Le jeu 650 km

650km : Le Forum
Ven 26 Avr 2019, 10:11 *
Bienvenue. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles:
News du 20/11/2018
Avis à tous les survivants!

Salut à tous, il y a du mouvement en approche sur notre serveur discord, alors vite, venez nous rejoindre, on vous attend !

Échouez-vous avec nous dans notre nouveau canal discord dédié à 650km!
Cliquez sur le lien suivant et rejoignez-nous! https://discord.gg/SqxZ6HX


Une question sur le jeu ? Consultez le :
Merci de consulter les Règles du Forum avant toute participation.
Pages: 1 [2]   Bas de page
Imprimer
Auteur Discussion: [OMI] Partie 9 - Le Chaton de la Maîtresse - MI : Krisx  (Lu 18475 fois)
Réponse #50 Jeu 30 Déc 2010, 20:02
Etoiledeneig
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 996




Journalisée

-   Tiens je ne m’en souvenais de cela, je suis vraiment pleine de grâce pour l’instant…  Mais pas autant que vous, bien sûr, Glaciale et Boréale Maîtresse.  Nous ne sommes que de petits cochons tout roses et tout patauds devant vous et nous avons peur du grand méchant … Heuu …  de la Grande et éclatante…  J’en perds mes mots, tellement vous êtes  impressionnante.

Je suis peut-être  Etoile de neige mais je  serais encore plus de glace si elle se met en colère… 

-   Oui, j’avoue  que c’est un épisode assez peu reluisant et comme dirait certains : «  Quand il faut, il faut ».   Comme Gaelfe l’a dit, Chaton était enfin sortit de sa cachette et attendait bien gentiment que nous l’amenions à sa Maîtresse adorée.  Mais pourquoi donc ais-je sauté comme un plongeur devant une mouillante  et profonde piscine ?   Parce que cette piscine… Heu… ces gorges n’étaient pas juste de beaux gosiers mais Les Gorges de L’Oubli  et l’Oubli nous guettait pour pouvoir se repaître de nos si jolis souvenirs  et vous imaginez-vous l’horreur incommensurable si ce méchant Oubli nous avait fait oublié notre mission ?  Le pauvre petit Chaton aurait dû nous supporter et qui sait  ce qui lui serait arrivé. Je n’ose même pas l’imaginer. Pire, si Chaton avait oublié, il  aurait fuit et nous aurions eu encore plus de mal à l’attraper. 

Etoiledeneig pensa que si une telle chose était arrivée,  tout le monde serait devenu  de la viande glacée que le petit Chaton aurait sûrement léchée pour se rafraichir utilement lors des canicules de l’été.  Elle frissonna.


-     Brrr.  Quand je l’ai vu, lui, Al Zheimer, l’Oubli des Gorges et sa flûte : j’ai tout compris. Il utilisait les courants d’air des Gorges pour faire fonctionner son immense flûte de l’Oubli et nous faire tout oublier.

   

- Parce que si vous aviez lu la poignante biographie de Zheimer, vous seriez horrifié mais aussi très triste.  Dans sa jeunesse, Al était un très grand chanteur d’opéra et il était célèbre dans le monde entier. Tout allait bien jusqu’à  ce que Al vieillisse et aie de plus en plus de mal à se souvenir des chants. Mais, le Pire a été son rhume qu’il l’empêcha de chanter même de parler et alors tout bascula. De célébrité, il était passé à indésirable et lépreux. La mort dans  l’âme, Zheimer décida de partir de ce monde injuste, méchant et tragique comme ses opéras.     
Apparemment, le chanteur avait décidé de se venger et de nous faire chuter comme il avait chuté.
Mais mon sang n’a fait qu’un tour et pour résoudre ce problème de vents, j’ai sauté. Notre chute, certes très brutale, a tout de même réussi  à briser la flûte et faire taire l’Oubli. Malheureusement, les conséquences de cette chute ont été…   
Gênantes et géantes. Oui, notre chute a provoqué un éboulement : il nous a fallu du temps avant d’en sortir et les Gorges bloquées nous faisaient perdre du temps pour retrouver Chaton. Le deuxième problème, c’est que nous étions beaucoup moins vêtues, nos vêtements s’étant déchirés.   Nous avons donc commencé à marcher courageusement et tenté de rejoindre Chaton.





