être que l'amazone en avait eu assez et était partie... Nous devions nous dépêcher pour le savoir. Mais y en a une qui a encore trouvé une excuse...


Etoiledeneig essayait désespérément de retirer les yeux du squelette, qui au passage n'en avait pas parce que c'est un squelette... Et là l'histoire de se partager l'argent entre elle et Akasun m'est revenue... Je regarde autour de moi et Akasun courait au loin, loin devant nous. Quand nous l'avons rejoint l'amazone n'était plus là et Akasun n'avait pas d'argent mais un grand sourire sur les lèvres...
Réponse #34 Ven 24 Sep 2010, 20:50
akasun
Inahoderi
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 34


Te vl'a toi ?



Journalisée
Pffff, tout de suite les grands mots …
Maître, qui ne tremblerait, en passant devant un squelette humain, avec encore quelques lambeaux de chaire, alors qu'ils marchait gentiment dans la jungle en tentant de cueillir quelques fruits ?

Surtout quand on sait que -brrrr-
le corps d'aka frissonna d'effroi, certains êtres humains on des pratiques que la plupart des sociétés qualifient de barbares … Comment rester muette alors que  ce corps témoigne de l'oeuvre de cannibals ?!


Maybe, voyons, tu ne vas pas me faire croire, depuis que tu es sur cette île, que la nuit tu n'as jamais entendu de choses bizarres ? Alors que des fois tu étais livide, au bord de la crise de nerf …
Tous ici, nous savons de quoi je parle, hormis peut être vous, seigneur... Allons, je suis sur que vous n'avez pas oublié, cette petite musique, le soir, ces chants, les lueurs du feux au loin, et ces pauvres gens qui disparaissaient … On a tous fait semblant de rien remarquer, de ne pas comprendre ! Mais bon sang, au final on savait bien ce qui se passait !
Et quand kiki, le chien de cette bonne femme a disparu, le sale petit caniche, et que, jme rappelle pas de son nom, elle a suivit quelques jours après aucune n'a rien soupçonné bien sur ?

Alors oui, lorsque j'ai vu cette amazone, je me suis méfié !
Regardant Maybe, t'aurais aimé toi, la suivre, lui donner je sais pas quoi, et puis te retrouver les poignets et pieds liés à une branche géante,  à attendre ton tour pour te faire bouffer ??! Désolé, entendre les os craquer sous la dent, c'est pas mon truc !
Du coup, je l'ai suivi (l'amazone) histoire de voir si elle traficotait pas je ne sais quoi avec une bande de sauvage tapie je ne sais où !
Et quand je suis revenue, c'est vrai, je souriais. Cette amazone m' avait finalement conduis vers une grotte ou elle cachait des tas et des tas d'or ! Mieux que la caverne d'Ali Baba ! Du coup, ben je suis retournée au campement, prévenir les autres. En plus j'avais même disposé des cailloux le long du chemin pour le retrouver facilement.


Malheureusement, maître, votre quête n'était pas facile … et plus que de la fatigue physique, après tous ces jours passés sur l'ile, ce sont les nerfs qui commençaient à lâcher. Je pense que vous avez déjà pu le constater, nous étions dans un état lamentable … mais alors, quand j'ai vu débarquer Krisx à moitié scalpée et en titubant, j'ai su que nous ne pourrions reprendre la route de si tôt.
« Dernière édition: Ven 24 Sep 2010, 20:53 par akasun »
Réponse #35 Ven 24 Sep 2010, 21:27
Le Maître de l'île
Hors ligne Hors ligne


Messages: 263




Journalisée
Le Maître avait eu bien le temps de s'ennuyer fermement, et c'était fait. Il loupa l'épisode de la viande d'Etoiledeneig, puis, après un grand ronflement, il s'était réveillé.

Les humains le virent bien: le Maître de l'île était maintenant mal réveillées; et eux, ils étaient dans de sales draps...

L'histoire des yeux (ou de l'oeil? il n'arrivait même plus à suivre) l'intriguait.

- Krisx! Apporte moi de suite ta petite bouteille, je veux au moins avoir ces yeux en ma possession...

La pauvre farfouilla dans son sac, trouva la petite bouteille, qui se révéla être un flacon (ah non! il n'était pas bien réveillé!). Elle le tendit au Maître, mais lorsque le flacon fut dans la main du Maître, celui-ci le relança avec une fureur non-contenue et une force surnaturelle en plein dans la tête de Krisx qui écopa d'un bel hématome à la joue. Le flacon tomba vivement sur le sol et se brisa.

Il se leva monstrueusement de son siège avec une grande prestance, puis descendit les marches, face à une Krisx qui voulut reculer et qui se cassa la margoulette par terre. Le Maître marcha au passage sur les yeux, mais ça n'avait guère importance à ses yeux, maintenant qu'il n'avait pas sa soupe d'or.