 Mais quelqu’un ne voulait pas passer sur les tas de pierres ; et hurlant, s’époumonant que nous allions mourir toutes nues parce que nous n’avions pas de pelage luisant, ce quelqu’un est parti en courant vers le chemin de la Luette.  Tout cela nous a fait perdre beaucoup, énormément de temps. Et oui, Gaelfe, tu es toute étonnée mais  demande aussi à Ennoid la raison de cet acte stupide et irréfléchi … 
[Sur mon île déserte,nana .... je t'attends, mais je ne prendrai pas de coup de soleil même si tu m'éblouis...]  :p

etoiledeneig sur Inaho  feudeneig sur Karaho
Réponse #51 Dim 02 Jan 2011, 16:49
Le Maître de l'île
Hors ligne Hors ligne


Messages: 263




Journalisée
Mouais. Encore une fois, Chaton vous a échappé, quoi. Ceci dit, qui serait assez fou pour se laisser attraper par une bande de bras cassés comme celle que vous formez ? Vous repoussez sans cesse les limites de la stupidité, c'est tout à fait stupéfiant.

La Maîtresse de l'Île reposa sa flûte de champagne et termina le canapé de fruits de saison qu'elle avait en main. Absolument exquises, ces petites choses.
Elle prit soin de se tapoter les commissures avec une serviette qui n'aurait pas détonné dans un prestigieux restaurant, puis vous dévisagea longuement, une à une.
Son regard s'arrêta sur Ennoid.

Jeune fille, je te trouve bien confiante. Trop, à vrai dire.
Encore une fois, tu as pris une initiative malheureuse au détriment du groupe, en partant seule rejoindre Haka/Looping. À croire qu'il t'a tapé dans l'oeil ! car je ne peux pas croire que tu n'aies pas retenu la leçon de ta première rencontre avec lui.
Sur le chemin du retour, tu trouves le moyen de tomber dans une fosse - comme si tu n'avais pas perdu assez de temps - tu accuses gratuitement Etoiledeneig d'être responsable de TA bourde, et pour finir tu fais fumer Bing, qui en perd la raison.
Sans doute votre meilleur atout, c'est malin !
Je ne peux pas tolérer ce sabotage.
Console-toi, tu vas rester sur cette île... Pour l'éternité, même !



Ennoid - 3e Aiguille

Un troisième bonhomme de neige fit son apparition à la place de votre camarade.
La tête encadrée par des bois de caribou, une grande feuille d'érable plaquée sur la poitrine, et deux pancakes pour faire les yeux.
La Maîtresse fit une moue déçue : depuis que l'un de ses bonshommes s'était enfui sur une feuille volante, l'inspiration n'était plus aussi présente.
Perdues dans la contemplation de cette nouvelle victime, sa voix vous fit sursauter.

Etoiledeneig, ta première intervention m'a laissée espérer que tu apporterais un peu de bon sens dans cette inter-minable suite d'échecs... en fait ta dernière prise de parole est aussi romancée qu'extravagante.
Je suis certaine qu'une aiguille te dissuadera de continuer dans cette voie.