En un éclair, il se retrouva près des survivants.

Non, cette fois, c'en était trop. Gaelfe qui piquait une crise, Krisx qui coupait la parole à tors et à travers pour une histoire de guêpe, Etoiledeneig qui draguait à tout va, et Maybe qui ne faisait rien de bien... Il sortit les aiguilles de sa poche et prépara ses aiguilles. Ça allait taper fort!

Il commença par...

- GAELFE!! Que dis-tu, infâme petite vermine? Je ne parlerai pas de la manière dont tu parles à ton Maître, car cela devrait passer par un écartèlement certain, et me contenterai de te poignarder la poupée pour tout ce que tu as fait, à commencer par critiquer tes camarades, alors que vous deviez simplement me chercher les deux yeux et l'or!




Gaelfe - Aiguilles 1 & 2


- AKASUN!! Quelle est cette histoire de monter dans une barque, et de couler au fond du lac? Non mais on touche le fond là! Le Maître est très insatisfait de ta conduite. J'te donne une aiguille et un ultime avertissement!



Akasun - Aiguille 2, Un Avertissement


- KRISX!! Toi non plus, ça ne va pas du tout! Quelle est cette histoire de fée? Il me semble que c'est celle du Capitaine Hook, mon ancien rival... Si ce que tu dis est vrai, cela ne présage rien de bon pour moi. Et ce qui ne présage rien de bon pour moi, je prendrai plaisir à te le faire partager, impertinente!



Krisx - Aiguille 1


- ETOILE!! On n'est pas ici pour sombre dans la mièvrerie, même si c'est fort compliqué, quand on est avec cinq femmes incorrigibles et totalement écervelées (ou débiles, comme tu veux)! Donc ta lettre, le Maître n'en a rigoureusement rien à cirer.

Ah non, ça ne va plus du tout! C'est inacceptable!




Etoiledeneig - Aiguille 2 & 3


Après s'être acharné sur ses poupées vaudou, le Maître sembla rasséréné. Cependant, la nature aux alentours semblait de plus en plus dangereuse, les arbres grinçants et les animaux menaçants.

C'en était à présent fini d'Etoiledenig. La partie s'achevait ici pour elle. Lorsque la troisième aiguille pénétra le corps de la marionnette, la pauvre femme tomba mollement à terre, les yeux exorbités de frayeur. Elle était morte.

Le Maître avait certes peu parlé, mais à présent, il était devenu impitoyable.

Il fit signe à Krisx de reprendre son histoire - si futile qu'elle était.
Réponse #36 Dim 26 Sep 2010, 15:09
krisx
Invité


Courriel
Ayeuh ! Ça fait super mal !!! s'exclama Krisx en se frottant la fesse droite. L'autre main s'affairait encore à masser l'énorme bosse formée par la rencontre pour le moins brutale de la bouteille et de sa joue, laquelle avait doublé de volume.
Ce n'était pas juste. Elle s'était doutée que son histoire de fée ne plairait pas... mais puisque, sans le vouloir, elle avait mis le Maître en garde, il aurait dû la remercier. Et puis, elle avait ramené les yeux, tout de même ! En fait elle était plus exactement la seule à avoir ramené quelque chose... Non, ce n'était pas juste.
Un coup d'oeil au corps inerte d'Etoiledeneig lui ôta cependant toute envie de revendication. Jamais elle n'aurait soupçonné ses sentiments pour Gaelfe... La pauvre devait être sacrément amoureuse pour ne pas voir quelle peste c'était...
Un grand frisson lui parcouru l'échine. Le Maître était impitoyable ; toutes leurs explications ne changeraient rien à leur funeste sort...
C'est sur un ton presque résigné, las, qu'elle reprit la parole :

Oui, je me suis fait attaquer.
Pendant que Gaelfe faisait la danse du saucisson, et qu'Akasun et Etoiledeneig se la jouaient perso avec cette amazone louche, Maybe et moi sommes restées en plan au campement. On ne savait même pas où elles étaient parties, elles n'avaient prévenu personne ! Tu parles d'une équipe... On ne pouvait pas bouger à notre tour, sinon on se serait toutes perdues, il fallait donc qu'au moins l'une de nous reste au campement. Alors j'ai proposé à Maybe d'aller nous chercher à manger, histoire de ne pas complètement perdre notre temps à attendre.
J'avais amassé pas mal de fruits, quand un gros repas, du genre qui a quatre grosses pattes griffues, une crinière et des mâchoires acérées, m'est tombé dessus par derrière. Le lion en voulait visiblement à mon sac à dos, ce qui m'a étonnée puisqu'il ne contenait que des fruits. Enfin, à manger du moins ! car la bouteille renfermant les yeux était toujours dedans elle aussi !
Il fallait que je le récupère, mais la bête n'était pas de cet avis ; et si j'ai malgré tout réussi, j'ai quand même failli y laisser ma peau entière, pas qu'un bout de cuir chevelu !

Une fois hors de danger, et bien que considérablement mal en point, j'ai voulu vérifier que la bouteille était toujours intacte. Elle l'était, vous le savez déjà puisque vous me l'avez jetée à la figure... Toutefois, Maître ! ce que j'y ai découvert m'a glacé le sang ! Quelqu'un avait glissé un appât de viandes puantes dans mon sac !



Ce n'était pas moi, je m'en serais souvenu ! Et puis on a tellement galéré pour obtenir ces yeux, si j'avais su qu'on disposait d'un appât, on s'en serait servi, c'est sûr ! Non Maître, cet appât ne pouvait avoir été placé dans mon sac que dans une intention malveillante...
Etait-ce le fait d'Akasun, qui avait déjà essayé de me planter dans la forêt et avait volé ma fiole ? de Maybe, qui croyait que j'avais écrasé l'oeil de tigre et tenté de la tuer ?
Laquelle avait cherché à me laisser dévorer par les insectes en me faisant un croche-pied dans la montagne ?


Serait-ce toi, Gaelfe ? Toi qui ne peux blairer aucune d'entre nous, qui te crois supérieure, toi qui viens de laisser Etoiledeneig mourir pour toi après lui avoir piétiné le coeur... Toi qui aurais tellement voulu finir cette quête seule pour t'attribuer tout le mérite... Avoue que tu as voulu me tuer pour voler les yeux ou dénonce celle qui a fait ça !
« Dernière édition: Dim 26 Sep 2010, 15:12 par Krisx »
Réponse #37 Dim 26 Sep 2010, 20:30
Gaelfe
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 1501




Journalisée
Gaelfe avait senti ses yeux se remplir de larmes en voyant Etoildeneig passer de vie à trépas.

* J’ai été un peu dure avec elle, peut-être aurais-je dû lui donner une seconde chance…*

Mais les paroles de Krisx lui firent bien vite oublier celle qui fut quelques jours l’élue de son cœur. Les dents serrées, droite comme un I, l’œil rempli de mépris, elle voulu toiser sa coéquipière. Hélas, ce n’était pas si facile de toiser quelqu’un lorsque on a le corps enfoncé dans le sol jusqu’à la taille. Jugeant que toiser les genoux de Krisx n’aurait pas le même impact, Gaelfe préféra se concentrer sur un gros scarabée qui commençait à escalader l’un des orteils d’Etoildeneig.


Ben voyons, voilà que tu te mets à proférer des accusations sans la moindre preuve. Tu n’as rien du tout contre moi, ni indice, ni fait qui pourraient  étayer tes soupçons, rien du tout. Je suis outrée que tu estimes que je n’avais rien d’autre à faire qu’à vouloir te supprimer. Crois-tu réellement que ta vie soit à ce point importante qu’on puisse perdre de précieuses minutes à vouloir te l’ôter ?
J’ai bien glissé de la viande dans ton sac. C’était un reste de cochon sauvage que j’avais trouvé sur le campement. Je m’étais dit qu’à défaut du Saucisson Sacré, nous pourrions nous en servir pour apprivoiser l’étrange créature de la prédiction. Et si je l’ai mis dans ton sac, c’est que j’avais déjà rempli le mien avec
….



De l’herbe qui rend hilare. Je savais que tu souffrais du manque de boisson. C’est pourquoi, lorsque je me suis aperçue que tout prés du campement, poussaient quelques-unes de ces plantes, je me suis dit que tu aurais bien été capable de t’en servir comme palliatif. Et traîner derrière nous une hystérique en train de ricaner perpétuellement… Nous aurions dû une fois de plus essayer de te calmer avant de repartir et ainsi perdre le peu de temps qu’il nous restait.
Et si je les ai emporté avec moi au lieu de les brûler c’est parce que, nous l’avions toutes constaté, Akasun et Maybe avaient  une certaine tendance à pleurnicher pour n’importe quoi. Un peu de ces plantes pouvait à mon avis leur faire du bien et les stimuler un peu.
Voilà l’explication, Krisx. Comment aurais-je pu deviner qu’il te prendrait l’envie d’aller jouer avec un lion ?


Gaelfe voulu jeter un regard au Maïtre de l’Ile puis décida qu’après ce qu’elle avait eu l’audace de lui dire un peu plus tôt, il valait mieux continuer de fixer le cadavre de son ancienne compagne.