Etoiledeneig - 2e Aiguille

Vous n'êtes plus que deux, alors trêve de bavardages !
Je veux savoir pourquoi vous êtes finalement revenues les mains vides.
Gaelfe, je t'écoute.
Réponse #52 Mar 04 Jan 2011, 22:14
Gaelfe
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 1501




Journalisée
* Oh non, Ennoid aussi ! *

Gaelfe ne savait pas ce qui la glaçait le plus : la température qui régnait dans la pièce ou la certitude de l’imminence de sa future congélation. Terminer ses jours sous la forme d’un caribou de neige, quelle fin abominable…ment ridicule !
Pauvre Enno… Même si elles avaient eu des mots, la jeune canadienne avait été une formidable amie. Et elles avaient été bien stupides de se disputer pour un freluquet qui se berçait d’illusion en racontant à qui voulait l’entendre son soi-disant parcours initiatique avec l’Ancien, des histoires invraisemblables à base d’ours, de loups et même de Grinch… Complètement idiot tout ça…
Non, elle devait laver l’honneur de sa camarade et pour cela, il lui faudrait rétablir la vérité, quel que soit le prix à payer…

Eclatante Lueur Hivernale, je ne tiens pas à vous agacer davantage. Aussi, je vais essayer d’être brève. Je dois tout vous avouer.
Etoildeneig, tu as cru que c’était Ennoid qui hurlait dans le gouffre. Mais c’était moi. Tu voulais franchir les éboulis. Sans doute, et c’est tout à ton honneur, obnubilée par ta volonté à secourir Chaton, tu n’avais pas vu qu’une…



Epaisse et âcre fumée se dégageait des rochers. Les petits branchages secs qui couvraient l’amas pierreux s’était enflammés.

Gaelfe déglutit péniblement.

Probablement à cause de la branche d’eucalyptus que j’avais laissé choir…
Chaton est l’animal le plus intelligent que je connaisse, Majesté Polaire. Il ne pouvait donc pas s’être précipité dans les flammes ! Non, il s’était sûrement précipité vers la seul issue accessible : le chemin de la Luette…
J’ai donc crié : «  On va courir ! En route ! Vu ? Parce qu’on n’a pas l’apanage du temps ! »
Cela ne veut pas dire grand-chose, je vous le concède, mais dans l’affolement, je ne trouvais pas mes mots. Je voulais juste que nous nous dépêchions.
Heureusement, Ennoid a tout de suite compris et est partie la première. C’est là, je présume, la raison de la confusion d’Etoildeneig.
Nous l’avons suivi. Le passage devenait de plus en plus étroit. Nous faufilant entre les parois de la falaise, nous sommes alors tombé sur le plus ravissant jardin que je n’ai jamais vu. Partout, des arbres chargés de fruits, des fleurs aux couleurs chatoyantes. Et gambadant après de petits papillons bleu azur, Chaton !
Faisant signe aux autres de ne pas faire de bruit, je me suis accroupie lentement, pour ne pas l’effrayer. Doucement, j’ai tendu la main dans sa direction. Il a cligné des yeux, émit un petit miaulement joyeux et s’est avancé vers moi. Mes doigts frôlaient son pelage soyeux, j’allais enfin pouvoir le serrer dans mes bras quand…

L’estomac d’Etoildeneig s’est mis à produire un gargouillement effroyable. C’était à peine croyable : un bruit qui tenait à la fois du grondement du grizzly furieux et du vagissement du nasique nouveau né !
Evidemment, le pauvre Chaton, affolé, a pris la poudre d’escampette. Il est allé se réfugier sur la plus haute branche d’un cerisier.



Etoildeneig, je ne crois pas que tu l’aies fait exprès mais je suis quand même curieuse de savoir quelle était la cause de ce tonitruant embarras gastrique!
Réponse #53 Mer 05 Jan 2011, 20:22
Etoiledeneig
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 996




Journalisée

Etoiledeneig était devenue toute rouge en se rappelant son concerto pour fortes contractions ventrales.

Tu sais bien que je n’aime pas que l’on parle de ça…  Oui, c’est extrêmement gênant et j’aimerais oublier cette partie digestive de ma vie…  Je me souviendrais toujours quand j'ai gargouillé en plein procès provoquant l'hilarité générale. Même mon client a rigolé et après, il a exigé un autre avocat qui mangeait des kiwis pour avoir un bon transit ...

Etoiledeneig rougit encore plus, ce qui fit fondre un peu la neige qui l’emprisonnait.

-   Merci pour la comparaison Gaelfe, tu as sans doute amusée  sa Majesté Glacée mais n’exagère pas. Je sais que la mort d’Ennoid t’a beaucoup touchée,  je suis très triste aussi …

Mais évite de m’achever aussi, ça m’arrangerait…

Et cela montre à quel point  l’amitié est très importante pour t’accuser à sa place mais malheureusement, il est trop tard pour elle.  Si nous en avons un jour l’occasion, nous irons toutes les deux au Canada et nous dirons qui était Ennoid, ce qu’elle a fait, comment elle a finit,  pour que personne ne l’oublie.
Mais revenons aux presque vivants. Oui, heureusement, quand nous sommes arrivés au jardin extraordinaire, nous avons fini par trouver Chaton et oui, mon petit ventre à gargouillé mais tu as coupé un bout de l’histoire. Rappelles-toi, nous avons marché longtemps dans ce jardin, nous ne trouvions pas la pelucheuse créature de la Maîtresse  alors nous avions tous décidé de faire une pause.  Mais qui a voulu mangé pour retrouver des forces ? Qui a voulu  absolument manger ce superbe cactus parce qu’elle en  avait gouté dans un restaurant mexicain ?  Oui, j’ai gargouillé mais je ne suis pas la seule responsable. Oui, le cactus nous  a permis d’avoir la force de retrouver Chaton mais il nous l’a fait perdre aussi.  Oui, Gaelfe, ton intervention nous a aidés mais elle nous a également desservis.



Ce qui m’intrigue, c’est que tu savais que je bruitais avec mon ventre mais tu ne t’en es pas souvenu. Je suppose que le plus important était de manger et nous avions eu une dure journée alors je peux comprendre que tu n’y ais pas pensé.



Par contre,  ce que je ne comprends vraiment pas, c’est pourquoi tu nous as embarqués dans la construction d’une échelle gigantesque et pas pratique pour sauver Chaton du cerisier.   Il n’était pas si haut et grimper aurait put suffire. Surtout que le temps de trouver tout le bois nécessaire et de la construire, le petit Chaton est parti sans avoir besoin d’appeler les pompiers pendant que toi tu chantais justement :
« Au feu, les pompiers,
Y a le cerisier qui brûle !
Au feu, les pompiers,
V'là le cerisier brûlé ! »

Pourquoi cette échelle  Gaelfe ? Pour retirer l’araignée que tu avais momentanément au  plafond ?
[Sur mon île déserte,nana .... je t'attends, mais je ne prendrai pas de coup de soleil même si tu m'éblouis...]  :p

etoiledeneig sur Inaho  feudeneig sur Karaho
Réponse #54 Sam 08 Jan 2011, 17:58
Gaelfe
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 1501




Journalisée
Gaelfe soupira. L’air qui s’échappa de sa bouche se figea et une pluie de paillettes givrées voltigea dans la pièce.

Très chère Reine de la Banquise, je vais revenir sur cette histoire de cactus. Je ne voudrais pas que vous imaginiez qu’à l’instant où nous étions si proche de Chaton, je ne songeais qu’à remplir mon estomac. Qui, lui, a la délicatesse de ne pas se livrer à une débauche de bruits incongrus chaque fois que j’absorbe quelque chose…

Cela faisait plusieurs heures déjà que nous n’avions pas bu. Or, la soif peut provoquer une altération des perceptions. Tous les survivants…


Elle jeta un regard en direction d’Etoildeneig.