Enfin, Votre Grandeur, ce petit incident n’est rien à côté de ce qui est arrivé ensuite. Lorsqu’Akasun est venue nous annoncer qu’elle avait trouvé de l’or et après avoir pansé les plaies de Krisx, nous nous sommes empressées de reprendre la route. Hélas, après quelques pas, nous avons du nous rendre à l’évidence : les cailloux que dans un éclair de génie, le seul je dois dire qu’elle ait eue durant tout notre périple, Akasun avait semé pour que nous puissions retrouver le chemin de la grotte, toutes ces précieuses petites pierres avaient disparues. Et devinez qui, quelques minutes auparavant, j’avais surpris en train de faire des ricochets sur une petite mare prés du campement ?


Maybe !
Alors, qu’as-tu à dire pour ta défense ?


* J’espère qu’elle va faire vite car l’odeur était déjà écoeurante mais avec les restes en décomposition de cette pauvre Etoildeneig, je vais finir par être malade…*
Réponse #38 Jeu 30 Sep 2010, 18:12
Le Maître de l'île
Hors ligne Hors ligne


Messages: 263




Journalisée
Le Maître ne fit pas de détour. Il interrompit Gaelfe sans trop se soucier de cette dernière, en foudroyant Krisx du regard. Il était huluberlué... berlibudé... élaberlué...

- Je suis éberlué d'entendre ça! Non, mais, je vais vous apprendre les bonnes manières, petites sottes! rugit-il, sans que personne comprenne pourquoi.

Il planta une aiguille dans une des poupées...




Krisx - Aiguille 2


La pauvre se retrouva dans une situation quelque peu étrange. Une force semblait lui tirer les cheveux vers le haut, ce qui n'est guère agréable, surtout qu'à force les cheveux tombaient de sa tête... Elle se retrouva le crâne rasé et en pleurs. Pas bien beau à voir, mais elle avait tout de même osé.

- Alors, ainsi, tu oses t'amuser à tutoyer ton Maître?! Désires-tu mourir? Je peux t'arranger cela dès maintenant, pas de soucis! Impertinente!

Et une main invisible gifla Krisx comme jamais elle n'avait été giflée...

- Bref! Maybe, explique à ton Maître quelle erreur tu as commise... Oh, ne me regarde pas comme ça, tu me donnes envie de te noyer dans la boue!




Maybe - Aiguille 2


- Oupss! Trop tard...

La pauvre se retrouva à s'étouffer dans la boue, seule, sans que ses camarades ne puissent l'aider. Après en avoir avalé une bonne dose, elle se redressa et raconta qu'elle erreur elle avait faite.
Réponse #39 Jeu 30 Sep 2010, 20:30
maybe
Inahoderi
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 279



WWW
Journalisée
Maybe toussota, la boue, c'est pas bon... Enfin elle se dit que ça ferait du bien à son visage. Au moins elle s'en sortait mieux que Krisx, elle souria en voyant sa tronche.

Maître, oui j'ai pris les cailloux pour m'en servir en tant que ricochet. Mais Gaelfe l'a dit elle même, elle avait pris des feuilles hilarantes. Après avoir glissé un morceau de viande dans le sac de Krisx, voilà qu'elle nous avait donné ses feuilles là à Akasun et moi même. Comportement étrange n'est ce pas maître ? Donc oui, j'étais hilare et j'ai bien plané mais je ne me regardai pas comme ça, c'était à mon insu.
Akasun est venue me voir, hilare elle aussi et elle m'a mis des feuilles dans la bouche. Trop heureuse, je les ai machouillé et là qu'est ce que j'ai remarqué... Ce n'était pas les mêmes feuilles, pas du tout...



Et les filles savent bien que je suis allergique à l'eucalyptus... J'ai donc gonflé en un rien de temps. Pris dans mon délire, je me suis prise pour un bateau et j'ai fait la planche dans la rivière. Les filles ont essayé de me retenir, je crois qu'il y en a une qui a voulu m'utiliser comme radeau... Enfin bon, bon gré mal gré, nous avons retrouvé la grotte, allez savoir comment. Nous étions heureuses, nous avions l'or, un oeil en poche et le soir commençait à tomber.



Akasun a voulu absolument nous emmener au fond de la grotte, "pour nous montrer quelque chose qu'elle disait". Etoiledeneig riait bizarrement à ce propos, sans doute les plantes hilares m'étais je dit à l'époque mais maintenant quand j'y pense...Bref nous avons marché et voilà que nous sommes tombés dans un trou... Mais un grand trou vous voyez, on était dans le noir complet sans savoir comment s'en sortir... Akasun pourra peut être nous expliquer pourquoi elle voulait absolument nous emmener au fond de cette grotte...
« Dernière édition: Jeu 30 Sep 2010, 20:31 par maybe »
Réponse #40 Ven 01 Oct 2010, 20:49
akasun
Inahoderi
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 34


Te vl'a toi ?



Journalisée
Hihihi, oui je me rappelle de ces feuilles, c'était excellent ! (hey bon sang, arrête aka, il a bien montrer qu'il rigolait pas le maître, et ma ptite, jte rappelle que t'as carrement plus de jambes pour le moment … alors fait gaffe !)