Presque tous les survivants le savent bien. Combien se sont ainsi retrouvés, après une longue marche dans des plaines arides, à se prosterner devant un vieux lion pelé et se faisant la réflexion quelques heures plus tard en pansant leurs blessures que l’Ancien avait de drôles de manières de récompenser leur dévotion ?
Ce magnifique jardin m’avait mis la puce à l’oreille. Il paraissait vraiment trop beau pour être vrai. C’est pourquoi j’ai insisté pour que nous buvions l’eau contenue dans le cactus.
Et, effectivement, une fois hydratée, j’ai constaté que certaines choses nous avaient échappé.
En m’approchant du cerisier dans lequel Chaton avait trouvé refuge, flottait une odeur nauséabonde. Posant ma main sur le tronc, je sentis d’étonnants frémissements. L’arbre palpitait ! Quel était cet étrange mystère ? Me saisissant du canif que je garde toujours avec moi, je me suis mise à gratter un morceau d’écorce. Et j’ai fait une abominable découverte !
Dessous, grouillait un amas de petites choses visqueuses et rosâtres…



Des asticots ! Par milliers ! Le cerisier était en pleine décomposition !
Hors de question à présent de grimper pour récupérer votre petit chat ! Nous ne pouvions nous permettre qu’une branche pourrie ne cède sous notre poids, risquant dans notre chute de blesser l’adorable félin. Non, il fallait s’entourer de précautions. D’où l’échelle…
Pour rassurer Chaton pendant que nous réunissions le bois nécessaire je me suis mise à chantonner. Et il a fini par s’endormir.
Puis, comme nous venions de finir notre construction et alors que je posai l’échelle contre le tronc, il s’est réveillé et vif comme l’éclair, a sauté sur le premier barreau et a bondi sur le sol.

Nous n’avons pas eu à peiner pour le rattraper cette fois ci. Il avait filé droit dans l’un de nos sac à dos. Et pelotonné à l’intérieur, il a attendu que nous venions le récupérer.

Il était très fatigué, Ô Féerie Arctique. Nous avons donc convenu de le transporter à tour de rôle. C’est Ennoid qui a commencé. Elle l’a glissé dans sa veste et il a dormi une bonne partie du trajet. Puis, ce fut à mon tour. Il avait alors récupéré ses forces et je sentais qu’il avait envie de se dégourdir les pattes. Je lui ai confectionné une petite laisse avec une liane et nous avons repris notre route.
Il était adorable, Maîtresse ! Il gambadait devant moi, sautillant après de petits insectes, jouant avec les herbes, mordillant de temps à autres les mollets d’Etoil la prenant sans doute pour une très grande proie…


Expulsant à nouveau un nuage de confettis glacés, les yeux brillants à l’évocation de ce souvenir, Gaelfe se rembrunit aussitôt.

Hélas, est-ce que ces innocents jeux ont agacé ma camarade ? Toujours est-il que lorsque ce fut à son tour de s’occuper de Chaton, elle est allée derrière un buisson pour que le petit chat puisse faire ses besoins. Elle nous a demandé de ne pas les suivre car l’animal était très pudique et avait besoin d’intimité.
Trouvant le temps bien long, Enno et moi nous sommes inquiétées et avons décidé de la rejoindre. Et là, nous avons eu droit à un horrible spectacle…

Etoildeneig était assise par terre. Devant elle s’agitait un petit tas de nœuds roses, de colliers de pâquerettes, de couronnes de lierre…
Profitant du fait qu’on ne la regarde pas, Etoildeneig avait décidé de relooker Chaton ! La pauvre bête gémissait bien sûr, effaré sans doute à l’idée qu’on puisse la confondre avec une bonbonnière !
Nous ne pouvions évidemment pas vous faire l’affront de vous présenter Chaton déguisé ainsi, Votre Glaciale Elégance. Nous avons donc du retarder notre retour pour rendre à votre précieux matou, son charme félin naturel.



Etoil, que tu aies des goûts pour le moins…particuliers passe encore. Mais infliger cet accoutrement ridicule au délicieux Chaton… Pourquoi?
Réponse #55 Mar 11 Jan 2011, 19:08
Etoiledeneig
Phi-Karaho
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme

Messages: 996




Journalisée



-   Quoi ?! Comment ?! 


Etoiledeneig avait été surprise par les propos de celle qui, maintenant, ne paraissait plus être son amie.



-   Approche : viens confesser l'action la plus noire, l'attentat le plus horrible qui jamais ait été commis.  Comment, traître, tu ne rougis pas de ton crime ? Comment abuser ainsi de ma bonté, et s'introduire exprès chez moi pour me trahir ? Pour me jouer un tour de cette nature ?

Etoiledeneig  hurla cette vieille réplique qu’elle avait apprise à l’école et elle qui lui semblait très adéquate à la situation.


-   Pardonnez-moi Maîtresse Glacée, mais les insinuations honteuses de Gaelfe me révulsent, me révoltent, me bouleversent, me secouent ; m’émeuvent  quoi.  J’avoue : je suis profondément choquée que Gaelfe puisse penser, même avoir l’idée que Chaton pourrait subir une pareille torture.  Toi, oui, toi, Gaelfe, avec qui j’étais amie depuis si longtemps, à qui j’ai appris à faire de la barbe à papa, tu as imaginé que je puisse déguiser, malmener  Chaton pour satisfaire … quoi ? Une pulsion  étrange ? Un hobby mis à mal  par la vie sur cette île ? Une envie de vengeance parce que Chaton  me mordillait ?Elle secoua la tête pour sécher ses larmes.



-   Mais si tu me connaissais si bien, tu saurais que je suis incapable de faire ça. J’ai toujours adoré les chats. D’ailleurs « les aristochats » est mon dessin-animé préféré. Et je ne pourrais pas lui en vouloir puisque j’ai vécu avec un  cochon d’inde qui n’aimait pas les câlins et malgré ma tristesse, je ne lui en ai jamais voulu, ce n’est pas pour autant qu’il a fini  avec un tutu ou un bonnet de Père Noël.  Comme tu l’as dit, Chaton avait dormi dans le sac d’Ennoid, puis tu l’avais baladé quand se fut mon tour de le surveiller.  Il était vraiment adorable, sautillant, se tortillant entre mes pieds et sautant dessus comme pour des petites proies.  Puis est venu le moment où Chaton a dû aller chez Jules. Et bien, je l’avoue maintenant, mais lui et moi avons rencontré quelqu’un  pendant qu’il cherchait un trône… euh… un endroit pour sa commission. Je ne pense pas qu’il s’appelait Jules mais  il était très effrayant. J’ai été complètement muette de stupeur et avant que je puisse m’enfuir, il avait déjà chapardé Chaton.  J’ai couru pour ne pas perdre Chaton et nous sommes arrivés près d’un volcan fumant qui, de loin, ressemblait à une simple montagne. Le type à commencer à crier que nous allions être sauvés grâce à Chaton même si je lui hurlais que nous mourrions tous si nous ne vous le ramenions pas.    Il m’a alors expliqué que seul Chaton, symbole de douceur et de paix, pouvait calmer le volcan et l’empêcher d’entrer  en éruption ; et il l’a couvert de couronnes, de colliers de fleurs (pour symboliser la fertilité d’un sol volcanique)  et de nœuds roses (pour symboliser la lave).


 

-   Evidemment, il semblait plus évident que le volcan allait se fâcher devant tant de mauvais goût  mais, étonnement, le volcan ne fit rien et même la fumée blanche se dissipa. Le type était tellement content qu’il me rendit Chaton en dansant mais voulait qu’il garde son déguisement. Bien sûr, j’ai dû promettre car je ne voulais pas risquer de le mettre en colère et de tout gâcher.
Voilà pourquoi tu as trouvé le temps long et moi en train de commencer à retirer son accoutrement à la pauvre bête qui devait bien se demander ce qu’il s’était passé.   

-   Nous avons perdu du temps, Maîtresse Boréale, mais  nous avons perdu beaucoup plus par la suite.  Après m’avoir toutes jetées un regard horrifié, méfiant et dégouté, nous sommes reparties avec Chaton pelotonné dans un sac.  Nous étions sur le chemin du retour, quand nous sommes passées près d’une grande rivière. Il est vrai qu’elle était très jolie cette rivière mais  pas à en boire la tasse.  Nous avions tous soif, surtout Chaton, nous nous sommes  donc arrêtées pour boire un peu.  Et une chose plus horrible que l’habillage de chat est arrivée, Gaelfe essayant de noyer Chaton. Oui…  Au début nous croyons tous qu’elle le lavait, l’aidait à boire mais nous avons dû finalement user de la force pour qu’elle le lâche enfin et qu’il puisse respirer. Comment as-tu faire une chose pareille à cette boule de poils ?