Maybe, pourquoi fais tu semblant de demander pourquoi je voulais aller au fond de la caverne ? Alors que tu sais très bien que c'était pour faire une blague à gaelfe, elle qui a peur du noir ! C'était rien de bien méchant, maître, vous savez, en plus c'est maybe qui a eu l'idée, enfin bon …
Le problème c'est que cette blague a mal tournée, j'avais pas vu le trou … donc ben, bam, je suis tombé dedans, et les autres ont suivi, comme de gentils moutons …
Pas une pour rattraper l'autre, c'est le cas de le dire.

Du coup, quand on a réussi à retrouver tous nos membres, et dans le bon sens, ben on a bien vu qu'on pourrait pas remonter, même en faisant une super échelle humaine, il ne nous restait plus qu'a explorer. Bien sur, on était 5, y avait 3 chemins … sa a failli saigner !
Finalement, on a réussi à se décider parce qu'on a entendu une petite musique sympathique, enfin sympa … on aurait plus dis les ronflements de Krisx entrecoupés de cris de chats en colère m'enfin … c'était le signe de quelque chose (quoi alors la, allez savoir ?!) donc nous sommes remontés jusqu'à la source.


Y avait un ptit bonhomme, surement un des cannibales qui jouait du pipeau. Nous sommes passés devant lui sans qu'il nous remarque, il était trop absorbé à faire des fausses notes ! Quand je dis, sans qu'il nous remarque, j'ai quand même prié pour que y en ai pas une -hein maybe- qui se casse la figure juste à ce moment …

Le problème, maître, c'est que une fois cet « obstacle » franchit, aller savoir pourquoi, Gaelfe a commencé se déhancher au rythme du pipeau -eurk ! En y repensant- et voulait absolument y retourner pour danser avec l'artiste ! Hum …

Maître, je ne comprends même pas comment elle a pu ne serait ce que supporter ces sons !

Réponse #41 Sam 02 Oct 2010, 21:25
Gaelfe
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 1501




Journalisée
Gaelfe leva les yeux au ciel et poussa un profond soupir.

Aaaaah, Akasun… Parfois, je t’envie… Tant d’innocence… Nul besoin de réfléchir, ne pas se poser de questions… La vie doit être tellement plus simple pour toi… Hélas, tu finiras par t’en rendre compte, il y a des fois où il est nécessaire de regarder plus loin que le bout de son nez. Et c’était le cas justement dans ce labyrinthe souterrain.

Je ne dansais pas, Ô Etre Suprême, c’est un poil plus compliqué que ça. Le passage dans lequel nous nous étions engagé était très étroit et nous progressions en file indienne. Unanimement, nous avions décidé qu’Akasun passerait en premier car si nous étions là, c’était de sa faute. Evidemment, elle a rechigné mais elle a finit par accepter. Venait ensuite Etoildeneig, puis Krisx  et moi. Maybe fermait la marche. En arrivant prés de la créature qui jouait du flûtiau,  sans un mot, nous nous sommes mises d’accord pour traverser le plus silencieusement possible la petite salle. Je me suis tournée vers Maybe afin de vérifier qu’elle avait bien compris les consignes. Et c’est en croisant son regard que j’ai vu…



De vrais yeux de vautour, Maître ! Emplis de convoitise et d’avidité ! Car l’être occupé à sortir d’épouvantables sons de son pipeau avait beau être minuscule et repoussant, il appartenait sans nul doute à la gente masculine. Et évidemment, Maybe a succombé… Il fallait la voir, Maître, toute rouge, agitant ses mains pour tenter d’arranger la touffe de poils broussailleux qui surmontait sa tête, battant des cils et se tortillant comme un ver. Elle en bavait presque ! Ça  aurait pu être drôle si nous n’étions pas en pleine quête pour vous, Votre Majesté. J’ai tenté de lui faire entendre raison mais elle était comme hypnotisée et moi, je ne pouvais ni prononcer une seule parole, ni faire trop de gestes : nous ne devions pas nous faire remarquer. J’ai donc continué à avancer en priant pour que Maybe ne fasse rien de stupide. Mais, je l’ai vu se pencher et poser quelque chose sur le sol. Puis, avec un grand sourire, elle s’est remise à me suivre. Qu’avait-elle fait ? En tous les cas, cela risquait de nous mettre en danger. C’est pourquoi, en sortant de la petite salle, et toujours en silence pour ne pas qu’on se fasse repérer, j’ai essayé à grand renfort de gestes de faire comprendre à mes camarades que nous devions retourner là-bas pour récupérer ce que Maybe avait laissé derrière elle ! Et dire qu’elles ont cru que je dansais… !


Maître, Maybe ne peut pas se contrôler, ça je veux bien le comprendre. Mais quand même, risquer de tout compromettre pour pouvoir batifoler avec un gnome barbu et piètre musicien qui plus est… C’est un peu fort, non ?
Réponse #42 Dim 03 Oct 2010, 11:55
Le Maître de l'île
Hors ligne Hors ligne


Messages: 263




Journalisée
- Batifoler avec un gnome barbu et piètre musicien qui plus est? Quelle horreur, quel manque de goût!

Le Maître regarda Maybe avec de grands yeux... effrayés. Oui, oui, effrayés.

- Oh Maybe, tu es vraiment une femme... inquiétante! Tu laisses les autres te mettre des objets dans la bouche? Je crois que tu es folle, petite! Et ce n'est pas une île de fous ici!

N'est-ce pas, Akasun? Alors tu voulais emmener les autres dans une caverne, alors que ce n'est pas du tout par là que votre chemin se dirigeait, et tout cela pour faire peur à cette pauvre Gaelfe? Je regrette d'avoir tué Etoiledeneig, en fait! Vous êtes pires qu'elle!




Akasun & Maybe - Aiguille 3


Et voilà! Les vies de Maybe et Akasun se retrouvèrent subitement arrêtées. Elles furent surprises de ce retournement de situation, mais cela n'empêcha pas leur corps de tomber mollement sur le sol.

Puis le Maître se tourna vers Krisx et Gaelfe.

- Je dois vous avouer quelque chose, très chères amies. Je vous ai observées toutes les cinq sur la fin de votre voyage, et j'ai été très surpris de ce que j'ai vu. J'ai vu Maybe se frotter contre un gnome dans la grotte, j'ai enduré vos bêtises, mais... ce qui m'a le plus troublé, c'est comment, en sortant de la grotte, vous avez pris tout le butin que vous deviez me rapporter et avez tenté de le cacher dans un buisson. Oui oui, je sais où est l'or et je vais aller le récupérer.

Mais maintenant, je dois savoir pourquoi vous avez fait cela. Krisx, tu peux commencer. Ensuite, Gaelfe, racontera le fin mot de votre voyage.

En ayant tous les éléments de votre immense bêtise dans ma main, je déciderai qui de vous deux mérite de me servir durant le CIMI...
Réponse #43 Mer 06 Oct 2010, 19:29
krisx
Invité


Courriel
Le bruit des corps d'Akasun et Maybe tombant mollement par terre à l'unisson pétrifia Krisx d'horreur. Qu'avaient-elles fait pour en être réduites à se sacrifier mutuellement pour tenter vainement de sauver leur propre peau ? Méritaient-elles une telle torture ?
Elle regarda Gaelfe. Elle ne l'aimait pas, ça non ! elle la détestait même... Mais cela ne justifiait certainement pas sa mort. Peut-être pourraient-elles s'en sortir toutes les deux, si elles arrondissaient un peu les angles dans cet ultime plaidoyer ?
Elle renifla. Jamais Gaelfe ne la suivrait sur ce chemin : trop individualiste, trop pernicieuse... Tenter le coup, c'était clairement se suicider.
C'est donc la gorge serrée, mais déterminée, qu'elle entreprit de raconter la suite des évènements tels qu'ils s'étaient déroulés.

Maître, nous regardions avec perplexité Gaelfe gesticuler ; Akasun a cru qu'elle dansait, mais en effet c'était trop désordonné pour être le cas. Là où elle n'avait pas tort, c'est que la traîtresse voulait bien retourner vers le gnome... Sauf qu'en réalité, elle attirait son attention exprès pour qu'il nous rejoigne ! mais ça, nous l'avons compris trop tard. Quand nous avons vu Gaelfe se boucher les oreilles avec un sourire satisfait, nous étions déjà toutes envoûtées par la musique de ce joueur de flûte...



J'ai déjà essayé de vous le dire plusieurs fois, Maître : Gaelfe voulait vous doubler, et garder tout l'or pour elle. Avec le gnome, ils marchaient devant, et nous les suivions sans pouvoir résister, sans savoir où ils nous emmenaient. Nous avions faim, soif, sommeil, mais impossible de faire une halte, malgré nos protestations auxquelles ils restaient sourds.
Lorsque nous avons aperçu le volcan au loin, nous nous sommes lancé des regards affolés...



C'était aussi le chemin de la grotte, de l'étang, et de la plupart des dangers que nous avions rencontrés durant notre périple ! Leurs intentions nous concernant ne faisaient aucun doute, et nous avancions inexorablement vers notre trépas, sans la moindre échappatoire. Notre état physique se détériorait de plus en plus rapidement, tandis que Gaelfe, devant nous, s'abreuvait et se restaurait sans se gêner pour nous... elle nous narguait, même !
Le soleil tapait très fort, j'ai commencé à ressentir des vertiges, et je voyais mes compagnes d'infortune tourner de l'oeil elles aussi.