Etoiledeneig frissonna en  repensant à tout cela.


Désolée mais je ne pense pas que tu lui apprenais à nager…
[Sur mon île déserte,nana .... je t'attends, mais je ne prendrai pas de coup de soleil même si tu m'éblouis...]  :p

etoiledeneig sur Inaho  feudeneig sur Karaho
Réponse #56 Mar 18 Jan 2011, 19:30
Le Maître de l'île
Hors ligne Hors ligne


Messages: 263




Journalisée
De la flûte, encore de la flûte ! Vous ne m'avez servi que ça de toute la journée !

En effet, l'épais feuillage de la jungle laissait déjà percer les derniers rayons d'un soleil couchant ; la nuit allait tomber, et avec elle la sentence finale.
Alliez-vous finir en un horrible bonhomme de neige, comme Syl, Lesurvivant et Ennoid ? ou la terreur vous ferait-elle perdre la raison, comme Bing ?
...
Y aurait-il une autre option ?

La Maîtresse de l'Île vous toisait froidement - d'une froideur dont elle seule avait le secret.
Son exaspération manifeste semblait dissimuler quelque chose de plus léger, presque de l'amusement. Comme quelqu'un qui boude et se force à ne pas sourire.
De la jubilation.
Ou plutôt du plaisir sadique, réflexion faite !


Vous n'avez pas répondu à ma question.
D'ailleurs vous éludez depuis le début, sans doute votre seul talent !
Vous faites de la politique dans la vie ?
Peu importe, votre temps de parole est écoulé. Et ça ne me dit toujours pas où est Chaton !
Puisque vous m'avez fait perdre mon temps, je vous ai trouvé de quoi vous occuper jusqu'à la fin de votre insignifiante existence.


______________________________________
Gaelfe - 3e Aiguille
Etoiledeneig - 3e Aiguille

En un claquement de doigts - ah tiens, vous ne l'attendiez plus celui-ci ! - vous voici téléportées sur une plage paradisiaque, en plein milieu d'un groupe de personnes un peu trop joyeuses pour être sobres. L'ambiance est excellente, le bar bien garni. Alors qu'un fou rire commençait à vous chatouiller les côtes à l'idée que la Maîtresse de l'Île se soit allègrement plantée (ou montrée extrêmement clémente, ce qui était peu probable), vous remarquez que votre camarade est enchaînée au bar par la cheville - ah ben, vous aussi, en fait !
Vous essayez donc d'attirer l'attention en appelant à l'aide. En vain : vous voici rendues invisibles et inaudibles, et condamnées à remplir les tonneaux des STCAA pour l'éternité, telles des Danaïdes.








La Maîtresse de l'Île soupira... Quel fiasco navrant !
Elle quitta son trône de pierre, descendit contempler ses créations glacées.
Un simple mouvement de la main suffit à les balayer, envoyant les ossements hors de la dalle, comme pour faire place nette. Puis elle retira son masque tribal trop lourd, sa fausse crinière blanche trop chaude et, un par un, ses faux ongles trop longs.


Punaise, ça fait du bien !!!

Krisx s'étira longuement.
Lline ne tarderait pas à la rejoindre : elle avait trouvé Chaton très tôt ce matin et lui avait promis de passer le lui rendre dans la soirée. Le coquin s'était réfugié dans sa hutte, sous les couvertures.
Décidément, ces survivants obtus avaient dû lui coller une sacrée frousse...
Pages: 1 [2]   Haut de page
Imprimer
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP SMF 2.0 | SMF © 2011, Simple Machines XHTML 1.0 valide ! CSS valide !