Nous nous sentions partir, Maître... Alors nous nous sommes toutes regardées, et avons compris que la même idée nous était venue.
Nous nous sommes placées en file indienne et, l'une après l'autre, avec une infinie discrétion, nous nous sommes débarrassées de l'or que nous transportions dans le même arbuste, avec l'espoir qu'au moins une de nous pourrait le récupérer par la suite pour vous le remettre. En tout cas Gaelfe n'aurait jamais pu le retrouver, et c'était tout ce qui comptait !
Nous avons poursuivi notre marche, mais au bout de ce qui m'a semblé une éternité faite de sueurs froides, de tremblements et d'étourdissements, j'ai perdu connaissance.

Lorsque je suis revenue à moi, le joueur de pipeau avait disparu. Gaelfe nous observait en silence, assise sur une souche d'arbre, l'air très contrarié.
Elle va sans doute enfin lever le voile sur ce qu'il s'est passé, maintenant !
Réponse #44 Ven 08 Oct 2010, 22:54
Gaelfe
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 1501




Journalisée
Un horrible nœud dans l’estomac, Gaelfe commença d’une voix blanche :

Vénérable Monarque, Krisx vous a donné sa version de l’histoire, je vais vous donner la mienne. Je sais que, grâce à votre omniscience, vous saurez qui croire.

Effectivement, alors que j’essayais vainement d’attirer l’attention de mes camarades, je sentis une présence dans mon dos. Faisant volte face, je vis que le petit gnome grimaçant s’était approché de nous. Sous le coup de la surprise, je reculai, me pris les pieds dans quelque chose et m’écroulai sur le sol. Maybe émit un petit rire de ravissement, Akasun se mit à glousser nerveusement, Etoildeneig commença à sangloter et Krisx poussa un rugissement de colère. Profitant du fait que l’attention du vilain petit personnage était focalisée sur mes équipières, je saisis l’objet responsable de ma chute. C’était…



Un livre. La couverture était vieille et usée. Je le feuilletai furtivement. A l’intérieur, les pages étaient couvertes d’une écriture enfantine. Des tas de lettres alignées qui semblaient former des mots dont le sens m’échappait :

« Kikoo t troOo boO loool !!!!jte kiffff  st1 truk2 Ouf mdr < 3 <3 »

Soudain, ça me revint : Maybe ! C’était donc là le présent qu’elle avait laissé à notre affreuse créature.
Levant les yeux, je vis que le joueur de flûte était en train de gonfler ses joues. Je déchirai deux morceaux de pages et les enfonçai dans mes oreilles. Me relevant, je souris à mes compagnes pour qu’elles comprennent que j’avais trouvé le moyen d’échapper à l’horrible musique. Hélas, elles étaient déjà sous l’emprise de l’air maléfique qui s’échappait du petit flûtiau. Je décidai de ne rien dire et d’attendre le bon moment pour nous tirer de cette situation. Nous marchâmes longtemps.
Lorsque nous sortîmes enfin du souterrain, le gnome se tourna vers moi et me fis signe d’approcher. M’accroupissant et tendant l’oreille, j’écoutai ce qu’il avait à me dire. Et ce n’était pas facile, Maître, car outre le fait que mes oreilles étaient remplies de papier, le petit homme n’ôtait jamais sa flûte de sa bouche.

« - Tou es inchenchible à la fusique. Tou es chourde ? me demanda-t’il.
-   Non, lui répondis-je.
-   Tou as oune pouvoir ? Quel est ton checretz ?

Ne sachant que répondre, je me tus. Il s’approcha alors de moi et se mit à renifler mes cheveux. Tremblante, je le laissai faire. Il sourit :

-   Tou  chens le fauve ! Mmmm, chette odeur de bête chauvage, et pouis ches ongles longs comme des griffes et ches canines pointoues… Tou es commé moi, tou es fi-homme...



...Fi-louz !

Un gnome mi-homme, mi-loup ! La situation devenait plus compliquée. N’osant pas le contrarier, j’acquiesçai. Il me fit un clin d’œil et me tendit une pomme qu’il avait sortie d’une des poches de son pantalon. A partir de ce moment là, c’est vrai, il m’accorda bien des privilèges. Et c’est la mort dans l’âme, que je continuai à jouer le jeu, souffrant de voir mes camarades dépérir à vue d’œil et guettant l’instant où je pourrais enfin nous débarrasser du petit monstre.
Et puis, alors que le soleil nous accablait de sa cruelle chaleur, je vis Etoildeneig stopper sa marche, lever les yeux au ciel et s’écrouler sur le sol, inconsciente. Aussitôt après, les trois autres filles tombèrent elles aussi. Je me précipitai vers elles mais le gnome me retint. Il était rouge de colère.

-   Tranchformons nous, nous irons plous vite chans elles !

Il alluma une…



…torche, tourna trois sur lui-même, cracha deux fois sur le sol, éteignit la torche, me la tendit et s’agenouilla. L’estomac noué par la peur, je vis ses oreilles s’allonger, sa mâchoire se déformer, des poils couvrir son corps. Et quelques minutes plus tard, l’homme était devenu animal. Et je ne pus m’empêcher de rire : devant moi se tenait un loup minuscule, pas plus gros qu’un chiot. Je lui assénai un coup de torche sur l’arrière-train et il fila en glapissant. Je pris soin de mes équipières, baignant leur front d’eau fraîche, frictionnant leurs tempes avec l’Aimant Merveilleux.  Akasun s’éveilla la première. Elle me raconta ce qu’elles avaient fait de l’or. Quand toutes eurent repris leurs esprits, mes craintes se trouvèrent justifiées, aucune ne se souvenait où elles avaient dissimulé le précieux ingrédient. De fait, nous n’avons pas pu récupérer l’or à temps pour Votre Soupe Sacrée...

Krisx a dit que j’étais contrariée. En fait, elle est loin du compte, j’étais et je suis encore en colère, folle de rage contre nous, stupides écervelées, incapables de servir dignement notre très estimé Souverain. C’est donc pleine de honte que je me soumets à votre jugement sachant que vous saurez, Maître, prendre la décision la plus juste.

Réponse #45 Dim 17 Oct 2010, 21:48
Le Maître de l'île
Hors ligne Hors ligne


Messages: 263




Journalisée
Quand le Maître comprit (enfin) que l'or avait réellement disparu, il n'eut même pas le coeur de tuer une des deux survivantes. Il leur dit de partir, et qu'il les rappellerait quelques jours plus tard...


***

- 31 Octobre -

- Excusez-moi. Oupss... Pardon! Oh non, désolé...

- Voulez-vous un... beignet de rat?

- Les toilettes sont de ce côté-ci...

- Ne me touchez pas! Je suis vivante! Je ne veux pas mourir et puis j'ai mauvais goût!...

Le C.I.M.I. avait bien eu lieu, au final. La soupe d'or trônait, fière, dans un grand chaudron en cuivre, zu centre de la clairière. A côté du chaudron, le Maître de l'île bavassait avec ses tristes et sadiques amis Maîtres.

Krisx et Gaelfe, avaient dû repartir en quête de l'or. Le Maître leur avait indiqué le chemin vers une autre île où il leur avait dit que l'or était plus accessible. Elles avaient donc dû construire ensemble un maigre radeau qui avait pris l'eau. Elles avaient dû en refaire un autre. Elles se parlaient peu, mangeaient peu, et ne riaient plus. Elles se détestaient mais elles ne se reprochaient rien.

Le Maître avait gardé les deux aiguilles dans les poupées vaudou, rendant les deux femmes particulièrement faibles. Aller en radeau, en ramant avec des rames de fortune, avait été vraiment dur. Elles espéraient trouver le plus vite possible de l'or, mais elles se rendirent vite compte, en posant pied sur l'île, qu'elle était hantée par des esprits dangereux. Le Maître les avait punies. Il leur fallut deux longs mois pour récupérer suffisamment d'or. Elles avaient dû pactiser avec les fantômes, marchander avec les sorciers des îles, et troquer avec les cadavres qui revivaient, la nuit venue.

Quand elles étaient revenues voir le Maître, la soupe d'or pouvait être préparée. Le Maître leur avait dit:

- Je vous croyais mortes, petites pestes! Prendre autant de temps pour me dénicher un peu d'or... Je pensais pourtant vous avoir donnée une bonne leçon! M'enfin! Je vous garde jusqu'à votre mort sur l'île. Vous m'aiderez à préparer le C.I.M.I. de Halloween. Ensuite... je vous laisserai errer, et vous appellerai lorsque j'aurai besoin de vous!

Et là, durant le C.I.M.I., les deux femmes rêvaient de mourir, tellement le fardeau qui pesait sur leur cœur était immense. Elles passaient entre les Maîtres (ou Monstres), en devant exaucer tous leurs souhaits. Le problème, c'est qu'elles avaient déjà essayé: mais le Maître les avaient ensorcelé, et elles ne pouvaient pas y parvenir...

Au fur et à mesure qu'elles vieillissaient, elles se bâtirent un camp, qui était chaque année saccagé par on ne sait quelle créature terrible. Parfois, le Maître les appelait à la tâche. Parfois, il riait de son rire le plus sardonique et le plus maléfique dans leurs rêves.

Une chose est sûre: l'île sur laquelle le Survivor Game avait été tourné était hantée. Mieux vaut ne plus jamais y retourner...



Pages: [1]   Haut de page
Imprimer
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP SMF 2.0 | SMF © 2011, Simple Machines XHTML 1.0 valide ! CSS valide !